Anaxago Actualités Les chiffres clés de l'entrepreunariat au féminin
Les chiffres clés de l'entrepreunariat au féminin

Les chiffres clés de l'entrepreunariat au féminin

Aujourd'hui 30% des entreprises françaises sont créées, puis dirigées, par des femmes. Les femmes représentent 40% des créateurs de micro-entreprises, dont un tiers consiste en du conseil aux entreprises, un quart au service aux ménages, et un cinquième dans le commerce.

Selon le gouvernement, le nombre de femmes se lançant dans l'entrepreneuriat a doublé entre 2012 et 2015. A l'échelle mondiale, Paris se situe en 6e position dans le classement des villes dans lesquelles les femmes entreprennent le plus, juste derrière la Silicon Valley et Los Angeles, les pionniers du monde des startups.



La part des femmes dans l’entrepreunariat et leur profil-type


Ce sont 30% des entreprises françaises qui sont créées, puis dirigées, par des femmes. Les femmes représentent 40% des créateurs de micro-entreprises, dont 1/3 consiste en du conseil  aux entreprises, 1/4 dans le service aux ménages, et 1/5 dans le commerce. 

Les dirigeantes d’entreprises sont plus diplômées que les hommes : 72% d’entre elles disposent d’un diplôme se situant entre le master et le doctorat, quand ce ne sont que 62% des hommes dirigeants d’entreprises qui sont diplômés à ce niveau. 

Comme pour les hommes, l’entrepreneuse moyenne est mariée et a des enfants, et doit donc concilier vie familiale et vie professionnelle, 46% d’entre elles estiment plus simple de concilier ces deux mondes en tant que dirigeant d’entreprise. 


Le financement des entreprises créées et dirigées par des femmes


Les femmes sont moins bien financées que les hommes lors de la création d’une entreprise. Ainsi elles sont 44% à estimer que les échecs de création d’entreprise s’expliquent par la manque de financement. Le taux de rejet de crédit demandé par des créatrices d’entreprises est de 4,3%, quand il est de 2,3% pour les hommes, soit quasiment la moitié. Et pourtant, les financements dont celles-ci ont besoin sont généralement moins élevés que ceux de leurs congénères masculins, puisque les entreprises initiées par des femmes nécessitent une mise de départ moins importante, leurs entreprises dépendant souvent du secteur du service ou du conseil. Elles sont 44% à estimer que les échecs de création d’entreprise s’expliquent par la manque de financement.


Quid de l’entreprenariat féminin dans la Tech ?


Pour les femmes, peu nombreuses, qui entreprennent dans les startups s’appuyant sur des technologies innovantes, terrain plus plébiscité par les hommes, les besoins en capital initial sont plus importants, et c’est là que le problème de l’investissement dans les entreprises dirigées par des entrepreneuses se soulève. 

En 2016, ces dernières ont levé 126,6 millions d’euros pour le développement de leur startup...soit seulement 7% du montant total des levées de fonds réalisées dans l’année !

La levée de fonds moyenne pour une startup dirigée par une femme est de 1,8 million d’euros, contre le double (3,5 million d’euros) pour les startups créées par des hommes. 


Pourquoi les levées de fonds initiées par des femmes dans la Tech sont-elles réduites par rapport à celles dont bénéficient les hommes ?


Et si certaines mauvaises langues pourraient s’aviser d’expliquer cette différence de montants par la qualité des projets initiés par les startups dirigées par des femmes, il s’agirait d’une erreur, puisque le moment du processus de développement de l’entreprise où interviennent les levées de fonds est le même pour les entrepreneurs et pour les entrepreneures.

C’est-à-dire qu’ils parviennent au même but, et décrochent leurs financements au même moment, ils sont donc ex aequo relativement au parcours suivi pour parvenir à obtenir des subventions. 

En 2015, elles n’étaient que 15% à lever des fonds dans l’industrie du numérique.

Selon Starther, un collectif bénévole visant à mettre les femmes entrepreneures sur le devant de la scène, les entreprises créées par des femmes, dans la Tech, en 2017, qui ont levé des fonds, se situent dans le secteur de l’e-commerce et des e-services à 59%, contre 17% dans l’informatique, et 13% seulement dans les biotechnologies. 

