Anaxago Actualités Le top 10 des questions à se poser si on cherche à investir
Le top 10 des questions à se poser si on cherche à investir

Le top 10 des questions à se poser si on cherche à investir

Avant de se lancer dans un investissement, il est utile de se poser un certain nombre de questions de manière à limiter les risques d'erreurs et de déceptions financières.


Question n°1 : Qu'est-ce que j'achète ?


La première question à se poser pour un investisseur est simple mais essentielle : quel type de produit d'investissement suis-je en train d'acheter ? S'agit-il d'une participation au capital d'une entreprise (action, crowdequity) ? Dans ce cas, je serai propriétaire d'une partie de l'entreprise et la rentabilité de mon investissement dépendra fortement de la croissance de cette entreprise, qui dépend notamment de la conjoncture économique. S'agit-il au contraire du financement d'une dette (obligation, crowdfunding classique) ? Dans ce cas, je serai propriétaire d'un titre financier à rendement fixe qui ne me rapportera pas plus si l'entreprise va mieux. S'agit-il enfin d'une part de fonds (OPCVM, FCPI, SCPI) géré par une société de gestion spécialisée ? Dans ce cas, comment sont investis les encours du fonds (actions, obligations, private equity, immobilier) et quel est le niveau des frais ?


Question n°2 : Quel rendement puis-je attendre ?


La question du rendement attendu est utile pour deux raisons : d'une part, elle permet de comparer différents types de placements, d'autre part, elle peut permettre de fixer un objectif de revente, notamment sur les marchés actions. En ce qui concerne les placements à taux fixe (livrets réglementés, fonds en euros d'assurance-vie, marchés obligataires, crowdfunding), le rendement est connu à l'avance par l'investisseur qui peut les comparer entre eux pour choisir le plus rémunérateur. Attention : les placements les plus rémunérateurs sont généralement les plus risqués. 

Beaucoup d'autres classes d'actifs n'offrent pas de rendement fixe (actions, private equity, crypto-monnaies), et l'investisseur ne peut ici qu'estimer le potentiel de hausse futur. Il peut dans ce cas être utile de fixer un objectif de performance à atteindre au-delà duquel la participation dans un investissement sera revendue. Il peut par exemple être rationnel de se fixer un objectif de cours à atteindre lors d'un placement en actions, et de s'y tenir.


Question n°3 : Quels sont les risques de pertes ?


Allant de paire avec la question du rendement attendu, l'investisseur doit également se poser la question des risques d'un investissement. L'investissement peut-il perdre 10%, 30%, 50% de valeur, voire davantage, en cas de scénario noir ? Est-il possible de perdre la totalité du capital investi et sous quelles conditions ? Cette question est également inhérente à la volatilité de chaque classe d'actifs : plus une classe d'actifs est volatile, plus elle est risquée. On peut ainsi globalement classer les différentes classes d'actifs par niveau de risque de la manière suivante (de la plus risquée à la moins risquée) : crypto-monnaies, private equity, crowdfunding, actions cotées, OPCVM, SCPI, obligations, fonds en euros d'assurance-vie, livrets réglementés.


Question n°4 : Quelle est l'activité de l'entreprise que je finance ?


Une fois passées les questions liées au type de produit financier que l'on achète, la première question à se poser est celle de l'activité de l'entreprise dans laquelle on investit, aussi bien lorsqu'il s'agit d'acheter des actions que de participer à une campagne de crowdfunding par exemple. Il est en effet important de comprendre dans quoi l'on place son argent. Pour un particulier, il est naturellement impossible de connaître l'entreprise en détails pour en estimer le potentiel de croissance à court ou long terme.

Néanmoins, il est utile d'essayer de comprendre sur quel secteur l'entreprise est présente, comment elle parvient à réaliser son chiffre d'affaires et si elle parvient, ou non, à dégager des bénéfices (ce qui n'est généralement connu que pour les entreprises cotées). Très concrètement, un investisseur doit éviter d'investir dans une entreprise dont il ne comprend pas la manière dont celle-ci parvient à gagner de l'argent.


