Anaxago Actualités Comment créer 25 licornes françaises en 2025 ? - Soirée débat du 6 décembre 2018
Comment créer 25 licornes françaises en 2025 ? - Soirée débat du 6 décembre 2018

Comment créer 25 licornes françaises en 2025 ? - Soirée débat du 6 décembre 2018

À ce jour la France ne compte que 3 licornes parmi ses startups nationales. Serait elle capable d'atteindre les 25 en 2025 ? Découvrez ci-dessous le compte rendu et la vidéo complète de la soirée.



Invités par Anaxago à l'occasion de la sortie du livre “La Fabrique des Startups”, Jean-David Chamboredon (président du fonds d’investissement ISAI et initiateur du mouvement des Pigeons) et Jean Rognetta (président de PME Finance) ont participé à une soirée débat en compagnie des deux auteurs du livre Jean-François Caillard (COO d'Anaxago) et Thomas Paris (chercheur et professeur à HEC). Comment créer 25 licornes françaises avant 2025 ? Entre analyses et observations, découvrez les retours de ces experts de l'entrepreneuriat. 


Un écosystème européen en retard...


La soirée a commencé avec quelques chiffres significatifs : la France compte aujourd'hui uniquement 3 licornes* : les sociétés Vente-Privée, Criteo et Blablacar. Un chiffre extrêmement faible une fois rapporté aux 15 licornes britanniques, aux 120 de l'Amérique du Nord et la centaine qu'on recense en Asie (dont la plupart en Chine). " L'écosystème européen a beaucoup de retard par rapport à l'écosystème américain ou à l'écosystème chinois. On [ la France ] accuse également un retard vis à vis de la Grande-Bretagne, le pays le plus comparable en matière de population et de GDP ", ainsi " faire 25 licornes en 2025" semble artificiel : on ne fait pas un bébé en un mois avec 9 femmes "  signale Jean-David Chamboredon. Par ailleurs, " la valorisation des trois licornes françaises est aujourd'hui inférieure à celle d'Airbnb toute seule " souligne Jean Rognetta.  


Un grand frein à la multiplication des licornes en France est, selon Jean-David Chamboredon, " l'absence de capital long, d'épargne longue mobilisable pour financer l'industrie de la technologie du fait d'" une culture du risque de l'épargnant français qui est extrêmement basse ".


Jean-David Chamboredon 


... mais qui se rattrape 


Jean-David Chamboredon insiste sur le caractère temporel du retard français. En effet, il l'explique par son jeune âge : puisque l'écosystème est plus jeune (avec une grande majorité des start-up en early stage), il implique moins d'argent (environ 2,5 fois moins d'argent est investi par deal en France par rapport à la Grande-Bretagne). 


Le retard est donc visible en termes de valeur. Cependant, en volume, la France double la Grande-Bretagne en termes de nombre deals venture et "depuis 5 ans l'écosystème tech a quadruplé en France". Le président d'ISAI explique cet essor par l'arrivée de trois phénomènes : l'impact de la BPI, la hausse de l'investissement étranger et l'essor des Corporate Venture, qui ont permis d'augmenter la masse de capital dans l'Hexagone. 


Le rôle structurant des grands groupes dans l'écosystème entrepreneurial 


Jean Rognetta, Thomas Paris, Jean-François Caillard et Jean-David Chamboredon


Jean-François Caillard souligne l'importance des grands groupes dans l'écosystème entrepreneurial : "on a besoin de développer cette capacité qui ont les grands groupes à créer de la valeur en rachetant des start-ups puisque c'est eux qui vont faire des licornes. Pour qu'il y aient des licornes il faut qu'il y ait un acheteur", insiste-t-il. Néanmoins, alors que les Corporate Venture sont essentiels pour le développement de l'écosystème entrepreneurial, ils sont encore peu nombreux. Jean-David Chamboredon met également en évidence la pénurie d'acheteurs tech parmi les Corporate Ventures en France.




Des licornes ou des centaures ?


Que doit-on privilégier : le volume ou la qualité ? un grand nombre de petites start-ups ou quelques succès stories ? En effet atteindre un milliard de valorisation est une motivation mais qui ne devrait pas éclipser l'objet premier des entreprises : pérenniser une activité rentable. Jean-David Chamboredon, quand à lui, " préférerait avoir un immense troupeau de centaures, plutôt que deux licornes de plus ".  


