Anaxago Actualités Miroslava Duma : l’investisseur à suivre cette semaine
Miroslava Duma : l’investisseur à suivre cette semaine

Miroslava Duma : l’investisseur à suivre cette semaine

La plupart des acteurs du milieu de la mode connaissent le nom de Miroslava “Mira” Duma comme celui d’une des it-girls moscovites apparues ces dernières années pour arpenter les fashion weeks aux côtés de la designer Ulyana Sergeenko, la mannequin Natalia Vodianova, etc.

Descriptif Miroslava Duma


Née en Sibérie en 1985, ses premiers jobs la mènent de l’édition russe d’Harper’s Bazaar, à celle de Vogue puis au Tatler. Des magazines occidentaux exportés qui connurent rapidement un succès éclatant dans un pays prêt à embrasser pleinement les produits de luxe.

En cherchant plus de sens à son amour de la mode et des vêtements Mira Duma va rapidement lancer sa première entreprise : Buro 24/7.


Le succès de Buro 24/7

C’est en 2011, alors qu’elle s’implique pleinement dans le lancement de Forbes Woman en Russie qu’elle a sa première épiphanie.


“J’ai pensé : nous passons tous notre journée le nez sur nos smartphones, pourtant il n'existe pas de plate-forme unique pour trouver et lire tout ce dont j'ai besoin : le cinéma, la culture, la santé, la mode, l'art et l’art de vivre, etc.” 


Elle crée alors Buro 24/7 avec une amie d’enfance. Le site est immédiatement reconnu par les marques comme un portail d’entrée inespéré leur permettant d’accéder directement aux marchés émergents de la mode, non seulement en Russie mais au Mexique, au Moyen-Orient et en Australie où la fondatrice a vendu des licences de la plate-forme notamment au magnat de la presse Rupert Murdoch. Depuis, le site capte une grande partie du marché russe des médias de la mode et de l’art de vivre, et selon The Business of Fashion se classe second derrière Elle Russia avec 4,9 millions de visites par mois en Russie seulement.

Malgré tous ses efforts et le succès évident de Buro 24/7, Mira Duma se sent toujours à la recherche de quelque chose de plus. Un jour, assise au premier rang d’un défilé, entourée par, comme elle les appelle, « de jolie filles au visage figé dans des expressions graves, comme si elles allaient sauver le monde », elle se prend à penser : « Ok les amis, ça suffit, nous ne sauvons la vie de personne ici ». Mais ce n'est qu'après avoir découvert que la mode était l'une des plus grandes causes de pollution au monde (pour produire un t-shirt et une paire de jeans, il faut environ 20 000 litres d'eau), qu’elle trouve sa nouvelle vocation et que Fashion Tech Lab voit le jour.

 

“Je ne pouvais pas continuer à être une petite partie de cette grande propagande des produits de luxe. Il ne faisait pas sens pour moi d’appartenir à ce monde à moins que je fasse quelque chose pour le changer.”



De l’entrepreneuriat à l’investissement, Fashion Tech Lab

La société lancée au mois de Juillet repose sur trois piliers, explique-t-elle :


"C’est un hybride entre une société d'investissement, un accélérateur et un laboratoire expérimental." 


Nous recherchons les plus grands ingénieurs et scientifiques du monde. En Corée et au Japon, par exemple, il y a beaucoup de choses qui sont développées dans les panneaux solaires qui fonctionnent avec la science des matériaux, la nanotechnologie, la biotechnologie, les textiles intelligents et les wearables. Nous sélectionnons les projets et investissons chez eux l'argent que nous levons auprès des investisseurs.”

La plupart des nouvelles innovations que Duma explore avec FTL ressemblent à de la science-fiction : il y a les foulards "qualité Hermès" fabriqués à partir d'agrumes recyclés (Ferragamo vient de lancer une collection); le cuir cultivé à partir de cellules souches, "donc pas d’animaux maltraités"; les chemisiers à base de protéines de lait hydratant ou encore les T-shirts infusés avec de l'huile de menthe poivrée "anti-microbienne" qui peuvent être portés jusqu'à 20 fois "sans aucune mauvaise odeur".  La mission avouée de FTL est d'empêcher l'industrie de la mode d'être la deuxième industrie polluante après le pétrole. Le premier événement de FTL aura lieu au cours de la Semaine de la mode de Paris en octobre, et Delfina Delettrez Fendi (créatrice de bijoux italienne)  a été nommée commissaire créatif en chef de l’exposition. Elle a été chargée de présenter les technologies les plus novatrices de FTL de manière «inhabituelle et spectaculaire».

