Anaxago Actualités L'économie du partage s'impose dans l'immobilier : du coworking au coliving
L'économie du partage s'impose dans l'immobilier : du coworking au coliving

L'économie du partage s'impose dans l'immobilier : du coworking au coliving

Connaissez vous le co-living ? Inspiré du coworking, il s’agit d’une tendance actuelle clef de l’habitat : un appartement ou une maison dans lesquels on partage les lieux de vie et les bureaux. Cette nouvelle façon de vivre ensemble pousse aujourd’hui l’immobilier à se réinventer.

L’industrie immobilière entre dans l’économie du partage au même titre que l’écosystème de la mobilité l’a fait auparavant. 

Connaissez vous le co-living ? Inspiré du coworking, il s’agit d’une tendance actuelle clef de l’habitat : un appartement ou une maison dans lesquels on partage les lieux de vie et les bureaux. Cette nouvelle façon de vivre ensemble pousse aujourd’hui l’immobilier à se réinventer. 

  

Vous avez dit coworking ?


Initié et généralisé à par des acteurs emblématiques comme WeWork, le  coworking est un espace de bureaux partagés ouverts à la location, pour des entreprises de toute nature. Avec un nombre d’espaces de coworkings multiplié par 10 depuis 2012 (on comptait en 2017 plus de 600 espaces de coworking en France) le coworking conquiert des parts de marché croissantes sur le marché de l’immobilier de bureaux. Aujourd’hui près de 20% des espaces de coworking sont d’ailleurs occupés par des grands groupes.


Les bénéfices du coworking : ouverture, attractivité, innovation, adaptabilité


  • Une ouverture : les espaces de coworking hébergent toute formes d’activités et d’entreprises sans exclusivités aux startup. Conséquence : un net-working plus-ultra, une richesse dans la diversité et la multiplicité des possibles échanges.

  • Une proposition de valeur : un cadre de travail attractif et/ou innovant, ménageant la qualité de vie des collaborateurs à l’aune d’infrastructures dédiées avec par exemple bar, baby-foot, restaurant tendance, terrasses, événements festifs

  • Une flexibilité : la durée de location est contractualisée par nombre de postes occupés et par mois au lieu des 3 ans de bail réglementés devenant inadapté

  • Une formule économique sur-mesure : les prix oscillent de 200 à 800 € par poste et par mois, selon les villes et le standing et gagnent en compétitivité sur le marché traditionnel du bureau à louer.

  • Une prestation clé-en-mains : une société d’une dizaine de collaborateurs dédiera un budget de l’ordre de 5000 euros par mois dans un quartier attractif d’une grande capitale mondiale, tous frais inclus (chauffage, électricité, internet, entretien, sécurité, maintenance, commodités, conciergerie…)

  • Un espace « habité » : à l’installation de l’entreprise, le lieu est déjà vivant, attractif et inspirant pour une intégration sans couture.

Si 71 % des lieux de coworking organisent des événements pour leur communauté, 75% des gestionnaires d’espaces observent directement la création desynergies business entre les coworkers de leurs espaces.


Qu’est-ce que le coliving ?


Le coliving, déjà présent dans les pays anglo-saxons, émerge dans nos grandes agglomérations comme une tendance sociétale forte. Corrélé à l’uberisation socio-professionnelle, le concept pousse la notion de convivialité à son comble : il permet à un public averti (entrepreneurs, indépendants, freelances) de partager un même espace pour y travailler et pour y vivre. 

L’idée sous-jacente : partager les charges, bénéficier d’un espace de qualité, mutualiser les ressources pour mieux travailler et vivre en communauté. L’espace de travail qu’ils occupent devient donc également un espace de vie privée.

On peut ainsi considérer le coliving comme la synthèse du coworking, de la colocation et du cohabitat (ou “habitat participatif” à la façon Cité Radieuse)…comme un nouveau produit immobilier ciblant une nouvelle clientèle.


Les bénéfices du coliving : ouverture, attractivité, innovation, adaptabilité


  • Une proposition de valeur : un cadre de vie design, confortable, attractif et/ou innovant, doté d’infrastructures intégrées à l’immeuble avec par exemple salle de sport, salle de cinéma, espaces de restauration, etc.

  • Une flexibilité : la durée de location est contractualisée par nombre de nuitées et par mois au lieu des 3 ans de bail réglementé sous caution.

  • Une formule hôtelière sur-mesure : on ne parle plus de loyer mais de prix packagé, variant à la nuitée, selon les villes et le standing, 

  • Une prestation clé-en-mains : les charges sont incluses dans la prestation forfaitaire.au, chauffage, électricité, wifi, entretien, mobilier, linge de maison, maintenance, commodités, conciergerie… le tout dans un lieu sécurisé proche de toutes commodités.

  • Un espace « vivant » : à l’emménagement, le lieu est déjà investi, attractif et inspirant pour socialiser plus efficacement et vaincre l’isolement.


