Anaxago Actualités Les ICOs : une menace pour le capital risque ?
Les ICOs : une menace pour le capital risque ?

Les ICOs : une menace pour le capital risque ?

Selon le Wall Street Journal, au troisième trimestre 2017, les ICO (Initial Coin Offering) auraient permis de lever autant d'argent dans le monde que le capital-risque. Comment s'explique un tel succès ? Dans les années à venir, les ICO pourraient-elles sérieusement menacer le capital-risque ?

Les ICOs, un marché en plein essor


Le monde de la finance aime les belles histoires, et la belle histoire de 2017 tient en un simple sigle de trois lettres : ICO. Ces levées de fonds inspirées des introductions en Bourse, où les "tokens" en crypto-monnaies remplacent les actions, ont permis à 170 entreprises de lever au total 2,3 milliards de dollars dans le monde au cours des neufs premiers mois de l'année. Ce montant a été multiplié par 20 fois par rapport à la même période de l'année 2016.

Et ce n'est pas fini : selon le site Token Report, au 20 novembre 2017, 314 projets d'ICO sont en cours de financement ou annoncés d'ici au 31 mars 2018, dont de nombreuses levées de fonds prévues pour des montants de plus de 20 millions de dollars. Aucun doute qu'à ce rythme, le total des capitaux levés via des ICO dépassera en 2018 ses records de 2017. La décision du régulateur chinois d'interdire les ICO en juillet dernier et la volonté de la SEC américaine de les réguler aux États-Unis ne semble pas freiner l'essor de ces levées de fonds alternatives.


Les ICOs peuvent-elles remplacer le capital-risque ?


Ce succès fulgurant n'est pas surprenant lorsque l'on compare les faibles contraintes du processus d'une ICO par rapport au processus d'une levée de fonds classique :

  • Ces opérations étant pour l'instant non-réglementées, il est possible pour les entreprises de lever des fonds via une ICO sans avoir à dévoiler leur bilan financier et leur compte de résultat, ce qui leur permet de bénéficier d'une plus grande discrétion financière.
  • Ces opérations n'étant pas organisées par des banques d'affaires (contrairement aux introductions en Bourse), ni accompagnées par des auditeurs externes chargés de réaliser les due diligences pour déterminer une fourchette de valorisation, le coût d'une ICO reste beaucoup plus faible pour l'entreprise qu'une levée de fonds classique.
  • Une ICO présente pour l'entreprise l'avantage de pouvoir augmenter ses capitaux propres sans avoir à subir ensuite la pression de ses actionnaires : les investisseurs ayant participé à l'ICO n'ont en effet pas de droits de vote au conseil d'administration de l'entreprise et ne peuvent donc pas influencer sur la gouvernance de l'entreprise.


Ces avantages pour l'entreprise sont autant de désavantages pour les investisseurs :

  • Ceux-ci ont très peu d'informations sur la santé financière de l'entreprise et doivent diversifier les projets dans lesquels ils investissent pour se prémunir contre le risque de faillite d'une entreprise.
  • Ils n'ont pas les mêmes droits que des actionnaires classiques.
  • L'avenir des crypto-monnaies et des tokens générés par des ICO reste plus incertain à long terme que celui des monnaies traditionnelles (euros, dollars...) et leurs cours sont particulièrement volatils.


Ces désavantages sont naturellement des défis pour le développement à long terme des ICO. La logique de ces opérations s'oppose de manière radicale à celle des opérations de capital-risque, menées quant à elles par des fonds d'investissement qui cherchent à s'informer au maximum sur les entreprises non cotées dont ils envisagent de devenir actionnaires. Ces fonds demandent systématiquement aux entreprises la consultation de leurs états financiers et leur demandent généralement un business plan détaillé sur plusieurs années. Une fois qu'un fonds est entré au capital d'une entreprise, il peut ensuite faire valoir ses droits d'actionnaire pour influer sur les choix stratégiques de l'entreprise, généralement dans le but d'augmenter la rentabilité de l'entreprise.

