Anaxago Actualités SCPI et Crowdfunding immobilier : quelles différences ?
SCPI et Crowdfunding immobilier : quelles différences ?

SCPI et Crowdfunding immobilier : quelles différences ?

Pour investir dans l'immobilier, il n'est pas nécessaire d'être propriétaire d'un logement et de louer. Les investisseurs disposent de deux solutions alternatives : acheter des parts de SCPI ou investir dans l'immobilier via le crowdfunding immobilier.

Dans le premier cas, les investisseurs financent un projet immobilier géré par une société de gestion qui leur reverse une partie des rendements dégagés par le projet. Le processus comporte de nombreux avantages pour les particuliers par rapport à la location d'un bien immobilier : 


  • possibilité d'investir une somme modeste 
  • aucune démarche administrative à réaliser 
  • pas de recherche de locataire


Depuis de nombreuses années, les investisseurs français ont pu se familiariser avec les principes de la "pierre papier", surnom donné aux SCPI. Présent en France depuis 2014, le crowdfunding immobilier s'impose aujourd'hui comme un sérieux concurrent aux SCPI. Quelles différences existent entre les deux placements ?


SCPI vs crowdfunding immobilier : deux principes différents


Les investisseurs doivent tout d'abord savoir que les SCPI et le crowdfunding immobilier ne visent pas la même cible d'investissement.


SCPI

Les SCPI sont des produits relativement simples : les sociétés de gestion qui émettent ces produits achètent des biens immobiliers (souvent des immeubles de bureaux ou les murs d'un commerce) et les louent. Les acheteurs de parts de SCPI reçoivent donc indirectement les loyers versés par les locataires, auxquels sont retirés les commissions prises au passage par la société de gestion. Il existent deux types de SCPI : celles à capital fixe, dont les parts ne peuvent être revendues qu'à d'autres investisseurs, et celles à capital variable, qui peuvent racheter ou émettre de nouvelles parts comme une société de gestion émettrices d'OPCVM.


CROWDFUNDING IMMOBILIER

Du côté du crowdfunding immobilier, le principe est souvent assez différent : les sociétés à l'origine des projets n'ont ici pas vocation à détenir un bien pour en reverser les loyers. 

Il s'agit souvent de sociétés de promotion immobilière. En clair : ces sociétés achètent des biens immobiliers nécessitant une rénovation, effectuent des travaux puis les revendent à un prix plus élevé en réalisant une marge. Il peut aussi s'agir de la construction d'un nouveau bâtiment. Le processus complet d'achat-rénovation-revente ou de construction-vente dure la plupart du temps 1 à 3 ans. Les investisseurs qui mettent de l'argent dans un projet de crowdfunding immobilier participent donc au financement de la construction ou de la rénovation d'un bien par la société immobilière. 

L'objectif au terme de l'opération est que l'investisseur récupère son capital ainsi que les intérêts associés* à son investissement, et la société immobilière conserve quant à elle une marge sur l'ensemble de l'opération. Le rendement perçu par l'investisseur n'est donc pas un loyer.


*Attention, l’investissement dans des sociétés non cotées comporte des risques spécifiques : risque de perte totale ou partielle du capital investi ; risque d’illiquidité : la revente des titres n’est pas garantie, elle peut être incertaine voire impossible ; le retour sur investissement dépend de la réussite du projet financé.

Rendements


Les rendements des SCPI sont souvent proches de 4 à 5% brut par an, et peuvent varier à la marge d'une année sur l'autre en fonction du pourcentage de biens immobiliers en location. Les SCPI correctement diversifiées dans leurs investissements ont généralement un rendement annuel très stable au fil du temps.

Le rendement brut des investissements en crowdfunding immobilier est significativement supérieur à celui des SCPI. Chaque projet proposé sur les plates-formes de crowdfunding est proposé avec un rendement prédéterminé, et qui peut varier de 6% à 10% brut par an*. A rendement élevé, risque élevé. L'investissement via le crowdfunding immobilier peut faire l'objet d'une perte partielle ou totale du capital investi en cas de non réussite du projet.


