Anaxago Actualités Ashton Kutcher : L’investisseur à suivre cette semaine
Ashton Kutcher : L’investisseur à suivre cette semaine

Ashton Kutcher : L’investisseur à suivre cette semaine

Comment Ashton Kutcher, acteur abonné aux rôles de beau-gosse gentiment crétin (" Eh mec ! Elle est où ma caisse ?", That’s 70’s Show, Mon Oncle Charlie, etc.) a-t-il construit en 10 ans un portefeuille d’investissement aujourd’hui valorisé 250 millions de dollars ?


Nationalité
Américaine
Secteurs d'investissements
Nouvelles Technologies, Services Consommateur
Portfolio partiel
Uber, AirBnB, Skype, Pinterest
Société d’investissement
A-Grade Investments, Sound Ventures
Fonds sous gestion
100 millions
Influence
18.7 Millions de followers sur Twitter, 2.3 Millions sur Instagram


Comment Ashton Kutcher, acteur abonné aux rôles de beau-gosse gentiment crétin ( Eh mec ! Elle est où ma caisse ?, That’s 70’s Show, Mon Oncle Charlie, etc.) a-t-il construit en 10 ans un portefeuille d’investissement aujourd’hui valorisé 250 millions de dollars ?

Early adopter tech (en 2009, il est le premier utilisateur à atteindre un million d’abonnés à son compte twitter), Ashton Kutcher s’intéresse sérieusement au private equity après avoir vu le rappeur 50 Cent recevoir près de 100 millions de dollars grâce à ses parts de l’entreprise VitaminWater rachetée en 2007 par Coca-Cola (le chanteur -aujourd’hui en faillite personnelle- avait accepté de devenir l’image de la société en échange d’une partie de son capital).

Après quelques prises de participation individuelles (il investira 1M$ dans Skype, et multipliera sa mise par 4 avec le rachat de l’entreprise par Microsoft 18 mois plus tard), Kutcher s’associe finalement à Guy Oseary (le manager de Madonna) et Ron Burkle (milliardaire américain, fondateur du fonds d’investissement Yucaipa) pour former A-Grade Investments en 2010. Le milliardaire apportera 8 millions de dollars et l'utilisation de son back office, tandis que Kutcher et Oseary ajouterons chacun 1 million de dollars prélevés sur leurs deniers personnels. 

Basé en Californie, A-Grade se spécialise immédiatement dans les investissements start-up et early-stage, et cherche à investir dans des entreprises axées sur des technologies qui viennent répondre aux besoins des consommateurs. Les premiers montants investis A-Grade se situeront entre 50 000 et 100 000 dollars, poussant progressivement vers des prises de participation à sept chiffres. 


Les trois critères de sélection de A-Grade Investments


  • Des fondateurs inspirants avec lesquels le trio ressent l’envie de s’impliquer,
  • Une mission “problem solving” claire axée sur l’économie de temps ou l'enrichissement d'une expérience
  • Un business model qui pourra être visiblement boosté par l’implication des trois investisseurs.


Des performances d’investisseur qui n'ont rien à envier aux professionnels du secteur


Son investissement de 2,5M$ au capital de Airbnb est aujourd’hui estimé à une valeur de 90M$, de leur côté les 500 000$ investis dans Uber sont estimés à 60M$. En revanche Fab (site de e-commerce), après être passé du statut de Licorne à icône déchue (valorisée près d’1 milliard de dollars en 2013, la startup avait levé des centaines de millions de dollars), aurait été vendue pour un montant de 15M$.

La performance globale d’A-Grade s’élève à un multiple total de 8,5, un record notable dans une industrie où un multiple de 3 vous classe directement dans la liste des meilleurs VC (dixit Marc Andreessen, fondateur du fonds Andreessen Horowitz). Même en omettant ses participations dans Uber et Airbnb, la performance de A-Grade Investments s’élève à un multiple solide de 3,3. 


