Anaxago Actualités Les bases de la diversification d’un portefeuille d’actifs
Les bases de la diversification d’un portefeuille d’actifs

Les bases de la diversification d’un portefeuille d’actifs

"Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier" est l'un des proverbes les plus célèbres dans le monde de l'investissement. Sa signification est simple: en tant qu'investisseur, il faut penser à diversifier ses placements en évitant de mettre tout son argent sur une seule classe d'actifs.


Une bonne diversification comporte plusieurs avantages pour un investisseur :

  • En cas de crise économique, il bénéficiera d'un effet de compensation entre certains investissements atteints par la crise et d'autres qui s'en sortiront indemnes, voire qui progresseront simultanément.
  • En l'absence de crise, la diversification permet de dégager des rendements globaux plus réguliers et moins volatils qu'en investissant sur une seule classe d'actifs ou une seule entreprise.


En somme, la diversification permet de réduire le risque global pris par l'investisseur, sans nécessairement réduire son rendement à long terme. Il évite surtout de subir une très forte perte due à un pari unique sur une classe d'actifs en mauvaise posture ou sur une entreprise en faillite. La diversification reste recommandée par tous les acteurs de la finance, aussi bien les régulateurs boursiers (AMF) que les conseillers financiers (CGP) ou les banques privées, entre autres.


Trois sources de diversification "classiques"


Pour se diversifier, les investisseurs disposent de plusieurs classes d'actifs qui peuvent leur permettre de s'exposer à des sources de rendement différentes les unes par rapport aux autres.

Les trois classes d'actifs les plus connues sont historiquement les actions, les obligations et l'immobilier :

  • Les actions permettent de capter la croissance d'une entreprise ou d'un secteur à travers deux sources de gains potentielles : l'évolution des cours de Bourse et le versement de dividendes (qui correspondent à une partie des bénéfices d'une entreprise). Les actions sont une classe d'actifs risquée : les gains et les pertes peuvent être élevés. En cas de faillite d'une entreprise, l'investisseur peut même perdre la totalité de sa mise.
  • Les obligations désignent des emprunts d'État ou d'entreprises qui offrent un rendement donné pour une durée donnée. Les obligations ne peuvent pas être achetées "en direct" par les particuliers français : ceux-ci y ont accès en achetant des parts d'OPCVM eux-mêmes investis en obligations. Il s'agit d'une classe d'actifs moins volatile et moins risquée que les actions, mais de nos jours, les rendements des obligations sont devenus très faibles voire négatifs. Cette classe d'actifs représente donc un placement presque non-rémunérateur.
  • L'immobilier est un placement indirectement souscrit par tous les particuliers propriétaires de leur logement puisque la valeur de leur patrimoine dépend dès lors des variations des prix de l'immobilier dans leur ville. Le fait d'investir dans l'immobilier désigne plus généralement le fait d'acheter un bien immobilier pour le mettre en location et en tirer des revenus réguliers (les loyers), éventuellement de manière indirecte via l'achat de parts de SCPI. Malgré sa réputation de "valeur refuge", l'immobilier reste une classe d'actifs assez risquée, soumise à des fluctuations de prix du marché qui peuvent parfois être très brutales en cas de retournement (crise des subprimes aux États-Unis).



Attention aux corrélations entre classes d'actifs !


Les trois classes d'actifs précédemment mentionnées présentent néanmoins le désavantage d'être en partie corrélées entre elles, c'est-à-dire qu'elles auront tendance à réagir de la même manière à l'évolution de l'environnement économique.

  • Lors de la crise des subprimes (2007-2009), les actions et l'immobilier ont chuté simultanément aux États-Unis.
  • Lors de la crise des dettes publiques en Europe (2010-2012), le marché des obligations souveraines a souffert simultanément à celui des actions.


Les trois classes d'actifs peuvent chuter simultanément en cas de forte remontée des taux d'intérêt, ce qui pourrait provoquer une chute des obligations, une baisse du crédit immobilier et une chute des actions.

