Anaxago Actualités Quelles différences existe-t-il entre l’activité bancaire et celle du crowdfunding ?
Quelles différences existe-t-il entre l’activité bancaire et celle du crowdfunding ?

Quelles différences existe-t-il entre l’activité bancaire et celle du crowdfunding ?

Les activités liées au crowdfunding et les activités bancaires sont trop souvent opposées. Après un état des lieux, se

Le financement participatif a le vent en poupe. Longtemps considérées comme sources marginales de financement, les plateformes de Crowdfunding s’imposent comme des acteurs sérieux et durables dans le paysage financier français.

Après plusieurs années de croissance successives, le premier semestre de 2015 confirme la tendance avec 133,2 millions d’euros collectés - et une augmentation de 150% notamment pour les plateformes d’investissement par rapport à 2014. Ce sont aujourd’hui plus de 1,75 millions de français qui ont déjà contribué à une campagne, dont 750 000 cette année.

Le crowdfunding apparaît donc pour certains comme alternative directe au financement bancaire.  Mais les deux secteurs sont-ils comparables ?

Des types de financement très différents

- Les banques comme source majoritaire de financement des PME

En France, les banques représentent encore 95% à 98% du financement des PME et restent donc incontestablement la source principale de financement des jeunes entreprises.

De plus en plus risquophobes, les grandes institutions bancaires n’interviennent que peu dans l’accompagnement des entreprises dans les premières phases de leurs croissances. C’est à ce moment-là qu’intervient le crowdfunding.

- La prise de risque, le parti pris du crowdfunding.

Il est important de distinguer ici les différentes formes de crowdfunding (don, prêt et investissement).

> Le don : C’est le « love money » étendu à une communauté 2.0, permettant aux projets entrepreneuriaux et artistiques de voir le jour. Pour des montant généralement faibles, ce mode de financement permet d’accompagner les créateurs de projets dans les premières étapes de leurs aventures.

> L’investissement : Proche des activités de capital-risque pratiquées par de nombreux fonds d’investissement, l’equity crowdfunding continue de miser sur les jeunes entreprises, en y ajoutant des critères de sélectivité importants. L’objectif pour les investisseurs de miser sur des entreprises dont les perspectives de croissances permettent d’envisager – malgré les risques – un retour sur investissement conséquent.

> Le prêt : Secteur probablement le plus proche de la banque, le prêt, permet d’attendre des rentabilités attractives en confiant son épargne à des PME rentables depuis plusieurs années.

Se différenciant par leurs produits de manière plus ou moins prononcée de l’activité bancaire, c’est avant tout dans l’expérience utilisateur que le crowdfunding se démarque.

Une expérience utilisateur bouleversée 

 - Pour les utilisateurs

Le phénomène du crowdfunding est aussi une conséquence de la mutation des usages via les réseaux sociaux et l’omniprésence de Internet dans les services. Les offres des plateformes de crowdfunding présentent une alternative aux investissements traditionnels. On assiste doucement à une mutation du marché de l’investissement. En effet, l’atout des plateformes de crowdfunding est de pouvoir créer de réelles communautés collaboratives, en liant les investisseurs et les entrepreneurs dans le temps au travers des reportings ou encore des évènements.

En plus de cet avantage  « sociétale », le crowdfunding s’implique clairement dans l’économique réelle en proposant des projets qui permettent la création ou le maintien d’emploi mais aussi de soutenir la dynamique entrepreneuriale nationale.

Cet apport pédagogique est un réel atout et a su trouver son public. Les plateformes permettent aux investisseurs d’avoir une vision globale des offres d’investissement. Chaque investisseur est en mesure de connaître exactement la destination de son investissement. Il est également en capacité de tout connaître de la promesse économique du placement. Ainsi, les plateformes assurent un gage de transparence, là où les activités bancaires sont souvent obscures pour les consommateurs. Le crowdfunding a su simplifier le circuit d’investissement et c’est une bonne nouvelle pour les investisseurs !

