Anaxago Actualités Fiscalité des plus-values immobilières
Fiscalité des plus-values immobilières

Fiscalité des plus-values immobilières

Lorsque l'on vend un bien immobilier à un prix plus élevé que son prix d'acquisition initial, une plus-value immobilière est réalisée. Celle-ci, comme la plupart des plus-values financières, est soumise à l'impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux, sauf dans certains cas.

Comment calculer la plus-value immobilière ?


Le calcul de la plus-value immobilière correspond à la différence entre le prix de vente et le prix d'acquisition initial.

Le prix de vente :

  • correspond au prix indiqué dans l'acte définitif de vente sans prendre en compte les frais de notaire et d'enregistrement, c'est donc la somme réellement perçue par le vendeur ;
  • est minoré des frais dus à l'établissement des diagnostics obligatoires dans la constitution du dossier de diagnostic technique (DDT) lors de la mise en vente, comprenant notamment le diagnostic de performance énergétique (DPE).


Le prix d'acquisition :

  • correspond au prix mentionné dans l'acte d'achat initial en tenant compte des frais de notaire et d'enregistrement, c'est donc le prix réellement payé par le propriétaire ;
  • est majoré du coût des éventuels travaux réalisés dans le logements, qui doivent être justifiés par des factures.


Pour les résidences obtenues par donation ou succession, le prix d'acquisition correspond à la valeur vénale du bien retenue lors de la donation ou de la succession. Pour les résidences acquises en viager, le prix d'acquisition correspond à la somme du prix d'achat initial et des montants versés au précédent propriétaire au titre de la rente viagère.


Comment est calculé l'impôt sur les plus-values immobilières ?



Note : Il se pourrait que l'actuel gouvernement annonce prochainement une réforme de la fiscalité des plus-values immobilières, allant dans le sens des autres réformes fiscales déjà annoncées depuis le printemps 2017. Aucune modification de la fiscalité des plus-values immobilières n'a cependant été discutée à l'heure actuelle (novembre 2017). Les modalités en vigueur jusqu'à présent sont donc toujours d'actualité.

En premier lieu, il faut souligner que les plus-values immobilières ne sont pas toutes imposées. Sont notamment exemptées de taxation :

  • les plus-values immobilières réalisées lors de la vente d'une résidence principale ;
  • les plus-values immobilières sur un bien détenu depuis plus de 30 ans ;
  • les plus-values immobilières issues d'une vente à un prix inférieur à 15 000 €.


Les autres plus-values immobilières sont quant à elles soumises à deux impôts : d'une part à un impôt forfaitaire au titre de l'impôt sur le revenu (au taux fixe de 19%), et d'autre part aux prélèvements sociaux (15,5% en 2017, 17,2% à partir de 2018 selon les modalités actuellement envisagées et qui nécessitent confirmation). L'imposition totale des plus-values immobilières se fait donc actuellement au taux de 34,5% et devrait passer à 36,2% à partir de 2018.

Le système est toutefois dégressif puisque des abattements doivent être calculés sur le montant de la plus-value imposable en fonction du nombre d'années de détention du bien. Le calcul est relativement complexe et se fait en deux temps.

Pour l'impôt forfaitaire :

Un abattement progressif est appliqué sur les plus-values des biens possédés entre 5 et 22 ans. Si le bien a été possédé moins de 5 ans avant d'être vendu, les plus-values immobilières sont taxées à taux plein. Si le bien a été détenu plus de 22 ans, les plus-values ne seront pas soumises à l'impôt forfaitaire mais resteront soumises aux prélèvements sociaux.

L'abattement appliqué aux plus-values des biens détenus entre 5 et 22 ans est de 6% par année de détention (à partir de la 5ème année).

Par exemple, selon ces modalités, une plus-value de 10 000 € dégagée sur la vente d'un bien après 10 années de détention bénéficie d'un abattement de 30% au titre de l'impôt forfaitaire et sera donc soumise à une taxe de 10 000 * (1 – 0,30) * 19% = 1335 € (uniquement au titre de l'impôt forfaitaire). Si la détention du bien a par exemple été de 20 ans, l'abattement est de 90% : une plus-values de 10 000 € sera ici soumise à une taxe forfaitaire de 190 €.

Pour les prélèvements sociaux :

Un abattement progressif est appliqué sur les plus-values des biens possédés entre 5 et 30 ans. Au-delà des 30 ans de détention, les plus-values immobilières ne sont plus soumises aux prélèvements sociaux et sont donc exemptées de toute taxation.

L'abattement appliqué aux plus-values des biens détenus entre 5 et 30 ans est de :

  • 1,65% par année de détention de la 5ème à la 21ème année
  • 1,60% pour la 22ème année
  • 9% par année de détention de la 23ème à la 30ème année.