Fiscalité : en France, les plus-values sont soumises aux prélèvements sociaux et à l'impôt. Le rendement net pour l'investisseur est donc significativement inférieur au rendement brut. Par ailleurs, les parts de SCPI peuvent être achetées dans le cadre d'un contrat d'assurance-vie (qui comporte plusieurs avantages fiscaux) alors que le crowdfunding n'est pas éligible à l'assurance-vie.


Durée d'investissement


En termes de durée d'investissement, le crowdfunding immobilier apparaît en règle générale comme un investissement de court-moyen terme alors que l'investissement en SCPI est plutôt un investissement de long terme.

En crowdfunding immobilier, la durée des projets de promotion immobilière est systématiquement indiquée sur les plates-formes de financement. L'investisseur peut donc choisir, selon ses possibilités, d'investir dans un projet à 18 ou 36 mois par exemple. Dans tous les cas, la durée est habituellement assez courte et l'investisseur devra attendre l'issue du projet pour récupérer la totalité de sa mise ainsi que les intérêts.

A contrario, la durée de vie d'une SCPI peut être indéfinie (dans certains cas, une date de dissolution peut néanmoins être définie à l'avance). L'investisseur achète donc des parts qu'il pourra ensuite revendre à tout moment en fonction de ses besoins financiers futurs. Néanmoins, étant donné le niveau élevé des frais d'entrée/sortie sur ce type de produit, il est généralement conseillé aux investisseurs de détenir des parts de SCPI sur le long terme (5 ans voire 9 ans dans certains cas) de manière à améliorer la rentabilité de leur investissement.


Frais


Comme évoqué précédemment, les frais associés aux SCPI sont élevés et constituent l'une des principales différences avec le crowdfunding immobilier.

Les frais d'entrée ou de sortie d'une SCPI dépendent des sociétés émettrices mais représentent généralement de l'ordre de 10% de la somme investie, ce qui n'est pas négligeable. A cela s'ajoutent des frais annuels prélevés par la société de gestion, qui viennent amputer un pourcentage des loyers reversés chaque année aux investisseurs. Attention à bien lire la brochure commerciale d'une SCPI avant d'y investir son argent pour être sûr de bien connaître le niveau exact des frais.

En crowdfunding immobilier, les frais sont prélevés uniquement à l'entrée et varient de 2 à 5% selon les plateformes. Les rendements sont généralement donc à prendre en compte nets de frais.*

Investissement minimal


En termes de montant minimal nécessaire pour démarrer ce type d'investissement (le "ticket d'entrée"), les deux solutuions sont globalement semblables.

L'investissement minimal demandé en crowdfunding immobilier peut varier selon les projets. Le ticket minimal est autour de 100 euros et peut monter à 2000 euros. De manière comparable, l’investissement en SCPI démarre communément avec un capital minimal de 500 ou 1000 euros. Dans les deux cas, le ticket d'entrée est suffisamment faible pour permettre à tous les investisseurs d'employer indifféremment l'une ou l'autre de ces solutions.


Risques


Comme tout placement financier, l'investissement en SCPI ou en crowdfunding immobilier comporte des risques.

Le risque d'un investissement en crowdfunding tient à l'éventuelle faillite de la société à l'origine du projet. Si, lors de la faillite, la société est incapable de rembourser ses dettes, les investisseurs peuvent perdre la totalité du capital initialement investi dans le projet. Le risque de faillite augmente en cas de forte dégradation du marché de l'immobilier (baisse des prix et chute du nombre de transactions).