L'univers des ICO étant encore très spéculatif à l'heure actuelle, la plupart des entreprises préfèrent donc toujours utiliser des moyens plus traditionnels de se financier. Les entreprises n'ayant pas encore la maturité suffisante pour envisager une introduction en Bourse conservent actuellement le réflexe de se trouver vers le private equity en sollicitant des fonds d'investissements malgré les contraintes que cela implique. Toutefois, si le marché des ICO parvient à prouver dans les prochaines années qu'il est une source fiable de financement, il est probable que les entreprises se tourneront de plus en plus fréquemment vers ce marché alternatif pour trouver des capitaux. Le développement des ICO dépendra principalement de la manière dont ces opérations seront encadrées par les régulateurs à l'avenir.


Le crowdfunding concurrence également le capital-risque


Rappelons enfin que le capital risque "classique", c'est-à-dire via des fonds d'investissement, subit également depuis peu la concurrence du crowdfunding et en particulier du crowd-equity, qui permet aux entreprises de se financer en capitaux propres auprès du grand public sans avoir besoin de subir les contraintes de l'entrée d'un fonds d'investissement à leur capital.

Les opérations de crowd-equity sont elles aussi en plein boom depuis quelques années et ont l'avantage, contrairement aux ICO, de ne pas avoir recours à la création de "tokens" qui peuvent poser un problème de confiance pour les investisseurs. Le principal frein du crowd equity reste pour l'instant sa difficulté à financer des projets de grande envergure, en raison de l'existence d'un plafond pour  les levées de fonds limité à 2,5 millions d'euros mais son développement rapide pourrait permettre de résoudre prochainement cette question.

Reste alors à savoir si ce seront à l'avenir les ICO ou plutôt le crowdequity qui constitueront une véritable alternative au capital-risque "classique".


Articles connexes : 