Le cas Axis et The Babel Community


Axis, la foncière marseillaise, a créé un nouveau concept d’immeuble pour répondre spécifiquement aux besoins de la nouvelle génération d’actifs. “Aujourd’hui, l’entrée dans la vie d’adulte arrive beaucoup plus tard, aux alentours de 33-34 ans,” analyse le groupe Axis. “Il y a une sorte de vide entre 25 et 34 ans, pour lequel l’offre actuelle de logements n’est pas adaptée.”

C’est de là qu’éclot le concept de The Babel Community. Un immeuble hybride en centre-ville qui rassemble au sein d’un même espace plusieurs fonctions (logements individuels et partagés, co-working, salle de fitness, restaurants…) pour permettre à ses hôtes de travailler, se distraire ou tout simplement vivre, dans un même lieu.

Pour le premier immeuble Babel livré à l’été 2017, en plein coeur de Marseille, “le but est d’aider les nouveaux arrivants à se mélanger tout de suite et à s’intégrer à la vie de quartier,” explique le directeur marketing de la foncière phocéenne. Une nouvelle conception de la vie en groupe au sein d’un même lieu qu’il imagine “totalement ouvert vers l’extérieur pour favoriser le mélange des populations.”


Dans un contexte économique, sociétal et technologique favorable, quelle rentabilité des modèles de coworking et coliving ?


Le potentiel du coworking dépasse largement la taille d’un marché de niche : sa cible prioritaire de clientèle représente plus de 35% de la population active. L’offre se structure et se segmente à grande vitesse : aujourd’hui, dans le centre de Paris, environ un tiers des locations de bureaux relèvent du coworking.

Le travail flexible représenterait entre 10,9 et 11,5% des emplois d’ici 2030, soit une hausse de 88%, et apporterait un surplus de croissance estimé entre 123 milliards d’euros pour le scénario médian et 147 milliards d’euros pour le scénario optimiste. Un résultat qui s’explique notamment par les gains de productivité, de coûts et de temps engendrés par ces nouveaux espaces de travail. Les premiers secteurs à en profiter seraient les services aux entreprises et des administrations publiques. Pour arriver à ces 123 milliards, l’étude a non seulement compté les gains de productivité réalisé, mais aussi les économies effectuées d’ici 2030, sur les déplacements, qu’elle estime à 100 millions d’heures. Le décompte du coliving est tombé en 2017 : sont recensés actuellement plus d’1,75 million de travailleurs indépendants en France (+52% en 10 ans), dont 830 000 freelances (+120%).

C’est incontestablement un marché en pleine expansion sur lequel le coliving se positionne et se démocratise, directement inspiré du modèle américain.

 

L’enjeu des espaces partagés ?


Au même titre que les compagnies aériennes migrent d’un service de luxe au paiement du moindre bagage, il est probable que ce marché se segmente à horizon 5 ans : d’un côté le maintien du « tout inclus », de l’autre un modèle plus « low cost ». Comme pour tout nouveau business, la question se pose du positionnement. Les espaces partagés se sont d’emblée positionnés haut de gamme.  Le véritable enjeu est l’adéquation entre le positionnement de ces nouvelles offres et les attentes des clients, en termes de prix tout comme de contenu : c’est bien de storytelling qu’il s’agit pour équilibrer le rapport offre-demande.



En conclusion dans une société où les générations nouvelles revendiquent du sens, de la réussite, et un accomplissement de soi, les frontières entre travail et vie personnelle s’abolissent : le concept de coworking-coliving fait sensation. En définitive, nous l’avons constaté, les bénéfices du coworking et du coliving se rejoignent pour justifier pleinement l’occupation au sein d’un même édifice. Avec le coliving et le coworking, il semble que la sharing city, ville du partage, s'ajoute à la non moins célèbre smart city, la ville intelligente, ces deux conceptions urbaines reposant sur les trois mêmes piliers : la transition énergétique, la révolution numérique et les nouveaux usages de ses utilisateurs-citoyens-travailleurs nomades.


Sources des chiffres mentionnés dans l'article :

La Tribune

Les Echos


 