Report Card -non exhaustive- pour A-Grade Investments : 

U = investissement en cours et valorisation en augmentation

Année
Entreprise
Entité d’investissement
Résultat
2007
Ooma
Kutcher
Crash post IPO
2008
Vita coco
Oseary
+
2009
Skype
Kutcher
$⬆U
2010
Fashism
A-Grade
x (investissement perdu)
2010
Flipboard
A-Grade
+ 
2010
Spotify
A-Grade
U
2011
Airbnb
A-Grade
U
2011
Fab
A-Grade
Participation revendue à perte
2011
Uber
A-Grade
U
2011
Genius
A-Grade
+ 
2011
Pinterest
A-Grade
U
2012
BlackJet
A-Grade
x (investissement perdu)
2012
Shazam
A-Grade
U
2012
MemSQL
A-Grade
+


Sound Ventures, 100 millions sous gestion : une nouvelle aventure


Entreprise cotée au Nasdaq, le groupe américain Liberty Media a choisi fin 2016 Kutcher et Oseary pour le management d’un fond de 100 millions de dollars : Sound Ventures. Les deux associés espèrent investir dans 60 à 70 entreprises sous 5 ans.


“Quatre d’entre elles -si nous avons de la chance- deviendront un succès phénoménal, 50% atteindront la rentabilité et 25% seront des échecs”  souligne Kutcher.


Sound Ventures souhaitent se concentrer sur les projets innovants au sein d’industries réputées traditionnellement moroses. Sa première participation ? Neighborly, une plate-forme d'investissement en ligne basée à San Francisco qui permet aux privés d'investir dans des projets civiques par le biais d'obligations municipales.

Outre le crowdsourcing ("Making bonds sexy again"), Kucher et Oseary ont déjà investi dans l'automatisation des ressources humaines (Zenefits), la transparence financière pour les gouvernements locaux (OpenGov) et les services ménagers (Handy). Pour contacter Sound Ventures, rendez vous par ici. Mais à l'évidence, rien de mieux qu'un petit tweet pour s'adresser à Ashton Kutcher, investisseur inattendu et définitivement à suivre ces prochaines années.


Les dernières actualités

[Anaxago Ventures] Osivax close une série A à 8 millions d'euros

La biotech Osivax a annoncé cette semaine la clôture de sa série A à 8 millions d'euros. L'objectif de cette levée : poursuivre le développement de ses vaccins universels contre la grippe. Le financement a été mené par la société belge Noshaq et la plateforme de crowdfunding Anaxago.Fondée en 2017 à Lyon, Osivax a été créée en tant que spin-off du laboratoire pharmaceutique IMAXIO pour se consacrer au développement d’un vaccin universel contre la grippe et d’immunothérapies contre le cancer. Pour cela, elle a développé une technologie appelée l'OligoDOM.  "Les vaccins contre la grippe saisonnière actuellement disponibles ne permettent pas de traiter toutes les souches de grippe car ils ciblent des régions très variables du virus. En tant que tels, ils doivent être mis à jour annuellement. En revanche, notre approche de vaccin universel contre la grippe utilise une nucléoprotéine (NP) recombinante qui élimine la nécessité de contre-vérifier et de formuler des hypothèses sur les souches de la grippe qui seront pertinentes pour les saisons à venir. Notre vaccin pourrait être efficace année après année en fournissant une réponse immunitaire forte et, à long terme, contre tous les virus de la grippe en circulation et émergents. Notre objectif est d’établir une validation de principe sur l’Influenza A, qui représente 75% à 95% des grippes, puis d’élargir notre pipeline pour fournir un vaccin antigrippal universel", affirme Alexandre Le Vert, CEO et cofondateur d’Osivax.Le financement servira principalement à la réalisation de la validation clinique du vaccin candidat phare d’Osivax, OVX836. Le financement appuiera également l’évaluation d’un candidat-vaccin universel de deuxième génération, actuellement en phase de développement préclinique. Osivax a été financée en 2018 sur la plateforme Anaxago. Pour découvrir les opportunités d'investissement en capital innovation disponibles sur Anaxago, cliquez ici.

