Anaxago Actualités SCPI et Crowdfunding immobilier : quelles différences ?
SCPI et Crowdfunding immobilier : quelles différences ?

SCPI et Crowdfunding immobilier : quelles différences ?

Pour investir dans l'immobilier, il n'est pas nécessaire d'être propriétaire d'un logement et de louer. Les investisseurs disposent de deux solutions alternatives : acheter des parts de SCPI ou investir dans l'immobilier via le crowdfunding immobilier.

Dans le premier cas, les investisseurs financent un projet immobilier géré par une société de gestion qui leur reverse une partie des rendements dégagés par le projet. Le processus comporte de nombreux avantages pour les particuliers par rapport à la location d'un bien immobilier : 


  • possibilité d'investir une somme modeste 
  • aucune démarche administrative à réaliser 
  • pas de recherche de locataire


Depuis de nombreuses années, les investisseurs français ont pu se familiariser avec les principes de la "pierre papier", surnom donné aux SCPI. Présent en France depuis 2014, le crowdfunding immobilier s'impose aujourd'hui comme un sérieux concurrent aux SCPI. Quelles différences existent entre les deux placements ?


SCPI vs crowdfunding immobilier : deux principes différents


Les investisseurs doivent tout d'abord savoir que les SCPI et le crowdfunding immobilier ne visent pas la même cible d'investissement.


SCPI

Les SCPI sont des produits relativement simples : les sociétés de gestion qui émettent ces produits achètent des biens immobiliers (souvent des immeubles de bureaux ou les murs d'un commerce) et les louent. Les acheteurs de parts de SCPI reçoivent donc indirectement les loyers versés par les locataires, auxquels sont retirés les commissions prises au passage par la société de gestion. Il existent deux types de SCPI : celles à capital fixe, dont les parts ne peuvent être revendues qu'à d'autres investisseurs, et celles à capital variable, qui peuvent racheter ou émettre de nouvelles parts comme une société de gestion émettrices d'OPCVM.


CROWDFUNDING IMMOBILIER

Du côté du crowdfunding immobilier, le principe est souvent assez différent : les sociétés à l'origine des projets n'ont ici pas vocation à détenir un bien pour en reverser les loyers. 

Il s'agit souvent de sociétés de promotion immobilière. En clair : ces sociétés achètent des biens immobiliers nécessitant une rénovation, effectuent des travaux puis les revendent à un prix plus élevé en réalisant une marge. Il peut aussi s'agir de la construction d'un nouveau bâtiment. Le processus complet d'achat-rénovation-revente ou de construction-vente dure la plupart du temps 1 à 3 ans. Les investisseurs qui mettent de l'argent dans un projet de crowdfunding immobilier participent donc au financement de la construction ou de la rénovation d'un bien par la société immobilière. 

L'objectif au terme de l'opération est que l'investisseur récupère son capital ainsi que les intérêts associés* à son investissement, et la société immobilière conserve quant à elle une marge sur l'ensemble de l'opération. Le rendement perçu par l'investisseur n'est donc pas un loyer.


*Attention, l’investissement dans des sociétés non cotées comporte des risques spécifiques : risque de perte totale ou partielle du capital investi ; risque d’illiquidité : la revente des titres n’est pas garantie, elle peut être incertaine voire impossible ; le retour sur investissement dépend de la réussite du projet financé.

Rendements


Les rendements des SCPI sont souvent proches de 4 à 5% brut par an, et peuvent varier à la marge d'une année sur l'autre en fonction du pourcentage de biens immobiliers en location. Les SCPI correctement diversifiées dans leurs investissements ont généralement un rendement annuel très stable au fil du temps.

Le rendement brut des investissements en crowdfunding immobilier est significativement supérieur à celui des SCPI. Chaque projet proposé sur les plates-formes de crowdfunding est proposé avec un rendement prédéterminé, et qui peut varier de 6% à 10% brut par an*. A rendement élevé, risque élevé. L'investissement via le crowdfunding immobilier peut faire l'objet d'une perte partielle ou totale du capital investi en cas de non réussite du projet.


Fiscalité : en France, les plus-values sont soumises aux prélèvements sociaux et à l'impôt. Le rendement net pour l'investisseur est donc significativement inférieur au rendement brut. Par ailleurs, les parts de SCPI peuvent être achetées dans le cadre d'un contrat d'assurance-vie (qui comporte plusieurs avantages fiscaux) alors que le crowdfunding n'est pas éligible à l'assurance-vie.


