Anaxago Actualités Déchiffrage: Investir dans les crypto-monnaies
Déchiffrage: Investir dans les crypto-monnaies

Déchiffrage: Investir dans les crypto-monnaies

Les crypto-monnaies ont le vent en poupe auprès de certains investisseurs. Chacun a entendu parler des booms et des krachs du Bitcoin face au dollar, mais plus rares sont ceux qui connaissent véritablement les crypto-monnaies et l'investissement dans ces devises.

Une crypto-monnaie, c'est quoi ?


blockchain architecture distribuée


Dans les grandes lignes, la réponse est simple : une crypto-monnaie est une monnaie virtuelle dont la fiabilité est assurée par un cryptogramme décentralisé qu'on appelle une blockchain. Toutes les transactions effectuées dans une crypto-monnaie donnée (Bitcoin ou Ether par exemple) sont enregistrées dans une blockchain associée à cette devise : le cryptage de la blockchain étant réputé infalsifiable, il est théoriquement impossible de tricher en utilisant par exemple de faux Bitcoins.

Contrairement à une monnaie classique comme l'euro ou le dollar, les crypto-monnaies sont également émises de manière décentralisée : chaque individu, s'il s'y connaît, peut mettre la puissance de son ordinateur à disposition pour participer au calcul des blocs de la blockchain sur laquelle repose une crypto-monnaie et ainsi émettre de nouvelles unités de compte dans cette monnaie : cette activité de création monétaire est appelée le "minage".

Autre subtilité : la quantité maximale d'unités de compte dans chaque crypto-monnaie est toujours limitée : par exemple, la technologie qui repose derrière le Bitcoin limite le nombre maximal d'unités de compte à 21 millions de Bitcoins de manière parfaitement arbitraire. Ce plafond est censé conférer une certaine rareté et donc une certaine valeur à ces devises.

Le lien entre crypto-monnaies et activités criminelles est dépassé


Une autre caractéristique des crypto-monnaies tient au fait qu'elles ne sont contrôlées par aucune institution : en somme, il s'agit de monnaies sans banques centrales et mêmes sans banques tout court : les flux monétaires en crypto-monnaies échappent totalement à l'univers bancaire.

C'est cette caractéristique qui a été à l'origine de l'engouement autour des crypto-monnaies, perçues par certains comme des monnaies "anti-système", permettant d'échapper aux circuits financiers classiques. Il n'est d'ailleurs pas anodin que la première crypto-monnaie, le Bitcoin, ait émergée en janvier 2009 en pleine crise financière, dans un contexte de défiance généralisée vis-à-vis du système financier classique.

Sans grande surprise, les crypto-monnaies ont donc débuté leur existence dans l'ombre, en étant notamment associées à des activités criminelles liées au Darknet ou à la vente de substances illicites, pour lesquelles les transactions hors système bancaire étaient privilégiées. Cette réputation reste encore ancrée dans les esprits alors qu'elle n'a plus vraiment lieu d'être : l'utilisation des crypto-monnaies s'est démocratisée au cours des dernières années et il est désormais possible, dans certains pays et dans certaines enseignes, de réaliser par exemple des transactions en Bitcoins pour acheter des biens de consommation courante.

Quelles sont les principales crypto-monnaies ?


Bien que l'on pense généralement au Bitcoin lorsque l'on parle de crypto-monnaies, il faut savoir qu'il existe désormais plus d'une dizaine de crypto-monnaies notables en circulation, sans parler des dizaines de crypto-monnaies alternatives utilisées de manière confidentielle. La valeur cumulée des encours de ces crypto-monnaies, en équivalent-dollars, est devenue particulièrement significative.

Le Bitcoin reste la principale crypto-monnaie en circulation, avec des encours cumulés d'une valeur de presque 50 milliards de dollars au mois d'août 2017. L'Ether, apparu en 2015, est devenue la seconde monnaie la plus utilisée avec des encours correspondant à 20 milliards de dollars à la même date. Viennent ensuite les crypto-monnaies Ripple (6 milliards de dollars), Litecoin (2 milliards de dollars), Dash (1 milliard de dollars), Monero (600 millions de dollars) ou encore Peercoin et SolarCoin, toutes apparues au cours des dernières années.


investir crypto monnaie - Encours

Que penser de l'investissement dans les crypto-monnaies


Chacune des crypto-monnaies précédemment citées voit sa parité fluctuer face au dollar en fonction de l'offre et de la demande. Le Bitcoin a notamment fait parler de lui depuis sa création pour ses booms et ses krachs face au dollar, suscitant l'intérêt de nombreux investisseurs, souvent jeunes et amateurs de paris risqués.

C'est d'ailleurs parce que les crypto-monnaies sont spéculatives qu'elles attirent les investisseurs, qui apprécient généralement l'aspect hasardeux de ces marchés dont personne ne maîtrise véritablement les tenants et les aboutissants. La spéculation est omniprésente dans l'univers des crypto-monnaies, non seulement vis-à-vis de la variation de leur cours face au dollar, mais aussi vis-à-vis des opérations financières qu'elles permettent de financer, comme les ICO.

