Anaxago Actualités Comment créer 25 licornes françaises en 2025 ? - Soirée débat du 6 décembre 2018
Comment créer 25 licornes françaises en 2025 ? - Soirée débat du 6 décembre 2018

Comment créer 25 licornes françaises en 2025 ? - Soirée débat du 6 décembre 2018

À ce jour la France ne compte que 3 licornes parmi ses startups nationales. Serait elle capable d'atteindre les 25 en 2025 ? Découvrez ci-dessous le compte rendu et la vidéo complète de la soirée.



Invités par Anaxago à l'occasion de la sortie du livre “La Fabrique des Startups”, Jean-David Chamboredon (président du fonds d’investissement ISAI et initiateur du mouvement des Pigeons) et Jean Rognetta (président de PME Finance) ont participé à une soirée débat en compagnie des deux auteurs du livre Jean-François Caillard (COO d'Anaxago) et Thomas Paris (chercheur et professeur à HEC). Comment créer 25 licornes françaises avant 2025 ? Entre analyses et observations, découvrez les retours de ces experts de l'entrepreneuriat. 


Un écosystème européen en retard...


La soirée a commencé avec quelques chiffres significatifs : la France compte aujourd'hui uniquement 3 licornes* : les sociétés Vente-Privée, Criteo et Blablacar. Un chiffre extrêmement faible une fois rapporté aux 15 licornes britanniques, aux 120 de l'Amérique du Nord et la centaine qu'on recense en Asie (dont la plupart en Chine). " L'écosystème européen a beaucoup de retard par rapport à l'écosystème américain ou à l'écosystème chinois. On [ la France ] accuse également un retard vis à vis de la Grande-Bretagne, le pays le plus comparable en matière de population et de GDP ", ainsi " faire 25 licornes en 2025" semble artificiel : on ne fait pas un bébé en un mois avec 9 femmes "  signale Jean-David Chamboredon. Par ailleurs, " la valorisation des trois licornes françaises est aujourd'hui inférieure à celle d'Airbnb toute seule " souligne Jean Rognetta.  


Un grand frein à la multiplication des licornes en France est, selon Jean-David Chamboredon, " l'absence de capital long, d'épargne longue mobilisable pour financer l'industrie de la technologie du fait d'" une culture du risque de l'épargnant français qui est extrêmement basse ".


Jean-David Chamboredon 


... mais qui se rattrape 


Jean-David Chamboredon insiste sur le caractère temporel du retard français. En effet, il l'explique par son jeune âge : puisque l'écosystème est plus jeune (avec une grande majorité des start-up en early stage), il implique moins d'argent (environ 2,5 fois moins d'argent est investi par deal en France par rapport à la Grande-Bretagne). 


Le retard est donc visible en termes de valeur. Cependant, en volume, la France double la Grande-Bretagne en termes de nombre deals venture et "depuis 5 ans l'écosystème tech a quadruplé en France". Le président d'ISAI explique cet essor par l'arrivée de trois phénomènes : l'impact de la BPI, la hausse de l'investissement étranger et l'essor des Corporate Venture, qui ont permis d'augmenter la masse de capital dans l'Hexagone. 


Le rôle structurant des grands groupes dans l'écosystème entrepreneurial 


Jean Rognetta, Thomas Paris, Jean-François Caillard et Jean-David Chamboredon


Jean-François Caillard souligne l'importance des grands groupes dans l'écosystème entrepreneurial : "on a besoin de développer cette capacité qui ont les grands groupes à créer de la valeur en rachetant des start-ups puisque c'est eux qui vont faire des licornes. Pour qu'il y aient des licornes il faut qu'il y ait un acheteur", insiste-t-il. Néanmoins, alors que les Corporate Venture sont essentiels pour le développement de l'écosystème entrepreneurial, ils sont encore peu nombreux. Jean-David Chamboredon met également en évidence la pénurie d'acheteurs tech parmi les Corporate Ventures en France.




Des licornes ou des centaures ?


Que doit-on privilégier : le volume ou la qualité ? un grand nombre de petites start-ups ou quelques succès stories ? En effet atteindre un milliard de valorisation est une motivation mais qui ne devrait pas éclipser l'objet premier des entreprises : pérenniser une activité rentable. Jean-David Chamboredon, quand à lui, " préférerait avoir un immense troupeau de centaures, plutôt que deux licornes de plus ".  


Plusieurs sujets ont également fait débat lors de cette soirée : l'importance des dirigeants au sein des start-ups, la capacité à former des entrepreneurs, la spécificité des licornes américaines, le sujet de la profitabilité des licornes, la fiscalité française... Pour ceux qui n'ont pas pu y assister (et pour ceux qui souhaitent la revivre), voici la vidéo de la soirée :



À propos des intervenants de la soirée :


Jean-François Caillard est diplômé de l’École Polytechnique, Télécom ParisTech et Sciences Po Paris. Il a commencé sa carrière chez Ubisoft et Boursorama, alors qu’elles étaient des start-up, pour ensuite favoriser la collaboration entre grands groupes et start-up chez SFR, Suez, Adeo (Leroy Merlin) et NUMA, accélérateur de start-up de référence. Il est investisseur ou administrateur d’une dizaine de start-up et pilote les opérations d’Anaxago, leader du financement participatif de start-up. 