Durée d'investissement


En termes de durée d'investissement, le crowdfunding immobilier apparaît en règle générale comme un investissement de court-moyen terme alors que l'investissement en SCPI est plutôt un investissement de long terme.

En crowdfunding immobilier, la durée des projets de promotion immobilière est systématiquement indiquée sur les plates-formes de financement. L'investisseur peut donc choisir, selon ses possibilités, d'investir dans un projet à 18 ou 36 mois par exemple. Dans tous les cas, la durée est habituellement assez courte et l'investisseur devra attendre l'issue du projet pour récupérer la totalité de sa mise ainsi que les intérêts.

A contrario, la durée de vie d'une SCPI peut être indéfinie (dans certains cas, une date de dissolution peut néanmoins être définie à l'avance). L'investisseur achète donc des parts qu'il pourra ensuite revendre à tout moment en fonction de ses besoins financiers futurs. Néanmoins, étant donné le niveau élevé des frais d'entrée/sortie sur ce type de produit, il est généralement conseillé aux investisseurs de détenir des parts de SCPI sur le long terme (5 ans voire 9 ans dans certains cas) de manière à améliorer la rentabilité de leur investissement.


Frais


Comme évoqué précédemment, les frais associés aux SCPI sont élevés et constituent l'une des principales différences avec le crowdfunding immobilier.

Les frais d'entrée ou de sortie d'une SCPI dépendent des sociétés émettrices mais représentent généralement de l'ordre de 10% de la somme investie, ce qui n'est pas négligeable. A cela s'ajoutent des frais annuels prélevés par la société de gestion, qui viennent amputer un pourcentage des loyers reversés chaque année aux investisseurs. Attention à bien lire la brochure commerciale d'une SCPI avant d'y investir son argent pour être sûr de bien connaître le niveau exact des frais.

En crowdfunding immobilier, les frais sont prélevés uniquement à l'entrée et varient de 2 à 5% selon les plateformes. Les rendements sont généralement donc à prendre en compte nets de frais.*

Investissement minimal


En termes de montant minimal nécessaire pour démarrer ce type d'investissement (le "ticket d'entrée"), les deux solutuions sont globalement semblables.

L'investissement minimal demandé en crowdfunding immobilier peut varier selon les projets. Le ticket minimal est autour de 100 euros et peut monter à 2000 euros. De manière comparable, l’investissement en SCPI démarre communément avec un capital minimal de 500 ou 1000 euros. Dans les deux cas, le ticket d'entrée est suffisamment faible pour permettre à tous les investisseurs d'employer indifféremment l'une ou l'autre de ces solutions.


Risques


Comme tout placement financier, l'investissement en SCPI ou en crowdfunding immobilier comporte des risques.

Le risque d'un investissement en crowdfunding tient à l'éventuelle faillite de la société à l'origine du projet. Si, lors de la faillite, la société est incapable de rembourser ses dettes, les investisseurs peuvent perdre la totalité du capital initialement investi dans le projet. Le risque de faillite augmente en cas de forte dégradation du marché de l'immobilier (baisse des prix et chute du nombre de transactions).

Les parts de SCPI ont quant à elles une valeur qui peut varier dans le temps. Cette valeur dépend principalement des variations des prix de l'immobilier dans les zones sur lesquelles la SCPI est investie. En cas de crise immobilière et de fortes demandes de retraits de la part des investisseurs sur les SCPI à capital variable, les sociétés de gestion gérant ces produits peuvent décider d'un blocage temporaire des retraits de manière à se laisser le temps de revendre certains immeubles sur lesquels la SCPI est investie et disposer ainsi des liquidités nécessaires au remboursement des investisseurs.


*Attention, l’investissement dans des sociétés non cotées comporte des risques spécifiques : risque de perte totale ou partielle du capital investi ; risque d’illiquidité : la revente des titres n’est pas garantie, elle peut être incertaine voire impossible ; le retour sur investissement dépend de la réussite du projet financé.