ICO : Initial coin offering - Investir crypto monnaie

Depuis quelques années pourtant, on voit se développer un nouveau type d'investisseurs sur les crypto-monnaies : il s'agit d'investisseurs à la recherche d'un actif de diversification dans leur allocation d'actifs, qui investissent sur dans les crypto-monnaies une petite part de leurs avoirs dans une optique de long terme. Les crypto-monnaies peuvent en effet répondre aux besoins de certains investisseurs souhaitant diversifier leurs risques en se tournant vers des investissements alternatifs.

Une startup britannique, DLT Financial, a d'ailleurs créé en 2016 le premier fonds indiciel inspiré du monde des ETF et indexé sur un panier de 10 crypto-monnaies. Ce fonds permet ainsi aux investisseurs particuliers et institutionnels de diluer leur risque en étant investis sur plusieurs monnaies à la fois : une solution idéale dans une optique "buy and hold".

Mais qu'on ne s'y trompe pas : l'évolution de la valeur des crypto-monnaies face au dollar reste imprévisible et l'investissement dans ces devises, quelle que soit sa durée, reste un jeu de hasard. Si les investissements ont jusqu'ici été globalement gagnants, notamment sur le Bitcoin, il n'est en aucun cas assuré que cette tendance se poursuive à l'avenir. Une chose est sûre : comme pour tout investissement spéculatif, les investisseurs ne doivent investir sur ce marché que ce qu'ils sont prêts à perdre. 

investir crypto monnaie = Risque très élevé mais potentiel de rendement important


Quelques débats sur les crypto-monnaies


Impossible enfin d'évoquer les crypto-monnaies sans aborder les nombreux débats dont elles font l'objet, et auxquels personne ne semble à l'heure actuelle avoir de réponse définitive.

Les crypto-monnaies restent en effet un sujet complexe, y compris pour les plus initiés. Les experts conviennent eux-mêmes du fait que l'avenir des crypto-monnaies est imprévisible : celles-ci finiront-elles par devenir des réserves de change internationales incontournables ? Ou au contraire, les blockchains seront-elles un jour rendues obsolètes au point de faire perdre toute leur valeur à ces devises virtuelles ? Impossible de savoir. 

Personne ne peut dire avec certitude ce que sera le Bitcoin ou l'Ether dans seulement 10 ans, ce qui met en exergue le risque que représente l'investissement de long terme dans les crypto-monnaies.

Les crypto-monnaies les plus célèbres ont d'ailleurs déjà fait l'objet de sérieuses alertes au sujet du "splitage" de leur blockchain, comprendre : l'apparition d'une seconde chaîne de cryptage dérivée de la chaîne d'origine censée assurer la fiabilité de la crypto-monnaie. 

Le sujet, très technique, semble être une menace pour les crypto-monnaies telles qu'elles fonctionnent à l'heure actuelle : si la technologie sur laquelle elles reposent peut être détournée ou falsifiée, alors la confiance dans ces actifs pourrait disparaître et leur valeur devenir nulle.

On notera ainsi que l'Ether comme le Bitcoin ont tous les deux déjà subi un "splitage" de leur blockchain, en 2016 pour le premier et en 2017 pour le second. Deux versions de l'Ether coexistent par exemple de nos jours, répondant à des intérêts et des besoins différents de la part de leurs utilisateurs respectifs.

Pour autant, ce "splitage" n'a pas provoqué l'abandon ou la dépréciation radicale de ces devises. Pour Eric Larchevêque, fondateur de la Maison du Bitcoin, il s'agit là de la preuve que les crypto-monnaies et notamment le Bitcoin sont devenues résilientes face aux chocs. 


"Au départ, le Bitcoin était comme une barque sur un océan et fluctuait à la moindre vague. Désormais, c'est plutôt devenu un paquebot qui poursuit son avancée quelle que soit la force du vent ou des marées". E. Larchevêque, Président de Ledger et fondateur de la maison du Bitcoin