Les capacités et les connaissances pratiques en informatique et en création d’outils web se développant de plus en plus, il est probable que nombre des entreprises se situant dans ces 59% n’aient eu besoin que de peu de financement, contrairement à des entreprises axées sur la recherche et la création de nouveaux matériaux. 


L'entreprenariat féminin : des chiffres paradoxaux


Pourtant, les entreprises dans le secteur du web créées par des femmes, devenues des références en la matière, comme vestiairecollective (plateforme de revente de vêtements de luxe d’occasion, qui a levé 33 millions d’euros), frichti (plateforme proposant la livraison à domicile de plats faits maison, qui a levé 11 millions d’euros), 1001pharmacie (e-commerce de vente de médicaments sur le net, qui a levé 8 millions d’euros), ou encore Smallable (e-commerce de produits destinés aux enfants, qui a levé 5 millions d’euros), ont levé ensemble moins de fonds que certaines entreprises créées par des hommes, qui finalement, fonctionnement beaucoup moins bien ! Comme quoi, ce n’est pas le montant de la levée de fonds qui détermine la réussite ou non d’une jeune entreprise. 

Si les chiffres des financements des entreprises créées par des femmes peuvent tout de même sembler bas, ils sont néanmoins en hausse nette depuis plusieurs années : ils ont plus que triplé entre 2014 et 2015 !


Quelles hypothèses pour expliquer ces différences ?


La raison pour laquelle les femmes lèvent moins de fonds que les hommes dans le processus de leur création d’entreprise est donc vraisemblablement une demande de financement moindre. C’est le secteur dans lequel les femmes se lancent, qui, une fois de plus, ne nécessite que peu de financement pour se développer.

Qu’il s’agisse d’une entreprise individuelle visant le secteur du commerce et du conseil, ou d’une startup dans la Tech, les entrepreneures auraient tendance à demander moins de financements que les hommes. Eva Sadoun, fondatrice de lita.co, plateforme de crowdfunding, en témoigne : « J’ai le sentiment que les femmes déterminent plus justement leur besoin de trésorerie alors que les hommes cherchent à maximiser les sommes levées pour acquérir des parts de marché plus rapidement. ». Reste à savoir si celles-ci ont raison de se contenter d’une subvention moindre que leurs congénères. 


Qu’en conclure relativement à la problématique de la parité dans l’industrie en France ?


Ainsi, si les chiffres décrivant la réalité du financement des entreprises au féminin peuvent effrayer au premier abord, ils sont en réalité représentatifs des besoins des entrepreneures et de leurs demandes budgétaires, réellement différentes de celles demandées par les hommes à l’initiative d’une création d’entreprise. 

Au contraire, s’ils sont encore légèrement représentatifs d’une société autrefois patriarcale, dans laquelle la parité prend ses droits en tous points, les chiffres énoncés dans cet article tendent à montrer que la tendance à l’égalité est au beau fixe, et s’inscrit dans la durée pour demeurer une valeur omniprésente : dans le privé, comme dans l’industrie. 

Comme le dit si bien Séverine Grégoire, fondatrice de l’e-shop Monshowroom, et de la plateforme de conseils Mesdocteurs : « Il ne faut pas que nous soyons l’exception mais que nous devenions la norme. Seul le projet et la personnalité du chef d’entreprise comptent qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme. ». Il ne s’agit pas d’estimer qu’une entreprise se démarque parce qu’elle a été créée par une femme, mais, en 2018, de parvenir enfin à considérer qu’une entreprise reste une entreprise comme une autre, qu’elle soit dirigée par une femme ou par un homme; et d’oser la créer aussi bien si l’on est une femme que si l’on est un homme. 

Avec 30% des entreprises à leur actif en 2017, les femmes se lancent dans l’entreprenariat avec vigueur, et ce, pour le plus grand bien de l’égalité et de la parité. Plus attirées par les secteurs du conseil et du service, elles ne nécessitent pas de levées de fonds très importantes. 

Pour celles qui se lancent dans l’aventure de la startup Tech, le challenge est néanmoins important, puisqu’elles ne sont que peu nombreuses relativement aux hommes. Et si les chiffres montrent un net écart entre les investissements accordés aux entreprises créées par des hommes et celles créées par des femmes, c’est le choix du secteur de l’industrie de chacun d’eux qui explique ce dénivelé. Les femmes travaillant dans la Tech préfèrent l’e-commerce et l’e-service à la recherche et aux biotechnologies, bien plus coûteuses. 

