Anaxago Actualités Les questions des investisseurs d’ANAXAGO à OuiFlash
Les questions des investisseurs d’ANAXAGO à OuiFlash

Les questions des investisseurs d’ANAXAGO à OuiFlash

Quels sont les principaux axes de différenciation de la startup qui révolutionne le marché de la photographie professionnelle ?

Après avoir bénéficié d’une visibilité importante lors de sa levée de fonds grâce à sa présence lors d’évènements de grande ampleur, comme le MIPIM ou le Batibouw, OuiFlash a désormais validé son opération sur ANAXAGO avec 800 000 euros collectés sur 850 000 euros recherchés. Beaucoup d’entre vous nous ont posé des questions sur le fonctionnement et les perspectives de la société, découvrez, dès à présent, des axes de réflexion et des éléments de réponse.

 


L’équipe d’ANAXAGO répond à vos interrogations sur OuiFlash

 

Pourquoi OuiFlash lève des fonds aujourd’hui ?

Aujourd’hui OuiFlash fait face à une demande forte de la part de clients grands comptes qui souhaitent se développer sur toute la France et à l’international.

 

Lever des fonds doit permettre la structuration commerciale et le suivi des opérations grâce au recrutement d’une équipe commerciale, à l’intensification du développement technique et au développement sur la zone Europe-Moyen Orient. Ce déploiement pourra se faire via une stratégie opportuniste d'accompagnement des clients actuels, UberEats notamment, mais les investissements devront rester limités dans un premier temps.

 

NB : la société a réussi un développement remarquable en restant peu capitalisée jusqu’à aujourd’hui grâce à la présence de Cosa Vostra parmi les actionnaires historiques, qui a apporté 40 000 euros de compte courant d’associés et surtout 125 000 euros de prestations de développement et de design informatique facturé à prix coûtant.

 

Quels objectifs clés seront atteints grâce à la levée ?

La société souhaite atteindre, d’ici décembre 2017, un objectif total de 37 000 reportages et dépasser les 4 millions d’euros de chiffre d’affaires en cumulé depuis la création de la société. L’opération sera néanmoins considérée comme un succès dès le dépassement des 20 000 reportages.

 

De plus, OuiFlash souhaite amorcer son lancement commercial sur 3 zones européennes supplémentaires : Benelux, Espagne et Scandinavie dans un premier temps et en Moyen-Orient dans un second temps et de manière opportuniste selon les partenariats avec les réseaux locaux pour atteindre les 5 500 photographes, vidéastes et autres producteurs d’images sur l’ensemble des pays.

 

Quels sont les 3 principaux risques pour OuiFlash?

- quelques clients représentent une part très significative du chiffre d’affaires actuel, la perte de l’un ou plusieurs d’entre eux serait pénalisante pour les perspectives 2017 actuelles et la vitesse de déploiement à l’international

- la société a besoin de pouvoir traiter rapidement un grand nombre de photos, et les augmentations de volumes peuvent être brutales (signature de nouveaux contrats…) : il existe un risque sur le temps de recrutement des photographes / vidéastes et dans une moindre mesure des prestataires de post-production (en attendant le développement de son automatisation informatique) nécessaires pour assurer la montée en charge du volume d’images traité

- les photographes de la plateforme sont indépendants, un risque de requalification de leur statut en salarié ne peut jamais être totalement écarté. Cependant vu que de nombreux photographes ne travaillent pas de manière exclusive pour Ouiflash, se risque est diminué. D’autre part, de plus grandes sociétés posent ce sujet (Uber etc.) et la jurisprudence qui pourrait en découler laissera le temps à Ouiflash de repositionner sa relation avec les photographes de manière à ne pas les mettre en dépendance.

 

Quels sont les critères de succès des dirigeants à 5 ans ?

Les dirigeants ont l’ambition d’ici 5 ans de :

- devenir leader sur au moins 3 marchés européens

- atteindre un résultat d’exploitation de 10 millions d’euros

- devenir le spécialiste de référence sur le marché des drones et de la visite virtuelle

 

Pourquoi investir sur ce marché ?

