Anaxago Academy Les acteurs du financement des entreprises

Les acteurs du financement des entreprises

Business Angels, capitaux risqueurs, love money, banquiers, organisme publique... Les acteurs du financement des entreprises sont multiples et varient en fonction des stades de développement. Dressons un panorama de ces différents acteurs.


Les différentes solutions de financement qui existent pour une entreprise

 

1. Family, Friends and Fools (la famille, les amis et les fous) : ce terme désigne le « love money », c'est-à-dire à l’argent que l’entrepreneur peut lever auprès de son entourage pour le lancement de son projet. Le love money permet à l’entrepreneur de démarrer son activité.
 

2. Les prêts d'honneurs : Les lauréats de concours peuvent se voir attribuer des prêts bonifiés ou des prêts d’honneurs pouvant atteindre quelques milliers d’euros.
 

3. Les banques : les institutions bancaires peuvent être sollicitées le plus souvent une fois les preuves du concept établies. Le rôle de banquier ne doit pas être confondu avec celui de capital risqueur.
 

4. OSEO (anciennement ANVAR) : OSEO est une entreprise publique ayant pour mission de financer la croissance de PME. L’organisme agit le plus souvent de concert avec des banques en cofinançant ou en garantissant les prêts accordés. La garantie permet aux projets les plus risqués de pouvoir faire appel au crédit bancaire. OSEO propose également des prêtsà taux zéro, des avances remboursable  et différents types d’emprunts. L’entreprise est également en charge de la délivrance du statut de JEI (jeune entreprise innovante), nécessaire à l’accès aux Fonds Communs de Placements dans l’Innovation (FCPI).
 

5. Les réseaux de business angels : Il s'agit d'individus, parfois anciens entrepreneurs, qui investissent entre 50K€ et 500K€ dans les premières étapes de l'entreprise.  En 2011, la France recensait 4000 Business Angels organisés en 84 réseaux (investessor, femmes business angels, Paris Business angel, XMP, DDIDF...) et assurant des financements de 136 K€ en moyenne.
 


6. Le crowdfunding (financement participatif) : ce nouveau mode de financement consiste à rassembler un nombre important d’investisseurs autour de son projet pour en assurer le financement. Le crowdfunding orienté vers le financement en fonds propres complète la gamme de financement pour les besoins compris entre 50K€ et 500K€.
 

7. Fonds de capital-risqueLes fonds de capital-risque sont des fonds spécialisés dans l’investissement dans les premières phases de développement (amorçage et post-création) de l’entreprise. Ils sont solicités le plus souvent pour des montant commençant aux alentours de 300 K€ (pour les fonds d’amorçage) et vers 1 M€ pour les entreprises en phase de post-création. L'investissement de ces acteurs peut être soumis à certaines conditions (niveau du CA, secteur d'activité, rentabilité...).  
 

8. Les fonds de private equity (capital-investissement) : ces fonds investissent dans des entreprises ayant atteint une certiane maturité, dont le modèle est prouvé et générant un CA de plusieurs millions d’euros le plus souvent. Nous parlons alors de capital développement. Le capital investissement s'oriente vers PME voire des ETI (établissement de taille intermédiaire).
 

9. Les marchés financiers : l’introduction sur une bourse permet d’assurer la liquidité des titres de la sociéte. Ces derniers étant cotés sur un marché, peuvent s'échanger en toute simplicité. 


Les derniers articles Academy

Comment fonctionnent les investissements en SCPI ?

Parmi tous les produits de placements, les SCPI (Sociétés civiles de placements immobiliers) offrent des avantages substantiels : peu d’implication personnelle et de bons rendements. Le principe est simple : investissez auprès d’une société de gestion dans des immeubles ou des bâtiments dont l’emplacement et le domaine d’activité en déterminent la valeur locative. Puis, récupérez régulièrement votre dû issu des loyers.Investir dans des SCPI, les avantagesVous avez envie de diversifier vos investissements en choisissant de placer une partie de votre argent dans une ou plusieurs SCPI ? Pour préparer sa retraite, avoir une assise confortable, ou renforcer son patrimoine, les SCPI permettent d’encaisser une quote-part de loyers distribuée par une société de gestion. L’investissement immobilier est donc réel mais indirect, ce qui engendre un risque maîtrisé.Autre avantage, vous pouvez choisir d’investir dans différents types de SCPI : hôtels, bureaux tertiaires et sièges, entrepôts, centres commerciaux, etc. Peu importe (en fait, si) le secteur et le lieu, pourvu que l’investissement soit rentable.Facile à intégrer dans son portefeuille, même avec un petit pécule de départ de 5000€, il permet aussi d’ajouter au fil du temps de nouvelles parts. À l’inverse d’une épargne immobilière en solitaire, qui demande un gros investissement et dont la revente rapide n’est pas toujours assurée, il est plus facile de céder ses parts dans une SCPI. Par la même occasion, vous évitez aussi le passage chez le notaire.  La société à laquelle vous faites appel se charge par ailleurs de tout pour vous. C’est ce que propose Anaxago. Vous n’êtes ni un professionnel des investissements immobiliers, ni un aficionado des chiffres ? Les placements SCPI diversifiés sont aussi faits pour vous.Enfin, le rendement des SCPI est actuellement plus élevé que des fonds en euros d’assurance-vie ou même dans l’immobilier locatif. Il atteint 4,45% à plus de 5% en moyenne en 2019, avec des versements tous les trimestres.Les inconvénients des SCPIComme dans tous les investissements, en raison de la conjoncture et du marché immobilier dans le cas présent, les SCPI entraînent un risque de perte en capital.Si certains lieux semblent avoir un boulevard devant eux, comme le Grand Paris et les grandes métropoles d’une manière générale, rien ne dit que la hausse des prix ne freinera pas les entreprises locataires. Et des vacances locatives sont autant de rendements en moins.Par ailleurs, si l’investissement est fait à crédit, que le revenu des loyers baisse et ne suffit plus à rembourser l’emprunt, vous devrez vous acquitter de la différence.Quelle fiscalité pour l’investissement SCPI ?Le dernier défaut des SCPI, et pas des moindres, se trouve dans sa fiscalité. Les dividendes sont taxés au titre des revenus fonciers. Le taux peut ainsi rapidement s’envoler et atteindre la moitié des rendements, si vous avez des revenus élevés par ailleurs.Il existe cependant des astuces pour diminuer la facture, telles que l’achat à crédit, si vous ne craignez pas de ne plus pouvoir rembourser. Vous pouvez ainsi déduire les intérêts de votre emprunt. Ou encore le fait d’acheter des parts de SCPI en démembrement et en nu-propriété. Mais dans ce cas, il faut attendre la fin du démembrement pour récolter ses revenus. Tout dépend donc de votre besoin à court ou à long terme.Grâce à un audit de plus de 180 fonds locatifs et à l’expertise d’agents immobiliers, Anaxago sélectionne pour vous les meilleurs investissements SCPI. À partir de 5000€ de capital, vous pouvez investir !

LIRE PLUS