Un programme ambitieux et une investisseur passionnée, définitivement à suivre ces prochaines années.


L'investisseur à suivre suivant : Ashton Kutcher

Découvrir Fashion Tech LabSources de l’article : Porter Magazine, Fall 2017

Crédit Cover Photo : Inho Ko

Les dernières actualités

RENT 2019 : Ce qu'il fallait retenir de la 7ème édition du salon de la PropTech

[#RENT] Le @Salonrent bat son plein pour ce 2nd jour ! Venez nous rencontrer sur le stand @Anaxago_team dans le Village Startup 2 ! #proptech #rent2019 pic.twitter.com/BWhyGuopg2— Anaxago (@Anaxago_team) 7 novembre 2019Le RENT en chiffresL’équipe d’Anaxago s’est rendue à la 7ème édition du Salon RENT - Real Estate & New technologies, le plus grand rendez-vous de la PropTech en Europe. 15 000 mètres carrés, 8 000 visiteurs, 400 exposants (dont 120 start-ups) et 40 conférences sont les chiffres de cette nouvelle édition du RENT qui s’est déroulée les 6 et 7 Novembre 2019 au Parc des Expositions, Porte de Versailles à Paris. Anaxago était présent sur ce salon accompagné de 5 start-ups de son portefeuille d’investissement. On vous raconte ! Le petit déjeuner PropTech organisé par AnaxagoLe deuxième jour du RENT, à 9h30, Anaxago a accueilli des professionnels de l’immobilier et des fondateurs de start-ups PropTech pour présenter les participations de son portefeuille d’investissement et échanger autour des enjeux Proptech. Autour d’un petit déjeuner, Alexandre Héraud, Directeur des Participations chez Anaxago, nous a présenté sa vision de l’immobilier de demain puis a introduit MeilleureCopro, SmartHab, Smartrenting, Happywait et Ocus, avant que les représentants de ces start-ups ne présentent leur activité à l’auditoire.En direct du #salonrent #rent19 avec notre directeur de participations Alexandre Heraud pour le petit déjeuner #PropTech d’Anaxago pic.twitter.com/7PfmLC96rr— Anaxago (@Anaxago_team) 7 novembre 2019Une transaction blockchain uniqueLe 7 novembre dernier est un jour à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire de l’immobilier et de la technologie en France. En effet, Masteos, start-up spécialisée dans l'investissement locatif en immobilier a organisé la première transaction immobilière française reposant sur l’utilisation de la technologie blockchain entre deux particuliers. Cet investissement locatif a pris six minutes et a permis à un freelance d’accéder à de la capacité d’emprunt qui lui était hors d’atteinte dans le système traditionnel. Le concours de la startup ORPI et autres prixL’édition 2019 du salon RENT a été l’occasion de valoriser des projets prometteurs pour l’immobilier de demain. Retour sur les lauréats des différents concours : Prix “LA Start-up RENT” organisé par OrpiLors de cette édition, MeilleureCopro a remporté le premier prix du concours “LA Start-up RENT” organisé par Orpi. Ce concours récompense les sociétés innovantes dans le secteur de l’immobilier parmi un grand nombre de start-up françaises et étrangères.Edouard-Jean Clouet, Président de MeilleureCopro, a vu son entreprise récompensée après avoir pitché pendant 10 minutes face à un jury composé de professionnels de l’immobilier (Orpi, Nexity, LeBonCoin). Il devait convaincre sur l’ambition de l’entreprise, son originalité et la crédibilité de son modèle. Pari réussi pour MeilleureCopro, leader sur la maîtrise des charges de copropriété ! Retrouvez ici l’interview du fondateur de MeilleureCopro pour Anaxago Immobilier.[#RENT] Félicitations à @MeilleureCopro pour sa victoire au concours La Start-up #Rent @Orpi_France ! #proudinvestor #venturecapital #Proptech #rent2019— Anaxago (@Anaxago_team) 6 novembre 2019Prix de l’innovationLors de cette édition, Havr a été distingué par le Prix de l’Innovation remis par la Fédération Française de l’Internet Immobilier (FF2i) et Anaxago, investisseur spécialisé en immobilier. La société Havr développe des systèmes de contrôle d’accès avant-gardistes avec une serrure connectée, la BrightLock, contrôlable à distance, programmable et ne s’ouvrant que via un faisceau lumineux provenant du smartphone de l’utilisateur. Havr a su convaincre un jury présidé par le Président de FF2i, Stéphane Scarella, et composé d’un panel d’adhérents à la fédération. Prix académiquesCette année, deux étudiants ont été distingués pour leurs recherches.Le Prix Master a été décerné à Charles Finet (Université Paris Dauphine) pour son mémoire de Master 1 portant sur le Marketing des lotissements périurbains : l’architecture et l’urbanisme comme nouveaux dispositifs de considération. Le Prix Junior a été décerné à Lisa Marty (Université d’Evry Val d’Essonne) pour son mémoire L’agent immobilier face un à un avenir certain. En définitive, l’édition 2019 du Salon RENT aura été une fois de plus un évènement riche en rencontres et fructueux en synergies pour les acteurs de la Proptech et permet de dessiner chaque jour un peu plus les contours de l’immobilier et de la ville de demain. 