Il existe actuellement une explosion de l'usage commercial des images sur le Web : elles deviennent de véritables arguments de vente et un réel facteur de différenciation pour les grands comptes comme les commerces indépendants sur de nombreuses verticales (mode, packshot*, corporate, etc.). De plus, les évolutions technologiques majeures (drones, réalité virtuelle) sont autant des leviers de croissance long terme pour le marché de l’image. Enfin, grâce aux grands groupes internationaux (Nexity, UberEATS, etc.) le développement de la société à l’échelle européenne est simplifiée.

*Un packshot est une photographie de haute qualité d'un produit sur un fond uni servant à présenter ce dernier.

 

 

 

 

Quelles opportunités de sortie pour les investisseurs?

Les 3 principales opportunités de sortie considérées aujourd’hui pour les investisseurs sont les suivantes :

- rachat des historiques par un fonds de capital-développement souhaitant accompagner la société sur son internationalisation (par exemple Soft Tech VC)

- rachat de la société par un concurrent international (par exemple Roundme) ou un client / industriel cherchant à intégrer verticalement son activité (par exemple Webedia, La boite immo, Pages Jaunes)

- rachat de tout ou partie des investisseurs par les dirigeants (management buy out, ou MBO) pourrait également être envisagé au regard de la récurrence des flux financiers et de la rentabilité potentielle du modèle (supérieur à 2 millions d’euros de résultat net annuel sous 3 à 5 ans)

 

Quels sont les atouts de la Société par rapport à la concurrence ?

Aujourd’hui, OuiFlash est le seul acteur positionné à 100 % sur le B2B, particulièrement sur les grands comptes. Quatre autres acteurs (Meero, MyPhotoAgency, Picmo et Ooshot), d’une plus anciens dans le domaine, s’occupent également du segment B2C. Les deux premiers représentent une concurrence directe (segments immobilier et Food, large réseau de photographes) à la différence que MyPhotoAgency n’intègre que la photographie.

 

OuiFlash se différencie réellement par sa rapidité d’exécution (plus de contrat signés en 6 mois par OuiFlash que par ses concurrents en 3 ans) et par son expérience utilisateur (elle propose une intégration de sa plateforme aux systèmes d’information de ses clients grands comptes, en plus d’offrir une gamme diversifiée d’offres : photos, vidéos, drones, 360°, etc).

 

Dans un contexte de barrières à l’entrée limitées et de faible fidélisation des clients, la menace de nouveaux entrants semble être réelle à moyen terme.

 

Quelles sont les modalités des contrats proposés aux partenaires de OuiFlash ?

OuiFlash a plusieurs types de contrats mais privilégie les contrats avec engagement de volume sur l’année et exclusivité.

 

Leurs clients grands comptes cherchent des relations commerciales pérennes : la société participe le plus souvent à des appels d’offre ce qui consolide un engagement fort de leur part.

 

OuiFlash a fondé ses projections sur le renouvellement de ses contrats grands comptes sur 2 - 3 ans et une activité en Europe avec ses clients existants (UberEARTS notamment). Où en sont les démarches et les négociations pour le renouvellement de ces contrats ?

 

Le renouvellement des contrats se fait grâce à une exécution parfaite, l'intégration dans leur système d'information et le maintien d’excellentes relations. La société est à l’heure actuelle en phase de commercialisation permanente, donc en cas de problème sur un partenariat et étant donné la structure des accords, OuiFlash aura le temps pour démarcher de nouveaux partenaires qui viendront remplacer ces comptes qui seraient perdus.

 

Quelle est la stratégie de diversification de la base client de OuiFlash ?

La stratégie commerciale depuis le lancement de OuiFlash réside dans le ciblage de grands comptes : c'est l’axe de différenciation sur lequel les fondateurs de OuiFlash ont décidé de se positionner.

 

Ces derniers continuent de négocier de nouveaux partenariats avec des comptes de mêmes niveaux et entament des partenariats avec des comptes de taille intermédiaire comme Restopolitan, Zenchef, Selency ou BureauxLocaux. Enfin ils conservent les comptes indépendants comme dans le cas de l’immobilier avec les agents indépendants.

 

Ces 3 types de cibles sont traitées de manière différenciée avec des équipes commerciales en phase de recrutement, spécialisées par type de compte.