Thomas Paris est professeur affilié à HEC Paris, chercheur au CNRS, chercheur associé à i3-CRG École Polytechnique. Ancien élève de l’École Polytechnique, il mène des recherches depuis vingt ans sur le management et l’économie des industries de la création ainsi que sur le management de l’innovation et la création d’entreprise. Il dirige le master Média, Art & Création (MAC) à HEC.


Jean Rognetta, président de PME Finance, a collaboré régulièrement au groupe Les Echos de 2000 à 2016. Il a commencé sa carrière de journaliste en 1997 au sein du groupe Vivendi, comme responsable des lettres @Jour, avec un rôle d’observateur privilégié du début de la révolution numérique et participé au lancement de Silicon.fr. Jean est également président du think tank PME Finance depuis sa création en 2010. Ce « laboratoire d’idées pragmatiques » consacré au financement des entreprises est notamment à l’origine du PEA-PME.


Jean-David Chamboredon est le président fondateur d'ISAI, co-président de France Digitale. Après 13 ans chez Cap Gemini, il fonde le Cap Gemini Telemedia Lab dans la Silicon Valley en 1997. Il rejoint le monde du Capital Investissement en 1999, d'abord chez Europatweb comme CTO, puis Viventures comme Partner. S'en suivent 6 années chez 3i Group Plc en tant que Partner Français de l'activité Venture et TMT.


* Licorne : start-up dont la valeur d’entreprise est supérieure à 1 milliard de dollars avant même son introduction en bourse.



Les dernières actualités

[Creative Morning] Marie-Anne Haour, experte du Design Thinking

Le Creative Morning, une moment d'échange avec une personnalité inspiranteUne fois par mois, nous organisons un creative morning entièrement dédié aux équipes d’Anaxago. Ces moments d'échange permettent de rencontrer chaque mois des personnalités inspirantes dans des domaines variés.Il y  a quelques jours nous avons eu le plaisir d’accueillir Marie-Anne Haour. Fondatrice de Simiya, elle a étudié le Design Thinking à Stanford et le pratique depuis bientôt 15 ans.Pourquoi l'expérience client de nombreux produits et services nés dans la Silicon Valley est-elle si fluide et rencontre-t-elle tant de succès ?Voici une trentaine d'années naissait dans la Silicon Valley une discipline qui a inspiré la plupart de ces très nombreux succès, le Design Thinking. C'est d’abord IDEO dans les années 1990, puis la d.school dans les années 2000, qui lui ont  donné toute son ampleur et depuis, de nombreuses entreprises innovantes, telles que Google, Netflix, Apple, IKEA et bien d'autres, l'utilisent. En allant interroger et observer les clients avec empathie par rapport à une problématique donnée, les designers construisent des prototypes qu'ils font tester et améliorent de façon itérative, c'est une méthodologie éprouvée par des milliers d'organisations innovantes.Qu’est-ce que le Design Thinking ?Le Design Thinking fait référence à un ensemble de méthodes permettant de répondre à  des besoin identifiés en appliquant une démarche similaire à celle d’un designer. Néanmoins, le mot “design” n’a pas la même définition en français qu’en anglais. En effet, alors qu’en français, on a tendance à associer le terme “design” au style, à la mode et à l’esthétique, en anglais, ce terme englobe la notion de conception de solution pour remplir une fonction particulière . D’après Steve Jobs, “certaines personnes pensent que le design se limite à l’apparence d’un objet. Mais en creusant un peu plus, on se rend compte qu’il s’agit de la façon dont il fonctionne.”Concrètement, le Design Thinking est une méthode créatrice de valeur, intégrant le point de vue de l'utilisateur dans l’objectif ultime de trouver des solutions à ses besoins. Le design thinking se fonde ainsi autour de trois piliers : La désirabilité. Identifier sur le terrain ce que les utilisateurs désirent.La faisabilité. Comprendre ce que la technologie et l'organisation de l'entreprise sont capables de faire.La viabilité. S'assurer de la viabilité économique. Le client au coeur du processus d'innovationLe design thinking consiste ainsi à mettre le client au coeur de votre réflection tout au long du processus d’innovation. Le but de cette méthode est de comprendre ses attentes, frustrations, motivations... dans l'objectif de créer des solutions pertinentes. « Il s’agit d’un processus d’innovation centré sur l’humain, l’idée est de passer par l’humain afin de proposer des solutions qui sont viables économiquement et réalisables technologiquement », explique Marie-Anne Haour. L’innovation ne naît pas d’une révélation géniale, c’est le résultat d’un processusLa D.School de l'Université de Stanford définit le design thinking comme un processus circulaire composé de 5 étapes. L'idée est d'itérer ce processus de co-créativité afin d’améliorer en continue le résultat de cette réflexion. Empathiser : pour bien comprendre le client.Définir : pour trouver de l'inspiration pour de nouvelles opportunités. Imaginer : pour répondre aux défis auxquels le client fait face. Prototyper : pour créer des solutions et des expériences qui font sens pour le client. Tester : pour recevoir du feedback. Essayer, se tromper... puis recommencerProcessus de Design Thinking - basé sur l'intervention de Marie-Anne HaourDécouvrez nos précédents creative mornings :Clément Marty, directeur de l’innovation du groupe Carrefour : innover, c’est désormais le rôle principal du grand groupe. 

LIRE PLUS