Anaxago Academy [Interview Entrepreneur] - Timothée Dumain et Valentin Famose, fondateurs de Knowggets - le brainstore

[Interview Entrepreneur] - Timothée Dumain et Valentin Famose, fondateurs de Knowggets - le brainstore

L'interview entrepreneur - un questionnaire type qui permet à l’entrepreneur de partager sur son expérience d’un point de vue business mais aussi personnel afin d’aborder l’aspect humain de l’entrepreneuriat.

Nous retrouvons aujourd’hui Valentin Famose et Timothée Dumain, fondateurs de Morning Players et de Knowggets, le brainstore. Curateur spécialisé de jeux intelligents, Knowggets se positionne comme un vendeur de jouets qui permettent de développer le cerveau à tout âge, de 7 à 77 ans ;)

Pourquoi et comment vous êtes vous lancé dans l’entrepreneuriat ? Qu’est ce qui vous a donné envie de lancer votre concept ?

Tim et Valentin : Au début nous avions plus envie de vivre une aventure et créer quelque chose entre amis, au même titre que certains jeunes se lancent dans la préparation d'une 4L pour aller au Maroc. Nous avions une idée qui répondait à une demande et on s'est dit "pourquoi pas?". Notre curiosité et nos spécialisations différentes ont poussé chacun d'entre nous à étudier la faisabilité d'une création d'entreprise spécialisée dans la vente de casse tête type "Rubik's Cube". Après quelques semaines, nous avons remarqué qu'il y avait une opportunité de se placer sur ce marché de niche et toute la future équipe s'est rapidement sentie motivée pour passer de l'idée à l'action. De là a eu lieu la première mise en commun de nos travaux respectifs pour devenir des associés, passer une première commande chez un fournisseur, démarrer cette activité sur internet, et commencer à annoncer notre arrivée sur le marché.

C'est lorsque nous avons mesuré notre succès que nous nous sommes réellement sentis entrepreneurs et c'est à partir de ce moment que nous avions besoin d'aller plus loin et de transformer l'essai.

Quels sont les besoins auxquels vous répondez ou ceux que vous créez ? Qui sont vos clients ?

Tim et Valentin : Le développement de Morning Players ces deux dernières années s'est fait par une segmentation des offres. Nous avons remarqué un regain d'intérêt pour le cube et y avons répondu avec Kingscube et prochainement iCubik. Nous avons décidé d'élargir notre gamme de produits et nos clients potentiels avec knowggets en répondant à la prise de conscience progressive d'entretenir son cerveau pour conserver une bonne santé mentale.

Notre activité de distribution, un peu à part, est pour l'instant réservée à des magasins individuels ou petites chaînes de magasins (Starjouet, Sortilèges, Descartes, …). La vente directe sur internet vise plutôt un public jeune (12-25 ans) sur Kingscube. Knowggets est plus généraliste et cible en priorité des jeunes actifs, des parents et des personnes plus âgées (30-70 ans), tous concernés par la volonté de maintenir, voire d'améliorer, leur capacités cognitives.

Quel est votre business model ?

Tim et Valentin : Notre stratégie globale consiste à maîtriser l'ensemble du processus de commercialisation d'un jeu : de l'édition à la vente directe, en passant par la distribution. L'édition restant un objectif à court terme, nous avons commencé par nous concentrer sur la vente de jeux intelligents et constituons des gammes spécialisées en fonction de nos cibles. Ensuite, nous repérons les "best seller" de chaque gamme et négocions avec les marques concernées un contrat de distribution exclusive. L'idée est de proposer ces produits à la distribution afin d'assurer un volume suffisant pour bénéficier de tarifs revendeurs et augmenter ainsi nos marges sur la vente directe sur internet et, dans le futur, en boutique avec Knowggets.

Présentez nous votre équipe ? Qui se cache derrière votre projet ? Comment avez vous constitué votre équipe (choix de compétences, de personnalités, etc.) ?

Tim et Valentin : L’équipe est constituée de Guillaume, en charge de la partie informatique de l’entreprise, Valentin qui s’occupe surtout de notre activité BtoB et commerciale, Mathieu qui se consacre à la gestion des affaires juridiques de la société et Tim qui occupe les fonctions de gestion et qui est en relation avec les différents fournisseurs et usines.

Le choix s’est fait relativement naturellement au début, en fonction de nos compétences, mais surtout par affinité. Nous souhaitions construire un projet entre amis. Nous avons rapidement réussi à structurer la société en fonction de nos intérêts. Bien que nous soyons amis à la base, l’hétérogénéité de nos personnalités donne une stabilité à l’entreprise et nous aide à être compétents et efficaces dans un maximum de circonstances.