ICO : Initial Coin Offering

Le capital risque en France


Les dernières actualités

Nouveau : Property, l’investissement locatif avec Anaxago

Pionnière du crowdfunding immobilier, la plateforme Anaxago permet depuis 2014 à ses membres, des investisseurs particuliers, de financer en ligne des projets de promotion immobilière. Depuis quelques jours elle propose une nouvelle façon d’investir simplement et à moindre frais dans la pierre : un service d’investissement locatif accessible dès 2.000 euros offrant une sélection d’actifs immobiliers sélectionnés pour leur rendement locatif ou leur potentiel de valorisation à moyen terme mais sans les contraintes de la gestion immobilière.Un secret de réussite : la diversification Avec près de 100 millions d’euros investis en immobilier à travers la plateforme, plus de 150 opérations d'investissement dans la promotion et la réhabilitation immobilière, plus de 4 000 logements construits et un taux de rendement annuel de 10%, Anaxago a remporté le pari fait en 2014 d’ouvrir cette classe d’actifs aux investisseurs particuliers. Aujourd'hui nous avons à coeur de proposer des opportunités présentant des horizons d'investissement et des niveaux de risques différents. Depuis son lancement, l’offre immobilière d’Anaxago n’a cessée d’être élargie avec de nouvelles typologies de projets à financer comme les opérations de marchands de biens, de portage d’actifs ou encore de financement corporate. C’est également dans cette optique de diversification que le premier fonds proposé par la société de gestion, Anaxago Capital, le FCPR Society One s’adresse aux investisseurs souhaitant bénéficier d’une exposition automatique à tous les investissements immobiliers proposés par la plateforme (sauf décision contraire du comité d’investissement). Aujourd’hui, Anaxago élargit encore son offre en permettant à ses membres de se constituer un patrimoine immobilier avec des investissements locatifs accessibles à moindre frais et sans contraintes.Pourquoi lançons-nous Property ?Au cours de nos recherches pour vous proposer des opportunités d'investissement uniques, nos équipes identifient régulièrement des biens immobiliers présentant des rendements attractifs et/ou des potentiels de plus-value à terme. Pour vous permettre d'accéder simplement en ligne à ces actifs nous créons aujourd'hui PROPERTY : une nouvelle offre d'investissement locatif dans des biens en direct, 100% en ligne et accessible à partir de 2.000€.Property c'est investir en ligne dans des actifs immobiliers sélectionnés pour la qualité de leur emplacement, sur un horizon de 5 ans et visant un TRI (taux de rendement annualisé) de plus de 8% sur la période.Nous sommes convaincus que cette offre répondra à plusieurs de vos enjeux patrimoniaux majeurs : qu'il s'agisse de placer de l'épargne dormante (au-delà de votre épargne de sécurité), de constituer un patrimoine ou simplement de générer des compléments de revenus. Property retiendra dans sa sélection uniquement les biens susceptibles de servir des TRI (Taux de rendement annualisé) de 8% à un horizon de 5 ans. Cette performance sera constituée : De revenus locatifs entre 4% et 8% par an;D'une appréciation du marché de 3% à 5% par an;D'une plus-value générée grâce aux travaux ou à la gestion locativeUne offre d’investissement locatif clés en mainsAnaxago propose d’investir dans l’immobilier locatif sans visite, sans dossier et sans gestion, dans des biens avec un potentiel de plus-value encore inexploité. La plateforme sélectionne des biens off-market correspondant à des critères de sélection précis qui repose sur trois  piliers : l’actif, l’environnement, l’opportunité d’investissement.“Cette offre nous l'avons voulue clefs en mains, elle vous permets de bénéficier des compléments de revenus de l'investissement locatif sans passer par les étapes de visite, sélection des biens, négociations avec les parties prenantes, achat, exploitation, etc. Chacun des biens sera exploité par un gestionnaire indépendant, sélectionné par Anaxago. L'objectif étant de céder l'actif à horizon 5 ans pour réaliser la plus-value latente.” souligne Caroline Lamaud, co-fondateur d'AnaxagoProperty : Outil de sélection des actifsAnaxago sélectionne l’actif, gère la transaction et délègue l’exploitation des biens à un gestionnaire indépendant. Les investisseurs sont rémunérés annuellement sous forme de dividendes grâce aux loyers générés par l’exploitation et touchent une quote part de plus-value distribuée in-fine à la revente du bien à horizon 5 ans. La plateforme est rémunérée au moment de la collecte et avec des frais de gestion sur la vie de l’actif en portefeuille.Les dividendes perçus annuellement seront soumis au Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) au taux de 30 % ou sur option à l’Impôt sur le Revenu (IR) au taux marginal d'imposition (avec un abattement de 40 %). Si l’investissement est réalisé via un compte PEA ou PEA-PME, les dividendes seront soumis aux prélèvement sociaux aux taux de 17,2 %.Quels sont les risques ?Parce que nous pensons qu'un risque ne mérite d'être pris que quand il est compris, clair et circonscrit.1. Une baisse des prix du marché immobilier sur les 5 prochaines annéesNous identifions pour cela des villes dynamiques, disposant de bons fondamentaux économiques et des actifs répondant aux fameux trois critères clés dans l'immobilier : l'emplacement, l'emplacement, l'emplacement.2. Un risque de vacance locativeLes revenus issus des loyers peuvent être plus faibles que prévus en cas de vacance des biens ou de difficultés à trouver des locataires. Ici encore, la qualité des prestations et de l'emplacement permettent d'anticiper et circonscrire ce risque.3. Un risque de liquidité à termeAu terme de la période de 5 ans, l'objectif sera de céder les actifs. Les conditions de marché et le dynamique local peuvent impacter la durée de cession et donc de retour sur investissement.Des opportunités d’investissement locatif dans toute la FranceLe critère géographique est au coeur de la stratégie d’investissement de Property. Anaxago cible des villes ne faisant pas courir le risque de la liquidité, et assurant un maintien des prix dans le temps. Les premiers biens disponibles à l’investissement sont situés dans villes secondaires en croissance ou dans des cadres d’exception.“Un appartement acheté 100.000 euros en 1998 vaudrait 280.174 euros et 321.268€ pour un achat en île-de-France, soit une plus-value de 180% et 221% sur 20 ans."L’immobilier français connaît une croissance régulière depuis plus de 50 ans, quelque soit les typologies d’actifs (résidentiel, bureaux, commerce etc.)Un premier immeuble à Cannes La CroisetteEn cette semaine du festival du film, nous avons le plaisir de vous présenter la première opportunité d'investissement immobilière d'investissement locatif en plein coeur de Cannes à seulement 200 mètres de la fameuse croisette et à 6 minutes du Palais des Festivals et de son célèbre tapis rouge. Participez à l'achat d'un immeuble mixte dans l'hyper-centre de Cannes en vue de sa surélévation et de son exploitation en location saisonnière.L’actif est un immeuble en pleine propriété à Cannes, d’une surface de 245 m² en R+4 composé de 5 appartements et 2 locaux commerciaux. Il est situé au à 300 m de la plage et à 500 m du Palais des Festivals de Cannes. L’immeuble fait face à la rue Hoche, décrite comme la rue des restaurants et des cafés, des boutiques de décoration, des coiffeurs, des hôtels et des boutiques de prêt-à-porter, elle est “la rue tendance et branchée” de Cannes.Le projet permet de bénéficier des avantages de l'investissement locatif, tout en déléguant sa gestion. La stratégie de l’opération "La Croisette" consiste à optimiser le rendement actuel de l’immeuble en : conservant les commerces, qui assurent une intéressante base de revenus locatifs stable, exploitant les appartements en location meublée courte durée, type “Airbnb”, créant 2 appartements (duplex) grâce à une surélévation et un aménagement des combles. Cette stratégie d’investissement devrait permettre de doubler le rendement actuel de l’immeuble et de dessiner un produit d’investissement en vue de sa revente. En savoir plus