Par exemple, selon ces modalités, une plus-value de 10 000 € dégagée sur la vente d'un bien après 10 années de détention bénéficie d'un abattement de 8,25% au titre des prélèvements sociaux et sera donc soumise à une taxe de 10 000 * (1 – 0,0825) * 15,5% = 1 422 €, qui s'ajouteront aux 1 335 € dus au titre de l'impôt forfaitaire (soit un total de 2 757 € d'imposition sur la plus-value immobilière).


Attention : comme évoqué précédemment, à partir de l'an prochain, le même calcul devra se faire avec un taux de prélèvements sociaux qui ne sera plus de 15,5% mais de 17,2%, ceci étant dû à la hausse de la CSG envisagée par le gouvernement.

La taxe sur les plus-values immobilières élevées


Depuis 2013, si le montant d'une plus-value immobilière taxable à l'impôt forfaitaire dépasse 50 000 € après la prise en compte de l'abattement, alors ce montant est également soumis à une surtaxe pouvant aller de 2% à 6%.

La surtaxe est de 2% pour les plus-values imposables comprises entre 60 000 et 100 000 €, 3% entre 110 000 et 150 000 €, 4% entre 160 000 et 200 000 €, 5% entre 210 000 et 250 000 € et 6% pour les plus-values supérieures à 260 000 €.

Les plus-values comprises entre ces intervalles (par exemple entre 50 000 et 60 000 €, ou entre 100 000 et 110 000 €) sont soumises à un mode de calcul différent permettant de créer une meilleure progressivité de l'impôt en évitant les effets de seuil. Il est recommandé de se rendre directement sur le site de la Direction générale des impôts pour consulter la formule de calcul appliquée à chacun de ces intervalles.



 Avertissement
Le présent article n'est qu'un outil indicatif, il ne peut être utilisé en substitution des textes officiels à jour. Anaxago n'étant pas un organisme de conseil en fiscalité, nous vous recommandons de faire appel aux institutions compétentes sur ces problématiques.  


Textes de référence : 

- Bofip 

Code général des impôts

Les dernières actualités

[Anaxago Ventures] La startup Comitam rachetée par le leader des services funéraires en France

Comitam, le digital au service des pompes funèbresCréée en 2011 par Camille Strozecki, un alumni HEC, et Matthieu Courson, la startup Comitam est une plateforme d’organisations d’obsèques mettant en relation les familles en deuil avec des pompes funèbres locales. La plateforme couvre l’ensemble des métiers du funéraire, notamment l’assurance obsèques, la fin de vie, la sépulture, etc.Intervenant dans un contexte délicat, la startup Comitam a su asseoir une image de professionnalisme et de soutien efficace dans la situation difficile de la gestion du décès d’un proche. "Ce rapprochement va donner une nouvelle dimension à Comitam et assurer une belle rentabilité pour les actionnaires Anaxago, c'est un deal parfait pour toutes les parties prenantes" témoigne Camille Strozecki à propos du rachat.La digitalisation par croissance externe, un choix stratégiquePrésent sur un marché unique et sensible, Comitam a su apporter un service qui s’adapte à la digitalisation croissante des nouveaux usages que l’on retrouve même dans les rites funéraires. La plateforme permet d’accéder à une large gamme de services mais aussi de prestataires permettant ainsi de bénéficier d’une information complète rapidement ainsi que d’un accompagnement professionnel.Une nouvelle sortie positive pour le portefeuille Anaxago VenturesSur 75 investissements, la cession de Comitam marque la 11ème cession positive réalisée par Anaxago. Positionnés sur le financement de startup en early stage innovant dans le digital, Anaxago est devenu en quelques années un acteur reconnu du capital innovation aux côtés de fonds comme Newfund, Seventure Partners, etc.Or, à ce jour aucun fonds français ne communique directement sur ses performances. L’étude annuelle menée par France Invest permet de connaître le multiple de performance moyen d’un investissement dans les fonds de VC français qui s’établissait à 1,09X à fin 2018 ( avec 0,62X de retour réalisé et 0,48X de retour à venir -ou potentiel-, soit la valeur estimative nette des fonds divisée par les capitaux appelés).A un multiple de 1,67 pour ses investisseurs, la cession de Comitam surperforme les statistiques du secteur et encore plus de son année car le multiple de performance moyen à fin 2017 pour les investissements réalisés en 2014 était de 0,82."L'implication de François Carbone [Président d’Anaxago] au board de Comitam a été essentielle, elle a permis de passer des étapes clefs pour l’entreprise. Surtout il a réussi à défendre les actionnaires Anaxago tout en s'attachant toujours d'abord à la réussite du projet" souligne Camille Strozecki. La levée de fonds de Comitam, un premier tour en early stage avait rassemblé 22 actionnaires Anaxago pour un ticket d’investissement moyen un peu supérieur à 9 000€. Étude France Invest sur la performance du Capital innovation en France