Question n°5 : Quel est le risque de faillite de l'entreprise ?


Dans la suite logique de la question précédente, l'investisseur a tout intérêt à essayer de comprendre si l'entreprise dans laquelle il investit présente un risque de faillite. Il est souvent très difficile de répondre à cette question, mais quelques réflexes simples peuvent permettre d'y répondre. Existe-t-il des concurrents connus ayant également fait faillite ? L'entreprise est-elle citée dans les médias comme ayant des problèmes graves d'ordre juridique ou financier ? L'entreprise est-elle active sur un secteur très récent dont la rentabilité à long terme reste incertaine ?




Question n°6 : Suis-je en train de participer à une bulle spéculative ?


Beaucoup de particuliers peuvent être poussés à investir sur des coups de tête pour "surfer" sur une tendance de marché dont ils ont entendu parler. Depuis quelques années, s'est par exemple développé le sujet des crypto-monnaies et notamment du Bitcoin. Attention à bien se renseigner sur le fonctionnement de ces marchés et à trouver de bonnes raisons d'y placer son argent pour éviter de participer à de simples bulles spéculatives. Historiquement, les actions sont l'une des classes d'actifs les plus sujettes aux bulles spéculatives. En période de taux bas, des bulles sont susceptibles d'apparaître sur plusieurs classes d'actifs : il convient donc d'être vigilant.


Article détaillé : les crypto-monnaies


Question n°7 : Puis-je faire confiance à la plateforme qui organise l'investissement ?


Cette question se pose pour les investissements organisés à travers une plate-forme centralisatrice, notamment dans le domaine du crowdfunding et des ICO (crypto-monnaies). Il est notamment important de vérifier la fiabilité des critères de sélection des projets d'investissement retenus par la plateforme. En France, les platesformes de crowdfunding sont soumises aux règles de l'AMF et appliquent généralement un processus de sélection très strict dans le choix des projets qu'elles proposent de financer, ce qui élimine a priori le risque d'arnaques. Il convient en revanche de rester vigilant en ce qui concerne les plates-formes actives à l'étranger, qui peuvent être soumises à des règles de contrôle beaucoup plus faibles, notamment dans le domaine des ICO où la réglementation reste inexistante à l'heure actuelle.


Article détaillé : les ICO


Question n°8 : Mon investissement est-il éthique ou utile pour la société ?


C'est une question que les investisseurs ne se posaient pas il y a encore une dizaine d'années. Dans un contexte de prise de conscience des actuels défis environnementaux et sociétaux, la recherche d'investissements socialement responsables s'est désormais accrue. De plus en plus d'investisseurs choisissent ainsi leurs investissements non plus seulement en fonction du rendement qu'ils en attendent, mais également en fonction de critères éthiques. Sont ainsi généralement éliminés du spectre d'investissement les secteurs polluants (pétrole, industrie lourde), dégradants pour la santé (tabac), ou pouvant faire l'objet de fortes controverses (banques). Sont au contraire privilégiées les entreprises liées au développement durable.


Question n°9 : Suis-je bien diversifié ?


Après avoir réalisé plusieurs investissements, il convient de se poser la question de la diversification. Les différents investissements ont-ils été réalisés sur une seule classe d'actifs ? Si c'est le cas, quelles autres classes d'actifs pourraient convenir pour une meilleure diversification des risques ? En effet, il est important de se poser la question de la corrélation entre classes d'actifs afin de réduire le risque global pris par l'investisseur, sans nécessairement réduire son rendement à long terme. Il évite surtout de subir une très forte perte due à un pari unique sur une classe d'actifs en mauvaise posture ou sur une entreprise en faillite.


Article détaillé : Diversification


Question n°10 : Comment mes bénéfices seront-ils imposés ?