Les dernières actualités

La loi PACTE : un régime fiscal simplifié. Tout savoir sur le PEA

La loi PACTE (Plan d'Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises) a été publiée au Journal Officiel le 23 mai 2019. Elle ambitionne de “donner aux entreprises les moyens d’innover, de se transformer, de grandir et de créer des emplois” et notamment “lever les obstacles à la croissance des entreprises à toutes les étapes de leur développement, de leur création à leur transmission, en passant par leur financement”.Avec cinq articles de la loi PACTE qui lui sont consacrés, le Plan d’Epargne en Actions (PEA) est sensiblement réformé avec l’idée maîtresse d’assouplir son fonctionnement. Rappel : qu’est-ce que le PEA et quels sont ses avantages ?Apparu en 1992, le PEA est un compte-titre défiscalisant qui permet aux particuliers résidant en France de se constituer un portefeuille d'actions d'entreprises européennes tout en bénéciant d'une exonération d'impôt sur les dividendes et les plus-values, à condition de n'effectuer aucun retrait pendant les cinq années suivant l’ouverture du plan. Les gains capitalisés, une fois retirés du plan, échappent à l’impôt sur le revenu, limitant l’imposition aux seuls prélèvement sociaux, soit 17,2%.Le PEA-PME-ETI (généralement appelé PEA-PME), a été mis en place en janvier 2014 avec pour objectif de favoriser l’investissement de l’épargne en actions et de créer un nouvel instrument pour soutenir le financement des PME et ETI. Son fonctionnement est rigoureusement similaire à celui du PEA, la principale différence résidant jusqu’à la loi Pacte dans les entreprises éligibles à l’investissement via PEA-PME.Avec la loi PACTE, le PEA devient encore plus attractifLe plan d’épargne en actions (PEA) offre un régime fiscal de faveur aux épargnants qui y recourent. Cependant, avant la publication de la loi PACTE, le PEA s’accompagnait de plusieurs contraintes, notamment : un plafond pour les versements, l’exclusion de certains titres, des retraits entraînant soit la clôture du plan soit l’impossibilité d’effectuer des nouveaux versements. Oublié par la loi de finances de 2018, la loi PACTE y apporte de nombreux assouplissements., qui devraient dépoussiérer et redynamiser le PEA. Un changement des règles de clôture du plan ou de blocage des versements en cas de retraitLa première modification est l’allègement du système de retraits. Le PEA permet de bénéficier d’une exonération fiscale, à condition de n’effectuer aucun retrait pendant les 5 années suivant l’ouverture de plan. Celle-ci a été un des principaux changements puisqu’auparavant ce seuil était fixé à 8 ans. Désormais, après les 5 ans d’ancienneté du compte, le bénéficiaire peut donc retirer une partie de son épargne sans devoir le clôturer. Dans ce cas la, tout retrait est exonéré d’impôt sur le revenu, mais soumis aux prélèvements sociaux (17,2%). Cependant, avant les 5 ans d'ancienneté du compte PEA, tout retrait entraîne sa clôture et les gains sont taxés à l’impôt au taux de 12,8% ou au barème progressif de l’impôt sur le revenu, en plus des prélèvements sociaux fixés dans les deux cas à 17,2%. Une ouverture du PEA à tous les adultesLa deuxième nouveauté est la création du “PEA jeune”.“Aujourd'hui, il n'est pas possible d'avoir plus de deux PEA par foyer fiscal et un enfant majeur rattaché au foyer fiscal de ses parents ne peut ouvrir de PEA. La loi PACTE permettra aux jeunes de 18 à 25 ans à la charge de leurs parents ou aux mineurs émancipés d'ouvrir un PEA.”Jusque-là interdit aux enfants mêmes majeurs rattachés au foyer fiscal de leurs familles, le PEA Jeune permet aux jeunes adultes (18-25 ans) encore rattachés au foyer fiscal de leurs parents ou émancipés d’ouvrir un PEA à hauteur de 20 000 €. Une évolution du plafond de versementLe troisième grand changement est l’augmentation des plafonds de versement. Jusqu’alors fixé à 75 000 € pour le PEA-PME, il est désormais de 225 000 €. Celui du PEA classique reste fixé à 150 000 €. Pour ceux qui détiennent les deux types de plan, le plafond d’ensemble est lui aussi fixé à 225 000 €.Type de PEAPlafond PEA-PME225 000 €PEA classique150 000 €PEA-PME + PEA classique225 000 €L’élargissement des titres éligiblesLes titres éligibles à l’intérieur des plans ont aussi été élargis, notamment aux instruments commercialisés par les plateformes de financement participatif. Les titres émis par des plateformes de financement participatif pourront désormais être logés dans un PEA-PME. Les instruments de dette (titres participatifs, obligations à taux fixe et mini-bons), commercialisés par les plateformes de financement participatif, peuvent désormais être logés dans un PEA-PME. L’épargnant peut ainsi, sous certaines conditions de retrait, échapper à l’impôt sur le revenu sur les gains réalisés dans ce cadre.Contrairement à ce qui était envisagé par le Sénat qui entendait exclure les titres émis par les sociétés exerçant une activité immobilière ou de promotion immobilière ou dont l'actif est principalement constitué d'immeubles acquis ou construits en vue de la location (crowdlending immobilier) du champ des titres de dette éligibles, l'Assemblée nationale a finalement rétabli les titres de dettes immobilières dans le champ des titres éligibles.Tous vos investissements en immobilier ou en innovation sur Anaxago sont désormais éligibles au PEA-PME. Sources  (documents officiels) : Le portail de l'Économie, des Finances, de l'Action et des Comptes publicsLe Plan d'Action pour la Croissance et la Transformation des EntreprisesLa loi PACTE en 10 mesures

LIRE PLUS