Anaxago Actualités SCPI et Crowdfunding immobilier : quelles différences ?
SCPI et Crowdfunding immobilier : quelles différences ?

SCPI et Crowdfunding immobilier : quelles différences ?

Pour investir dans l'immobilier, il n'est pas nécessaire d'être propriétaire d'un logement et de louer. Les investisseurs disposent de deux solutions alternatives : acheter des parts de SCPI ou investir dans l'immobilier via le crowdfunding immobilier.

Dans le premier cas, les investisseurs financent un projet immobilier géré par une société de gestion qui leur reverse une partie des rendements dégagés par le projet. Le processus comporte de nombreux avantages pour les particuliers par rapport à la location d'un bien immobilier : 


  • possibilité d'investir une somme modeste 
  • aucune démarche administrative à réaliser 
  • pas de recherche de locataire


Depuis de nombreuses années, les investisseurs français ont pu se familiariser avec les principes de la "pierre papier", surnom donné aux SCPI. Présent en France depuis 2014, le crowdfunding immobilier s'impose aujourd'hui comme un sérieux concurrent aux SCPI. Quelles différences existent entre les deux placements ?


SCPI vs crowdfunding immobilier : deux principes différents


Les investisseurs doivent tout d'abord savoir que les SCPI et le crowdfunding immobilier ne visent pas la même cible d'investissement.


SCPI

Les SCPI sont des produits relativement simples : les sociétés de gestion qui émettent ces produits achètent des biens immobiliers (souvent des immeubles de bureaux ou les murs d'un commerce) et les louent. Les acheteurs de parts de SCPI reçoivent donc indirectement les loyers versés par les locataires, auxquels sont retirés les commissions prises au passage par la société de gestion. Il existent deux types de SCPI : celles à capital fixe, dont les parts ne peuvent être revendues qu'à d'autres investisseurs, et celles à capital variable, qui peuvent racheter ou émettre de nouvelles parts comme une société de gestion émettrices d'OPCVM.


CROWDFUNDING IMMOBILIER

Du côté du crowdfunding immobilier, le principe est souvent assez différent : les sociétés à l'origine des projets n'ont ici pas vocation à détenir un bien pour en reverser les loyers. 

Il s'agit souvent de sociétés de promotion immobilière. En clair : ces sociétés achètent des biens immobiliers nécessitant une rénovation, effectuent des travaux puis les revendent à un prix plus élevé en réalisant une marge. Il peut aussi s'agir de la construction d'un nouveau bâtiment. Le processus complet d'achat-rénovation-revente ou de construction-vente dure la plupart du temps 1 à 3 ans. Les investisseurs qui mettent de l'argent dans un projet de crowdfunding immobilier participent donc au financement de la construction ou de la rénovation d'un bien par la société immobilière. 

L'objectif au terme de l'opération est que l'investisseur récupère son capital ainsi que les intérêts associés* à son investissement, et la société immobilière conserve quant à elle une marge sur l'ensemble de l'opération. Le rendement perçu par l'investisseur n'est donc pas un loyer.


*Attention, l’investissement dans des sociétés non cotées comporte des risques spécifiques : risque de perte totale ou partielle du capital investi ; risque d’illiquidité : la revente des titres n’est pas garantie, elle peut être incertaine voire impossible ; le retour sur investissement dépend de la réussite du projet financé.

Rendements


Les rendements des SCPI sont souvent proches de 4 à 5% brut par an, et peuvent varier à la marge d'une année sur l'autre en fonction du pourcentage de biens immobiliers en location. Les SCPI correctement diversifiées dans leurs investissements ont généralement un rendement annuel très stable au fil du temps.

Le rendement brut des investissements en crowdfunding immobilier est significativement supérieur à celui des SCPI. Chaque projet proposé sur les plates-formes de crowdfunding est proposé avec un rendement prédéterminé, et qui peut varier de 6% à 10% brut par an*. A rendement élevé, risque élevé. L'investissement via le crowdfunding immobilier peut faire l'objet d'une perte partielle ou totale du capital investi en cas de non réussite du projet.