Les parts de SCPI ont quant à elles une valeur qui peut varier dans le temps. Cette valeur dépend principalement des variations des prix de l'immobilier dans les zones sur lesquelles la SCPI est investie. En cas de crise immobilière et de fortes demandes de retraits de la part des investisseurs sur les SCPI à capital variable, les sociétés de gestion gérant ces produits peuvent décider d'un blocage temporaire des retraits de manière à se laisser le temps de revendre certains immeubles sur lesquels la SCPI est investie et disposer ainsi des liquidités nécessaires au remboursement des investisseurs.


*Attention, l’investissement dans des sociétés non cotées comporte des risques spécifiques : risque de perte totale ou partielle du capital investi ; risque d’illiquidité : la revente des titres n’est pas garantie, elle peut être incertaine voire impossible ; le retour sur investissement dépend de la réussite du projet financé.

En résumé



Support


SCPI

Crowdfunding immobilier
Principes

Les acheteurs de parts de SCPI reçoivent indirectement des loyers versés par les locataires (revenus réguliers)

Les investisseurs financent la construction ou la rénovation d'un bien et donc investissent directement à la société immobilière

Rendements

4 à 5 % par an
6 à 10% par an

Horizon d'investissement

Long terme
Court à moyen terme

Frais

autour de 10% de la somme investie
Entre 0 et 3% de frais d'entrée

Investissement minimal

500-1000 €
100€

Risques de perte de capital

++
+++


Les dernières actualités

[Anaxago Ventures] Osivax close une série A à 8 millions d'euros

La biotech Osivax a annoncé cette semaine la clôture de sa série A à 8 millions d'euros. L'objectif de cette levée : poursuivre le développement de ses vaccins universels contre la grippe. Le financement a été mené par la société belge Noshaq et la plateforme de crowdfunding Anaxago.Fondée en 2017 à Lyon, Osivax a été créée en tant que spin-off du laboratoire pharmaceutique IMAXIO pour se consacrer au développement d’un vaccin universel contre la grippe et d’immunothérapies contre le cancer. Pour cela, elle a développé une technologie appelée l'OligoDOM.  "Les vaccins contre la grippe saisonnière actuellement disponibles ne permettent pas de traiter toutes les souches de grippe car ils ciblent des régions très variables du virus. En tant que tels, ils doivent être mis à jour annuellement. En revanche, notre approche de vaccin universel contre la grippe utilise une nucléoprotéine (NP) recombinante qui élimine la nécessité de contre-vérifier et de formuler des hypothèses sur les souches de la grippe qui seront pertinentes pour les saisons à venir. Notre vaccin pourrait être efficace année après année en fournissant une réponse immunitaire forte et, à long terme, contre tous les virus de la grippe en circulation et émergents. Notre objectif est d’établir une validation de principe sur l’Influenza A, qui représente 75% à 95% des grippes, puis d’élargir notre pipeline pour fournir un vaccin antigrippal universel", affirme Alexandre Le Vert, CEO et cofondateur d’Osivax.Le financement servira principalement à la réalisation de la validation clinique du vaccin candidat phare d’Osivax, OVX836. Le financement appuiera également l’évaluation d’un candidat-vaccin universel de deuxième génération, actuellement en phase de développement préclinique. Osivax a été financée en 2018 sur la plateforme Anaxago. Pour découvrir les opportunités d'investissement en capital innovation disponibles sur Anaxago, cliquez ici.