- Pour l’entrepreneur

Le Crowdfunding, en plus d’apporter des financements que les banques avaient délaissé depuis trop longtemps, apporte aux porteurs de projet une réelle force communautaire en présentant leurs projets à plusieurs milliers de personnes. En effet, en plus d’une retombée financière, les entrepreneurs ont un réel feedback de la communauté qui lui apporte : des conseils, une expertise et un accompagnement.

Le crowdfunding fait-il de l’ombre à la banque ? 

Les plateformes de crowdfunding ont fait le constat suivant : les startups et PME ont de grandes difficultés pour se financer via les circuits bancaires traditionnels d’une part, et qu’il existait une réelle demande d’alternative d’investissements pour les particuliers d’une autre part.

Cette capacité à développer de nouvelles sources de financement se ressent de plus en plus et, même s’il s’agit souvent de financement complémentaires pour les porteurs de projets, le financement participatif peut s’avérer être une réelle alternative pour les particuliers.

L’exemple le plus probant est à ce jour l’immobilier.  De plus en plus de plateformes proposent aujourd’hui aux particuliers de financer, aux côtés de promoteurs, la construction des logements de demain.  Même si cet apport en fonds propres ne remet pas en cause les crédits bancaires toujours indispensables dans la promotion, les retours sur investissements sont tels qu’ils viennent concurrencer sérieusement les banques qui proposent souvent des placements sécurisés mais aux intérêts dérisoires, loin de satisfaire une grande partie de leurs épargnants.

La montée en puissance des plateformes de crowdfunding force les banques à plus d’innovation et de prise d’initiative. D’ailleurs quelques unes ont déjà mis en place des partenariats avec des plateformes afin de segmenter l’offre et de répondre à la demande de façon globale. D’autres ont même en projet de monter leur propres plateformes de crowdfunding.

Les dernières actualités

[Anaxago Ventures] Osivax close une série A à 8 millions d'euros

La biotech Osivax a annoncé cette semaine la clôture de sa série A à 8 millions d'euros. L'objectif de cette levée : poursuivre le développement de ses vaccins universels contre la grippe. Le financement a été mené par la société belge Noshaq et la plateforme de crowdfunding Anaxago.Fondée en 2017 à Lyon, Osivax a été créée en tant que spin-off du laboratoire pharmaceutique IMAXIO pour se consacrer au développement d’un vaccin universel contre la grippe et d’immunothérapies contre le cancer. Pour cela, elle a développé une technologie appelée l'OligoDOM.  "Les vaccins contre la grippe saisonnière actuellement disponibles ne permettent pas de traiter toutes les souches de grippe car ils ciblent des régions très variables du virus. En tant que tels, ils doivent être mis à jour annuellement. En revanche, notre approche de vaccin universel contre la grippe utilise une nucléoprotéine (NP) recombinante qui élimine la nécessité de contre-vérifier et de formuler des hypothèses sur les souches de la grippe qui seront pertinentes pour les saisons à venir. Notre vaccin pourrait être efficace année après année en fournissant une réponse immunitaire forte et, à long terme, contre tous les virus de la grippe en circulation et émergents. Notre objectif est d’établir une validation de principe sur l’Influenza A, qui représente 75% à 95% des grippes, puis d’élargir notre pipeline pour fournir un vaccin antigrippal universel", affirme Alexandre Le Vert, CEO et cofondateur d’Osivax.Le financement servira principalement à la réalisation de la validation clinique du vaccin candidat phare d’Osivax, OVX836. Le financement appuiera également l’évaluation d’un candidat-vaccin universel de deuxième génération, actuellement en phase de développement préclinique. Osivax a été financée en 2018 sur la plateforme Anaxago. Pour découvrir les opportunités d'investissement en capital innovation disponibles sur Anaxago, cliquez ici.

