Anaxago Academy Comment valoriser une entreprise ?

Comment valoriser une entreprise ?

La valorisation permet de donner une valeur aux titres d’une entreprise (cotée ou non cotée et dépend d’un grand nombre d’éléments dont les prévisions de croissance, le marché, l’environnement, la structure d’endettement

La valorisation d’une entreprise n’est pas une science exacte, plus l’entreprise est jeune et plus cet exercice est délicat compte tenu du manque de visibilité des petites structures.

Il existe trois méthodes principales pour évaluer une entreprise.
La méthode dite des Discounted Cash Flows, la méthode des comparables transactionnels et la méthode des comparables boursiers.

La méthode des DCF repose sur deux piliers :

· Les projections financières et les cash flows dégagés par l’activité;

· Et Le taux d’actualisation.
 L’actualisation permet de comparer des flux financiers sur la base d’une même date. Car un euro demain ne vaut pas la même chose qu' un euro aujourd’hui…

 

1.      Les Discounted Cash Flows (DCF)

Cette méthode consiste à évaluer une entreprise en fonction de sa capacité à générer des cash flows dans le futur.

Valoriser une société par la méthode des Discounted Cash Flows (DCF) revient à considérer que la valeur de ses actifs (opérationnels) est égale à la somme des Free Cash Flows (FCF) futurs actualisés générés par ces derniers.

Ce modèle repose sur deux piliers, les Free Cash Flows générés par l’activité et le taux d’actualisation.

 

2.      Les comparables boursiers

La valorisation par comparaisons boursières constitue la méthode la plus fréquemment utilisée d’une part par les analystes dans le cadre de la détermination d’un cours objectif pour l’action d’une société cotée, d’autre part par les établissements présentateurs d’une offre publique (OPA, OPE …) dans le cadre de la présentation de leur appréciation du prix d’offre.

Moins sophistiquée que la méthode DCF, la valorisation par comparaisons boursières, qualifiée de méthode « court terme » s’appuie sur des prévisions d’agrégats financiers (généralement issus du compte de résultat) à l’horizon de 2 ou 3 ans. Elle présente donc l’avantage de pouvoir être mise en œuvre, même en l’absence de disponibilité d’un plan d’affaires détaillé à moyen terme.

Pour valoriser une société cotée ou non par comparaisons boursières, on constitue un référentiel de sociétés présentant le même risque industriel, c’est-à-dire appartenant au même secteur d’activité. Pour chacune des sociétés de l’échantillon retenu, on calcule des multiples d’agrégats de compte du résultat : chiffre d’affaires, EBITDA, EBIT, PER… Les moyennes des multiples obtenues sont alors appliquées aux agrégats correspondants de la société à valoriser.

 

3.      Les comparables transactionnels

Le principe est le même que pour les comparaisons boursières :

  • constitution d’un référentiel boursier de transactions comparables, c’est-à-dire d’acquisitions de sociétés du même secteur d’activité que la société à valoriser ;
  • détermination de multiples d’agrégats comptables pour chaque transaction : multiple de chiffre d’affaires, d’EBITDA, d’EBIT, PER… Les formules utilisées sont les mêmes que celles présentées dans le cadre des comparaisons boursières ; la capitalisation boursière est alors remplacée par le montant de la transaction ;
  • calcul de multiples moyens ;
  • application des multiples moyens aux agrégats correspondant de la société à valoriser. Il convient de noter que les multiples issus des agrégats du dernier exercice avant la réalisation des transactions comparables sont appliqués aux agrégats publiés lors du dernier exercice par la société à valoriser.


La méthode des comparables aboutit le plus souvent à un diagramme permettant d’analyser les différents multiples proposés.

  • Le Free Cash Flow (FCF)

EBIT [ou résultat d’exploitation]

- IS calculé sur la base de l’EBIT (34,43% de l’EBIT à partir de 2003 en France)

+ Amortissements [Dotations – Reprises]

- Variation du BFR

- Investissements [Acquisitions – Cessions]
------------------------------------------------------

Free Cash Flow

 

  • Le taux d’actualisation

Le taux d’actualisation retenu pour actualiser les FCF est le coût moyen « pondéré » du capital (CMPC), c’est-à-dire le coût moyen pondéré des ressources de l’entreprise (capitaux propres et dettes).

Par conséquent on considère que chaque actif est financé à la fois par capitaux propres et par dette ; le poids des capitaux propres et le poids de l’endettement dans le financement de chaque actif correspond au poids de chacune de ces ressources dans le bilan économique de la société.