Cette dernière question est essentielle pour optimiser un investissement. La fiscalité des bénéfices peut en effet modifier l'intérêt d'investir sur certaines classes d'actifs. Historiquement, en France, il a longtemps été fiscalement peu intéressant d'investir en-dehors d'un PEA ou d'une assurance-vie, ce qui a notamment limité l'intérêt d'investir en crowdfunding ou dans des actions américaines détenues en direct. A partir de l'an prochain, la "flat tax" voulue par Emmanuel Macron devrait aligner la fiscalité de nombreux placements et rendre désormais attractifs des placements qui ne l'étaient pas jusqu'ici.


Article connexe : 10 questions à poser à un entrepreneur avant d’investir dans sa startup


Pour découvrir nos opportunités d'investissement, inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte Anaxago.

Les dernières actualités

[Anaxago Ventures] La startup Comitam rachetée par le leader des services funéraires en France

Comitam, le digital au service des pompes funèbresCréée en 2011 par Camille Strozecki, un alumni HEC, et Matthieu Courson, la startup Comitam est une plateforme d’organisations d’obsèques mettant en relation les familles en deuil avec des pompes funèbres locales. La plateforme couvre l’ensemble des métiers du funéraire, notamment l’assurance obsèques, la fin de vie, la sépulture, etc.Intervenant dans un contexte délicat, la startup Comitam a su asseoir une image de professionnalisme et de soutien efficace dans la situation difficile de la gestion du décès d’un proche. "Ce rapprochement va donner une nouvelle dimension à Comitam et assurer une belle rentabilité pour les actionnaires Anaxago, c'est un deal parfait pour toutes les parties prenantes" témoigne Camille Strozecki à propos du rachat.La digitalisation par croissance externe, un choix stratégiquePrésent sur un marché unique et sensible, Comitam a su apporter un service qui s’adapte à la digitalisation croissante des nouveaux usages que l’on retrouve même dans les rites funéraires. La plateforme permet d’accéder à une large gamme de services mais aussi de prestataires permettant ainsi de bénéficier d’une information complète rapidement ainsi que d’un accompagnement professionnel.Une nouvelle sortie positive pour le portefeuille Anaxago VenturesSur 75 investissements, la cession de Comitam marque la 11ème cession positive réalisée par Anaxago. Positionnés sur le financement de startup en early stage innovant dans le digital, Anaxago est devenu en quelques années un acteur reconnu du capital innovation aux côtés de fonds comme Newfund, Seventure Partners, etc.Or, à ce jour aucun fonds français ne communique directement sur ses performances. L’étude annuelle menée par France Invest permet de connaître le multiple de performance moyen d’un investissement dans les fonds de VC français qui s’établissait à 1,09X à fin 2018 ( avec 0,62X de retour réalisé et 0,48X de retour à venir -ou potentiel-, soit la valeur estimative nette des fonds divisée par les capitaux appelés).A un multiple de 1,67 pour ses investisseurs, la cession de Comitam surperforme les statistiques du secteur et encore plus de son année car le multiple de performance moyen à fin 2017 pour les investissements réalisés en 2014 était de 0,82."L'implication de François Carbone [Président d’Anaxago] au board de Comitam a été essentielle, elle a permis de passer des étapes clefs pour l’entreprise. Surtout il a réussi à défendre les actionnaires Anaxago tout en s'attachant toujours d'abord à la réussite du projet" souligne Camille Strozecki. La levée de fonds de Comitam, un premier tour en early stage avait rassemblé 22 actionnaires Anaxago pour un ticket d’investissement moyen un peu supérieur à 9 000€. Étude France Invest sur la performance du Capital innovation en France

LIRE PLUS 

[ Anaxago Ventures ] Nouvelle participation proptech pour Anaxago : MeilleureCopro lève 3 millions d’euros