LIRE PLUS 

Comment Anaxago gère les risques des investissements dans l'immobilier

Chez Anaxago, nous avons historiquement été très actifs dans la gestion de nos risques. Notre métier réside dans l'analyse des risques en amont, le suivi puis la gestion des risques quand ils se manifestent. Anaxago est aujourd’hui la seule plateforme qui a été jusqu'à reprendre des chantiers au niveau opérationnel pour préserver le capital de ses investisseurs.À ce jour seules 2 participations ont été cédées sans plus-value (capital intégralement remboursé) sur 130 investissements réalisés, 0 perte en capital à dateLes programmes immobiliers du groupe TERLAT ont été rachetés et gérés par les équipes d'Anaxago et les investisseurs sont en cours de remboursement.Anaxago est aujourd’hui la seule plateforme qui a été jusqu'à reprendre des chantiers au niveau opérationnel pour préserver le capital de ses investisseurs.Retrouvez toutes nos statistiques liées à nos investissements immobilier iciLa gestion du risque chez Anaxago passe par plusieurs phases :1. Le suivi trimestriel des chantiers et des programmesDurant cette phase nous comparons les écarts entre les projections et l'avancée réelle au niveau technique, commercial et financier et dressons chaque trimestre un reporting dédié pour les investisseurs de chaque opération.2. En cas de retardEn cas de retard sur une opération, Anaxago prévoit une possibilité contractuelle pour les partenaires financiers d'avoir recours à une période de prorogation de 6 à 12 mois. Durant cette période, les intérêts dus par l’opérateur continuent à courir et sont parfois majorés.3. En cas de défaut de paiement Le dossier passe en recouvrement et cela passe le plus souvent par la mise en place d'un moratoire pour échelonner le paiement, notamment dans le cas de décalage dans le temps de la commercialisation ou du chantier.C'est à ce moment là que les garanties peuvent être activées mais dans 90% des cas nous travaillons avec l'opérateur pour trouver une solution aux problèmes rencontrés. Les défauts viennent le plus souvent d'aléas au niveau du passage des ventes, des obtentions de crédit par les acquéreurs etc.  4. En cas de difficultés plus importantesNous travaillons dans ce cas là à un protocole avec l'opérateur qui vise à mettre en place des garanties complémentaires, échelonner les paiements et trouver des solutions opérationnelles pour la gestion des difficultés. Nous sommes même allés jusqu'à la reprise opérationnelle du programme, ce que nous avons fait dans le cadre du dossier TERLAT. Savoir anticiper et maitriser les risques liés à un investissementLe principal risque que nous devons gérer est le risque de temps et contractuellement, la rémunération des investisseurs reste due même en cas de retard.Toutefois lorsque le projet affiche une perte importante due à des travaux plus importants par exemple, le risque de voir la rémunération réduite est plus important car la solvabilité de l'émetteur baisse et en cas de grandes difficultés, une perte en capital peut être constatée.Il ne faut pas oublier que les rendements élevés de ces investissements sont liés au niveau de risque des sous-jacents, quand bien même il s'agit d'immobilier. À la grande différence des SCPIs par exemple qui investissent uniquement dans des actifs existants avec des revenus réguliers. Quelles garanties pour protéger nos investissements ?Les garanties négociées en amont avec nos partenaires financiers permettent également de limiter le risque : - Garantie à première demande de la société mère et/ou des associés- Nantissement des titres de la société détenue - Hypothèques etc. Ces garanties sont pour chaque investissement indiquées dans la documentation financière fournie par Anaxago avant toute décision d'investissement sur la plateforme.

LIRE PLUS