Or, le fait de diversifier ses investissements vise précisément à éviter ce type de corrélation en cas de crise financière. C'est notamment pour répondre à cette problématique que se sont développées au cours des dernières années de nouvelles solutions d'investissements pouvant réagir différemment par rapport aux actions, aux obligations et à l'immobilier.

Quelles sont les solutions "alternatives" de diversification ?


L'investissement "alternatif" désigne de manière générale les investissements sur des marchés non-cotés dont les rendements dépendront moins de la conjoncture économique.

  • L'or est l'investissement alternatif le plus traditionnel. Du fait de sa réputation de valeur-refuge, il a tendance à monter lorsque les autres classes d'actifs chutent. Il représente également un rempart contre l'inflation. Il n'offre cependant aucun rendement (pas de dividendes ou de coupons) et reste soumis aux lois de l'offre et de la demande qui peuvent parfois se traduire par des variations de cours brutales. Il est par ailleurs difficile en France d'investir sur l'or à travers des produits financiers aisément négociables.
  • L'investissement dans les "actifs réels", comme par exemple une forêt ou une exploitation viticole, permet de bénéficier de rendements réguliers liés à une production de biens tangibles (en l’occurrence : du bois et du vin). L'investissement sur ces classes d'actifs peut se faire via des produits financiers gérés par des sociétés spécialisées, mais reste souvent uniquement accessible à une clientèle institutionnelle ou fortunée (ticket d'entrée élevé).
  • Le private equity désigne plus généralement toute forme d'investissement dans des entreprises non cotées et donc non-dépendantes des fluctuations des marchés. Il existe des fonds spécialisés permettant aux particuliers d'investir sur cette classe d'actifs, mais ceux-ci s'adressent également la plupart du temps à une clientèle institutionnelle ou fortunée.
  • Le crowdfunding ou crowdlending permet aux particuliers d'accéder à l'investissement dans des entreprises non cotées et dans des projets immobiliers, généralement via la souscription d'obligations non cotées. Le crowdlending présente l'avantage d'offrir des rendements significativement plus élevés que les obligations cotées. L'investisseur peut néanmoins perdre une part importante de son investissement en cas de faillite d'un émetteur.


La diversification au sein de chaque classe d'actifs


gestion de portefeuille : la diversification

Pour s'assurer d'une diminution des risques, il est généralement recommandé aux investisseurs de se diversifier également au sein de chaque classe d'actifs sur laquelle il est présent.

L'exemple le plus connu est celui des actions, où il est bien sûr recommandé d'investir sur plusieurs entreprises à la fois, en choisissant généralement des entreprises présentes sur des secteurs d'activité différents.

Ce même précepte s'applique également aux autres classes d'actifs, en particulier au crowdfunding / crowdlending. Pour minimiser le risque de choc en cas de faillite d'une entreprise, il est recommandé d'investir de petites sommes sur plusieurs projets à la fois de manière à bénéficier d'une bonne diversification. Le fait d'allier des investissements en crowdfunding immobilier avec d'autres investissements en crowdfunding d'entreprises peut par exemple être une bonne manière de diversifier ses investissements dans le domaine du non-coté.


Pour découvrir nos opportunités d'investissement, inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte Anaxago.