Les dernières actualités

La loi PACTE : un régime fiscal simplifié. Tout savoir sur le PEA

La loi PACTE (Plan d'Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises) a été publiée au Journal Officiel le 23 mai 2019. Elle ambitionne de “donner aux entreprises les moyens d’innover, de se transformer, de grandir et de créer des emplois” et notamment “lever les obstacles à la croissance des entreprises à toutes les étapes de leur développement, de leur création à leur transmission, en passant par leur financement”.Avec cinq articles de la loi PACTE qui lui sont consacrés, le Plan d’Epargne en Actions (PEA) est sensiblement réformé avec l’idée maîtresse d’assouplir son fonctionnement. Rappel : qu’est-ce que le PEA et quels sont ses avantages ?Apparu en 1992, le PEA est un compte-titre défiscalisant qui permet aux particuliers résidant en France de se constituer un portefeuille d'actions d'entreprises européennes tout en bénéciant d'une exonération d'impôt sur les dividendes et les plus-values, à condition de n'effectuer aucun retrait pendant les cinq années suivant l’ouverture du plan. Les gains capitalisés, une fois retirés du plan, échappent à l’impôt sur le revenu, limitant l’imposition aux seuls prélèvement sociaux, soit 17,2%.Le PEA-PME-ETI (généralement appelé PEA-PME), a été mis en place en janvier 2014 avec pour objectif de favoriser l’investissement de l’épargne en actions et de créer un nouvel instrument pour soutenir le financement des PME et ETI. Son fonctionnement est rigoureusement similaire à celui du PEA, la principale différence résidant jusqu’à la loi Pacte dans les entreprises éligibles à l’investissement via PEA-PME.Avec la loi PACTE, le PEA devient encore plus attractifLe plan d’épargne en actions (PEA) offre un régime fiscal de faveur aux épargnants qui y recourent. Cependant, avant la publication de la loi PACTE, le PEA s’accompagnait de plusieurs contraintes, notamment : un plafond pour les versements, l’exclusion de certains titres, des retraits entraînant soit la clôture du plan soit l’impossibilité d’effectuer des nouveaux versements. Oublié par la loi de finances de 2018, la loi PACTE y apporte de nombreux assouplissements., qui devraient dépoussiérer et redynamiser le PEA. Un changement des règles de clôture du plan ou de blocage des versements en cas de retraitLa première modification est l’allègement du système de retraits. Le PEA permet de bénéficier d’une exonération fiscale, à condition de n’effectuer aucun retrait pendant les 5 années suivant l’ouverture de plan. Celle-ci a été un des principaux changements puisqu’auparavant ce seuil était fixé à 8 ans. Désormais, après les 5 ans d’ancienneté du compte, le bénéficiaire peut donc retirer une partie de son épargne sans devoir le clôturer. Dans ce cas la, tout retrait est exonéré d’impôt sur le revenu, mais soumis aux prélèvements sociaux (17,2%). Cependant, avant les 5 ans d'ancienneté du compte PEA, tout retrait entraîne sa clôture et les gains sont taxés à l’impôt au taux de 12,8% ou au barème progressif de l’impôt sur le revenu, en plus des prélèvements sociaux fixés dans les deux cas à 17,2%. Une ouverture du PEA à tous les adultesLa deuxième nouveauté est la création du “PEA jeune”.“Aujourd'hui, il n'est pas possible d'avoir plus de deux PEA par foyer fiscal et un enfant majeur rattaché au foyer fiscal de ses parents ne peut ouvrir de PEA. La loi PACTE permettra aux jeunes de 18 à 25 ans à la charge de leurs parents ou aux mineurs émancipés d'ouvrir un PEA.”Jusque-là interdit aux enfants mêmes majeurs rattachés au foyer fiscal de leurs familles, le PEA Jeune permet aux jeunes adultes (18-25 ans) encore rattachés au foyer fiscal de leurs parents ou émancipés d’ouvrir un PEA à hauteur de 20 000 €. Une évolution du plafond de versementLe troisième grand changement est l’augmentation des plafonds de versement. Jusqu’alors fixé à 75 000 € pour le PEA-PME, il est désormais de 225 000 €. Celui du PEA classique reste fixé à 150 000 €. Pour ceux qui détiennent les deux types de plan, le plafond d’ensemble est lui aussi fixé à 225 000 €.Type de PEAPlafond PEA-PME225 000 €PEA classique150 000 €PEA-PME + PEA classique225 000 €L’élargissement des titres éligiblesLes titres éligibles à l’intérieur des plans ont aussi été élargis, notamment aux instruments commercialisés par les plateformes de financement participatif. Les titres émis par des plateformes de financement participatif pourront désormais être logés dans un PEA-PME. Les instruments de dette (titres participatifs, obligations à taux fixe et mini-bons), commercialisés par les plateformes de financement participatif, peuvent désormais être logés dans un PEA-PME. L’épargnant peut ainsi, sous certaines conditions de retrait, échapper à l’impôt sur le revenu sur les gains réalisés dans ce cadre.Contrairement à ce qui était envisagé par le Sénat qui entendait exclure les titres émis par les sociétés exerçant une activité immobilière ou de promotion immobilière ou dont l'actif est principalement constitué d'immeubles acquis ou construits en vue de la location (crowdlending immobilier) du champ des titres de dette éligibles, l'Assemblée nationale a finalement rétabli les titres de dettes immobilières dans le champ des titres éligibles.Tous vos investissements en immobilier ou en innovation sur Anaxago sont désormais éligibles au PEA-PME. Sources  (documents officiels) : Le portail de l'Économie, des Finances, de l'Action et des Comptes publicsLe Plan d'Action pour la Croissance et la Transformation des EntreprisesLa loi PACTE en 10 mesures

LIRE PLUS