 

Notations

K = CMPC

k = coût des capitaux propres

i = coût de la dette

t = taux d’IS

CP = valeur économique des capitaux propres

D = valeur économique de la dette

 

 

Il est aisé de connaître le coût de la dette (i) qui correspond le plus souvent au taux d’intérêt appliqué par le créancier. Toutefois, le calcul du coût des capitaux propres est plus complexe.

k se calcule le plus souvent à partir de la formule du MEDAF qui prend en compte le taux sans risque (Rf), une prime de risque du marché (Pm) et le bêta sectoriel désendetté (β) :

k = Rf + β * Pm

Cette méthode bien que plus complexe à mettre en œuvre permet de poser de nombreuses hypothèses et prend en compte l’environnement financier. 


Sources : 

Merci à Olivier Levyne (M&A director at CA CIB) pour la mise à disposition de cette fiche.


Les derniers articles Academy

Comment fonctionnent les investissements en SCPI ?

Parmi tous les produits de placements, les SCPI (Sociétés civiles de placements immobiliers) offrent des avantages substantiels : peu d’implication personnelle et de bons rendements. Le principe est simple : investissez auprès d’une société de gestion dans des immeubles ou des bâtiments dont l’emplacement et le domaine d’activité en déterminent la valeur locative. Puis, récupérez régulièrement votre dû issu des loyers.Investir dans des SCPI, les avantagesVous avez envie de diversifier vos investissements en choisissant de placer une partie de votre argent dans une ou plusieurs SCPI ? Pour préparer sa retraite, avoir une assise confortable, ou renforcer son patrimoine, les SCPI permettent d’encaisser une quote-part de loyers distribuée par une société de gestion. L’investissement immobilier est donc réel mais indirect, ce qui engendre un risque maîtrisé.Autre avantage, vous pouvez choisir d’investir dans différents types de SCPI : hôtels, bureaux tertiaires et sièges, entrepôts, centres commerciaux, etc. Peu importe (en fait, si) le secteur et le lieu, pourvu que l’investissement soit rentable.Facile à intégrer dans son portefeuille, même avec un petit pécule de départ de 5000€, il permet aussi d’ajouter au fil du temps de nouvelles parts. À l’inverse d’une épargne immobilière en solitaire, qui demande un gros investissement et dont la revente rapide n’est pas toujours assurée, il est plus facile de céder ses parts dans une SCPI. Par la même occasion, vous évitez aussi le passage chez le notaire.  La société à laquelle vous faites appel se charge par ailleurs de tout pour vous. C’est ce que propose Anaxago. Vous n’êtes ni un professionnel des investissements immobiliers, ni un aficionado des chiffres ? Les placements SCPI diversifiés sont aussi faits pour vous.Enfin, le rendement des SCPI est actuellement plus élevé que des fonds en euros d’assurance-vie ou même dans l’immobilier locatif. Il atteint 4,45% à plus de 5% en moyenne en 2019, avec des versements tous les trimestres.Les inconvénients des SCPIComme dans tous les investissements, en raison de la conjoncture et du marché immobilier dans le cas présent, les SCPI entraînent un risque de perte en capital.Si certains lieux semblent avoir un boulevard devant eux, comme le Grand Paris et les grandes métropoles d’une manière générale, rien ne dit que la hausse des prix ne freinera pas les entreprises locataires. Et des vacances locatives sont autant de rendements en moins.Par ailleurs, si l’investissement est fait à crédit, que le revenu des loyers baisse et ne suffit plus à rembourser l’emprunt, vous devrez vous acquitter de la différence.Quelle fiscalité pour l’investissement SCPI ?Le dernier défaut des SCPI, et pas des moindres, se trouve dans sa fiscalité. Les dividendes sont taxés au titre des revenus fonciers. Le taux peut ainsi rapidement s’envoler et atteindre la moitié des rendements, si vous avez des revenus élevés par ailleurs.Il existe cependant des astuces pour diminuer la facture, telles que l’achat à crédit, si vous ne craignez pas de ne plus pouvoir rembourser. Vous pouvez ainsi déduire les intérêts de votre emprunt. Ou encore le fait d’acheter des parts de SCPI en démembrement et en nu-propriété. Mais dans ce cas, il faut attendre la fin du démembrement pour récolter ses revenus. Tout dépend donc de votre besoin à court ou à long terme.Grâce à un audit de plus de 180 fonds locatifs et à l’expertise d’agents immobiliers, Anaxago sélectionne pour vous les meilleurs investissements SCPI. À partir de 5000€ de capital, vous pouvez investir !

LIRE PLUS