Qui sont vos concurrents, vos inspirations?

Tim et Valentin : Il est vrai que nous nous sommes lancés dans notre premier projet sans concurrence frontale en France, bien que la marque Rubik’s Cube ait toujours cherché à nous empêcher d’exercer cette activité. Aujourd’hui, avec notre nouveau projet Knowggets, il nous a été très utile de nous baser sur une expérience plus avancée, celle de la marque « Marbles : the brain sore ». Cette marque américaine qui a vu le jour en 2008 sur le même principe que celui que nous souhaitons développer en Europe compte aujourd’hui déjà 30 magasins aux USA. Marbles ne cache pas avoir fait des erreurs de parcours qui nous ont servi depuis la naissance du projet et qui vont surement continuer à nous servir.

 

Arrive-t-il qu’on vous confonde avec un autre projet ? Si oui lequel ?

Tim et Valentin : A notre connaissance, personne ne s'est encore manifesté de façon claire pour élaborer un projet similaire à celui de Morning Players avec Knowggets. L'idée d'associer la vente de jeu au développement potentiel des capacités cognitives nécessite à la fois de connaître le marché du jeu et de maîtriser les avancées scientifiques sur le cerveau.

Comment vous êtes vous fait connaître ?

Tim et Valentin : Nous avons commencé notre aventure en créant le site kingscube.fr. Nous étions présents en amont sur les différents forums spécialisés dans le cube et l’attente était tellement forte sur ce genre de produits de la part de la communauté que nous n’avons pas eu de mal à nous faire un nom très rapidement. Evidemment il nous a aussi fallu soigner notre relation client et notre présence sur les réseaux.

Rapidement on a vu l’intérêt pour ce genre de produit se développer dans les magasins spécialisés en jeux. Nous étions et nous sommes encore les seuls à être capable d’importer des cubes de qualité sur le marché Français, la demande est venue assez naturellement. Nos différentes participations aux salons de jeux BtoB et BtoC ont participé à la renommée de notre société dans le milieu du jeu et jouet. Pour maintenir notre position sur le marché, nous avons signé des contrats d’exclusivité avec les marques que nous distribuons. D’autre part, nous n’hésitons pas à sponsoriser différentes compétitions de cube afin que les cubeurs les plus influents continuent à porter de l’intérêt pour nous et à communiquer sur nos produits.

Nous comptons reproduire ce model à plus grande échelle avec Knowggets et nous prévoyons également de travailler avec une agence de communication afin d'amener le concept dans la rue auprès des potentiels clients.

Comment votre entrée dans l’entrepreneuriat a-t-il modifié votre rapport aux autres (votre famille, vos amis, etc.) ? Quelles ont été les réactions des gens qui vous entourent ?

Valentin : Mes premiers pas d’entrepreneur ont été plutôt bien perçus de la part de mon entourage et cette nouvelle activité est rapidement devenue un sujet de conversation récurrent. Il m’a fallu rapidement savoir séparer ma vie privée et familiale de celle de l’entreprise afin de respecter un certain équilibre. Les amis et désormais collègues au sein de Morning Players restent des interlocuteurs privilégiés dans les deux cas. Je peux également me réjouir d’avoir eu le soutien des gens qui m’entourent.

 

Tim : Dans un premier temps je n’en ai parlé à personne, j’étais jeune et encore étudiant et il me semblait que beaucoup de personnes s’y seraient opposé. En effet, les premières réactions des amis étaient plutôt négatives et plus décourageantes qu’autres choses. J’avais pas envie d’annoncer un projet déjà trop avancé pour que l’on puisse me le démonter. Maintenant, mon entourage prend le projet au sérieux et je ressens de l’admiration et du soutien, c'est très agréable.

Comment aménagez-vous votre temps pour continuer à voir votre famille ou vos amis ?

Valentin : L’adaptation de mon emploi du temps s’est faite assez facilement. Ma famille ne se trouve pas à Toulouse la semaine et nous nous retrouvons tous les dimanches. J’ai également l’occasion de voir des amis le weekend et lors de rencontre sportives ou après une journée au travail.

Tim : J’ai eu personnellement beaucoup de mal à avoir une vie privée équilibrée au commencement de l’aventure, je suis très passionné par la boite et je suis aussi très sportif et il est vrai qu’au début je ne me laissais peu de temps pour autre chose que pour le sport et l’entreprise. Au fur et à mesure j’ai appris à gérer mon temps, je m’entraine toujours 3 à 4 fois par semaine, et parfois je quitte le bureau un peu plus tôt afin de voir des amis extérieurs. Mais j’aime beaucoup ce train de vie et je pense que mon entourage le comprend.

