Anaxago Actualités Voitures de collection : faut-il investir ?

Voitures de collection : faut-il investir ?

L'investissement non coté a de multiples facettes; investir dans l'or, dans l'immobilier, dans des startups, dans le vin ou l'art, et bien même dans les voitures de collection. Ce dernier peut conduire à de belles opportunités de rendement à condition de connaitre les fondamentaux de ce marché...

Investir dans les voitures de collection : une bonne idée ? 


Aujourd’hui, nous allons parler « voitures ». On attache sa ceinture, c’est parti !

Pour beaucoup de personnes, les voitures sont avant tout une passion : c’est un virus que l’on attrape petit et que l’on garde ensuite pour longtemps. 

Au cours de la décennie précédente, l’intérêt pour les voitures de collection a crû énormément, porté par une banalisation du luxe et l’explosion de la capacité de production des fabricants de voitures de sport.

En 10 ans sur le marché de l’investissement dans les biens de luxe, ce sont d’ailleurs les voitures de collection qui affichent la plus grosse croissance : +362% sur la décennie selon l’étude de KnightFrank.

En devançant de loin les montres, le diamant et la bijouterie, les voitures de collection ont donc représenté un des investissements de luxe les plus « bankable » de la décennie bien qu’il semble que sur les 12 derniers mois, ce soit le vin qui prenne le relai…

Si vous suivez un peu l’actualité automobile, alors vous savez que n’importe quelle voiture ne peut pas être considérée comme une voiture de collection. 

Si pour beaucoup, c’est l’âge d’une voiture qui fait son prix, la réalité est en fait bien plus complexe que cela. 


Une voiture de collection : qu’est-ce que c’est finalement ? 


Si un facteur déterminant a pu accroître l’intérêt pour les voitures de collection, c’est bien Internet.

Avec l’explosion de la quantité d’informations disponibles sur les voitures et la mise à disposition de plateformes de mise en vente, la capacité de chacun à mener ses propres analyses et recherches a contribué à faciliter l’investissement dans les voitures de collection. 

Si plusieurs facteurs doivent être pris en compte pour déterminer la valeur et le potentiel d’une voiture de collection, c’est sa rareté qui constitue le critère principal.

Savoir combien d’exemplaires ont été produits, de quelle année et de quelle édition spéciale permet déjà d’affiner ses recherches pour se concentrer sur les modèles les plus rares et les plus désirés.

Autre facteur déterminant du prix d’une voiture de collection : son état.

Pour le même modèle de voiture, il est tout à fait courant de voir des prix aller du simple au multiple de 10 en fonction du kilométrage et de l’état de conservation du véhicule.  

Par exemple, cette Bugatti Type 57S Cabriolet de 1937 a été vendue par Sotheby’s pour 7.700.000$ en 2017 ; après une première vente aux enchères en 1991 pour 1.100.000$.


voiture collection; Bugatti Type 57S Cabriolet

source : https://d32c3oe4bky4k6.cloudfront.net/articles-videos/-/media/uscamediasite/images/story-images/2017/10/pre-war-greats(3).ashx?modified=20171020142733&mw=1000&hash=35016EC6BE26D73992AA4E1F00D763396388FB18 (RM Sotheby’s)


Si la rareté de ce modèle d’avant-guerre justifie son prix, c’est surtout son exceptionnel état de conservation et le fait qu’elle n’ait pas été restaurée qui a permis d’atteindre une telle enchère.


Une voiture de collection est-t ‘elle nécessairement vieille ? 


Non ! C’est une des croyances les plus répandues dans le milieu et pourtant : certaines voitures relativement récentes sont déjà des collectors. 

Prenons l’exemple de la BMW E46 M3 CSL : avec une production exclusive en millésime sur l’année 2003 et moins de 1000 voitures produites, ce pousse-au-crime Allemand qui rend hommage aux BMW 3.0 CSL des années 70s est actuellement coté à plus de 100.000 euros selon Automobile-Sportive , à comparé avec les 87.000€ demandés pour un exemplaire neuf à l’époque. 

Autre exemple plus récent : la Porsche 918 Spyder. 

Produite à 918 exemplaires avec une production arrêtée depuis 2015, l’hypercar hybride de Porsche dont le prix initial était fixé autour de 900.000€ voit sa cote en occasion atteindre les…2.000.000 de dollars deux ans plus tard.


voiture collection; Porsche 918 Spyder.

Source : https://carbuzz.com/news/the-price-of-the-porsche-918-is-too-damn-high 


En cause : la rareté des exemplaires (moins de 1000 dans le monde…) mais aussi le symbole d’une voiture réellement exceptionnelle : un V8 et deux moteurs électriques totalisant 845 chevaux, un 0-100 abattu en 2.8 secondes et un record du Nurburgring… de quoi entretenir le mythe pour encore longtemps.


L’évolution du marché de l’automobile de luxe depuis la fin des années 2000.


Si les voitures de luxe ont longtemps bénéficié d’une production très confidentielle, l’explosion du nombre de « très riches » aux quatre coins du monde a poussé les fabricants de voitures de prestige a multiplié la production mondiale par 5 au cours des deux dernières décennies.

En conséquence : une multiplication du nombre d’exemplaires par modèle pour chaque constructeur et une notion de « rareté » qui tend à être relativisée. 

En 2000, la production annuelle de Ferrari dépassait à peine les 4.000 exemplaires. En 2017, la production annuelle de la marque de Marenello frôle les 9.000 exemplaires…soit plus du double ! 

À long-terme, difficile donc de prévoir l’impact de cette hausse de la production généralisée chez tous les constructeurs de prestige. Une chose est sûre cependant : les modèles en série limitée sont certains de garder une cote d’amour pour longtemps. 

Basée sur cette analyse, on peut cependant émettre l’hypothèse que les modèles pré-2000 ont un bel avenir devant eux, en s’appuyant sur des productions plus limitées. 


Quel budget pour investir dans une voiture de collection ? 


Les voitures de collection constituent rarement le cœur des portefeuilles d’investissements. Et pour cause : il s’agit d’un investissement « passion » qui nécessite une bonne connaissance du milieu et un intérêt pour l’automobile et non pas simplement d'une diversification potentielle de votre portefeuille.

Il ne faut pas oublier non plus les coûts d’entretien, de maintenance et d’assurance des véhicules qui sont loin d’être négligeables : un véhicule doit être assuré même s’il ne roule pas et il est obligatoire de pouvoir le stocker dans un abri fermé afin qu’il ne subisse pas les intempéries. 

Bien que les véhicules les plus prestigieux sont souvent ceux qui permettent de réaliser les plus-values les plus intéressantes, il n’est pas nécessaire d’investir des centaines de milliers d’euros pour investir dans un véhicule de collection. 

Avec un budget autour des 15.000-20000€, on peut par exemple se tourner vers un bel exemplaire d’une Alfa Romeo Spider des années 1970 dont le look intemporel et le caractère bien trempé assureront probablement un bel avenir à ce modèle iconique.

Attention cependant à la mécanique capricieuse de la bête qui nécessite un entretien minutieux et de bonnes bases en mécanique. Privilégiez d’ailleurs des modèles dont l’entretien a été scrupuleusement effectué pour éviter les mauvaises surprises.


voiture collection; Alfa Romeo Spider 1970

source : http://www.gq-magazine.co.uk/article/classic-car-investment