Plusieurs sujets ont également fait débat lors de cette soirée : l'importance des dirigeants au sein des start-ups, la capacité à former des entrepreneurs, la spécificité des licornes américaines, le sujet de la profitabilité des licornes, la fiscalité française... Pour ceux qui n'ont pas pu y assister (et pour ceux qui souhaitent la revivre), voici la vidéo de la soirée :



À propos des intervenants de la soirée :


Jean-François Caillard est diplômé de l’École Polytechnique, Télécom ParisTech et Sciences Po Paris. Il a commencé sa carrière chez Ubisoft et Boursorama, alors qu’elles étaient des start-up, pour ensuite favoriser la collaboration entre grands groupes et start-up chez SFR, Suez, Adeo (Leroy Merlin) et NUMA, accélérateur de start-up de référence. Il est investisseur ou administrateur d’une dizaine de start-up et pilote les opérations d’Anaxago, leader du financement participatif de start-up. 


Thomas Paris est professeur affilié à HEC Paris, chercheur au CNRS, chercheur associé à i3-CRG École Polytechnique. Ancien élève de l’École Polytechnique, il mène des recherches depuis vingt ans sur le management et l’économie des industries de la création ainsi que sur le management de l’innovation et la création d’entreprise. Il dirige le master Média, Art & Création (MAC) à HEC.


Jean Rognetta, président de PME Finance, a collaboré régulièrement au groupe Les Echos de 2000 à 2016. Il a commencé sa carrière de journaliste en 1997 au sein du groupe Vivendi, comme responsable des lettres @Jour, avec un rôle d’observateur privilégié du début de la révolution numérique et participé au lancement de Silicon.fr. Jean est également président du think tank PME Finance depuis sa création en 2010. Ce « laboratoire d’idées pragmatiques » consacré au financement des entreprises est notamment à l’origine du PEA-PME.


Jean-David Chamboredon est le président fondateur d'ISAI, co-président de France Digitale. Après 13 ans chez Cap Gemini, il fonde le Cap Gemini Telemedia Lab dans la Silicon Valley en 1997. Il rejoint le monde du Capital Investissement en 1999, d'abord chez Europatweb comme CTO, puis Viventures comme Partner. S'en suivent 6 années chez 3i Group Plc en tant que Partner Français de l'activité Venture et TMT.


* Licorne : start-up dont la valeur d’entreprise est supérieure à 1 milliard de dollars avant même son introduction en bourse.