Fiscalité : en France, les plus-values sont soumises aux prélèvements sociaux et à l'impôt. Le rendement net pour l'investisseur est donc significativement inférieur au rendement brut. Par ailleurs, les parts de SCPI peuvent être achetées dans le cadre d'un contrat d'assurance-vie (qui comporte plusieurs avantages fiscaux) alors que le crowdfunding n'est pas éligible à l'assurance-vie.


Durée d'investissement


En termes de durée d'investissement, le crowdfunding immobilier apparaît en règle générale comme un investissement de court-moyen terme alors que l'investissement en SCPI est plutôt un investissement de long terme.

En crowdfunding immobilier, la durée des projets de promotion immobilière est systématiquement indiquée sur les plates-formes de financement. L'investisseur peut donc choisir, selon ses possibilités, d'investir dans un projet à 18 ou 36 mois par exemple. Dans tous les cas, la durée est habituellement assez courte et l'investisseur devra attendre l'issue du projet pour récupérer la totalité de sa mise ainsi que les intérêts.

A contrario, la durée de vie d'une SCPI peut être indéfinie (dans certains cas, une date de dissolution peut néanmoins être définie à l'avance). L'investisseur achète donc des parts qu'il pourra ensuite revendre à tout moment en fonction de ses besoins financiers futurs. Néanmoins, étant donné le niveau élevé des frais d'entrée/sortie sur ce type de produit, il est généralement conseillé aux investisseurs de détenir des parts de SCPI sur le long terme (5 ans voire 9 ans dans certains cas) de manière à améliorer la rentabilité de leur investissement.


Frais


Comme évoqué précédemment, les frais associés aux SCPI sont élevés et constituent l'une des principales différences avec le crowdfunding immobilier.

Les frais d'entrée ou de sortie d'une SCPI dépendent des sociétés émettrices mais représentent généralement de l'ordre de 10% de la somme investie, ce qui n'est pas négligeable. A cela s'ajoutent des frais annuels prélevés par la société de gestion, qui viennent amputer un pourcentage des loyers reversés chaque année aux investisseurs. Attention à bien lire la brochure commerciale d'une SCPI avant d'y investir son argent pour être sûr de bien connaître le niveau exact des frais.

En crowdfunding immobilier, les frais sont prélevés uniquement à l'entrée et varient de 2 à 5% selon les plateformes. Les rendements sont généralement donc à prendre en compte nets de frais.*

Investissement minimal


En termes de montant minimal nécessaire pour démarrer ce type d'investissement (le "ticket d'entrée"), les deux solutuions sont globalement semblables.

L'investissement minimal demandé en crowdfunding immobilier peut varier selon les projets. Le ticket minimal est autour de 100 euros et peut monter à 2000 euros. De manière comparable, l’investissement en SCPI démarre communément avec un capital minimal de 500 ou 1000 euros. Dans les deux cas, le ticket d'entrée est suffisamment faible pour permettre à tous les investisseurs d'employer indifféremment l'une ou l'autre de ces solutions.


Risques


Comme tout placement financier, l'investissement en SCPI ou en crowdfunding immobilier comporte des risques.

Le risque d'un investissement en crowdfunding tient à l'éventuelle faillite de la société à l'origine du projet. Si, lors de la faillite, la société est incapable de rembourser ses dettes, les investisseurs peuvent perdre la totalité du capital initialement investi dans le projet. Le risque de faillite augmente en cas de forte dégradation du marché de l'immobilier (baisse des prix et chute du nombre de transactions).

Les parts de SCPI ont quant à elles une valeur qui peut varier dans le temps. Cette valeur dépend principalement des variations des prix de l'immobilier dans les zones sur lesquelles la SCPI est investie. En cas de crise immobilière et de fortes demandes de retraits de la part des investisseurs sur les SCPI à capital variable, les sociétés de gestion gérant ces produits peuvent décider d'un blocage temporaire des retraits de manière à se laisser le temps de revendre certains immeubles sur lesquels la SCPI est investie et disposer ainsi des liquidités nécessaires au remboursement des investisseurs.