Les dernières actualités

RENT 2019 : Ce qu'il fallait retenir de la 7ème édition du salon de la PropTech

[#RENT] Le @Salonrent bat son plein pour ce 2nd jour ! Venez nous rencontrer sur le stand @Anaxago_team dans le Village Startup 2 ! #proptech #rent2019 pic.twitter.com/BWhyGuopg2— Anaxago (@Anaxago_team) 7 novembre 2019Le RENT en chiffresL’équipe d’Anaxago s’est rendue à la 7ème édition du Salon RENT - Real Estate & New technologies, le plus grand rendez-vous de la PropTech en Europe. 15 000 mètres carrés, 8 000 visiteurs, 400 exposants (dont 120 start-ups) et 40 conférences sont les chiffres de cette nouvelle édition du RENT qui s’est déroulée les 6 et 7 Novembre 2019 au Parc des Expositions, Porte de Versailles à Paris. Anaxago était présent sur ce salon accompagné de 5 start-ups de son portefeuille d’investissement. On vous raconte ! Le petit déjeuner PropTech organisé par AnaxagoLe deuxième jour du RENT, à 9h30, Anaxago a accueilli des professionnels de l’immobilier et des fondateurs de start-ups PropTech pour présenter les participations de son portefeuille d’investissement et échanger autour des enjeux Proptech. Autour d’un petit déjeuner, Alexandre Héraud, Directeur des Participations chez Anaxago, nous a présenté sa vision de l’immobilier de demain puis a introduit MeilleureCopro, SmartHab, Smartrenting, Happywait et Ocus, avant que les représentants de ces start-ups ne présentent leur activité à l’auditoire.En direct du #salonrent #rent19 avec notre directeur de participations Alexandre Heraud pour le petit déjeuner #PropTech d’Anaxago pic.twitter.com/7PfmLC96rr— Anaxago (@Anaxago_team) 7 novembre 2019Une transaction blockchain uniqueLe 7 novembre dernier est un jour à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire de l’immobilier et de la technologie en France. En effet, Masteos, start-up spécialisée dans l'investissement locatif en immobilier a organisé la première transaction immobilière française reposant sur l’utilisation de la technologie blockchain entre deux particuliers. Cet investissement locatif a pris six minutes et a permis à un freelance d’accéder à de la capacité d’emprunt qui lui était hors d’atteinte dans le système traditionnel. Le concours de la startup ORPI et autres prixL’édition 2019 du salon RENT a été l’occasion de valoriser des projets prometteurs pour l’immobilier de demain. Retour sur les lauréats des différents concours : Prix “LA Start-up RENT” organisé par OrpiLors de cette édition, MeilleureCopro a remporté le premier prix du concours “LA Start-up RENT” organisé par Orpi. Ce concours récompense les sociétés innovantes dans le secteur de l’immobilier parmi un grand nombre de start-up françaises et étrangères.Edouard-Jean Clouet, Président de MeilleureCopro, a vu son entreprise récompensée après avoir pitché pendant 10 minutes face à un jury composé de professionnels de l’immobilier (Orpi, Nexity, LeBonCoin). Il devait convaincre sur l’ambition de l’entreprise, son originalité et la crédibilité de son modèle. Pari réussi pour MeilleureCopro, leader sur la maîtrise des charges de copropriété ! Retrouvez ici l’interview du fondateur de MeilleureCopro pour Anaxago Immobilier.[#RENT] Félicitations à @MeilleureCopro pour sa victoire au concours La Start-up #Rent @Orpi_France ! #proudinvestor #venturecapital #Proptech #rent2019— Anaxago (@Anaxago_team) 6 novembre 2019Prix de l’innovationLors de cette édition, Havr a été distingué par le Prix de l’Innovation remis par la Fédération Française de l’Internet Immobilier (FF2i) et Anaxago, investisseur spécialisé en immobilier. La société Havr développe des systèmes de contrôle d’accès avant-gardistes avec une serrure connectée, la BrightLock, contrôlable à distance, programmable et ne s’ouvrant que via un faisceau lumineux provenant du smartphone de l’utilisateur. Havr a su convaincre un jury présidé par le Président de FF2i, Stéphane Scarella, et composé d’un panel d’adhérents à la fédération. Prix académiquesCette année, deux étudiants ont été distingués pour leurs recherches.Le Prix Master a été décerné à Charles Finet (Université Paris Dauphine) pour son mémoire de Master 1 portant sur le Marketing des lotissements périurbains : l’architecture et l’urbanisme comme nouveaux dispositifs de considération. Le Prix Junior a été décerné à Lisa Marty (Université d’Evry Val d’Essonne) pour son mémoire L’agent immobilier face un à un avenir certain. En définitive, l’édition 2019 du Salon RENT aura été une fois de plus un évènement riche en rencontres et fructueux en synergies pour les acteurs de la Proptech et permet de dessiner chaque jour un peu plus les contours de l’immobilier et de la ville de demain. 