Quelles sont les qualités personnelles qui vous ont le plus aidé/servi dans la réalisation de votre projet ?

Tim à propos de Valentin : Valentin est un excellent diplomate et son pouvoir de séduction est un réel atout pour l’entreprise, notamment dans la construction de notre réseau de magasins.

Valentin à propos de Tim : Tim est un leader et s’impose souvent comme moteur dans l’initiation et l’élaboration des projets. Sa capacité d’écoute et d’analyse des arguments de l’équipe et éventuellement de personnes extérieures lui permet de prendre rapidement des décisions.

Qu’est-ce qui vous donne envie de continuer l’aventure tous les jours?

Valentin : L’esprit d’équipe que nous avons réussi à créer depuis 2 ans est pour moi une source de motivation quotidienne. J’ai l’ambition d’apporter des idées et de l’énergie dans cette entreprise dans l’espoir de la voir grandir et se développer. L’enrichissement personnel que m’apporte cette aventure dans des domaines très divers est également l’une des raisons pour lesquelles j’ai envie de continuer tous les jours.

Tim : C’est l’envie de construire quelque chose dont je pourrais être vraiment fier et de me dépasser tous les jours pour atteindre mes objectifs. Je garde en tête que je vais peut-être me planter mais que si je n’essaye pas, je le regretterai.

Quelle est la leçon la plus importante que vous ayez apprise ? Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu et qui vous l’a donné ?

Valentin : L’organisation et la répartition du travail se sont mis en place de façon simple et naturelle. La leçon la plus importante que j’ai apprise concerne l’importance d’une communication interne efficace. En effet, il nous a fallu un certain temps de mise en place avant de pouvoir optimiser notre travail et de coordonner nos méthodes.

J’ai eu la chance d’avoir beaucoup de conseils par rapport à la création d’entreprise lors de ma formation en école de commerce.

Tim : Mon coach d'escrime disait que sur une piste comme dans la vie, face à un adversaire plus fort techniquement et physiquement, il faut rester calme, ça l'énerve et ça le vulnérabilise. C'est à ce moment et à force de patience et d'intelligence qu'il nous est donné de toucher, une fois deux fois, 15 fois, puis de gagner.

Selon vous, a qui peut on/doit on parler lorsque l’on a une idée de projet ?

Valentin : Nous avons chacun des personnes de confiance (amis, parents, relations, etc.) avec qui nous pouvons échanger sur ces nouveaux projets afin d’avoir un avis extérieur qui est souvent nécessaire. A ce cercle de connaissance s’ajoute nos prestataires de services qui sont liés à ce nouveau projet (banque, comptable, transitaires, fournisseurs, etc.).

Le plus important pour moi c'est de ne pas imposer la discussion à une personne qui ne représente pas à une cible potentielle ou qui n'est tout simplement pas intéressée.

Tim : Beaucoup de personnes sont de très bon conseil quand on est en processus de création d’entreprise, il est impératif d'avoir un point de vue extérieur sur ses idées, mais certains conseils sont à éviter. Je pense qu’il faut préférer les personnes qui ont déjà eu l’occasion d’entreprendre ou de traiter avec des entrepreneurs.

Ce n’est vraiment pas facile de se constituer une équipe de partenaires efficaces au début, les services apportés par les banquiers, comptables, etc. sont très hétérogènes selon moi et pourtant leurs conseils et leur présence d’esprit participe souvent au succès de l’entreprise.

Qu’est-ce qui a été plus facile que prévu ? Racontez nous l’une de vos plus belles surprises, joies ou anecdotes d’entrepreneur ?

Pour le moment, une de nos plus belles victoires était de signer avec la marque V-Cube. V-Cube est une marque mondialement distribuée par des sociétés ayant au moins une dizaine d’année d’expérience, pourtant le patron nous a fait confiance parce qu’il a senti « [que l’on] a des tripes » (il a utilisé un mot un peu plus vulgaire).

Quel est le plus gros obstacle que vous ayez réussi à surmonter ?

Nous avons eu le malheur d’attirer les regards de la marque Rubik’s Cube qui a utilisé son levier auprès des autorités pour faire confisquer plusieurs de nos importations. L’irrégularité de notre importation n’était pas avéré car elle portait sur de dépôts de marques qu’il ne nous semblait pas enfreindre. Notre seul recours afin de récupérer nos stocks était d’entamer une procédure juridique et nous n’avions ni le temps ni les moyens d’entrer en guerre avec l'une des plus grosses sociétés de jeux au monde.