En résumé



Support


SCPI

Crowdfunding immobilier
Principes

Les acheteurs de parts de SCPI reçoivent indirectement des loyers versés par les locataires (revenus réguliers)

Les investisseurs financent la construction ou la rénovation d'un bien et donc investissent directement à la société immobilière

Rendements

4 à 5 % par an
6 à 10% par an

Horizon d'investissement

Long terme
Court à moyen terme

Frais

autour de 10% de la somme investie
Entre 0 et 3% de frais d'entrée

Investissement minimal

500-1000 €
100€

Risques de perte de capital

++
+++


Les dernières actualités

RENT 2019 : Ce qu'il fallait retenir de la 7ème édition du salon de la PropTech

[#RENT] Le @Salonrent bat son plein pour ce 2nd jour ! Venez nous rencontrer sur le stand @Anaxago_team dans le Village Startup 2 ! #proptech #rent2019 pic.twitter.com/BWhyGuopg2— Anaxago (@Anaxago_team) 7 novembre 2019Le RENT en chiffresL’équipe d’Anaxago s’est rendue à la 7ème édition du Salon RENT - Real Estate & New technologies, le plus grand rendez-vous de la PropTech en Europe. 15 000 mètres carrés, 8 000 visiteurs, 400 exposants (dont 120 start-ups) et 40 conférences sont les chiffres de cette nouvelle édition du RENT qui s’est déroulée les 6 et 7 Novembre 2019 au Parc des Expositions, Porte de Versailles à Paris. Anaxago était présent sur ce salon accompagné de 5 start-ups de son portefeuille d’investissement. On vous raconte ! Le petit déjeuner PropTech organisé par AnaxagoLe deuxième jour du RENT, à 9h30, Anaxago a accueilli des professionnels de l’immobilier et des fondateurs de start-ups PropTech pour présenter les participations de son portefeuille d’investissement et échanger autour des enjeux Proptech. Autour d’un petit déjeuner, Alexandre Héraud, Directeur des Participations chez Anaxago, nous a présenté sa vision de l’immobilier de demain puis a introduit MeilleureCopro, SmartHab, Smartrenting, Happywait et Ocus, avant que les représentants de ces start-ups ne présentent leur activité à l’auditoire.En direct du #salonrent #rent19 avec notre directeur de participations Alexandre Heraud pour le petit déjeuner #PropTech d’Anaxago pic.twitter.com/7PfmLC96rr— Anaxago (@Anaxago_team) 7 novembre 2019Une transaction blockchain uniqueLe 7 novembre dernier est un jour à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire de l’immobilier et de la technologie en France. En effet, Masteos, start-up spécialisée dans l'investissement locatif en immobilier a organisé la première transaction immobilière française reposant sur l’utilisation de la technologie blockchain entre deux particuliers. Cet investissement locatif a pris six minutes et a permis à un freelance d’accéder à de la capacité d’emprunt qui lui était hors d’atteinte dans le système traditionnel. Le concours de la startup ORPI et autres prixL’édition 2019 du salon RENT a été l’occasion de valoriser des projets prometteurs pour l’immobilier de demain. Retour sur les lauréats des différents concours : Prix “LA Start-up RENT” organisé par OrpiLors de cette édition, MeilleureCopro a remporté le premier prix du concours “LA Start-up RENT” organisé par Orpi. Ce concours récompense les sociétés innovantes dans le secteur de l’immobilier parmi un grand nombre de start-up françaises et étrangères.Edouard-Jean Clouet, Président de MeilleureCopro, a vu son entreprise récompensée après avoir pitché pendant 10 minutes face à un jury composé de professionnels de l’immobilier (Orpi, Nexity, LeBonCoin). Il devait convaincre sur l’ambition de l’entreprise, son originalité et la crédibilité de son modèle. Pari réussi pour MeilleureCopro, leader sur la maîtrise des charges de copropriété ! Retrouvez ici l’interview du fondateur de MeilleureCopro pour Anaxago Immobilier.[#RENT] Félicitations à @MeilleureCopro pour sa victoire au concours La Start-up #Rent @Orpi_France ! #proudinvestor #venturecapital #Proptech #rent2019— Anaxago (@Anaxago_team) 6 novembre 2019Prix de l’innovationLors de cette édition, Havr a été distingué par le Prix de l’Innovation remis par la Fédération Française de l’Internet Immobilier (FF2i) et Anaxago, investisseur spécialisé en immobilier. La société Havr développe des systèmes de contrôle d’accès avant-gardistes avec une serrure connectée, la BrightLock, contrôlable à distance, programmable et ne s’ouvrant que via un faisceau lumineux provenant du smartphone de l’utilisateur. Havr a su convaincre un jury présidé par le Président de FF2i, Stéphane Scarella, et composé d’un panel d’adhérents à la fédération. Prix académiquesCette année, deux étudiants ont été distingués pour leurs recherches.Le Prix Master a été décerné à Charles Finet (Université Paris Dauphine) pour son mémoire de Master 1 portant sur le Marketing des lotissements périurbains : l’architecture et l’urbanisme comme nouveaux dispositifs de considération. Le Prix Junior a été décerné à Lisa Marty (Université d’Evry Val d’Essonne) pour son mémoire L’agent immobilier face un à un avenir certain. En définitive, l’édition 2019 du Salon RENT aura été une fois de plus un évènement riche en rencontres et fructueux en synergies pour les acteurs de la Proptech et permet de dessiner chaque jour un peu plus les contours de l’immobilier et de la ville de demain. 

