Comment investissent les sportifs de haut niveau ?

Comment investissent les sportifs de haut niveau.png

Plongeons dans l'univers assez unique de l’investissement des sportifs de haut niveau afin de décrypter leurs meilleures stratégies de placement.

Les sportifs de haut voire de très haut niveau nous font rêver tant pour leurs performances sur le terrain, les valeurs qu’ils véhiculent que pour les sommes souvent astronomiques qu’ils parviennent à amasser au cours de leur courte carrière. Dans cet article, nous nous plongeons dans l’incroyable univers de l’investissement des sportifs de haut niveau afin de décrypter leurs meilleures stratégies de placement.

Investissements des sportifs : des contraintes financières particulières 

Les salaires des sportifs professionnels, il faut l’admettre, suscitent l’envie. Pour autant, il ne faut pas sous-estimer les contraintes financières auxquelles sont confrontées ces célébrités.

Alors qu’une carrière classique dure en moyenne 35 ans, les sportifs voient leurs carrières s’arrêter assez jeunes et se retrouvent à la retraite souvent bien avant 40 ans. Investir n’est pas un simple complément de revenus pour eux mais bien une réelle nécessité de préparer l’avenir et s’assurer ainsi le maintien d’une partie de leurs revenus. Ce passage à la retraite appelé « la petite mort » dans la psychologie du sport peut être difficile à vivre pour ceux qui sont dopés à l’adrénaline et aux victoires depuis leur plus jeune âge. Diversifier non seulement leurs investissements mais aussi leurs activités est alors essentiel. 

À la contrainte de la retraite anticipée, s’ajoute le risque pour les athlètes qu’une blessure mette un coup d’arrêt brutal à leur carrière. Au même titre que leurs salaires, les contrats publicitaires sont une importante source de revenus mais dépendent de leur notoriété et ne garantissent pas un avenir pérenne. Une raison supplémentaire pour eux de chercher à diversifier les provenances de leurs revenus en investissant.

Enfin, la gestion de ces investissements requiert du temps et de l'expertise. Certains sportifs mal entourés se retrouvent facilement ruinés à la fin de leur carrière. Une étude du cabinet allemand Schips Finanz (de 2013) montre que 50% des footballeurs, 60% des basketteurs de NBA et 78% des joueurs de football américain se retrouvent avec des difficultés financières à la fin de leur carrière.

Investissements des sportifs : des choix éclectiques  

Atteindre les plus hauts niveaux de compétition requiert un mental solide, une appétence pour le risque et des convictions fortes, c’est assez proche de certains investissements finalement. 

En parcourant le panorama des investissements des sportifs, on distingue deux grandes tendances : les entrepreneurs qui participent avec leurs fonds propres à la création ou à l’augmentation de capital d’une entreprise et les adeptes de la valeur refuge qu’est l’immobilier.

Tony Parker, fierté nationale pour avoir été le premier joueur de basket français sélectionné par la NBA a rapidement cherché à investir une partie de ses revenus. Il évoque le besoin de privilégier le long-terme offert par les investissements par rapport aux contrats publicitaires. Tony Parker investi à travers sa société « Infinity nine promotion». Immobilier, structures sportives, société de communication et de production ou encore des remontées mécaniques dans des stations de ski, Tony Parker diversifie ses investissements autant que ses activités de jeune retraité.

Quand la valorisation d’une entreprise mène aux plus grandes spéculations… Mathieu Flamini a été annoncé comme le footballeur le plus riche du monde. Les rumeurs ont rapidement été démenties par le principal intéressé. Pour autant, l’histoire est intéressante. Flamini a co-fondé GF Biomechanicals, une entreprise de biochimie qui produit de l’acide lévulinique (une alternative au pétrole) à l’échelle industrielle. Une confusion entre le potentiel de ce marché (30 milliards de dollars) et la valorisation de la société ont valu au footballeur marseillais ce titre flatteur mais non avéré. Sa société de chimie verte reste pour autant très prometteuse et le rendra peut-être un jour vraiment le footballeur le plus riche du monde. 

Aux États-Unis aussi le venture capital s’avère fructueux, Kevin Durant qui avait investi 1 million de dollars dans la startup postmates (application de livraison de nourriture) a récemment empoché 15 millions de dollars suite au rachat de cette dernière par Uber pendant l’été. 

Assez discrète sur le sujet, Serena Williams, la reine des titres du Grand Chelem a quant à elle créé en 2014 son propre fonds d’investissement en venture capital. Le Serena Ventures vise à « changer le monde avec des idées et des produits », son portefeuille compte à ce jour plus de 50 participations et une valorisation boursière de 14 milliards de dollars (en savoir plus). 

L’immobilier : valeur refuge plébiscitée par les sportifs de haut niveau. On note que les sportifs sont peu friands des investissements en bourse, certainement refroidis par la volatilité des marchés. À l’inverse, nous constatons une réelle appétence des athlètes pour l’investissement en immobilier. 

Impossible de se pencher sur les investissements des sportifs sans évoquer celui qui a été le mieux payé pendant cette décennie. Floyd Mayweather qui aime humblement se faire appeler « money» affirme gagner plus de ses investissements et activités commerciales que de ses combats de boxe. L’invaincu de 50 combats et désormais retraité, a récemment annoncé vouloir gagner 1 milliard de dollars avec ses acquisitions en immobilier. Il est propriétaire de villas estimées à plus de 20 millions de dollars et co-propriétaire d’une dizaine de gratte-ciels dont  « One Vanderbilt », une tour plus haute que l’Empire State Building dont la construction à New York s’est récemment achevée après quatre ans de travaux pharaoniques.

Gianluigi Buffon gardien du PSG est aussi un adepte de l’investissement dans la pierre à travers le groupe Gb Holding qu’il dirige. Il est propriétaire de l'hôtel Stella della Versilia en Italie et détiendrait 20 % d’un groupe de management immobilier GVG Immobiliare. Il serait par ailleurs associé dans une société spécialisée dans la location d’équipements médicaux. Au-delà de ces investissements, Buffon possède un empire immobilier de 20 millions d’euros dont des chalets à la montagne, des appartements à Parme, des appartements en Sardaigne et un restaurant en Toscane. 

Loin des projecteurs des pelouses des stades, Zinédine Zidane et Jérémy Menez ont opté pour une stratégie d’investissement pour autant très rentable : les maisons de retraite. Zinédine Zidane a déboursé 8 millions d’euros pour acheter un EPHAD dans le Var qu’il loue 500 000€ par an. Anaxago a par ailleurs récemment finalisé une opération dans ce secteur (en savoir plus).

Anaxago accompagne les sportifs de premier rang dans leurs choix d’investissements 

Nous sommes une société d’investissements qui propose, depuis 2012, des investissements alternatifs non cotés. Immobilier, capital risque, fonds diversifiés, investissement locatif : la palette de choix est large. 

Nous avons le plaisir de compter parmi nos investisseurs des sportifs de haut niveau qui ont trouvé satisfaction dans l’accompagnement sur-mesure offert par nos conseillers. Ces derniers prennent un soin tout particulier à apporter des conseils adaptés à chaque projet d’investissement pour les patrimoines exceptionnels de nos sportifs mais aussi pour les investisseurs plus classiques qui ont le droit, eux aussi à des investissements fructueux. 

Prendre rendez-vous avec un conseiller