LIRE PLUS 

[Evénement] - Ce qu'il fallait retenir du Future Proptech

Pour la première fois, Anaxago s’est rendu à Londres pour assister à la 4ème édition de Future Proptech le 14 mai 2019 au Business Design Center. L’occasion pour son équipe dédiée à ce secteur en plein dynamisme de participer à l’un des événements internationaux majeurs sur le sujet.Future Proptech, qu’est-ce que c’est ?Future Proptech est un évènement entièrement dédié aux innovations technologiques et à la digitalisation du secteur de l’immobilier dans son ensemble.Depuis son lancement en 2015, Future Proptech s’est étendu à 3 pays et a attiré plus de 10 000 professionnels de l’immobilier. L’objectif de cet évènement est simple, faire se rencontrer les divers protagonistes qui gravitent autour de la Proptech : startups et sociétés technologiques, acteurs traditionnels de l’immobilier tels que les gestionnaires d’actifs et les agents immobiliers, et bien évidemment les investisseurs.Cette année, ce sont plus de 2 000 participants dont 700 entreprises et 100 conférenciers qui ont répondu présent à l’appel de Future PropTech.Anaxago à Future ProptechAnaxago est devenu un acteur de référence dans le secteur Proptech sur le territoire national (déjà 9 participations en portefeuille, et de nouvelles opportunités régulièrement identifiées).Suite à l’ensemble des rencontres que nous avons faites et des conférences auxquelles nous avons assistées - et au-delà de l’IA (Intelligence Artificielle) et du partage collaboratif de données qui sont devenus des enjeux évidents - plusieurs tendances se sont dégagées :La “durabilité” était notamment un des mots phares de cet évènement. Rosanna Lawn, (Speaker - Head of development at Yoo Living) affirmait que les nouvelles générations de consommateurs sont de plus en plus sensibles aux questions environnementales et qu’elles se demandent aujourd’hui quel sera l’impact énergétique et environnemental de leur logement.Le “digital twin” ou “jumeau numérique” est également en passe de devenir le prochain “buzzword” du secteur. En effet, après avoir envahi les secteurs de l'aérospatial, de l’énergie et de l’industrie manufacturière au sens large, la reproduction digitale et la modélisation numérique des bâtiments devraient se développer rapidement dans les prochaines années.Enfin, un élément a retenu notre attention lors de la conférence “Occupiers, Modern Workplaces & Tenants Experience” : l’augmentation du nombre de solutions et services destinées aux “tenants” (locataires). William Bainborough, cofondateur de Doordeck, affirmait lors de l'événement : “Je suis de plus en plus excité en voyant le nombre grandissant d’applications destinées à optimiser l’expérience des locataires”. Cette tendance témoigne du rôle centrale qu’ont aujourd’hui les locataires et du changement de mentalité des propriétaires qui les considèrent désormais comme des consommateurs et se concentrent sur les services qu’ils peuvent leur apporter.Si le terme “tenants” désigne principalement les locataires occupant un espace de travail, il regroupe plus largement les locataires immobiliers qui font face aux mêmes besoins (flexibilité, mobilité, sécurité, etc.). Conscient de cette tendance de fond, Anaxago a notamment sélectionné Smartrenting comme dernière opportunité d’investissement. Cette agence digitale de gestion locative aide les étudiants et les jeunes actifs à sous-louer leur logement de manière gratuite et légale lorsqu’ils doivent le quitter temporairement suite à un projet de mobilité.“Vous pouvez tout simplement le sentir. C’est un mouvement et il est puissant !”Brendan Wallace, Co-fondateur et Managing Partner chez Fifth Wall lors de l’évènement.Ainsi, il est certain que le secteur immobilier connaît une rapide transformation grâce aux innovations de la Proptech. Selon Robert Courteau (CEO, Altus Group), “dans notre secteur (secteur immobilier, ndlr) l’innovation n’a pour l’instant que gratté la surface”.Ces mots rejoignent ceux de notre Directeur de Participations Alexandre Heraud qui affirmait lors du RENT Take-Off Startup Program de juin dernier que “204 M€ ont été investis dans la Proptech en France en 2018, soit moins de 5% des investissements en Venture. Il reste encore beaucoup d’opportunités d’investissement à saisir dans un secteur qui devrait suivre une dynamique semblable à celle de la Fintech il y a quelques années”.Anaxago propose à sa communauté d'investir dans des sociétés à forte potentiel de croissance. Découvrez l'ensemble des opportunités disponibles en ce moment sur Anaxago. 

LIRE PLUS