 

 

 

 

 

Revue de presse :

- OuiFlash - La photo panoramique et les visites virtuelles

- Maddyness - Des reportages photos en 24h avec OuiFlash

- YouTube - Découvrez OuiFlash avec Thibaud, Cofondateur & CEO

 

Les dernières actualités

RENT 2019 : Ce qu'il fallait retenir de la 7ème édition du salon de la PropTech

[#RENT] Le @Salonrent bat son plein pour ce 2nd jour ! Venez nous rencontrer sur le stand @Anaxago_team dans le Village Startup 2 ! #proptech #rent2019 pic.twitter.com/BWhyGuopg2— Anaxago (@Anaxago_team) 7 novembre 2019Le RENT en chiffresL’équipe d’Anaxago s’est rendue à la 7ème édition du Salon RENT - Real Estate & New technologies, le plus grand rendez-vous de la PropTech en Europe. 15 000 mètres carrés, 8 000 visiteurs, 400 exposants (dont 120 start-ups) et 40 conférences sont les chiffres de cette nouvelle édition du RENT qui s’est déroulée les 6 et 7 Novembre 2019 au Parc des Expositions, Porte de Versailles à Paris. Anaxago était présent sur ce salon accompagné de 5 start-ups de son portefeuille d’investissement. On vous raconte ! Le petit déjeuner PropTech organisé par AnaxagoLe deuxième jour du RENT, à 9h30, Anaxago a accueilli des professionnels de l’immobilier et des fondateurs de start-ups PropTech pour présenter les participations de son portefeuille d’investissement et échanger autour des enjeux Proptech. Autour d’un petit déjeuner, Alexandre Héraud, Directeur des Participations chez Anaxago, nous a présenté sa vision de l’immobilier de demain puis a introduit MeilleureCopro, SmartHab, Smartrenting, Happywait et Ocus, avant que les représentants de ces start-ups ne présentent leur activité à l’auditoire.En direct du #salonrent #rent19 avec notre directeur de participations Alexandre Heraud pour le petit déjeuner #PropTech d’Anaxago pic.twitter.com/7PfmLC96rr— Anaxago (@Anaxago_team) 7 novembre 2019Une transaction blockchain uniqueLe 7 novembre dernier est un jour à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire de l’immobilier et de la technologie en France. En effet, Masteos, start-up spécialisée dans l'investissement locatif en immobilier a organisé la première transaction immobilière française reposant sur l’utilisation de la technologie blockchain entre deux particuliers. Cet investissement locatif a pris six minutes et a permis à un freelance d’accéder à de la capacité d’emprunt qui lui était hors d’atteinte dans le système traditionnel. Le concours de la startup ORPI et autres prixL’édition 2019 du salon RENT a été l’occasion de valoriser des projets prometteurs pour l’immobilier de demain. Retour sur les lauréats des différents concours : Prix “LA Start-up RENT” organisé par OrpiLors de cette édition, MeilleureCopro a remporté le premier prix du concours “LA Start-up RENT” organisé par Orpi. Ce concours récompense les sociétés innovantes dans le secteur de l’immobilier parmi un grand nombre de start-up françaises et étrangères.Edouard-Jean Clouet, Président de MeilleureCopro, a vu son entreprise récompensée après avoir pitché pendant 10 minutes face à un jury composé de professionnels de l’immobilier (Orpi, Nexity, LeBonCoin). Il devait convaincre sur l’ambition de l’entreprise, son originalité et la crédibilité de son modèle. Pari réussi pour MeilleureCopro, leader sur la maîtrise des charges de copropriété ! Retrouvez ici l’interview du fondateur de MeilleureCopro pour Anaxago Immobilier.[#RENT] Félicitations à @MeilleureCopro pour sa victoire au concours La Start-up #Rent @Orpi_France ! #proudinvestor #venturecapital #Proptech #rent2019— Anaxago (@Anaxago_team) 6 novembre 2019Prix de l’innovationLors de cette édition, Havr a été distingué par le Prix de l’Innovation remis par la Fédération Française de l’Internet Immobilier (FF2i) et Anaxago, investisseur spécialisé en immobilier. La société Havr développe des systèmes de contrôle d’accès avant-gardistes avec une serrure connectée, la BrightLock, contrôlable à distance, programmable et ne s’ouvrant que via un faisceau lumineux provenant du smartphone de l’utilisateur. Havr a su convaincre un jury présidé par le Président de FF2i, Stéphane Scarella, et composé d’un panel d’adhérents à la fédération. Prix académiquesCette année, deux étudiants ont été distingués pour leurs recherches.Le Prix Master a été décerné à Charles Finet (Université Paris Dauphine) pour son mémoire de Master 1 portant sur le Marketing des lotissements périurbains : l’architecture et l’urbanisme comme nouveaux dispositifs de considération. Le Prix Junior a été décerné à Lisa Marty (Université d’Evry Val d’Essonne) pour son mémoire L’agent immobilier face un à un avenir certain. En définitive, l’édition 2019 du Salon RENT aura été une fois de plus un évènement riche en rencontres et fructueux en synergies pour les acteurs de la Proptech et permet de dessiner chaque jour un peu plus les contours de l’immobilier et de la ville de demain. 

