Anaxago Actualités Les ICOs : une menace pour le capital risque ?
Les ICOs : une menace pour le capital risque ?

Les ICOs : une menace pour le capital risque ?

Selon le Wall Street Journal, au troisième trimestre 2017, les ICO (Initial Coin Offering) auraient permis de lever autant d'argent dans le monde que le capital-risque. Comment s'explique un tel succès ? Dans les années à venir, les ICO pourraient-elles sérieusement menacer le capital-risque ?

Les ICOs, un marché en plein essor


Le monde de la finance aime les belles histoires, et la belle histoire de 2017 tient en un simple sigle de trois lettres : ICO. Ces levées de fonds inspirées des introductions en Bourse, où les "tokens" en crypto-monnaies remplacent les actions, ont permis à 170 entreprises de lever au total 2,3 milliards de dollars dans le monde au cours des neufs premiers mois de l'année. Ce montant a été multiplié par 20 fois par rapport à la même période de l'année 2016.

Et ce n'est pas fini : selon le site Token Report, au 20 novembre 2017, 314 projets d'ICO sont en cours de financement ou annoncés d'ici au 31 mars 2018, dont de nombreuses levées de fonds prévues pour des montants de plus de 20 millions de dollars. Aucun doute qu'à ce rythme, le total des capitaux levés via des ICO dépassera en 2018 ses records de 2017. La décision du régulateur chinois d'interdire les ICO en juillet dernier et la volonté de la SEC américaine de les réguler aux États-Unis ne semble pas freiner l'essor de ces levées de fonds alternatives.


Les ICOs peuvent-elles remplacer le capital-risque ?


Ce succès fulgurant n'est pas surprenant lorsque l'on compare les faibles contraintes du processus d'une ICO par rapport au processus d'une levée de fonds classique :

  • Ces opérations étant pour l'instant non-réglementées, il est possible pour les entreprises de lever des fonds via une ICO sans avoir à dévoiler leur bilan financier et leur compte de résultat, ce qui leur permet de bénéficier d'une plus grande discrétion financière.
  • Ces opérations n'étant pas organisées par des banques d'affaires (contrairement aux introductions en Bourse), ni accompagnées par des auditeurs externes chargés de réaliser les due diligences pour déterminer une fourchette de valorisation, le coût d'une ICO reste beaucoup plus faible pour l'entreprise qu'une levée de fonds classique.
  • Une ICO présente pour l'entreprise l'avantage de pouvoir augmenter ses capitaux propres sans avoir à subir ensuite la pression de ses actionnaires : les investisseurs ayant participé à l'ICO n'ont en effet pas de droits de vote au conseil d'administration de l'entreprise et ne peuvent donc pas influencer sur la gouvernance de l'entreprise.


Ces avantages pour l'entreprise sont autant de désavantages pour les investisseurs :

  • Ceux-ci ont très peu d'informations sur la santé financière de l'entreprise et doivent diversifier les projets dans lesquels ils investissent pour se prémunir contre le risque de faillite d'une entreprise.
  • Ils n'ont pas les mêmes droits que des actionnaires classiques.
  • L'avenir des crypto-monnaies et des tokens générés par des ICO reste plus incertain à long terme que celui des monnaies traditionnelles (euros, dollars...) et leurs cours sont particulièrement volatils.


Ces désavantages sont naturellement des défis pour le développement à long terme des ICO. La logique de ces opérations s'oppose de manière radicale à celle des opérations de capital-risque, menées quant à elles par des fonds d'investissement qui cherchent à s'informer au maximum sur les entreprises non cotées dont ils envisagent de devenir actionnaires. Ces fonds demandent systématiquement aux entreprises la consultation de leurs états financiers et leur demandent généralement un business plan détaillé sur plusieurs années. Une fois qu'un fonds est entré au capital d'une entreprise, il peut ensuite faire valoir ses droits d'actionnaire pour influer sur les choix stratégiques de l'entreprise, généralement dans le but d'augmenter la rentabilité de l'entreprise.

L'univers des ICO étant encore très spéculatif à l'heure actuelle, la plupart des entreprises préfèrent donc toujours utiliser des moyens plus traditionnels de se financier. Les entreprises n'ayant pas encore la maturité suffisante pour envisager une introduction en Bourse conservent actuellement le réflexe de se trouver vers le private equity en sollicitant des fonds d'investissements malgré les contraintes que cela implique. Toutefois, si le marché des ICO parvient à prouver dans les prochaines années qu'il est une source fiable de financement, il est probable que les entreprises se tourneront de plus en plus fréquemment vers ce marché alternatif pour trouver des capitaux. Le développement des ICO dépendra principalement de la manière dont ces opérations seront encadrées par les régulateurs à l'avenir.