LIRE PLUS 

Comment Anaxago gère les risques des investissements dans l'immobilier

Chez Anaxago, nous avons historiquement été très actifs dans la gestion de nos risques. Notre métier réside dans l'analyse des risques en amont, le suivi puis la gestion des risques quand ils se manifestent. Anaxago est aujourd’hui la seule plateforme qui a été jusqu'à reprendre des chantiers au niveau opérationnel pour préserver le capital de ses investisseurs.À ce jour seules 2 participations ont été cédées sans plus-value (capital intégralement remboursé) sur 130 investissements réalisés, 0 perte en capital à dateLes programmes immobiliers du groupe TERLAT ont été rachetés et gérés par les équipes d'Anaxago et les investisseurs sont en cours de remboursement.Anaxago est aujourd’hui la seule plateforme qui a été jusqu'à reprendre des chantiers au niveau opérationnel pour préserver le capital de ses investisseurs.Retrouvez toutes nos statistiques liées à nos investissements immobilier iciLa gestion du risque chez Anaxago passe par plusieurs phases :1. Le suivi trimestriel des chantiers et des programmesDurant cette phase nous comparons les écarts entre les projections et l'avancée réelle au niveau technique, commercial et financier et dressons chaque trimestre un reporting dédié pour les investisseurs de chaque opération.2. En cas de retardEn cas de retard sur une opération, Anaxago prévoit une possibilité contractuelle pour les partenaires financiers d'avoir recours à une période de prorogation de 6 à 12 mois. Durant cette période, les intérêts dus par l’opérateur continuent à courir et sont parfois majorés.3. En cas de défaut de paiement Le dossier passe en recouvrement et cela passe le plus souvent par la mise en place d'un moratoire pour échelonner le paiement, notamment dans le cas de décalage dans le temps de la commercialisation ou du chantier.C'est à ce moment là que les garanties peuvent être activées mais dans 90% des cas nous travaillons avec l'opérateur pour trouver une solution aux problèmes rencontrés. Les défauts viennent le plus souvent d'aléas au niveau du passage des ventes, des obtentions de crédit par les acquéreurs etc.  4. En cas de difficultés plus importantesNous travaillons dans ce cas là à un protocole avec l'opérateur qui vise à mettre en place des garanties complémentaires, échelonner les paiements et trouver des solutions opérationnelles pour la gestion des difficultés. Nous sommes même allés jusqu'à la reprise opérationnelle du programme, ce que nous avons fait dans le cadre du dossier TERLAT. Savoir anticiper et maitriser les risques liés à un investissementLe principal risque que nous devons gérer est le risque de temps et contractuellement, la rémunération des investisseurs reste due même en cas de retard.Toutefois lorsque le projet affiche une perte importante due à des travaux plus importants par exemple, le risque de voir la rémunération réduite est plus important car la solvabilité de l'émetteur baisse et en cas de grandes difficultés, une perte en capital peut être constatée.Il ne faut pas oublier que les rendements élevés de ces investissements sont liés au niveau de risque des sous-jacents, quand bien même il s'agit d'immobilier. À la grande différence des SCPIs par exemple qui investissent uniquement dans des actifs existants avec des revenus réguliers. Quelles garanties pour protéger nos investissements ?Les garanties négociées en amont avec nos partenaires financiers permettent également de limiter le risque : - Garantie à première demande de la société mère et/ou des associés- Nantissement des titres de la société détenue - Hypothèques etc. Ces garanties sont pour chaque investissement indiquées dans la documentation financière fournie par Anaxago avant toute décision d'investissement sur la plateforme.

LIRE PLUS