Investir dans la proptech, une évidence pour AnaxagoLe secteur de l’immobilier est en train de vivre sa révolution numérique et des usages. Pour saisir la vague d’opportunités qui accompagne ces multiples transformations, Anaxago a choisi de concentrer une partie de ses investissements ventures dans la proptech. Exploitant ainsi une profonde connaissance en interne des tendances de l’innovation dans le secteur de l’immobilier.Un tropisme naturel pour les équipes d’investissement d’Anaxago dont la grande expertise d’investissement dans l’immobilier pousse à accompagner les professionnels du secteur à la fois dans le financement de leur activité mais aussi dans l’innovation qui bouleversent aujourd’hui leurs métiers. Depuis 12 mois, avec le recrutement d’Alexandre Héraud (ex-Xerys) au poste de Directeur des Participations, l’équipe venture d’Anaxago a identifié plus de 400 proptechs, pour en rencontrer 120 et finalement investir dans 7 d’entre elles. L’importance du deal flow et le taux de sélection très stricte d’Anaxago sont à rapprocher de notre thèse d’investissement dans la proptech : nos équipes d’investissement se concentrent sur les startups présentant des opportunités de synergie concrètes avec nos clients professionnels de l’immobilier. L’idée étant d’éviter à tout prix les concepts dit “gadgets” ou simplement features nice to have. Nous garantissons la mise en relation entre startups et promoteurs pour assurer ainsi plusieurs mois de chiffres d’affaires aux entreprises financées.MeilleureCopro devient la 8ème participation proptech d’AnaxagoDepuis 2012, le groupe Anaxago a investi dans des sociétés disposant d’un projet de croissance ambitieux, avec des équipes impliquées financièrement, des plans de développement reposant sur des hypothèses crédibles et des marchés en devenir ou en mutation. À l’heure actuelle, le groupe a plus de 40 startups en portefeuille dont 8 entreprises issues de la Proptech.Une des premières startups proptech financées par la plateforme : Somhome fondée par Jean-Philippe Bertin, avait été cédée en 2016 au groupe Foncia pour un TRI supérieur à 50%. « La maîtrise des charges est un enjeu pour les copropriétaires, les locataires mais aussi pour les professionnels de l'immobilier. Notre équipe a identifié la rationalisation du budget des copropriétés comme une urgence compte tenu de l'évolution des charges sur les 10 dernières années. Grâce à sa technologie et l'expertise de son équipe, MeilleureCopro apporte une solution concrète et est en bonne position pour profiter de cette opportunité de marché.» précise Alexandre Héraud, Directeur des participations chez Anaxago.L’histoire de MeilleureCoproAlors que le marché des charges de copropriété représente en France 40 Mds €/an, et que les charges de copropriété ont augmenté de près de 40% en 10 ans, 93% des copropriétaires estiment aujourd’hui payer trop de charges. En cause ? Des syndics manquant de temps et d’outils pour renégocier aux meilleures conditions de marché les contrats. Portée par la préoccupation de payer le juste montant de charges en bénéficiant de prestations de qualité, Edouard-Jean Clouet, (diplômé de l’Ecole Centrale et d’HEC Paris) a lancé en janvier 2017 la société MeilleureCopro pour accompagner tous les acteurs de la copropriété dans l’optimisation des charges d’un immeuble (Gaz, électricité, assurance, maintenance et entretien, nettoyage etc.). « Avant de lancer MeilleureCopro, j’ai épluché l’ensemble des documents de ma copropriété et j’ai détecté les doublons, les dépenses inutiles et les contrats qui ne correspondaient pas à la réalité de mon immeuble. Après un lourd travail de mise en concurrence, j’ai réussi à faire baisser les charges de 60% à qualité de prestations comparable ! J’ai vite remarqué qu’il y avait un vrai besoin sur le marché. Aujourd’hui, c’est grâce à une équipe d’une vingtaine de personnes, spécialisées en copropriété, en négociation et en développement que nous pouvons redonner du pouvoir d’achat au quotidien à des milliers de copropriétaires », raconte Edouard-Jean Clouet.En savoir plus sur la levée de fonds de MeilleureCopro sur Frenchweb

LIRE PLUS