Anaxago Actualités Les questions des investisseurs d’ANAXAGO à OuiFlash
Les questions des investisseurs d’ANAXAGO à OuiFlash

Les questions des investisseurs d’ANAXAGO à OuiFlash

Quels sont les principaux axes de différenciation de la startup qui révolutionne le marché de la photographie professionnelle ?

Après avoir bénéficié d’une visibilité importante lors de sa levée de fonds grâce à sa présence lors d’évènements de grande ampleur, comme le MIPIM ou le Batibouw, OuiFlash a désormais validé son opération sur ANAXAGO avec 800 000 euros collectés sur 850 000 euros recherchés. Beaucoup d’entre vous nous ont posé des questions sur le fonctionnement et les perspectives de la société, découvrez, dès à présent, des axes de réflexion et des éléments de réponse.

 


L’équipe d’ANAXAGO répond à vos interrogations sur OuiFlash

 

Pourquoi OuiFlash lève des fonds aujourd’hui ?

Aujourd’hui OuiFlash fait face à une demande forte de la part de clients grands comptes qui souhaitent se développer sur toute la France et à l’international.

 

Lever des fonds doit permettre la structuration commerciale et le suivi des opérations grâce au recrutement d’une équipe commerciale, à l’intensification du développement technique et au développement sur la zone Europe-Moyen Orient. Ce déploiement pourra se faire via une stratégie opportuniste d'accompagnement des clients actuels, UberEats notamment, mais les investissements devront rester limités dans un premier temps.

 

NB : la société a réussi un développement remarquable en restant peu capitalisée jusqu’à aujourd’hui grâce à la présence de Cosa Vostra parmi les actionnaires historiques, qui a apporté 40 000 euros de compte courant d’associés et surtout 125 000 euros de prestations de développement et de design informatique facturé à prix coûtant.

 

Quels objectifs clés seront atteints grâce à la levée ?

La société souhaite atteindre, d’ici décembre 2017, un objectif total de 37 000 reportages et dépasser les 4 millions d’euros de chiffre d’affaires en cumulé depuis la création de la société. L’opération sera néanmoins considérée comme un succès dès le dépassement des 20 000 reportages.

 

De plus, OuiFlash souhaite amorcer son lancement commercial sur 3 zones européennes supplémentaires : Benelux, Espagne et Scandinavie dans un premier temps et en Moyen-Orient dans un second temps et de manière opportuniste selon les partenariats avec les réseaux locaux pour atteindre les 5 500 photographes, vidéastes et autres producteurs d’images sur l’ensemble des pays.

 

Quels sont les 3 principaux risques pour OuiFlash?

- quelques clients représentent une part très significative du chiffre d’affaires actuel, la perte de l’un ou plusieurs d’entre eux serait pénalisante pour les perspectives 2017 actuelles et la vitesse de déploiement à l’international

- la société a besoin de pouvoir traiter rapidement un grand nombre de photos, et les augmentations de volumes peuvent être brutales (signature de nouveaux contrats…) : il existe un risque sur le temps de recrutement des photographes / vidéastes et dans une moindre mesure des prestataires de post-production (en attendant le développement de son automatisation informatique) nécessaires pour assurer la montée en charge du volume d’images traité

- les photographes de la plateforme sont indépendants, un risque de requalification de leur statut en salarié ne peut jamais être totalement écarté. Cependant vu que de nombreux photographes ne travaillent pas de manière exclusive pour Ouiflash, se risque est diminué. D’autre part, de plus grandes sociétés posent ce sujet (Uber etc.) et la jurisprudence qui pourrait en découler laissera le temps à Ouiflash de repositionner sa relation avec les photographes de manière à ne pas les mettre en dépendance.

 

Quels sont les critères de succès des dirigeants à 5 ans ?

Les dirigeants ont l’ambition d’ici 5 ans de :

- devenir leader sur au moins 3 marchés européens

- atteindre un résultat d’exploitation de 10 millions d’euros

- devenir le spécialiste de référence sur le marché des drones et de la visite virtuelle

 

Pourquoi investir sur ce marché ?