Les dernières actualités

Finances personnelles : les 4 bonnes résolutions de la rentrée 2019

La check-list du mois de septembre : Mettre à plat mes besoins quotidiens pour appliquer la règle d’or du budget 50-20-30 Calculer le montant minimum de mon épargne de sécuritéOuvrir dès maintenant des enveloppes avantageuses fiscalementTrouver des opportunités d’investissement astucieuses dans un contexte de taux négatifsLa règle d’or des 50-20-30Je n’ai pas inventé cette règle, c’est celle que n’importe quel financial planner utilisera pour vous guider vers un équilibre financier type. Elle concerne l’allocation idéale de vos revenus mensuels fixes.Selon cette règle 50% ou moins de votre revenu mensuel doit être consacré au financement de vos besoins essentiels : un toit sur votre tête (loyer, crédit, etc.), les courses alimentaires, vos factures d’usage (électricité, chauffage, internet, téléphone) et vos coûts de transports pour vous rendre sur votre lieu de travail. Si vous avez des enfants, les dépenses qui leur sont liées entrent également dans ces 50%.20% de vos revenus doivent être consacrés à une épargne dédiée pour préparer le futur. Et les 30% restant viennent financer votre mode de vie : sorties au restaurant, voyages, cadeaux, vêtements, etc.Cette règle vous permet d’abord d’établir si vous disposez d’un équilibre financier sain, il faut bien sur l’ajuster en fonction du lieu où vous vivez (vivre à Paris coûte globalement beaucoup plus cher qu’ailleurs en France, etc.). Mais passer vos finances à travers cette règle vous permet d’établir dans quelle mesure vous allez avoir besoin de créer des revenus supplémentaires en plus de votre salaire ou si il est possible de faire des économies à certains endroits pour assurer votre mode de vie.L’épargne de précaution, combien ?J’ai de l’argent de côté et j’ai très envie de l’investir. Faire travailler l’argent c’est mon métier, je le fais déjà mais est-ce vraiment le moment ?Avant de penser à investir, il est essentiel que vous ayez un budget équilibré qui vous autorise à financer votre mode de vie et une épargne de précaution qui vous permettra de maintenir l’essentiel de ce mode de vie en cas de coup dur (perte d’emploi, maladie, etc.). Mais comment connaître le montant idéal de votre épargne de précaution ? En fonction des âges,  si vous avez moins de 30 ans ( ou 30 ans c’est pareil), que vous n’avez pas de crédit et pas d’enfant à charge votre épargne de précaution devrait s'élever à trois mois de votre salaire total. Si vous êtes marié.e et que vous remboursez un crédit cette épargne de sécurité devrait être équivalente à 6 mois de votre salaire. 9 mois si vos revenus sont supérieurs à 80 000€ (pour des raisons inhérentes à la difficulté de la recherche d’emplois, etc.)  Et 12 mois si vous avez des enfants.Une fois que votre budget est équilibré, votre épargne de sécurité suffisante vous pouvez commencer à réfléchir à investir !Ouvrir dès maintenant des enveloppes avantageuses fiscalementSelon une étude de l'INSEE, 50% des français pensent "réussir à mettre de l'argent de côté au cours des 12 prochains mois". Or il faut remonter à décembre 2017 pour constater un taux aussi élevé. Les français estiment aussi majoritairement pouvoir épargner aujourd'hui, et que c'est bien "le bon moment" pour épargner. Épargner oui (je vais en avoir besoin pour préparer ma retraite apparemment…) mais pour que cet argent aille rejoindre les 400 milliards d’encours déposés à l’heure actuelle dans les dépôts à vue qui ne rapportent rien ou même les 300 milliards d’euros dans les Livret A qui rapportent moins que l’inflation ?Il existe des enveloppes qui avant d’être plus rémunératrices présentes des avantages fiscaux non négligeables ! Mais pour ça il faut se décider à les ouvrir. Pourquoi ?Car outre les niveaux de rémunération qu’il est possible d’obtenir, ces enveloppes sont avantageuses fiscalement. Par exemple la fiscalité de l’assurance-vie dépend de la date d’ouverture de votre contrat et de la date de versement des primes. Plus votre contrat est ancien, moins vous paierez d’impôts en cas de retrait : la différence se faisant une fois que votre contrat a plus de 8 ans il est impératif de souscrire rapidement à une assurance-vie si vous ne l’avez pas encore fait. Même si vous placez 50€ à l’ouverture de votre contrat, c’est cette date de versement qui sera prise en compteInvestir intelligemment dans un contexte de taux négatifsVous ne pouvez plus ouvrir le journal, ou même LinkedIn, sans entendre parler des taux négatifs. Mais qu’est ce que ça veut dire ? Concrètement pour un particulier, le fait que les taux deviennent négatifs de façon durable et bien c’est globalement la fin des placements sans risques qui offrent du rendement. Et donc la question qui se pose : où investir dans ce contexte pour le moins aberrant ? La bonne nouvelle c’est qu’il existe des classes d’actifs qui offrent des primes de risque comme l’immobilier, les entreprises et plus globalement le non coté. Souvent considérées comme de l’investissement alternatif, ces classes d’actifs ne sont pas encore sur-sollicitées par les investisseurs et valent le coup que l’on s’y penche dans le contexte actuel !

LIRE PLUS 

[Anaxago Ventures] Osivax close une série A à 8 millions d'euros

La biotech Osivax a annoncé cette semaine la clôture de sa série A à 8 millions d'euros. L'objectif de cette levée : poursuivre le développement de ses vaccins universels contre la grippe. Le financement a été mené par la société belge Noshaq et la plateforme de crowdfunding Anaxago.Fondée en 2017 à Lyon, Osivax a été créée en tant que spin-off du laboratoire pharmaceutique IMAXIO pour se consacrer au développement d’un vaccin universel contre la grippe et d’immunothérapies contre le cancer. Pour cela, elle a développé une technologie appelée l'OligoDOM.  "Les vaccins contre la grippe saisonnière actuellement disponibles ne permettent pas de traiter toutes les souches de grippe car ils ciblent des régions très variables du virus. En tant que tels, ils doivent être mis à jour annuellement. En revanche, notre approche de vaccin universel contre la grippe utilise une nucléoprotéine (NP) recombinante qui élimine la nécessité de contre-vérifier et de formuler des hypothèses sur les souches de la grippe qui seront pertinentes pour les saisons à venir. Notre vaccin pourrait être efficace année après année en fournissant une réponse immunitaire forte et, à long terme, contre tous les virus de la grippe en circulation et émergents. Notre objectif est d’établir une validation de principe sur l’Influenza A, qui représente 75% à 95% des grippes, puis d’élargir notre pipeline pour fournir un vaccin antigrippal universel", affirme Alexandre Le Vert, CEO et cofondateur d’Osivax.Le financement servira principalement à la réalisation de la validation clinique du vaccin candidat phare d’Osivax, OVX836. Le financement appuiera également l’évaluation d’un candidat-vaccin universel de deuxième génération, actuellement en phase de développement préclinique. Osivax a été financée en 2018 sur la plateforme Anaxago. Pour découvrir les opportunités d'investissement en capital innovation disponibles sur Anaxago, cliquez ici.

LIRE PLUS