*Attention, l’investissement dans des sociétés non cotées comporte des risques spécifiques : risque de perte totale ou partielle du capital investi ; risque d’illiquidité : la revente des titres n’est pas garantie, elle peut être incertaine voire impossible ; le retour sur investissement dépend de la réussite du projet financé.

En résumé



Support


SCPI

Crowdfunding immobilier
Principes

Les acheteurs de parts de SCPI reçoivent indirectement des loyers versés par les locataires (revenus réguliers)

Les investisseurs financent la construction ou la rénovation d'un bien et donc investissent directement à la société immobilière

Rendements

4 à 5 % par an
6 à 10% par an

Horizon d'investissement

Long terme
Court à moyen terme

Frais

autour de 10% de la somme investie
Entre 0 et 3% de frais d'entrée

Investissement minimal

500-1000 €
100€

Risques de perte de capital

++
+++


Les dernières actualités

[Anaxago Ventures] La startup Comitam rachetée par le leader des services funéraires en France

Comitam, le digital au service des pompes funèbresCréée en 2011 par Camille Strozecki, un alumni HEC, et Matthieu Courson, la startup Comitam est une plateforme d’organisations d’obsèques mettant en relation les familles en deuil avec des pompes funèbres locales. La plateforme couvre l’ensemble des métiers du funéraire, notamment l’assurance obsèques, la fin de vie, la sépulture, etc.Intervenant dans un contexte délicat, la startup Comitam a su asseoir une image de professionnalisme et de soutien efficace dans la situation difficile de la gestion du décès d’un proche. "Ce rapprochement va donner une nouvelle dimension à Comitam et assurer une belle rentabilité pour les actionnaires Anaxago, c'est un deal parfait pour toutes les parties prenantes" témoigne Camille Strozecki à propos du rachat.La digitalisation par croissance externe, un choix stratégiquePrésent sur un marché unique et sensible, Comitam a su apporter un service qui s’adapte à la digitalisation croissante des nouveaux usages que l’on retrouve même dans les rites funéraires. La plateforme permet d’accéder à une large gamme de services mais aussi de prestataires permettant ainsi de bénéficier d’une information complète rapidement ainsi que d’un accompagnement professionnel.Une nouvelle sortie positive pour le portefeuille Anaxago VenturesSur 75 investissements, la cession de Comitam marque la 11ème cession positive réalisée par Anaxago. Positionnés sur le financement de startup en early stage innovant dans le digital, Anaxago est devenu en quelques années un acteur reconnu du capital innovation aux côtés de fonds comme Newfund, Seventure Partners, etc.Or, à ce jour aucun fonds français ne communique directement sur ses performances. L’étude annuelle menée par France Invest permet de connaître le multiple de performance moyen d’un investissement dans les fonds de VC français qui s’établissait à 1,09X à fin 2018 ( avec 0,62X de retour réalisé et 0,48X de retour à venir -ou potentiel-, soit la valeur estimative nette des fonds divisée par les capitaux appelés).A un multiple de 1,67 pour ses investisseurs, la cession de Comitam surperforme les statistiques du secteur et encore plus de son année car le multiple de performance moyen à fin 2017 pour les investissements réalisés en 2014 était de 0,82."L'implication de François Carbone [Président d’Anaxago] au board de Comitam a été essentielle, elle a permis de passer des étapes clefs pour l’entreprise. Surtout il a réussi à défendre les actionnaires Anaxago tout en s'attachant toujours d'abord à la réussite du projet" souligne Camille Strozecki. La levée de fonds de Comitam, un premier tour en early stage avait rassemblé 22 actionnaires Anaxago pour un ticket d’investissement moyen un peu supérieur à 9 000€. Étude France Invest sur la performance du Capital innovation en France

LIRE PLUS 

[ Anaxago Ventures ] Nouvelle participation proptech pour Anaxago : MeilleureCopro lève 3 millions d’euros