Il existe actuellement une explosion de l'usage commercial des images sur le Web : elles deviennent de véritables arguments de vente et un réel facteur de différenciation pour les grands comptes comme les commerces indépendants sur de nombreuses verticales (mode, packshot*, corporate, etc.). De plus, les évolutions technologiques majeures (drones, réalité virtuelle) sont autant des leviers de croissance long terme pour le marché de l’image. Enfin, grâce aux grands groupes internationaux (Nexity, UberEATS, etc.) le développement de la société à l’échelle européenne est simplifiée.

*Un packshot est une photographie de haute qualité d'un produit sur un fond uni servant à présenter ce dernier.

 

 

 

 

Quelles opportunités de sortie pour les investisseurs?

Les 3 principales opportunités de sortie considérées aujourd’hui pour les investisseurs sont les suivantes :

- rachat des historiques par un fonds de capital-développement souhaitant accompagner la société sur son internationalisation (par exemple Soft Tech VC)

- rachat de la société par un concurrent international (par exemple Roundme) ou un client / industriel cherchant à intégrer verticalement son activité (par exemple Webedia, La boite immo, Pages Jaunes)

- rachat de tout ou partie des investisseurs par les dirigeants (management buy out, ou MBO) pourrait également être envisagé au regard de la récurrence des flux financiers et de la rentabilité potentielle du modèle (supérieur à 2 millions d’euros de résultat net annuel sous 3 à 5 ans)

 

Quels sont les atouts de la Société par rapport à la concurrence ?

Aujourd’hui, OuiFlash est le seul acteur positionné à 100 % sur le B2B, particulièrement sur les grands comptes. Quatre autres acteurs (Meero, MyPhotoAgency, Picmo et Ooshot), d’une plus anciens dans le domaine, s’occupent également du segment B2C. Les deux premiers représentent une concurrence directe (segments immobilier et Food, large réseau de photographes) à la différence que MyPhotoAgency n’intègre que la photographie.

 

OuiFlash se différencie réellement par sa rapidité d’exécution (plus de contrat signés en 6 mois par OuiFlash que par ses concurrents en 3 ans) et par son expérience utilisateur (elle propose une intégration de sa plateforme aux systèmes d’information de ses clients grands comptes, en plus d’offrir une gamme diversifiée d’offres : photos, vidéos, drones, 360°, etc).

 

Dans un contexte de barrières à l’entrée limitées et de faible fidélisation des clients, la menace de nouveaux entrants semble être réelle à moyen terme.

 

Quelles sont les modalités des contrats proposés aux partenaires de OuiFlash ?

OuiFlash a plusieurs types de contrats mais privilégie les contrats avec engagement de volume sur l’année et exclusivité.

 

Leurs clients grands comptes cherchent des relations commerciales pérennes : la société participe le plus souvent à des appels d’offre ce qui consolide un engagement fort de leur part.

 

OuiFlash a fondé ses projections sur le renouvellement de ses contrats grands comptes sur 2 - 3 ans et une activité en Europe avec ses clients existants (UberEARTS notamment). Où en sont les démarches et les négociations pour le renouvellement de ces contrats ?

 

Le renouvellement des contrats se fait grâce à une exécution parfaite, l'intégration dans leur système d'information et le maintien d’excellentes relations. La société est à l’heure actuelle en phase de commercialisation permanente, donc en cas de problème sur un partenariat et étant donné la structure des accords, OuiFlash aura le temps pour démarcher de nouveaux partenaires qui viendront remplacer ces comptes qui seraient perdus.

 

Quelle est la stratégie de diversification de la base client de OuiFlash ?

La stratégie commerciale depuis le lancement de OuiFlash réside dans le ciblage de grands comptes : c'est l’axe de différenciation sur lequel les fondateurs de OuiFlash ont décidé de se positionner.

