Newsletter Anaxago #12 : L'immobilier résiste

guilherme-cunha-4zwozQxDbD4-unsplash.jpg

C’est la question qui plane : après 2 mois d’arrêt quasi complet, l’immobilier reprend.

Bonjour à tous,

C’est la question qui plane : après 2 mois d’arrêt quasi complet, l’immobilier reprend. Sonné mais pas KO, le marché immobilier s'est remis sur pied depuis le 11 mai. Les chantiers avaient redémarré quelques semaines avant la fin du confinement, les visites ont repris et les mandats de vente entrent à nouveau… Un phénomène visible dans toute la France. Près de 83 % des vendeurs comptent poursuivre leur projet de vente, selon un sondage du réseau Orpi paru en mai. Les acheteurs sont, eux, plus de 68 % à souhaiter continuer leurs recherches.

Toute la filière de l’immobilier est rassurée, même si les prix pourraient baisser et que la crise menace, nombre d’acteurs se veulent rassurants : l’offre restera rare en métropole et la demande conséquente. Mais l’incertitude qui plane sur 2020 encourage les investisseurs à privilégier des placements à moyen-long terme dont l’horizon de sortie serait peu ou pas impacté par la crise qui se profile. Un exemple ci-dessous avec les club deal immobilier.

Je vous épargne ce matin mes pronostics non sollicités sur la crise (je réserve ça à mon futur mari). Relisons plutôt Schumpeter ensemble, et son concept de destruction créatrice évoqué pour la première fois dans “Le Cycle des affaires”. À ce titre je vous partage aujourd'hui un article de notre blog dédié aux professionnels sur le top 5 des entreprises nées au lendemain d’une grande crise.

Et enfin, une fois n’est pas coutume, un peu de féminisme. La newsletter Tech Trash (mon bonbon du mercredi soir, oui ça fait du bien de rire de soi de temps en temps) a publié dans sa rubrique “sérieuse”, le texte d’un auteur que j’adore : Margaret Atwood. Une leçon de vie de la part de celle qui a vécu plusieurs épidémies...

Prenez soin de vous,

Caroline


FICHE D'IDENTITÉ - CLUB DEAL IMMOBILIER

À l'origine du club deal on trouve cette idée : permettre à des particuliers d'acheter un actif immobilier qu'ils n'auraient pas pu s'offrir seul à l'image d'un hôtel, d'un Ehpad, d'un camping ou encore d'un immeuble. Ces structures consistaient jusqu'ici à réunir quelques investisseurs privés et privilégiés. Pourquoi privilégiés ? Parce que le minimum d'investissement est souvent supérieur à 150 000 euros. Or les clubs deals présentent des rendements intéressants, souvent compris entre 6 et 10% selon la stratégie du club et/ou de la société de gestion.

Depuis 2014, Anaxago a proposé à ses membres 151 club deals immobiliers accessibles à partir de 1000 €, pour des rendements compris entre 8 et 12% selon le projet.* Ce sont plus de 150 millions d'euros qui ont été investis, dont 51 millions d'euros déjà remboursés.**


EXEMPLE DE CLUB DEAL IMMOBILIER DISPONIBLE SUR ANAXAGO 

Financement de deux programmes de promotion immobilière, en Ile-de-France et en Occitanie. Deux ensembles résidentiels : l'un de 18 logements et l'autre de 36. 

En synthèse

  • Montant de l'opération : 1,2 M€
  • Objectif de rentabilité : 10,2 %*** / an net de frais
  • Horizon cible : 19 - 33 mois***
  • Versement des intérêts : progressif
  • Instruments : obligations convertibles en actions

*Données à fin 2019

**Les performances obtenues avec de précédents projets ne préjugent pas des performances futures.

****Taux d'intérêt cible net de frais par an, non capitalisé. Ce taux ne présente pas une garantie de performance, ce dernier est fourni à titre indicatif. L'horizon d'investissement cible est fourni à titre indicatif.

Découvrir le club deal de la semaine


TOP 5 DES SUCCÈS D'ENTREPRISES NÉES PENDANT LA CRISE

Le propre d’une crise c’est souvent de mettre à jour les défaillances d’un système, d’une société. Les chocs qu’elle provoquent sont souvent associés à des chutes ou des faillites retentissantes, mais des opportunités naissent également en temps de crises. Elles sont l’occasion d’inventer ou de réinventer de nouveaux modèles.

Après avoir fait un tour d’horizon des projets les plus fous de Smart City, Anaxago vous fait découvrir l’histoire d’entreprises nées au lendemain des grandes crises de l’Histoire, qui en commençant très modestement sont devenues des leaders aujourd’hui mondialement reconnus

Découvrir le top 5


LES RETOURS DU TERRAIN - PAROLES DE PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Chez Anaxago, nous avons la chance d’échanger au quotidien avec un grand nombre de professionnels de l’immobilier : promoteurs constructeurs, marchands de biens, asset managers, agents, etc. Nous avons rassemblé pour vous leurs retours ci-dessous.

“Les chantiers reprennent déjà mais il n’y a pas un unique frein à la reprise opérationnelle : il faut des travailleurs, du matériel, des mesures de sécurité etc.”

“Nous sommes surpris du niveau des réservations, les projets d’acquisition du premier trimestre n’ont pas été abandonnés et des réservations d’appartements nous sont encore parvenues fin mars."

“Un mot d’ordre chez nos clients entreprise : maintenir les projets décidés en 2020, et attendre pour les nouveaux”

“Les banques jouent le jeu sur le report d’échéances et le chômage partiel nous permet de limiter l’impact financier sur les structures de tête”

Si vous souhaitez en savoir plus sur l'état actuel et les perspectives du marché immobilier, je vous incite fortement à visionner le webinar que nous avons réalisé à ce sujet pendant le confinement. Un grand nombre d'interrogations y sont traitées, avec clarté et sans plan sur la comète...

Revoir le webinar immobilier



TECH TRASH & MARGARET ATWOOD - UNE VIE DE CONFINEMENT

« Take heart! Humanity’s been through it before. There will be an Other Side, eventually. We just need to make it through this part, between Before and After. As novelists know, the middle section is the hardest to figure out. But it can be done. »

Dans le quotidien canadien Globe and Mail, Margaret Atwood, auteure de La Servante écarlate (mais pas que !) signe un texte qui réchauffe nos petits coeurs endoloris intitulé «Growing up in Quarantineland » (lien) où elle se remémore son enfance dans les années 1940 au Canada, alors qu’aucun traitement n’existait contre certaines maladies infectieuses mortelles (scarlatine, diphtérie) et que son quotidien balançait entre distanciation sociale et interdiction de piscine...En clair, des épidémies, elle en a vu d'autres.

Et parce que vous allez trouver ça passionnant, allez jeter un oeil à ce documentaire (lien) qui lui est consacré (dispo sur Arte jusqu'au 16 juin), où l'on apprend entre autres choses qu'à l'époque où elle était étudiante à Harvard, elle n'était pas autorisée à rentrer dans toutes les bibliothèques (certaines étant réservées aux hommes)…

« Comment arrivez-vous à en parler avec autant de calme ? » lui demande une étudiante. « Parce que je suis vieille ! »...