Nous avons perdu près de 18K€ sur cette opération, ce qui constitue une somme énorme pour une société avec un bilan à mois de 100K€. Nous avons du travailler dur pour que cet événement ne mette pas notre société en danger. Aujourd'hui, nous avons réussi à encaisser ce problème, nous nous sommes diversifiés afin de ne plus dépendre d'un nombre trop réduit de références et nous nous sommes protégé au niveau juridique.

Plus que les sacrifices financiers personnels qui ont été nécessaires pour surmonter cette mauvaise passe, le plus difficile a été de digérer notre impuissance face à une injustice reconnue officieusement par les autorités (douanes) elles-mêmes après avoir pris leur décision. Le soutien moral que nous nous sommes apporté les uns aux autres a été la clé de notre capacité à résoudre durablement le problème.

Si vous pouviez créer aujourd’hui une nouvelle entreprise, quelle serait votre idée ?

Valentin : Je suis fasciné depuis longtemps par les évolutions des modes de consommation et des méthodes de communication, notamment la publicité. Le fait que le grand public soit de plus en plus méfiant envers les entreprises représente pour moi un défi dans le moyen et long terme pour une majorité des structures économiques. Si j'avais la possibilité de créer une nouvelle entreprise aujourd'hui je suppose qu'elle prendrait la forme d'une agence de publicité orientée vers de grands groupes dont l'image et les campagnes de communication est un peu vieillissante.

Le marché du jeu et jouet est actuellement un secteur qui me passionne et sur lequel il y a des opportunités de création d’entreprise, en particulier à l’international sur les marchés émergeants. Ma formation en commerce international me permet donc de me projeter assez sérieusement dans l’application de notre business model actuel sur de nouveaux marchés, en particulier sur ces marchés émergeants.

Tim : Vous avez une demi-heure devant vous ?

Plus sérieusement, j’ai beau avoir beaucoup d’idée, je sais que sur le long terme certaines idées me resteront et me guideront. Je suis réellement passionné par les nouvelles technologies et surtout quand il s’agit de faire avancer l’Homme en général. Idéalement, j’aimerai finir par développer des projets soit dans le domaine de la robotique médicale, soit dans les technologies vertes (soit les deux ?). J’ai déjà beaucoup d’idées mais je ne me fourvoie pas et je sais que pour entreprendre dans ces domaines il faut, d’une part avoir une notoriété particulièrement développée et éventuellement être capable d’investir de grosses sommes en capitaux. N’est pas Elon Musk qui veut.

Je pense de toute manière qu’il y a déjà fort à faire dans le monde du jeu, le projet que nous développons actuellement avec Knowggets me tient particulièrement à cœur car il a un caractère humaniste et il me semble que c’est une bonne façon de répondre à notre façon et à notre échèle à des problématiques que rencontre l’Humain à ce jour.

Si c’était à refaire, que feriez-vous différemment ?

Valentin : Je peux dire sans prétention que nous en sommes arrivé là en donnant notre maximum et surtout si l'on considère les contraintes qui ont été les nôtres depuis le début de l’aventure. On était jeunes et sans expérience au lancement de Morning Players, nous sommes aujourd’hui toujours jeunes mais avec de l’expérience. Je suis convaincu que toutes nos péripéties, agréables ou pas, depuis la création de l’entreprise, nous ont servi à souder notre équipe et à maîtriser notre développement en évitant de prendre des risques inutiles. Je changerai donc finalement peu de choses, d’autant plus que nos nouveaux objectifs sont conditionnés par ce que nous avons vécu et appris de ces 2 dernières années.

Tim : Bien sûr que l’on aurait eu envie que les bonnes idées nous viennent plus tôt, que l’on aurait voulu regarder aux bons endroits aux bons moments, mais je pense être globalement satisfait de la façon dont s’est déroulé notre aventure jusque-là. En effet, nous avons donné beaucoup de nous-même; les différentes erreurs de parcours que nous avons faites ont été réellement formatrices et nous ont finalement faits tels que nous sommes. Ce sont plein de micro-erreurs qui vont faire le succès de notre projet, j’en suis certain. On apprend de nos erreurs et de nos défaites.

Quels sont les trois conseils que vous donneriez à quelqu’un qui veut un jour créer une entreprise ?

