Anaxago Actualités Anaxago et Fedora s'associent au service de l'innovation
Anaxago et Fedora s'associent au service de l'innovation

Anaxago et Fedora s'associent au service de l'innovation

Anaxago et Fedora se lancent dans un nouveau partenariat avec pour objectif commun : promouvoir l’innovation

 

Anaxago, première plateforme française de financement participatif en capital, spécialisée dans les secteurs de l’immobilier et de l’innovation, annonce aujourd’hui rejoindre Fedora, cercle des mécènes européens de la danse et de l’opéra.

 

Fedora et Anaxago, un objectif commun : promouvoir l’innovation

 

Association créée il y a 20 ans par le compositeur suisse Rolf Lieberman, qui fut également administrateur général du Théâtre national de l'Opéra de Paris en 1978, Fedora réunit 67 maisons d’opéras, des festivals et des compagnies de ballets à travers 18 pays en Europe.

 

Engagée à soutenir et à contribuer à l'avenir de l'opéra et du ballet, Fedora a pour mission de concourir au renouveau de la danse et de l’art lyrique en Europe, de promouvoir l’opéra et ses arts en Europe, et de favoriser la création et la production de nouvelles coproductions d’opéras et de ballets par des artistes émergents.

 

Pour soutenir ses actions, Fedora a créé le prix Fedora Van Cleef & Arpels pour le ballet et le prix Fedora Rolf Liebermann pour l’opéra, qui récompensent chaque année les productions lauréates les plus talentueuses en finançant leurs représentations en Europe[1]. De plus, sous l’impulsion de son président Jérôme-François Zieseniss, Fedora fédère des mécènes amis, des associations, membres individuels et des entreprises comme Anaxago, pour la levée de fonds et le soutien aux productions lyriques et chorégraphiques.

 

 Jérôme-François Zieseniss, président de Fedora, commente :

 

« Dans un contexte où les soutiens publics aux maisons d’opéra sont en constante diminution, notre but est de soutenir l'innovation et la création artistique dans la danse et l’opéra, véritable patrimoine artistique en Europe ».

 

Joachim Dupont, fondateur et président d’Anaxago, ajoute :

 

« Nous sommes aujourd’hui très heureux de rejoindre Fedora, avec qui nous partageons les mêmes valeurs et la même ambition : promouvoir l’innovation. Anaxago contribue en effet depuis sa création au développement d’une finance participative au service de l’économie réelle pour financer les entreprises de demain, quand Fedora aide les jeunes créateurs à développer leurs projets dans le monde du ballet et de l'opéra ».

 

- 200 représentations ont été financées par les Prix Fedora en 2015

 

- Animé par Hugues Le Bret, président co-fondateur de Compte-Nickel et ancien Directeur de la Communication de la Société Générale et PDG de Boursorama, auteur de "La semaine où Jérôme Kerviel a failli faire sauter le système financier mondial" (Les Arènes)

 

crédit photo : Julien Mouffron-Gardner

Les dernières actualités

[Creative Morning] Marie-Anne Haour, experte du Design Thinking

Le Creative Morning, une moment d'échange avec une personnalité inspiranteUne fois par mois, nous organisons un creative morning entièrement dédié aux équipes d’Anaxago. Ces moments d'échange permettent de rencontrer chaque mois des personnalités inspirantes dans des domaines variés.Il y  a quelques jours nous avons eu le plaisir d’accueillir Marie-Anne Haour. Fondatrice de Simiya, elle a étudié le Design Thinking à Stanford et le pratique depuis bientôt 15 ans.Pourquoi l'expérience client de nombreux produits et services nés dans la Silicon Valley est-elle si fluide et rencontre-t-elle tant de succès ?Voici une trentaine d'années naissait dans la Silicon Valley une discipline qui a inspiré la plupart de ces très nombreux succès, le Design Thinking. C'est d’abord IDEO dans les années 1990, puis la d.school dans les années 2000, qui lui ont  donné toute son ampleur et depuis, de nombreuses entreprises innovantes, telles que Google, Netflix, Apple, IKEA et bien d'autres, l'utilisent. En allant interroger et observer les clients avec empathie par rapport à une problématique donnée, les designers construisent des prototypes qu'ils font tester et améliorent de façon itérative, c'est une méthodologie éprouvée par des milliers d'organisations innovantes.Qu’est-ce que le Design Thinking ?Le Design Thinking fait référence à un ensemble de méthodes permettant de répondre à  des besoin identifiés en appliquant une démarche similaire à celle d’un designer. Néanmoins, le mot “design” n’a pas la même définition en français qu’en anglais. En effet, alors qu’en français, on a tendance à associer le terme “design” au style, à la mode et à l’esthétique, en anglais, ce terme englobe la notion de conception de solution pour remplir une fonction particulière . D’après Steve Jobs, “certaines personnes pensent que le design se limite à l’apparence d’un objet. Mais en creusant un peu plus, on se rend compte qu’il s’agit de la façon dont il fonctionne.”Concrètement, le Design Thinking est une méthode créatrice de valeur, intégrant le point de vue de l'utilisateur dans l’objectif ultime de trouver des solutions à ses besoins. Le design thinking se fonde ainsi autour de trois piliers : La désirabilité. Identifier sur le terrain ce que les utilisateurs désirent.La faisabilité. Comprendre ce que la technologie et l'organisation de l'entreprise sont capables de faire.La viabilité. S'assurer de la viabilité économique. Le client au coeur du processus d'innovationLe design thinking consiste ainsi à mettre le client au coeur de votre réflection tout au long du processus d’innovation. Le but de cette méthode est de comprendre ses attentes, frustrations, motivations... dans l'objectif de créer des solutions pertinentes. « Il s’agit d’un processus d’innovation centré sur l’humain, l’idée est de passer par l’humain afin de proposer des solutions qui sont viables économiquement et réalisables technologiquement », explique Marie-Anne Haour. L’innovation ne naît pas d’une révélation géniale, c’est le résultat d’un processusLa D.School de l'Université de Stanford définit le design thinking comme un processus circulaire composé de 5 étapes. L'idée est d'itérer ce processus de co-créativité afin d’améliorer en continue le résultat de cette réflexion. Empathiser : pour bien comprendre le client.Définir : pour trouver de l'inspiration pour de nouvelles opportunités. Imaginer : pour répondre aux défis auxquels le client fait face. Prototyper : pour créer des solutions et des expériences qui font sens pour le client. Tester : pour recevoir du feedback. Essayer, se tromper... puis recommencerProcessus de Design Thinking - basé sur l'intervention de Marie-Anne HaourDécouvrez nos précédents creative mornings :Clément Marty, directeur de l’innovation du groupe Carrefour : innover, c’est désormais le rôle principal du grand groupe. 

LIRE PLUS