Anaxago Academy Le Promoteur Immobilier - Fiche Métier

Le Promoteur Immobilier - Fiche Métier

De la découverte du terrain à la vente finale. Un Promoteur immobilier a pour rôle d’être le maître d’ouvrage d‘un chantier de A à Z.Il acquiert des terrains vagues, desservis, construits, ou autres afin de développer en innovant les constructions déjà existantes ou en y des des ce

De la découverte du terrain à la vente finale. 

Un Promoteur immobilier a pour rôle d’être le maître d’ouvrage d‘un chantier de A à Z.

Il acquiert des terrains vagues, desservis, construits, ou autres afin de développer en innovant les constructions déjà existantes ou en y construisant des immeubles.

Autrefois appelés des « monteurs d’affaires immobilières » ce sera durant les Trente Glorieuses que le statut des promoteurs va s’établir en France. À commencer par le terme de « Promoteur immobilier » qui a vu le jour dans les années 50 au sein de l’entourage du célèbre architecte et urbaniste français Fernand Pouillon.

C’est aussi leurs responsabilités et expertises qui vont se développer sous l’impact de la spéculation immobilière grâce aux multiples projets d’envergure qu’ils vont mettre en place, en 1975 on construit presque dix fois plus de logements qu’en 1946.

Le promoteur immobilier devient dès lors un expert du terrain, l’agent majeur du domaine de l’immobilier.

Aujourd’hui le promoteur immobilier joue un rôle prépondérant dans l’aménagement du territoire d’un pays.

Ses fonctions tournent principalement autour de 7 missions :

1. L’étude du Projet

L’étude préalable d’un projet immobilier constitue une étape clé dans le montage d’un dossier de financement. Chaque projet est particulier et doit faire l’objet d’une étude spécifique.

2. La recherche du/des terrains

Les zones d’intervention du promoteur ne sont pas limitées géographiquement, le promoteur immobilier est libre d’intervenir où il le souhaite.  Dans la pratique il va préférer intervenir dans les secteurs où la demande de logement (particulier ou professionnel) est la plus forte.

3. Le financement

Le promoteur immobilier organise généralement un tour de table pour définir les apports des associés au projet pour s’accorder sur un type de financement. Il négocie et souscrit avant ses demandes de financement, la garantie financière d’achèvement, l’assurance dommage ouvrages, tous risque chantier, responsabilité civil, etc. qui sont les prérequis de tous les acteurs de l’investissement immobilier.

4. La conception du programme immobilier

Le promoteur va choisir et établir la conception du projet avec tous les intervenants de la maîtrise d’œuvre (géomètre, architecte, bureau d’étude thermique, bureau de contrôle, coordinateur sécurité de chantier, etc)

5. Le dépôt de permis de construire

Le permis de construire est un acte administratif qui donne les moyens à l'administration de vérifier qu'un projet de construction respecte bien les règles d'urbanisme en vigueur. Il est généralement exigé pour tous les travaux de grande importance.

6. La commercialisation du programme immobilier

Le promoteur immobilier va établir en collaboration avec le programme du notaire des projets d’actes notariés pour diviser sa construction en lots. Il va ensuite pouvoir choisir ses partenaires commerciaux afin d’établir à leurs côtés les moyens publicitaires pour la vente des différents lots.

7. La Livraison des biens en s’assurant que le bâtiment est conforme à ce qui a été vendu.

Tout au long du projet, le promoteur immobilier devra s’adapter aux règlementations en vigueur. La surveillance du chantier se fait en relation avec les administrations, collectivités locales et plus particulièrement avec les services de l’urbanisme.

Ses multiples casquettes lui permettent de gérer ses projets tel un véritable chef d’orchestre, et de participer au développement de villes, quartiers, proches de chez vous.


Crowdfunding Immobilier : en savoir plus

Les derniers articles Academy

Comment fonctionnent les investissements en SCPI ?

Parmi tous les produits de placements, les SCPI (Sociétés civiles de placements immobiliers) offrent des avantages substantiels : peu d’implication personnelle et de bons rendements. Le principe est simple : investissez auprès d’une société de gestion dans des immeubles ou des bâtiments dont l’emplacement et le domaine d’activité en déterminent la valeur locative. Puis, récupérez régulièrement votre dû issu des loyers.Investir dans des SCPI, les avantagesVous avez envie de diversifier vos investissements en choisissant de placer une partie de votre argent dans une ou plusieurs SCPI ? Pour préparer sa retraite, avoir une assise confortable, ou renforcer son patrimoine, les SCPI permettent d’encaisser une quote-part de loyers distribuée par une société de gestion. L’investissement immobilier est donc réel mais indirect, ce qui engendre un risque maîtrisé.Autre avantage, vous pouvez choisir d’investir dans différents types de SCPI : hôtels, bureaux tertiaires et sièges, entrepôts, centres commerciaux, etc. Peu importe (en fait, si) le secteur et le lieu, pourvu que l’investissement soit rentable.Facile à intégrer dans son portefeuille, même avec un petit pécule de départ de 5000€, il permet aussi d’ajouter au fil du temps de nouvelles parts. À l’inverse d’une épargne immobilière en solitaire, qui demande un gros investissement et dont la revente rapide n’est pas toujours assurée, il est plus facile de céder ses parts dans une SCPI. Par la même occasion, vous évitez aussi le passage chez le notaire.  La société à laquelle vous faites appel se charge par ailleurs de tout pour vous. C’est ce que propose Anaxago. Vous n’êtes ni un professionnel des investissements immobiliers, ni un aficionado des chiffres ? Les placements SCPI diversifiés sont aussi faits pour vous.Enfin, le rendement des SCPI est actuellement plus élevé que des fonds en euros d’assurance-vie ou même dans l’immobilier locatif. Il atteint 4,45% à plus de 5% en moyenne en 2019, avec des versements tous les trimestres.Les inconvénients des SCPIComme dans tous les investissements, en raison de la conjoncture et du marché immobilier dans le cas présent, les SCPI entraînent un risque de perte en capital.Si certains lieux semblent avoir un boulevard devant eux, comme le Grand Paris et les grandes métropoles d’une manière générale, rien ne dit que la hausse des prix ne freinera pas les entreprises locataires. Et des vacances locatives sont autant de rendements en moins.Par ailleurs, si l’investissement est fait à crédit, que le revenu des loyers baisse et ne suffit plus à rembourser l’emprunt, vous devrez vous acquitter de la différence.Quelle fiscalité pour l’investissement SCPI ?Le dernier défaut des SCPI, et pas des moindres, se trouve dans sa fiscalité. Les dividendes sont taxés au titre des revenus fonciers. Le taux peut ainsi rapidement s’envoler et atteindre la moitié des rendements, si vous avez des revenus élevés par ailleurs.Il existe cependant des astuces pour diminuer la facture, telles que l’achat à crédit, si vous ne craignez pas de ne plus pouvoir rembourser. Vous pouvez ainsi déduire les intérêts de votre emprunt. Ou encore le fait d’acheter des parts de SCPI en démembrement et en nu-propriété. Mais dans ce cas, il faut attendre la fin du démembrement pour récolter ses revenus. Tout dépend donc de votre besoin à court ou à long terme.Grâce à un audit de plus de 180 fonds locatifs et à l’expertise d’agents immobiliers, Anaxago sélectionne pour vous les meilleurs investissements SCPI. À partir de 5000€ de capital, vous pouvez investir !

LIRE PLUS