Ce qu’il faudra retenir de cet article, c’est que le nombre d'entrepreneuses, et le nombre de levées de fonds réalisées par celles-ci, ne cessent d’augmenter, ainsi, le temps tend à la parité dans tous les domaines de la vie industrielle, qu’il s’agisse de création d’entreprise, ou de financement.  En effet des initiatives favorisant l'entrepreneuriat féminin s'affirment telles que Girlz in Web, Starther ou encore "Femmes Entrepreneurs".



Inscrivez vous au prochain évènement WomenFundingWomen en partenariat avec Anaxago.



Sources de l'article : 

http://www.bpifrance.fr/A-la-une/Actualites/Entrepreneuriat-feminin-les-chiffres-cles-22473

https://www.economie.gouv.fr/entreprises/chiffres-cles-femmes-entreprise

http://www.chefdentreprise.com/Thematique/entrepreneuriat-1024/Breves/Les-vraies-fausses-verites-entrepreneuriat-feminin-234183.htm#8qky3ozEZBPBS8dH.97

https://www.axa.fr/qui-sommes-nous/actualites/entrepreneuriat-feminin-chiffres.html

https://www.forbes.fr/femmes-at-forbes/starther-donner-de-la-visibilite-a-lentrepreneuriat-feminin-dans-la-tech/

https://assets.kpmg.com/content/dam/kpmg/fr/pdf/2017/02/fr-barometre-levees-de-fonds-des-startup-tech-dirigees-par-des-femmes.pdf

Les dernières actualités

[Anaxago Ventures] La startup Comitam rachetée par le leader des services funéraires en France

Comitam, le digital au service des pompes funèbresCréée en 2011 par Camille Strozecki, un alumni HEC, et Matthieu Courson, la startup Comitam est une plateforme d’organisations d’obsèques mettant en relation les familles en deuil avec des pompes funèbres locales. La plateforme couvre l’ensemble des métiers du funéraire, notamment l’assurance obsèques, la fin de vie, la sépulture, etc.Intervenant dans un contexte délicat, la startup Comitam a su asseoir une image de professionnalisme et de soutien efficace dans la situation difficile de la gestion du décès d’un proche. "Ce rapprochement va donner une nouvelle dimension à Comitam et assurer une belle rentabilité pour les actionnaires Anaxago, c'est un deal parfait pour toutes les parties prenantes" témoigne Camille Strozecki à propos du rachat.La digitalisation par croissance externe, un choix stratégiquePrésent sur un marché unique et sensible, Comitam a su apporter un service qui s’adapte à la digitalisation croissante des nouveaux usages que l’on retrouve même dans les rites funéraires. La plateforme permet d’accéder à une large gamme de services mais aussi de prestataires permettant ainsi de bénéficier d’une information complète rapidement ainsi que d’un accompagnement professionnel.Une nouvelle sortie positive pour le portefeuille Anaxago VenturesSur 75 investissements, la cession de Comitam marque la 11ème cession positive réalisée par Anaxago. Positionnés sur le financement de startup en early stage innovant dans le digital, Anaxago est devenu en quelques années un acteur reconnu du capital innovation aux côtés de fonds comme Newfund, Seventure Partners, etc.Or, à ce jour aucun fonds français ne communique directement sur ses performances. L’étude annuelle menée par France Invest permet de connaître le multiple de performance moyen d’un investissement dans les fonds de VC français qui s’établissait à 1,09X à fin 2018 ( avec 0,62X de retour réalisé et 0,48X de retour à venir -ou potentiel-, soit la valeur estimative nette des fonds divisée par les capitaux appelés).A un multiple de 1,67 pour ses investisseurs, la cession de Comitam surperforme les statistiques du secteur et encore plus de son année car le multiple de performance moyen à fin 2017 pour les investissements réalisés en 2014 était de 0,82."L'implication de François Carbone [Président d’Anaxago] au board de Comitam a été essentielle, elle a permis de passer des étapes clefs pour l’entreprise. Surtout il a réussi à défendre les actionnaires Anaxago tout en s'attachant toujours d'abord à la réussite du projet" souligne Camille Strozecki. La levée de fonds de Comitam, un premier tour en early stage avait rassemblé 22 actionnaires Anaxago pour un ticket d’investissement moyen un peu supérieur à 9 000€. Étude France Invest sur la performance du Capital innovation en France