Investir dans la proptech, une évidence pour AnaxagoLe secteur de l’immobilier est en train de vivre sa révolution numérique et des usages. Pour saisir la vague d’opportunités qui accompagne ces multiples transformations, Anaxago a choisi de concentrer une partie de ses investissements ventures dans la proptech. Exploitant ainsi une profonde connaissance en interne des tendances de l’innovation dans le secteur de l’immobilier.Un tropisme naturel pour les équipes d’investissement d’Anaxago dont la grande expertise d’investissement dans l’immobilier pousse à accompagner les professionnels du secteur à la fois dans le financement de leur activité mais aussi dans l’innovation qui bouleversent aujourd’hui leurs métiers. Depuis 12 mois, avec le recrutement d’Alexandre Héraud (ex-Xerys) au poste de Directeur des Participations, l’équipe venture d’Anaxago a identifié plus de 400 proptechs, pour en rencontrer 120 et finalement investir dans 7 d’entre elles. L’importance du deal flow et le taux de sélection très stricte d’Anaxago sont à rapprocher de notre thèse d’investissement dans la proptech : nos équipes d’investissement se concentrent sur les startups présentant des opportunités de synergie concrètes avec nos clients professionnels de l’immobilier. L’idée étant d’éviter à tout prix les concepts dit “gadgets” ou simplement features nice to have. Nous garantissons la mise en relation entre startups et promoteurs pour assurer ainsi plusieurs mois de chiffres d’affaires aux entreprises financées.MeilleureCopro devient la 8ème participation proptech d’AnaxagoDepuis 2012, le groupe Anaxago a investi dans des sociétés disposant d’un projet de croissance ambitieux, avec des équipes impliquées financièrement, des plans de développement reposant sur des hypothèses crédibles et des marchés en devenir ou en mutation. À l’heure actuelle, le groupe a plus de 40 startups en portefeuille dont 8 entreprises issues de la Proptech.Une des premières startups proptech financées par la plateforme : Somhome fondée par Jean-Philippe Bertin, avait été cédée en 2016 au groupe Foncia pour un TRI supérieur à 50%. « La maîtrise des charges est un enjeu pour les copropriétaires, les locataires mais aussi pour les professionnels de l'immobilier. Notre équipe a identifié la rationalisation du budget des copropriétés comme une urgence compte tenu de l'évolution des charges sur les 10 dernières années. Grâce à sa technologie et l'expertise de son équipe, MeilleureCopro apporte une solution concrète et est en bonne position pour profiter de cette opportunité de marché.» précise Alexandre Héraud, Directeur des participations chez Anaxago.L’histoire de MeilleureCoproAlors que le marché des charges de copropriété représente en France 40 Mds €/an, et que les charges de copropriété ont augmenté de près de 40% en 10 ans, 93% des copropriétaires estiment aujourd’hui payer trop de charges. En cause ? Des syndics manquant de temps et d’outils pour renégocier aux meilleures conditions de marché les contrats. Portée par la préoccupation de payer le juste montant de charges en bénéficiant de prestations de qualité, Edouard-Jean Clouet, (diplômé de l’Ecole Centrale et d’HEC Paris) a lancé en janvier 2017 la société MeilleureCopro pour accompagner tous les acteurs de la copropriété dans l’optimisation des charges d’un immeuble (Gaz, électricité, assurance, maintenance et entretien, nettoyage etc.). « Avant de lancer MeilleureCopro, j’ai épluché l’ensemble des documents de ma copropriété et j’ai détecté les doublons, les dépenses inutiles et les contrats qui ne correspondaient pas à la réalité de mon immeuble. Après un lourd travail de mise en concurrence, j’ai réussi à faire baisser les charges de 60% à qualité de prestations comparable ! J’ai vite remarqué qu’il y avait un vrai besoin sur le marché. Aujourd’hui, c’est grâce à une équipe d’une vingtaine de personnes, spécialisées en copropriété, en négociation et en développement que nous pouvons redonner du pouvoir d’achat au quotidien à des milliers de copropriétaires », raconte Edouard-Jean Clouet.En savoir plus sur la levée de fonds de MeilleureCopro sur Frenchweb

LIRE PLUS