LIRE PLUS 

Deux nouvelles opérations remboursées en totalité : Résidence Estrella et Ariane

Résidence Estrella, la 6ème opération remboursée du promoteur GothamRéalisée par le promoteur Gotham SAS, l'opération "Résidence Estrella" est un programme de construction de 59 logements sociaux et 20 logements en accession libre à Armentières, dans le département du Nord. Elle a été financée avec un taux de rentabilité cible non capitalisé de 10 %* et un remboursement escompté 29 mois après l'investissement dans la société réalisant l'opération.Les 113 souscripteurs de l’opération ont été remboursés de leur investissement majoré du taux d’intérêt annuel ci-dessus, pour un montant total remboursé de 882 000 €. A propos du promoteur: avec plus de 20 ans d’expérience, Gotham SAS est aujourd’hui un acteur incontournable de la réalisation de logements neufs sur le territoire national. Fort de son expérience, Gotham a déjà réalisé plus de 10 000 logements. Ainsi, sa capacité financière lui permet d’avoir le soutien des plus grandes banques françaises nécessaire au développement de projets toujours plus ambitieux.Ariane, opération du groupe Orion Quant à lui, le groupe Orion est un promoteur spécialisé en Guadeloupe où il réalise des résidences et des logements sociaux depuis sa création en 2006. La bonne réputation du groupe lui permet d'entretenir des relations solides avec les pouvoirs publics.L'opération "Ariane" est un programme de promotion de 64 lots avec parkings située à Goyave (Guadeloupe). Elle a été financée avec un taux de rentabilité cible non capitalisé de 9,5 %* et un remboursement escompté 19 mois. Les 108 souscripteurs de l’opération ont été remboursés de leur investissement majoré du taux d’intérêt annuel ci-dessus, pour un montant total de  518 000 €. * Taux d’intérêt cible net de frais par an et non capitalisé. Ce taux ne présente pas une garantie de performance, ce dernier est fourni à titre indicatif.Pour découvrir d’autres opportunités d'investissement, inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte Anaxago.

LIRE PLUS