LIRE PLUS 

[ Anaxago Ventures ] Nouvelle participation proptech pour Anaxago : MeilleureCopro lève 3 millions d’euros

Investir dans la proptech, une évidence pour AnaxagoLe secteur de l’immobilier est en train de vivre sa révolution numérique et des usages. Pour saisir la vague d’opportunités qui accompagne ces multiples transformations, Anaxago a choisi de concentrer une partie de ses investissements ventures dans la proptech. Exploitant ainsi une profonde connaissance en interne des tendances de l’innovation dans le secteur de l’immobilier.Un tropisme naturel pour les équipes d’investissement d’Anaxago dont la grande expertise d’investissement dans l’immobilier pousse à accompagner les professionnels du secteur à la fois dans le financement de leur activité mais aussi dans l’innovation qui bouleversent aujourd’hui leurs métiers. Depuis 12 mois, avec le recrutement d’Alexandre Héraud (ex-Xerys) au poste de Directeur des Participations, l’équipe venture d’Anaxago a identifié plus de 400 proptechs, pour en rencontrer 120 et finalement investir dans 7 d’entre elles. L’importance du deal flow et le taux de sélection très stricte d’Anaxago sont à rapprocher de notre thèse d’investissement dans la proptech : nos équipes d’investissement se concentrent sur les startups présentant des opportunités de synergie concrètes avec nos clients professionnels de l’immobilier. L’idée étant d’éviter à tout prix les concepts dit “gadgets” ou simplement features nice to have. Nous garantissons la mise en relation entre startups et promoteurs pour assurer ainsi plusieurs mois de chiffres d’affaires aux entreprises financées.MeilleureCopro devient la 8ème participation proptech d’AnaxagoDepuis 2012, le groupe Anaxago a investi dans des sociétés disposant d’un projet de croissance ambitieux, avec des équipes impliquées financièrement, des plans de développement reposant sur des hypothèses crédibles et des marchés en devenir ou en mutation. À l’heure actuelle, le groupe a plus de 40 startups en portefeuille dont 8 entreprises issues de la Proptech.Une des premières startups proptech financées par la plateforme : Somhome fondée par Jean-Philippe Bertin, avait été cédée en 2016 au groupe Foncia pour un TRI supérieur à 50%. « La maîtrise des charges est un enjeu pour les copropriétaires, les locataires mais aussi pour les professionnels de l'immobilier. Notre équipe a identifié la rationalisation du budget des copropriétés comme une urgence compte tenu de l'évolution des charges sur les 10 dernières années. Grâce à sa technologie et l'expertise de son équipe, MeilleureCopro apporte une solution concrète et est en bonne position pour profiter de cette opportunité de marché.» précise Alexandre Héraud, Directeur des participations chez Anaxago.L’histoire de MeilleureCoproAlors que le marché des charges de copropriété représente en France 40 Mds €/an, et que les charges de copropriété ont augmenté de près de 40% en 10 ans, 93% des copropriétaires estiment aujourd’hui payer trop de charges. En cause ? Des syndics manquant de temps et d’outils pour renégocier aux meilleures conditions de marché les contrats. Portée par la préoccupation de payer le juste montant de charges en bénéficiant de prestations de qualité, Edouard-Jean Clouet, (diplômé de l’Ecole Centrale et d’HEC Paris) a lancé en janvier 2017 la société MeilleureCopro pour accompagner tous les acteurs de la copropriété dans l’optimisation des charges d’un immeuble (Gaz, électricité, assurance, maintenance et entretien, nettoyage etc.). « Avant de lancer MeilleureCopro, j’ai épluché l’ensemble des documents de ma copropriété et j’ai détecté les doublons, les dépenses inutiles et les contrats qui ne correspondaient pas à la réalité de mon immeuble. Après un lourd travail de mise en concurrence, j’ai réussi à faire baisser les charges de 60% à qualité de prestations comparable ! J’ai vite remarqué qu’il y avait un vrai besoin sur le marché. Aujourd’hui, c’est grâce à une équipe d’une vingtaine de personnes, spécialisées en copropriété, en négociation et en développement que nous pouvons redonner du pouvoir d’achat au quotidien à des milliers de copropriétaires », raconte Edouard-Jean Clouet.En savoir plus sur la levée de fonds de MeilleureCopro sur Frenchweb

LIRE PLUS