 

Ces derniers continuent de négocier de nouveaux partenariats avec des comptes de mêmes niveaux et entament des partenariats avec des comptes de taille intermédiaire comme Restopolitan, Zenchef, Selency ou BureauxLocaux. Enfin ils conservent les comptes indépendants comme dans le cas de l’immobilier avec les agents indépendants.

 

Ces 3 types de cibles sont traitées de manière différenciée avec des équipes commerciales en phase de recrutement, spécialisées par type de compte.

 

 

 

 

 

Revue de presse :

- OuiFlash - La photo panoramique et les visites virtuelles

- Maddyness - Des reportages photos en 24h avec OuiFlash

- YouTube - Découvrez OuiFlash avec Thibaud, Cofondateur & CEO

 

Les dernières actualités

[Anaxago Ventures] La startup Comitam rachetée par le leader des services funéraires en France

Comitam, le digital au service des pompes funèbresCréée en 2011 par Camille Strozecki, un alumni HEC, et Matthieu Courson, la startup Comitam est une plateforme d’organisations d’obsèques mettant en relation les familles en deuil avec des pompes funèbres locales. La plateforme couvre l’ensemble des métiers du funéraire, notamment l’assurance obsèques, la fin de vie, la sépulture, etc.Intervenant dans un contexte délicat, la startup Comitam a su asseoir une image de professionnalisme et de soutien efficace dans la situation difficile de la gestion du décès d’un proche. "Ce rapprochement va donner une nouvelle dimension à Comitam et assurer une belle rentabilité pour les actionnaires Anaxago, c'est un deal parfait pour toutes les parties prenantes" témoigne Camille Strozecki à propos du rachat.La digitalisation par croissance externe, un choix stratégiquePrésent sur un marché unique et sensible, Comitam a su apporter un service qui s’adapte à la digitalisation croissante des nouveaux usages que l’on retrouve même dans les rites funéraires. La plateforme permet d’accéder à une large gamme de services mais aussi de prestataires permettant ainsi de bénéficier d’une information complète rapidement ainsi que d’un accompagnement professionnel.Une nouvelle sortie positive pour le portefeuille Anaxago VenturesSur 75 investissements, la cession de Comitam marque la 11ème cession positive réalisée par Anaxago. Positionnés sur le financement de startup en early stage innovant dans le digital, Anaxago est devenu en quelques années un acteur reconnu du capital innovation aux côtés de fonds comme Newfund, Seventure Partners, etc.Or, à ce jour aucun fonds français ne communique directement sur ses performances. L’étude annuelle menée par France Invest permet de connaître le multiple de performance moyen d’un investissement dans les fonds de VC français qui s’établissait à 1,09X à fin 2018 ( avec 0,62X de retour réalisé et 0,48X de retour à venir -ou potentiel-, soit la valeur estimative nette des fonds divisée par les capitaux appelés).A un multiple de 1,67 pour ses investisseurs, la cession de Comitam surperforme les statistiques du secteur et encore plus de son année car le multiple de performance moyen à fin 2017 pour les investissements réalisés en 2014 était de 0,82."L'implication de François Carbone [Président d’Anaxago] au board de Comitam a été essentielle, elle a permis de passer des étapes clefs pour l’entreprise. Surtout il a réussi à défendre les actionnaires Anaxago tout en s'attachant toujours d'abord à la réussite du projet" souligne Camille Strozecki. La levée de fonds de Comitam, un premier tour en early stage avait rassemblé 22 actionnaires Anaxago pour un ticket d’investissement moyen un peu supérieur à 9 000€. Étude France Invest sur la performance du Capital innovation en France

LIRE PLUS 

[ Anaxago Ventures ] Nouvelle participation proptech pour Anaxago : MeilleureCopro lève 3 millions d’euros