LIRE PLUS 

Comment Anaxago gère les risques des investissements dans l'immobilier

Chez Anaxago, nous avons historiquement été très actifs dans la gestion de nos risques. Notre métier réside dans l'analyse des risques en amont, le suivi puis la gestion des risques quand ils se manifestent. Anaxago est aujourd’hui la seule plateforme qui a été jusqu'à reprendre des chantiers au niveau opérationnel pour préserver le capital de ses investisseurs.À ce jour seules 2 participations ont été cédées sans plus-value (capital intégralement remboursé) sur 130 investissements réalisés, 0 perte en capital à dateLes programmes immobiliers du groupe TERLAT ont été rachetés et gérés par les équipes d'Anaxago et les investisseurs sont en cours de remboursement.Anaxago est aujourd’hui la seule plateforme qui a été jusqu'à reprendre des chantiers au niveau opérationnel pour préserver le capital de ses investisseurs.Retrouvez toutes nos statistiques liées à nos investissements immobilier iciLa gestion du risque chez Anaxago passe par plusieurs phases :1. Le suivi trimestriel des chantiers et des programmesDurant cette phase nous comparons les écarts entre les projections et l'avancée réelle au niveau technique, commercial et financier et dressons chaque trimestre un reporting dédié pour les investisseurs de chaque opération.2. En cas de retardEn cas de retard sur une opération, Anaxago prévoit une possibilité contractuelle pour les partenaires financiers d'avoir recours à une période de prorogation de 6 à 12 mois. Durant cette période, les intérêts dus par l’opérateur continuent à courir et sont parfois majorés.3. En cas de défaut de paiement Le dossier passe en recouvrement et cela passe le plus souvent par la mise en place d'un moratoire pour échelonner le paiement, notamment dans le cas de décalage dans le temps de la commercialisation ou du chantier.C'est à ce moment là que les garanties peuvent être activées mais dans 90% des cas nous travaillons avec l'opérateur pour trouver une solution aux problèmes rencontrés. Les défauts viennent le plus souvent d'aléas au niveau du passage des ventes, des obtentions de crédit par les acquéreurs etc.  4. En cas de difficultés plus importantesNous travaillons dans ce cas là à un protocole avec l'opérateur qui vise à mettre en place des garanties complémentaires, échelonner les paiements et trouver des solutions opérationnelles pour la gestion des difficultés. Nous sommes même allés jusqu'à la reprise opérationnelle du programme, ce que nous avons fait dans le cadre du dossier TERLAT. Savoir anticiper et maitriser les risques liés à un investissementLe principal risque que nous devons gérer est le risque de temps et contractuellement, la rémunération des investisseurs reste due même en cas de retard.Toutefois lorsque le projet affiche une perte importante due à des travaux plus importants par exemple, le risque de voir la rémunération réduite est plus important car la solvabilité de l'émetteur baisse et en cas de grandes difficultés, une perte en capital peut être constatée.Il ne faut pas oublier que les rendements élevés de ces investissements sont liés au niveau de risque des sous-jacents, quand bien même il s'agit d'immobilier. À la grande différence des SCPIs par exemple qui investissent uniquement dans des actifs existants avec des revenus réguliers. Quelles garanties pour protéger nos investissements ?Les garanties négociées en amont avec nos partenaires financiers permettent également de limiter le risque : - Garantie à première demande de la société mère et/ou des associés- Nantissement des titres de la société détenue - Hypothèques etc. Ces garanties sont pour chaque investissement indiquées dans la documentation financière fournie par Anaxago avant toute décision d'investissement sur la plateforme.

LIRE PLUS