Anaxago Actualités Wistiki a présenté son nouveau porte-clés Aha! au CES 2017
Wistiki a présenté son nouveau porte-clés Aha! au CES 2017

Wistiki a présenté son nouveau porte-clés Aha! au CES 2017

Pour la cinquantième édition du plus grand salon mondial de l’électronique grand public, Wistiki a présenté son dernier tracker connecté : le Aha!

Le nouvel objet connecté de Wistiki, au CES Las Vegas 2017

 

Du 5 au 8 janvier, s’est déroulé à Las Vegas dans le Nevada, la cinquantième édition du CES (Consumer Electronics Show), au cours de laquelle 3 800 exposants de tous les pays ont présenté leurs dernières innovations à plus de 165 000 visiteurs.

 

 

Au #CES2017, la France était 3ème en nombre d'entreprises de toutes tailles, après les US et la Chine, et 2ème en termes de start-up.

— Henri d'AGRAIN (@HdAgrain) 9 janvier 2017

 

 

On a notamment pu y retrouver Wistiki, qui après le succès du Voila! lors du CES de l’an dernier, a à nouveau fait sensation avec son nouveau porte-clés, le Aha!

 

Désigné par Philippe Starck, ce nouveau tracker connecté est plein de promesses et comporte notamment une multitude de nouvelles fonctionnalités : étanche et pouvant se fixer à n’importe quel objet, il est connecté à une fonctionnalité GPS communautaire, rendant, désormais possible l’envoie d’alertes entre possesseurs de produits Wistiki lorsque l’on se trouve à proximité de l’un d’eux. Il dispose également d’un principe de “laisse électronique”, d’un système “chaud-froid” et d’une alarme de 90 décibels en cas de vol et est synchronisé au smartphone du propriétaire via le bluetooth low energy.

 

 

CES 2017, tracker Wistiki Aha! de la gamme Wistikiby Starck, «alliance de la technologie et de la joaillerie»: https://t.co/Ee9MmlamFJ

— Ludmilla Intravaia (@sailormila) 4 janvier 2017

 

 

Sa commercialisation est prévue en février en France à 49,90 euros.

 

 

Wistiki au CES 2017 à Las Vegas

L'équipe Wistiki au CES 2017 à Las Vegas

 

 

Wistiki, le tracker connecté, designé par Starck, qui révolutionne le quotidien

 

Wistiki, c’est une histoire de famille qui débute en 2013 lorsque les frères Lussato (Hugo, Théo et Bruno) décident de révolutionner la vie des étourdis : ils inventent le premier objet connecté,100 % “Made in France”, capable de retrouver toutes les affaires du quotidien.

 

 

Les frères Lussato et Philippe Starck | Wistiki

Les frères Lussato et Philippe Starck

 

 

Rapidement, ils ont fait de Wistiki l’objet connecté le plus vendu en 2014 et 2015 en France. Avec, plus particulièrement, le Wistiki Voilà !, premier objet connecté de la gamme « Wistiki by Starck », qui a réussi à s’imposer comme un bestseller en Europe avec plusieurs centaines de milliers de produits vendus. Les frères Lussato compte bien désormais conquérir un marché phare : les Etats-Unis avec le Wistiki Aha!

 

 

« Anaxago révolutionne la manière de lever du capital en donnant le pouvoir aux particuliers. L'entrepreneur bénéficie (...) d'une étude de marché grandeur nature et d'une source de financement colossale comparable aux fonds. »

Bruno Lussato, CEO de Wistiki


 

En juin dernier, Wistiki avait levé 2 millions d'euros dont 1 million d'euros en quelques jours sur Anaxago Innovation. Suite à ce succès et après de nombreuses demandes d'investisseurs n'ayant pas pu participer, Wistiki a, à nouveau, ouvert son capital aux investisseurs pour 300 000 euros supplémentaires (nouveau tour de table rendu possible grâce à la mise en vigueur en octobre dernier du nouveau seuil d’investissement en ligne correspondant à 2,5 millions d’euros) : qui ont été financé en quelques semaines sur la plateforme d’Anaxago Innovation.