Le crowdfunding concurrence également le capital-risque


Rappelons enfin que le capital risque "classique", c'est-à-dire via des fonds d'investissement, subit également depuis peu la concurrence du crowdfunding et en particulier du crowd-equity, qui permet aux entreprises de se financer en capitaux propres auprès du grand public sans avoir besoin de subir les contraintes de l'entrée d'un fonds d'investissement à leur capital.

Les opérations de crowd-equity sont elles aussi en plein boom depuis quelques années et ont l'avantage, contrairement aux ICO, de ne pas avoir recours à la création de "tokens" qui peuvent poser un problème de confiance pour les investisseurs. Le principal frein du crowd equity reste pour l'instant sa difficulté à financer des projets de grande envergure, en raison de l'existence d'un plafond pour  les levées de fonds limité à 2,5 millions d'euros mais son développement rapide pourrait permettre de résoudre prochainement cette question.

Reste alors à savoir si ce seront à l'avenir les ICO ou plutôt le crowdequity qui constitueront une véritable alternative au capital-risque "classique".


Articles connexes : 

ICO : Initial Coin Offering

Le capital risque en France


Les dernières actualités

Finances personnelles : les 4 bonnes résolutions de la rentrée 2019

La check-list du mois de septembre : Mettre à plat mes besoins quotidiens pour appliquer la règle d’or du budget 50-20-30 Calculer le montant minimum de mon épargne de sécuritéOuvrir dès maintenant des enveloppes avantageuses fiscalementTrouver des opportunités d’investissement astucieuses dans un contexte de taux négatifsLa règle d’or des 50-20-30Je n’ai pas inventé cette règle, c’est celle que n’importe quel financial planner utilisera pour vous guider vers un équilibre financier type. Elle concerne l’allocation idéale de vos revenus mensuels fixes.Selon cette règle 50% ou moins de votre revenu mensuel doit être consacré au financement de vos besoins essentiels : un toit sur votre tête (loyer, crédit, etc.), les courses alimentaires, vos factures d’usage (électricité, chauffage, internet, téléphone) et vos coûts de transports pour vous rendre sur votre lieu de travail. Si vous avez des enfants, les dépenses qui leur sont liées entrent également dans ces 50%.20% de vos revenus doivent être consacrés à une épargne dédiée pour préparer le futur. Et les 30% restant viennent financer votre mode de vie : sorties au restaurant, voyages, cadeaux, vêtements, etc.Cette règle vous permet d’abord d’établir si vous disposez d’un équilibre financier sain, il faut bien sur l’ajuster en fonction du lieu où vous vivez (vivre à Paris coûte globalement beaucoup plus cher qu’ailleurs en France, etc.). Mais passer vos finances à travers cette règle vous permet d’établir dans quelle mesure vous allez avoir besoin de créer des revenus supplémentaires en plus de votre salaire ou si il est possible de faire des économies à certains endroits pour assurer votre mode de vie.L’épargne de précaution, combien ?J’ai de l’argent de côté et j’ai très envie de l’investir. Faire travailler l’argent c’est mon métier, je le fais déjà mais est-ce vraiment le moment ?Avant de penser à investir, il est essentiel que vous ayez un budget équilibré qui vous autorise à financer votre mode de vie et une épargne de précaution qui vous permettra de maintenir l’essentiel de ce mode de vie en cas de coup dur (perte d’emploi, maladie, etc.). Mais comment connaître le montant idéal de votre épargne de précaution ? En fonction des âges,  si vous avez moins de 30 ans ( ou 30 ans c’est pareil), que vous n’avez pas de crédit et pas d’enfant à charge votre épargne de précaution devrait s'élever à trois mois de votre salaire total. Si vous êtes marié.e et que vous remboursez un crédit cette épargne de sécurité devrait être équivalente à 6 mois de votre salaire. 9 mois si vos revenus sont supérieurs à 80 000€ (pour des raisons inhérentes à la difficulté de la recherche d’emplois, etc.)  Et 12 mois si vous avez des enfants.Une fois que votre budget est équilibré, votre épargne de sécurité suffisante vous pouvez commencer à réfléchir à investir !Ouvrir dès maintenant des enveloppes avantageuses fiscalementSelon une étude de l'INSEE, 50% des français pensent "réussir à mettre de l'argent de côté au cours des 12 prochains mois". Or il faut remonter à décembre 2017 pour constater un taux aussi élevé. Les français estiment aussi majoritairement pouvoir épargner aujourd'hui, et que c'est bien "le bon moment" pour épargner. Épargner oui (je vais en avoir besoin pour préparer ma retraite apparemment…) mais pour que cet argent aille rejoindre les 400 milliards d’encours déposés à l’heure actuelle dans les dépôts à vue qui ne rapportent rien ou même les 300 milliards d’euros dans les Livret A qui rapportent moins que l’inflation ?Il existe des enveloppes qui avant d’être plus rémunératrices présentes des avantages fiscaux non négligeables ! Mais pour ça il faut se décider à les ouvrir. Pourquoi ?Car outre les niveaux de rémunération qu’il est possible d’obtenir, ces enveloppes sont avantageuses fiscalement. Par exemple la fiscalité de l’assurance-vie dépend de la date d’ouverture de votre contrat et de la date de versement des primes. Plus votre contrat est ancien, moins vous paierez d’impôts en cas de retrait : la différence se faisant une fois que votre contrat a plus de 8 ans il est impératif de souscrire rapidement à une assurance-vie si vous ne l’avez pas encore fait. Même si vous placez 50€ à l’ouverture de votre contrat, c’est cette date de versement qui sera prise en compteInvestir intelligemment dans un contexte de taux négatifsVous ne pouvez plus ouvrir le journal, ou même LinkedIn, sans entendre parler des taux négatifs. Mais qu’est ce que ça veut dire ? Concrètement pour un particulier, le fait que les taux deviennent négatifs de façon durable et bien c’est globalement la fin des placements sans risques qui offrent du rendement. Et donc la question qui se pose : où investir dans ce contexte pour le moins aberrant ? La bonne nouvelle c’est qu’il existe des classes d’actifs qui offrent des primes de risque comme l’immobilier, les entreprises et plus globalement le non coté. Souvent considérées comme de l’investissement alternatif, ces classes d’actifs ne sont pas encore sur-sollicitées par les investisseurs et valent le coup que l’on s’y penche dans le contexte actuel !