LIRE PLUS 

[Evénement] - Ce qu'il fallait retenir du Future Proptech

Pour la première fois, Anaxago s’est rendu à Londres pour assister à la 4ème édition de Future Proptech le 14 mai 2019 au Business Design Center. L’occasion pour son équipe dédiée à ce secteur en plein dynamisme de participer à l’un des événements internationaux majeurs sur le sujet.Future Proptech, qu’est-ce que c’est ?Future Proptech est un évènement entièrement dédié aux innovations technologiques et à la digitalisation du secteur de l’immobilier dans son ensemble.Depuis son lancement en 2015, Future Proptech s’est étendu à 3 pays et a attiré plus de 10 000 professionnels de l’immobilier. L’objectif de cet évènement est simple, faire se rencontrer les divers protagonistes qui gravitent autour de la Proptech : startups et sociétés technologiques, acteurs traditionnels de l’immobilier tels que les gestionnaires d’actifs et les agents immobiliers, et bien évidemment les investisseurs.Cette année, ce sont plus de 2 000 participants dont 700 entreprises et 100 conférenciers qui ont répondu présent à l’appel de Future PropTech.Anaxago à Future ProptechAnaxago est devenu un acteur de référence dans le secteur Proptech sur le territoire national (déjà 9 participations en portefeuille, et de nouvelles opportunités régulièrement identifiées).Suite à l’ensemble des rencontres que nous avons faites et des conférences auxquelles nous avons assistées - et au-delà de l’IA (Intelligence Artificielle) et du partage collaboratif de données qui sont devenus des enjeux évidents - plusieurs tendances se sont dégagées :La “durabilité” était notamment un des mots phares de cet évènement. Rosanna Lawn, (Speaker - Head of development at Yoo Living) affirmait que les nouvelles générations de consommateurs sont de plus en plus sensibles aux questions environnementales et qu’elles se demandent aujourd’hui quel sera l’impact énergétique et environnemental de leur logement.Le “digital twin” ou “jumeau numérique” est également en passe de devenir le prochain “buzzword” du secteur. En effet, après avoir envahi les secteurs de l'aérospatial, de l’énergie et de l’industrie manufacturière au sens large, la reproduction digitale et la modélisation numérique des bâtiments devraient se développer rapidement dans les prochaines années.Enfin, un élément a retenu notre attention lors de la conférence “Occupiers, Modern Workplaces & Tenants Experience” : l’augmentation du nombre de solutions et services destinées aux “tenants” (locataires). William Bainborough, cofondateur de Doordeck, affirmait lors de l'événement : “Je suis de plus en plus excité en voyant le nombre grandissant d’applications destinées à optimiser l’expérience des locataires”. Cette tendance témoigne du rôle centrale qu’ont aujourd’hui les locataires et du changement de mentalité des propriétaires qui les considèrent désormais comme des consommateurs et se concentrent sur les services qu’ils peuvent leur apporter.Si le terme “tenants” désigne principalement les locataires occupant un espace de travail, il regroupe plus largement les locataires immobiliers qui font face aux mêmes besoins (flexibilité, mobilité, sécurité, etc.). Conscient de cette tendance de fond, Anaxago a notamment sélectionné Smartrenting comme dernière opportunité d’investissement. Cette agence digitale de gestion locative aide les étudiants et les jeunes actifs à sous-louer leur logement de manière gratuite et légale lorsqu’ils doivent le quitter temporairement suite à un projet de mobilité.“Vous pouvez tout simplement le sentir. C’est un mouvement et il est puissant !”Brendan Wallace, Co-fondateur et Managing Partner chez Fifth Wall lors de l’évènement.Ainsi, il est certain que le secteur immobilier connaît une rapide transformation grâce aux innovations de la Proptech. Selon Robert Courteau (CEO, Altus Group), “dans notre secteur (secteur immobilier, ndlr) l’innovation n’a pour l’instant que gratté la surface”.Ces mots rejoignent ceux de notre Directeur de Participations Alexandre Heraud qui affirmait lors du RENT Take-Off Startup Program de juin dernier que “204 M€ ont été investis dans la Proptech en France en 2018, soit moins de 5% des investissements en Venture. Il reste encore beaucoup d’opportunités d’investissement à saisir dans un secteur qui devrait suivre une dynamique semblable à celle de la Fintech il y a quelques années”.Anaxago propose à sa communauté d'investir dans des sociétés à forte potentiel de croissance. Découvrez l'ensemble des opportunités disponibles en ce moment sur Anaxago. 

LIRE PLUS