Valentin : Premièrement, je lui conseillerai de prendre le temps pour la réflexion et de bien s’entourer avant même de démarrer son activité. Ensuite, je lui dirais de se préparer à relever chaque jour le défi de dépasser ses limites sans forcément s’attendre à être encouragé. Enfin, je lui conseillerai défendre et de croire en chacun de ses projets en restant ouverts aux critiques lorsqu’elles sont appuyées par des arguments.

Tim : Je pense qu’à partir du moment où on a une idée qui nous semble bonne, il faut foncer pour ne justement jamais avoir à le regretter, quitte à remettre en question sa stabilité personnelle.

Ensuite l’humilité est pour moi une caractéristique importante ; tant qu’on ne considère pas que tout est gagné d’avance et que l’on se donne les moyens d’arriver à nos fins, il me semble qu’on est sur le bon chemin. Et pour finir, je pense que quitte à entreprendre, il faut faire ce que l'on aime, c'est un peu un rêve d'entrepreneur que de vivre de ses passions.

Serez vous prêt à passer du statut d’entrepreneur a celui de manager lorsque cela sera nécessaire ? Avec toutes les contraintes que cela implique (gestion d’une plus grosse structure, ressources humaines, responsabilités, etc.) ? Ou bien resterez vous un entrepreneur dans l’âme ?

Valentin : Une plus grosse structure a certainement un caractère rassurant et je trouve le rôle de manager attractif. Cependant, je trouve la marge de manœuvre beaucoup plus limitée retirant ainsi la capacité créatrice qui me plait tant dans l’entrepreneuriat.

Tim : Aujourd’hui, c’est encore difficile à dire, j’en suis à ma première expérience d’entrepreneur et je dois avouer qu’une fois qu’on y a goûté ça donne envie de continuer. Disons qu’on peut en reparler dans 20-30 ans.

Quelle est la personnalité que vous admirez le plus est pourquoi ?

Tim : Elon Musk, sans hésitation. Ses idées sont grandes et dépassent souvent les technologies du moment, ça me semble être de beaux traits pour un entrepreneur de talent. Les projets qu’il réalise sont nobles (Tesla, SpaceX, Hyperloop,…) et servent à la cause humaine à mon sens.

Quels sont les entrepreneurs qui vous ont inspiré ?

Valentin : Les entrepreneurs qui m'inspirent sont ceux qui parviennent à apporter une innovation conséquente pour leur époque autant sur des technologies de pointe à haute valeur ajoutée comme Nick Woodman avec GoPro ou à inventer des produits révolutionnaires comme Thomas Edison à son époque. La plus bel exemple de réussite dans l'entreprenariat est pour moi John Rockfeller qui a su maîtriser tout un secteur de l'économie sur le modèle du "self-made-men" avec le succès qu'on lui connaît.

Pourquoi recherchez vous actuellement des fonds ? / Pourquoi avez vous levé des fonds ?

TIm et Valentin : Nous avons réussi à nous implanter sur le marché du jeu et jouet en France et en Belgique à force de travail et de persévérance. La situation actuelle nous permet d'avoir des opportunités de développement rassemblées dans un même projet : knowggets. De l'édition de jeux à une nouvelle façon de les présenter et de les vendre, une réforme structurelle de la société est nécessaire pour répondre à nos ambitions. Ainsi, cette levée de fonds correspond à un besoin de renforcement de nos équipes pour répondre à la diversification de notre activité avec knowggets ainsi que d'assurer une promotion efficace de ce nouveau concept en Europe grâce à des campagnes de communication et l'installation de boutiques éphémères dans les salons et foires. L'intégration régulière de nouvelles marques à notre catalogue en tant que distributeur exclusif augmente le BFR. L'accueil de nouveaux investisseurs permettrait ainsi de couvrir partiellement ce besoin de trésorerie. 

Quel est le principal défi de votre entreprise aujourd’hui ?

Tim et Valentin : Morning Players a l'ambition de s'imposer comme un acteur important dans le secteur du "jeux intelligent" en Europe.

Quelle actualité pour votre entreprise aujourd’hui ?

Tim et Valentin: Morning Players est en train d'acquérir le concurrent italien de kingscube.fr : iCubik.com. Cette acquisition a également pour conséquence d'exploiter knowggets.com en Italie dès début 2014 par le biais d'un acteur du jeu déjà présent sur ce marché.

Nous sommes toujours en train d'établir des partenariats entre knowggets et la communauté scientifique afin de participer aux recherches sur le potentiel de développement du cerveau par des activités ludiques.

Pour plus d'informations sur le projet Knowggets et sa campagne de crowdfunding c'est par ici.

Retrouvez une autre interview entrepreneur ici.