LIRE PLUS 

Comment Anaxago gère les risques des investissements dans l'immobilier

Chez Anaxago, nous avons historiquement été très actifs dans la gestion de nos risques. Notre métier réside dans l'analyse des risques en amont, le suivi puis la gestion des risques quand ils se manifestent. Anaxago est aujourd’hui la seule plateforme qui a été jusqu'à reprendre des chantiers au niveau opérationnel pour préserver le capital de ses investisseurs.À ce jour seules 2 participations ont été cédées sans plus-value (capital intégralement remboursé) sur 130 investissements réalisés, 0 perte en capital à dateLes programmes immobiliers du groupe TERLAT ont été rachetés et gérés par les équipes d'Anaxago et les investisseurs sont en cours de remboursement.Anaxago est aujourd’hui la seule plateforme qui a été jusqu'à reprendre des chantiers au niveau opérationnel pour préserver le capital de ses investisseurs.Retrouvez toutes nos statistiques liées à nos investissements immobilier iciLa gestion du risque chez Anaxago passe par plusieurs phases :1. Le suivi trimestriel des chantiers et des programmesDurant cette phase nous comparons les écarts entre les projections et l'avancée réelle au niveau technique, commercial et financier et dressons chaque trimestre un reporting dédié pour les investisseurs de chaque opération.2. En cas de retardEn cas de retard sur une opération, Anaxago prévoit une possibilité contractuelle pour les partenaires financiers d'avoir recours à une période de prorogation de 6 à 12 mois. Durant cette période, les intérêts dus par l’opérateur continuent à courir et sont parfois majorés.3. En cas de défaut de paiement Le dossier passe en recouvrement et cela passe le plus souvent par la mise en place d'un moratoire pour échelonner le paiement, notamment dans le cas de décalage dans le temps de la commercialisation ou du chantier.C'est à ce moment là que les garanties peuvent être activées mais dans 90% des cas nous travaillons avec l'opérateur pour trouver une solution aux problèmes rencontrés. Les défauts viennent le plus souvent d'aléas au niveau du passage des ventes, des obtentions de crédit par les acquéreurs etc.  4. En cas de difficultés plus importantesNous travaillons dans ce cas là à un protocole avec l'opérateur qui vise à mettre en place des garanties complémentaires, échelonner les paiements et trouver des solutions opérationnelles pour la gestion des difficultés. Nous sommes même allés jusqu'à la reprise opérationnelle du programme, ce que nous avons fait dans le cadre du dossier TERLAT. Savoir anticiper et maitriser les risques liés à un investissementLe principal risque que nous devons gérer est le risque de temps et contractuellement, la rémunération des investisseurs reste due même en cas de retard.Toutefois lorsque le projet affiche une perte importante due à des travaux plus importants par exemple, le risque de voir la rémunération réduite est plus important car la solvabilité de l'émetteur baisse et en cas de grandes difficultés, une perte en capital peut être constatée.Il ne faut pas oublier que les rendements élevés de ces investissements sont liés au niveau de risque des sous-jacents, quand bien même il s'agit d'immobilier. À la grande différence des SCPIs par exemple qui investissent uniquement dans des actifs existants avec des revenus réguliers. Quelles garanties pour protéger nos investissements ?Les garanties négociées en amont avec nos partenaires financiers permettent également de limiter le risque : - Garantie à première demande de la société mère et/ou des associés- Nantissement des titres de la société détenue - Hypothèques etc. Ces garanties sont pour chaque investissement indiquées dans la documentation financière fournie par Anaxago avant toute décision d'investissement sur la plateforme.

LIRE PLUS