Anaxago Actualités Shapr plébiscité dans le Wall Street Journal
Shapr plébiscité dans le Wall Street Journal

Shapr plébiscité dans le Wall Street Journal

La nouvelle application de rencontres professionnelles, Shapr fait l’objet de nombreux noms de la presse à l’international et notamment dans l’incontournable Wall Street Journal.

Après une campagne publicitaire très remarquée dans le métro New-Yorkais, une interview de Ludovic Huraux du fondateur de Shapr dans Forbes : l’application ne cesse de rencontrer un vif intérêt de la part des utilisateurs et des médias. Comment l’application qui révolutionne le networking est-elle entrain de s’imposer comme référence dans le domaine ?

 

La rencontre est au coeur du concept de Shapr

 

Le réel bouleversement porté par Internet dans le milieu professionnel réside dans la facilité d’élargir facilement son réseau professionnel : les dernières études soulignent que 70 % des recrutements se font grâce à un réseau solide.

 

La vraie question est la suivante : comment se constituer un bon réseau ?

 

Shapr place son axe de différenciation dans la création de liens durables entre les individus. À l’inverse du géant LinkedIn, l’application met en valeur l’importance de la rencontre physique dans les échanges.

 

Le networking est devenu primordial dans une société où les individus ont des cycles très courts d’activité au sein d’une même entreprise, il faut savoir alimenter ce réseau et être disponible pour celui-ci chaque fois que nécessaire.

 

Shapr répond définitivement à cette problématique et la croissance constante du volume d’abonnés de l’application vient confirmer l’hypothèse. Depuis septembre 2016, la communauté Shapr connaît une croissance constante : elle augmente de 40 % chaque mois. Des chiffres très encourageants qui se sont également vérifiés la semaine dernière, avec une progression de 115 % de matchs* et de 41 % de swipes, suite à la mise à jour de l’algorithme.

 

*match : lorsque deux utilisateurs ayant notifié la volonté d’être connecté sont mis en contact.

 

“ En tant qu'indépendante je trouve que Shapr est une excellente application pour faire de nouvelles rencontres professionnelles, trouver des prospects, des partenaires et développer son réseau. (...) Je recommande ! ”

Catherine, utilisatrice Shapr

 

 

Shapr testé par une journaliste du Wall Street Journal

 

Présent en France et à présent Outre-Atlantique, Shapr voit l’intérêt pour son modèle s’amplifier : une journaliste du Wall Street Journal a testé l’application. Verdict ? Après avoir rencontré un banquier, une photographe freelance et un cofondateur de startup, elle recommande l’application et ajoute “If you see me on the app, swipe right.”**

 

**”Si vous me voyez sur l’application, swipez*** à droite”

***Interagir avec un écran tactile en déplaçant rapidement son doigt sur celui-ci.

 

« Chacun sait que rencontrer régulièrement de nouvelles personnes est un vecteur formidable d’opportunités. (...) Nous avons créé Shapr car nous sommes convaincus que le networking est au niveau du dating des années 2000. Tout reste à faire ! »

Ludovic Huraux, fondateur de Shapr

 

 

 

 

 

Revue de presse :

- L’ADN - Shapr, l’application qui vous aide à networker

- LinkedIn - Découvrez la rencontre avec Ludovic Huraux CEO de Shapr, le Linkedin français

 

Les dernières actualités

[Creative Morning] Marie-Anne Haour, experte du Design Thinking

Le Creative Morning, une moment d'échange avec une personnalité inspiranteUne fois par mois, nous organisons un creative morning entièrement dédié aux équipes d’Anaxago. Ces moments d'échange permettent de rencontrer chaque mois des personnalités inspirantes dans des domaines variés.Il y  a quelques jours nous avons eu le plaisir d’accueillir Marie-Anne Haour. Fondatrice de Simiya, elle a étudié le Design Thinking à Stanford et le pratique depuis bientôt 15 ans.Pourquoi l'expérience client de nombreux produits et services nés dans la Silicon Valley est-elle si fluide et rencontre-t-elle tant de succès ?Voici une trentaine d'années naissait dans la Silicon Valley une discipline qui a inspiré la plupart de ces très nombreux succès, le Design Thinking. C'est d’abord IDEO dans les années 1990, puis la d.school dans les années 2000, qui lui ont  donné toute son ampleur et depuis, de nombreuses entreprises innovantes, telles que Google, Netflix, Apple, IKEA et bien d'autres, l'utilisent. En allant interroger et observer les clients avec empathie par rapport à une problématique donnée, les designers construisent des prototypes qu'ils font tester et améliorent de façon itérative, c'est une méthodologie éprouvée par des milliers d'organisations innovantes.Qu’est-ce que le Design Thinking ?Le Design Thinking fait référence à un ensemble de méthodes permettant de répondre à  des besoin identifiés en appliquant une démarche similaire à celle d’un designer. Néanmoins, le mot “design” n’a pas la même définition en français qu’en anglais. En effet, alors qu’en français, on a tendance à associer le terme “design” au style, à la mode et à l’esthétique, en anglais, ce terme englobe la notion de conception de solution pour remplir une fonction particulière . D’après Steve Jobs, “certaines personnes pensent que le design se limite à l’apparence d’un objet. Mais en creusant un peu plus, on se rend compte qu’il s’agit de la façon dont il fonctionne.”Concrètement, le Design Thinking est une méthode créatrice de valeur, intégrant le point de vue de l'utilisateur dans l’objectif ultime de trouver des solutions à ses besoins. Le design thinking se fonde ainsi autour de trois piliers : La désirabilité. Identifier sur le terrain ce que les utilisateurs désirent.La faisabilité. Comprendre ce que la technologie et l'organisation de l'entreprise sont capables de faire.La viabilité. S'assurer de la viabilité économique. Le client au coeur du processus d'innovationLe design thinking consiste ainsi à mettre le client au coeur de votre réflection tout au long du processus d’innovation. Le but de cette méthode est de comprendre ses attentes, frustrations, motivations... dans l'objectif de créer des solutions pertinentes. « Il s’agit d’un processus d’innovation centré sur l’humain, l’idée est de passer par l’humain afin de proposer des solutions qui sont viables économiquement et réalisables technologiquement », explique Marie-Anne Haour. L’innovation ne naît pas d’une révélation géniale, c’est le résultat d’un processusLa D.School de l'Université de Stanford définit le design thinking comme un processus circulaire composé de 5 étapes. L'idée est d'itérer ce processus de co-créativité afin d’améliorer en continue le résultat de cette réflexion. Empathiser : pour bien comprendre le client.Définir : pour trouver de l'inspiration pour de nouvelles opportunités. Imaginer : pour répondre aux défis auxquels le client fait face. Prototyper : pour créer des solutions et des expériences qui font sens pour le client. Tester : pour recevoir du feedback. Essayer, se tromper... puis recommencerProcessus de Design Thinking - basé sur l'intervention de Marie-Anne HaourDécouvrez nos précédents creative mornings :Clément Marty, directeur de l’innovation du groupe Carrefour : innover, c’est désormais le rôle principal du grand groupe. 

LIRE PLUS