LIRE PLUS 

[Anaxago Ventures] Osivax close une série A à 8 millions d'euros

La biotech Osivax a annoncé cette semaine la clôture de sa série A à 8 millions d'euros. L'objectif de cette levée : poursuivre le développement de ses vaccins universels contre la grippe. Le financement a été mené par la société belge Noshaq et la plateforme de crowdfunding Anaxago.Fondée en 2017 à Lyon, Osivax a été créée en tant que spin-off du laboratoire pharmaceutique IMAXIO pour se consacrer au développement d’un vaccin universel contre la grippe et d’immunothérapies contre le cancer. Pour cela, elle a développé une technologie appelée l'OligoDOM.  "Les vaccins contre la grippe saisonnière actuellement disponibles ne permettent pas de traiter toutes les souches de grippe car ils ciblent des régions très variables du virus. En tant que tels, ils doivent être mis à jour annuellement. En revanche, notre approche de vaccin universel contre la grippe utilise une nucléoprotéine (NP) recombinante qui élimine la nécessité de contre-vérifier et de formuler des hypothèses sur les souches de la grippe qui seront pertinentes pour les saisons à venir. Notre vaccin pourrait être efficace année après année en fournissant une réponse immunitaire forte et, à long terme, contre tous les virus de la grippe en circulation et émergents. Notre objectif est d’établir une validation de principe sur l’Influenza A, qui représente 75% à 95% des grippes, puis d’élargir notre pipeline pour fournir un vaccin antigrippal universel", affirme Alexandre Le Vert, CEO et cofondateur d’Osivax.Le financement servira principalement à la réalisation de la validation clinique du vaccin candidat phare d’Osivax, OVX836. Le financement appuiera également l’évaluation d’un candidat-vaccin universel de deuxième génération, actuellement en phase de développement préclinique. Osivax a été financée en 2018 sur la plateforme Anaxago. Pour découvrir les opportunités d'investissement en capital innovation disponibles sur Anaxago, cliquez ici.

LIRE PLUS