LIRE PLUS 

[Evénement] - Ce qu'il fallait retenir du Future Proptech

Pour la première fois, Anaxago s’est rendu à Londres pour assister à la 4ème édition de Future Proptech le 14 mai 2019 au Business Design Center. L’occasion pour son équipe dédiée à ce secteur en plein dynamisme de participer à l’un des événements internationaux majeurs sur le sujet.Future Proptech, qu’est-ce que c’est ?Future Proptech est un évènement entièrement dédié aux innovations technologiques et à la digitalisation du secteur de l’immobilier dans son ensemble.Depuis son lancement en 2015, Future Proptech s’est étendu à 3 pays et a attiré plus de 10 000 professionnels de l’immobilier. L’objectif de cet évènement est simple, faire se rencontrer les divers protagonistes qui gravitent autour de la Proptech : startups et sociétés technologiques, acteurs traditionnels de l’immobilier tels que les gestionnaires d’actifs et les agents immobiliers, et bien évidemment les investisseurs.Cette année, ce sont plus de 2 000 participants dont 700 entreprises et 100 conférenciers qui ont répondu présent à l’appel de Future PropTech.Anaxago à Future ProptechAnaxago est devenu un acteur de référence dans le secteur Proptech sur le territoire national (déjà 9 participations en portefeuille, et de nouvelles opportunités régulièrement identifiées).Suite à l’ensemble des rencontres que nous avons faites et des conférences auxquelles nous avons assistées - et au-delà de l’IA (Intelligence Artificielle) et du partage collaboratif de données qui sont devenus des enjeux évidents - plusieurs tendances se sont dégagées :La “durabilité” était notamment un des mots phares de cet évènement. Rosanna Lawn, (Speaker - Head of development at Yoo Living) affirmait que les nouvelles générations de consommateurs sont de plus en plus sensibles aux questions environnementales et qu’elles se demandent aujourd’hui quel sera l’impact énergétique et environnemental de leur logement.Le “digital twin” ou “jumeau numérique” est également en passe de devenir le prochain “buzzword” du secteur. En effet, après avoir envahi les secteurs de l'aérospatial, de l’énergie et de l’industrie manufacturière au sens large, la reproduction digitale et la modélisation numérique des bâtiments devraient se développer rapidement dans les prochaines années.Enfin, un élément a retenu notre attention lors de la conférence “Occupiers, Modern Workplaces & Tenants Experience” : l’augmentation du nombre de solutions et services destinées aux “tenants” (locataires). William Bainborough, cofondateur de Doordeck, affirmait lors de l'événement : “Je suis de plus en plus excité en voyant le nombre grandissant d’applications destinées à optimiser l’expérience des locataires”. Cette tendance témoigne du rôle centrale qu’ont aujourd’hui les locataires et du changement de mentalité des propriétaires qui les considèrent désormais comme des consommateurs et se concentrent sur les services qu’ils peuvent leur apporter.Si le terme “tenants” désigne principalement les locataires occupant un espace de travail, il regroupe plus largement les locataires immobiliers qui font face aux mêmes besoins (flexibilité, mobilité, sécurité, etc.). Conscient de cette tendance de fond, Anaxago a notamment sélectionné Smartrenting comme dernière opportunité d’investissement. Cette agence digitale de gestion locative aide les étudiants et les jeunes actifs à sous-louer leur logement de manière gratuite et légale lorsqu’ils doivent le quitter temporairement suite à un projet de mobilité.“Vous pouvez tout simplement le sentir. C’est un mouvement et il est puissant !”Brendan Wallace, Co-fondateur et Managing Partner chez Fifth Wall lors de l’évènement.Ainsi, il est certain que le secteur immobilier connaît une rapide transformation grâce aux innovations de la Proptech. Selon Robert Courteau (CEO, Altus Group), “dans notre secteur (secteur immobilier, ndlr) l’innovation n’a pour l’instant que gratté la surface”.Ces mots rejoignent ceux de notre Directeur de Participations Alexandre Heraud qui affirmait lors du RENT Take-Off Startup Program de juin dernier que “204 M€ ont été investis dans la Proptech en France en 2018, soit moins de 5% des investissements en Venture. Il reste encore beaucoup d’opportunités d’investissement à saisir dans un secteur qui devrait suivre une dynamique semblable à celle de la Fintech il y a quelques années”.Anaxago propose à sa communauté d'investir dans des sociétés à forte potentiel de croissance. Découvrez l'ensemble des opportunités disponibles en ce moment sur Anaxago. 

LIRE PLUS