LIRE PLUS 

[ Anaxago Ventures ] Nouvelle participation proptech pour Anaxago : MeilleureCopro lève 3 millions d’euros

Investir dans la proptech, une évidence pour AnaxagoLe secteur de l’immobilier est en train de vivre sa révolution numérique et des usages. Pour saisir la vague d’opportunités qui accompagne ces multiples transformations, Anaxago a choisi de concentrer une partie de ses investissements ventures dans la proptech. Exploitant ainsi une profonde connaissance en interne des tendances de l’innovation dans le secteur de l’immobilier.Un tropisme naturel pour les équipes d’investissement d’Anaxago dont la grande expertise d’investissement dans l’immobilier pousse à accompagner les professionnels du secteur à la fois dans le financement de leur activité mais aussi dans l’innovation qui bouleversent aujourd’hui leurs métiers. Depuis 12 mois, avec le recrutement d’Alexandre Héraud (ex-Xerys) au poste de Directeur des Participations, l’équipe venture d’Anaxago a identifié plus de 400 proptechs, pour en rencontrer 120 et finalement investir dans 7 d’entre elles. L’importance du deal flow et le taux de sélection très stricte d’Anaxago sont à rapprocher de notre thèse d’investissement dans la proptech : nos équipes d’investissement se concentrent sur les startups présentant des opportunités de synergie concrètes avec nos clients professionnels de l’immobilier. L’idée étant d’éviter à tout prix les concepts dit “gadgets” ou simplement features nice to have. Nous garantissons la mise en relation entre startups et promoteurs pour assurer ainsi plusieurs mois de chiffres d’affaires aux entreprises financées.MeilleureCopro devient la 8ème participation proptech d’AnaxagoDepuis 2012, le groupe Anaxago a investi dans des sociétés disposant d’un projet de croissance ambitieux, avec des équipes impliquées financièrement, des plans de développement reposant sur des hypothèses crédibles et des marchés en devenir ou en mutation. À l’heure actuelle, le groupe a plus de 40 startups en portefeuille dont 8 entreprises issues de la Proptech.Une des premières startups proptech financées par la plateforme : Somhome fondée par Jean-Philippe Bertin, avait été cédée en 2016 au groupe Foncia pour un TRI supérieur à 50%. « La maîtrise des charges est un enjeu pour les copropriétaires, les locataires mais aussi pour les professionnels de l'immobilier. Notre équipe a identifié la rationalisation du budget des copropriétés comme une urgence compte tenu de l'évolution des charges sur les 10 dernières années. Grâce à sa technologie et l'expertise de son équipe, MeilleureCopro apporte une solution concrète et est en bonne position pour profiter de cette opportunité de marché.» précise Alexandre Héraud, Directeur des participations chez Anaxago.L’histoire de MeilleureCoproAlors que le marché des charges de copropriété représente en France 40 Mds €/an, et que les charges de copropriété ont augmenté de près de 40% en 10 ans, 93% des copropriétaires estiment aujourd’hui payer trop de charges. En cause ? Des syndics manquant de temps et d’outils pour renégocier aux meilleures conditions de marché les contrats. Portée par la préoccupation de payer le juste montant de charges en bénéficiant de prestations de qualité, Edouard-Jean Clouet, (diplômé de l’Ecole Centrale et d’HEC Paris) a lancé en janvier 2017 la société MeilleureCopro pour accompagner tous les acteurs de la copropriété dans l’optimisation des charges d’un immeuble (Gaz, électricité, assurance, maintenance et entretien, nettoyage etc.). « Avant de lancer MeilleureCopro, j’ai épluché l’ensemble des documents de ma copropriété et j’ai détecté les doublons, les dépenses inutiles et les contrats qui ne correspondaient pas à la réalité de mon immeuble. Après un lourd travail de mise en concurrence, j’ai réussi à faire baisser les charges de 60% à qualité de prestations comparable ! J’ai vite remarqué qu’il y avait un vrai besoin sur le marché. Aujourd’hui, c’est grâce à une équipe d’une vingtaine de personnes, spécialisées en copropriété, en négociation et en développement que nous pouvons redonner du pouvoir d’achat au quotidien à des milliers de copropriétaires », raconte Edouard-Jean Clouet.En savoir plus sur la levée de fonds de MeilleureCopro sur Frenchweb

LIRE PLUS