Anaxago Actualités Prêt à Pousser : une levée de fonds d'1,7 million d'euros pour développer la commercialisation des potagers citadins
Prêt à Pousser : une levée de fonds d'1,7 million d'euros pour développer la commercialisation des potagers citadins

Prêt à Pousser : une levée de fonds d'1,7 million d'euros pour développer la commercialisation des potagers citadins

Prêt à Pousser lève 1,7 million d'euros levés pour accélérer son développement commercial

Prêt à Pousser, le potager des cuisines urbaines

Depuis une quinzaine d’années, on assiste à une mutation du marché de l’agroalimentaire, trois évolutions majeures ont été identifiées : la perte de confiance des consommateurs envers les produits proposés (le marché du bio connaît ainsi une croissance moyenne de 14% par an), la volonté de redécouvrir le vrai goût des aliments et le besoin de proximité avec la nature.

La solution idéale est de cultiver son propre jardin potager, ce que fait d’ailleurs  2/3  de la population rurale. Qu’en est-il des citadins ? Ils manquent de temps, généralement d’espace et n’ont pas forcément la main verte pour cultiver des aliments à domicile. 

Prêt à Pousser a débuté fin 2012 lorsque Jérôme et Romain, deux amis en dernière année à l'Essec, ont vu des champignons pousser dans leur école en sortant d'un cours. Ni une, ni deux, les deux curieux se renseignent sur la culture des champignons et découvrent des initiatives en Europe et aux Etats-Unis pour faire pousser des champignons sur du marc de café.

 

Les fondateurs de Prêt à Pousser

Quelques semaines après, ils créent Prêt à Pousser et signent un partenariat avec une grande chaîne de café américaine pour recycler leur marc de café et le transformer en kit à champignons, dans leur atelier du nord parisien.

En 2014, face à l'augmentation de la demande, Prêt à Pousser externalise la fabrication des kits à des partenaires de confiance, ce qui laisse l'équipe se concentrer sur la commercialisation et le développement de nouveaux produits. Leur second produit, le potager d'intérieur Lilo, naît ainsi en 2015 après deux années de R&D.

 

Prêt à Poussrer - LILO & le kit à champignon

 

1,7 million d'euros levés au service du développement commercial

L'entreprise compte aujourd'hui plus de 350 points de vente et génère un chiffre d'affaires de 1,4 million d'euros. Prêt à Pousser annonce en plus de tous ces signaux verts de croissance une levée de fonds d'1,7 million d'euros levés auprès de différents acteurs : le fonds de capital-risque CAPAGRO, des business angels, un family office et auprès des investisseurs privés membres d'Anaxago.

Ces fonds vont permettre à l'entreprise de recruter de nouveaux talents pour doubler ses équipes afin de développer l'activité en France mais également à l'étranger. La gamme de produits va se développer notamment avec des capsules de différents types : aromates, fleurs, petits fruits et légumes.

 

 

Prêt à Pousser

Participez à de nouvelles aventures entrepreneuriales comme Prêt à Pousser sur Anaxago.

Revue de presse : Maddyness

Les dernières actualités

[Creative Morning] Marie-Anne Haour, experte du Design Thinking

Le Creative Morning, une moment d'échange avec une personnalité inspiranteUne fois par mois, nous organisons un creative morning entièrement dédié aux équipes d’Anaxago. Ces moments d'échange permettent de rencontrer chaque mois des personnalités inspirantes dans des domaines variés.Il y  a quelques jours nous avons eu le plaisir d’accueillir Marie-Anne Haour. Fondatrice de Simiya, elle a étudié le Design Thinking à Stanford et le pratique depuis bientôt 15 ans.Pourquoi l'expérience client de nombreux produits et services nés dans la Silicon Valley est-elle si fluide et rencontre-t-elle tant de succès ?Voici une trentaine d'années naissait dans la Silicon Valley une discipline qui a inspiré la plupart de ces très nombreux succès, le Design Thinking. C'est d’abord IDEO dans les années 1990, puis la d.school dans les années 2000, qui lui ont  donné toute son ampleur et depuis, de nombreuses entreprises innovantes, telles que Google, Netflix, Apple, IKEA et bien d'autres, l'utilisent. En allant interroger et observer les clients avec empathie par rapport à une problématique donnée, les designers construisent des prototypes qu'ils font tester et améliorent de façon itérative, c'est une méthodologie éprouvée par des milliers d'organisations innovantes.Qu’est-ce que le Design Thinking ?Le Design Thinking fait référence à un ensemble de méthodes permettant de répondre à  des besoin identifiés en appliquant une démarche similaire à celle d’un designer. Néanmoins, le mot “design” n’a pas la même définition en français qu’en anglais. En effet, alors qu’en français, on a tendance à associer le terme “design” au style, à la mode et à l’esthétique, en anglais, ce terme englobe la notion de conception de solution pour remplir une fonction particulière . D’après Steve Jobs, “certaines personnes pensent que le design se limite à l’apparence d’un objet. Mais en creusant un peu plus, on se rend compte qu’il s’agit de la façon dont il fonctionne.”Concrètement, le Design Thinking est une méthode créatrice de valeur, intégrant le point de vue de l'utilisateur dans l’objectif ultime de trouver des solutions à ses besoins. Le design thinking se fonde ainsi autour de trois piliers : La désirabilité. Identifier sur le terrain ce que les utilisateurs désirent.La faisabilité. Comprendre ce que la technologie et l'organisation de l'entreprise sont capables de faire.La viabilité. S'assurer de la viabilité économique. Le client au coeur du processus d'innovationLe design thinking consiste ainsi à mettre le client au coeur de votre réflection tout au long du processus d’innovation. Le but de cette méthode est de comprendre ses attentes, frustrations, motivations... dans l'objectif de créer des solutions pertinentes. « Il s’agit d’un processus d’innovation centré sur l’humain, l’idée est de passer par l’humain afin de proposer des solutions qui sont viables économiquement et réalisables technologiquement », explique Marie-Anne Haour. L’innovation ne naît pas d’une révélation géniale, c’est le résultat d’un processusLa D.School de l'Université de Stanford définit le design thinking comme un processus circulaire composé de 5 étapes. L'idée est d'itérer ce processus de co-créativité afin d’améliorer en continue le résultat de cette réflexion. Empathiser : pour bien comprendre le client.Définir : pour trouver de l'inspiration pour de nouvelles opportunités. Imaginer : pour répondre aux défis auxquels le client fait face. Prototyper : pour créer des solutions et des expériences qui font sens pour le client. Tester : pour recevoir du feedback. Essayer, se tromper... puis recommencerProcessus de Design Thinking - basé sur l'intervention de Marie-Anne HaourDécouvrez nos précédents creative mornings :Clément Marty, directeur de l’innovation du groupe Carrefour : innover, c’est désormais le rôle principal du grand groupe. 

LIRE PLUS