Investir dans la proptech, une évidence pour AnaxagoLe secteur de l’immobilier est en train de vivre sa révolution numérique et des usages. Pour saisir la vague d’opportunités qui accompagne ces multiples transformations, Anaxago a choisi de concentrer une partie de ses investissements ventures dans la proptech. Exploitant ainsi une profonde connaissance en interne des tendances de l’innovation dans le secteur de l’immobilier.Un tropisme naturel pour les équipes d’investissement d’Anaxago dont la grande expertise d’investissement dans l’immobilier pousse à accompagner les professionnels du secteur à la fois dans le financement de leur activité mais aussi dans l’innovation qui bouleversent aujourd’hui leurs métiers. Depuis 12 mois, avec le recrutement d’Alexandre Héraud (ex-Xerys) au poste de Directeur des Participations, l’équipe venture d’Anaxago a identifié plus de 400 proptechs, pour en rencontrer 120 et finalement investir dans 7 d’entre elles. L’importance du deal flow et le taux de sélection très stricte d’Anaxago sont à rapprocher de notre thèse d’investissement dans la proptech : nos équipes d’investissement se concentrent sur les startups présentant des opportunités de synergie concrètes avec nos clients professionnels de l’immobilier. L’idée étant d’éviter à tout prix les concepts dit “gadgets” ou simplement features nice to have. Nous garantissons la mise en relation entre startups et promoteurs pour assurer ainsi plusieurs mois de chiffres d’affaires aux entreprises financées.MeilleureCopro devient la 8ème participation proptech d’AnaxagoDepuis 2012, le groupe Anaxago a investi dans des sociétés disposant d’un projet de croissance ambitieux, avec des équipes impliquées financièrement, des plans de développement reposant sur des hypothèses crédibles et des marchés en devenir ou en mutation. À l’heure actuelle, le groupe a plus de 40 startups en portefeuille dont 8 entreprises issues de la Proptech.Une des premières startups proptech financées par la plateforme : Somhome fondée par Jean-Philippe Bertin, avait été cédée en 2016 au groupe Foncia pour un TRI supérieur à 50%. « La maîtrise des charges est un enjeu pour les copropriétaires, les locataires mais aussi pour les professionnels de l'immobilier. Notre équipe a identifié la rationalisation du budget des copropriétés comme une urgence compte tenu de l'évolution des charges sur les 10 dernières années. Grâce à sa technologie et l'expertise de son équipe, MeilleureCopro apporte une solution concrète et est en bonne position pour profiter de cette opportunité de marché.» précise Alexandre Héraud, Directeur des participations chez Anaxago.L’histoire de MeilleureCoproAlors que le marché des charges de copropriété représente en France 40 Mds €/an, et que les charges de copropriété ont augmenté de près de 40% en 10 ans, 93% des copropriétaires estiment aujourd’hui payer trop de charges. En cause ? Des syndics manquant de temps et d’outils pour renégocier aux meilleures conditions de marché les contrats. Portée par la préoccupation de payer le juste montant de charges en bénéficiant de prestations de qualité, Edouard-Jean Clouet, (diplômé de l’Ecole Centrale et d’HEC Paris) a lancé en janvier 2017 la société MeilleureCopro pour accompagner tous les acteurs de la copropriété dans l’optimisation des charges d’un immeuble (Gaz, électricité, assurance, maintenance et entretien, nettoyage etc.). « Avant de lancer MeilleureCopro, j’ai épluché l’ensemble des documents de ma copropriété et j’ai détecté les doublons, les dépenses inutiles et les contrats qui ne correspondaient pas à la réalité de mon immeuble. Après un lourd travail de mise en concurrence, j’ai réussi à faire baisser les charges de 60% à qualité de prestations comparable ! J’ai vite remarqué qu’il y avait un vrai besoin sur le marché. Aujourd’hui, c’est grâce à une équipe d’une vingtaine de personnes, spécialisées en copropriété, en négociation et en développement que nous pouvons redonner du pouvoir d’achat au quotidien à des milliers de copropriétaires », raconte Edouard-Jean Clouet.En savoir plus sur la levée de fonds de MeilleureCopro sur Frenchweb

LIRE PLUS