 

En savoir plus sur projets d'Anaxago Innovation

 

Revue de presse :

- CES 2017 : Wistiki dévoile le Aha!, c'est sûr vous ne perdrez plus jamais rien

- Wistiki Aha! : présentation au CES de Las Vegas 2017

- Les grandes tendances du CES, le salon de l’électronique à Las Vegas

 

Les dernières actualités

[Creative Morning] Marie-Anne Haour, experte du Design Thinking

Le Creative Morning, une moment d'échange avec une personnalité inspiranteUne fois par mois, nous organisons un creative morning entièrement dédié aux équipes d’Anaxago. Ces moments d'échange permettent de rencontrer chaque mois des personnalités inspirantes dans des domaines variés.Il y  a quelques jours nous avons eu le plaisir d’accueillir Marie-Anne Haour. Fondatrice de Simiya, elle a étudié le Design Thinking à Stanford et le pratique depuis bientôt 15 ans.Pourquoi l'expérience client de nombreux produits et services nés dans la Silicon Valley est-elle si fluide et rencontre-t-elle tant de succès ?Voici une trentaine d'années naissait dans la Silicon Valley une discipline qui a inspiré la plupart de ces très nombreux succès, le Design Thinking. C'est d’abord IDEO dans les années 1990, puis la d.school dans les années 2000, qui lui ont  donné toute son ampleur et depuis, de nombreuses entreprises innovantes, telles que Google, Netflix, Apple, IKEA et bien d'autres, l'utilisent. En allant interroger et observer les clients avec empathie par rapport à une problématique donnée, les designers construisent des prototypes qu'ils font tester et améliorent de façon itérative, c'est une méthodologie éprouvée par des milliers d'organisations innovantes.Qu’est-ce que le Design Thinking ?Le Design Thinking fait référence à un ensemble de méthodes permettant de répondre à  des besoin identifiés en appliquant une démarche similaire à celle d’un designer. Néanmoins, le mot “design” n’a pas la même définition en français qu’en anglais. En effet, alors qu’en français, on a tendance à associer le terme “design” au style, à la mode et à l’esthétique, en anglais, ce terme englobe la notion de conception de solution pour remplir une fonction particulière . D’après Steve Jobs, “certaines personnes pensent que le design se limite à l’apparence d’un objet. Mais en creusant un peu plus, on se rend compte qu’il s’agit de la façon dont il fonctionne.”Concrètement, le Design Thinking est une méthode créatrice de valeur, intégrant le point de vue de l'utilisateur dans l’objectif ultime de trouver des solutions à ses besoins. Le design thinking se fonde ainsi autour de trois piliers : La désirabilité. Identifier sur le terrain ce que les utilisateurs désirent.La faisabilité. Comprendre ce que la technologie et l'organisation de l'entreprise sont capables de faire.La viabilité. S'assurer de la viabilité économique. Le client au coeur du processus d'innovationLe design thinking consiste ainsi à mettre le client au coeur de votre réflection tout au long du processus d’innovation. Le but de cette méthode est de comprendre ses attentes, frustrations, motivations... dans l'objectif de créer des solutions pertinentes. « Il s’agit d’un processus d’innovation centré sur l’humain, l’idée est de passer par l’humain afin de proposer des solutions qui sont viables économiquement et réalisables technologiquement », explique Marie-Anne Haour. L’innovation ne naît pas d’une révélation géniale, c’est le résultat d’un processusLa D.School de l'Université de Stanford définit le design thinking comme un processus circulaire composé de 5 étapes. L'idée est d'itérer ce processus de co-créativité afin d’améliorer en continue le résultat de cette réflexion. Empathiser : pour bien comprendre le client.Définir : pour trouver de l'inspiration pour de nouvelles opportunités. Imaginer : pour répondre aux défis auxquels le client fait face. Prototyper : pour créer des solutions et des expériences qui font sens pour le client. Tester : pour recevoir du feedback. Essayer, se tromper... puis recommencerProcessus de Design Thinking - basé sur l'intervention de Marie-Anne HaourDécouvrez nos précédents creative mornings :Clément Marty, directeur de l’innovation du groupe Carrefour : innover, c’est désormais le rôle principal du grand groupe. 

LIRE PLUS