Anaxago Actualités Quelles différences existe-t-il entre l’activité bancaire et celle du crowdfunding ?
Quelles différences existe-t-il entre l’activité bancaire et celle du crowdfunding ?

Quelles différences existe-t-il entre l’activité bancaire et celle du crowdfunding ?

Les activités liées au crowdfunding et les activités bancaires sont trop souvent opposées. Après un état des lieux, se

Le financement participatif a le vent en poupe. Longtemps considérées comme sources marginales de financement, les plateformes de Crowdfunding s’imposent comme des acteurs sérieux et durables dans le paysage financier français.

Après plusieurs années de croissance successives, le premier semestre de 2015 confirme la tendance avec 133,2 millions d’euros collectés - et une augmentation de 150% notamment pour les plateformes d’investissement par rapport à 2014. Ce sont aujourd’hui plus de 1,75 millions de français qui ont déjà contribué à une campagne, dont 750 000 cette année.

Le crowdfunding apparaît donc pour certains comme alternative directe au financement bancaire.  Mais les deux secteurs sont-ils comparables ?

Des types de financement très différents

- Les banques comme source majoritaire de financement des PME

En France, les banques représentent encore 95% à 98% du financement des PME et restent donc incontestablement la source principale de financement des jeunes entreprises.

De plus en plus risquophobes, les grandes institutions bancaires n’interviennent que peu dans l’accompagnement des entreprises dans les premières phases de leurs croissances. C’est à ce moment-là qu’intervient le crowdfunding.

- La prise de risque, le parti pris du crowdfunding.

Il est important de distinguer ici les différentes formes de crowdfunding (don, prêt et investissement).

> Le don : C’est le « love money » étendu à une communauté 2.0, permettant aux projets entrepreneuriaux et artistiques de voir le jour. Pour des montant généralement faibles, ce mode de financement permet d’accompagner les créateurs de projets dans les premières étapes de leurs aventures.

> L’investissement : Proche des activités de capital-risque pratiquées par de nombreux fonds d’investissement, l’equity crowdfunding continue de miser sur les jeunes entreprises, en y ajoutant des critères de sélectivité importants. L’objectif pour les investisseurs de miser sur des entreprises dont les perspectives de croissances permettent d’envisager – malgré les risques – un retour sur investissement conséquent.

> Le prêt : Secteur probablement le plus proche de la banque, le prêt, permet d’attendre des rentabilités attractives en confiant son épargne à des PME rentables depuis plusieurs années.

Se différenciant par leurs produits de manière plus ou moins prononcée de l’activité bancaire, c’est avant tout dans l’expérience utilisateur que le crowdfunding se démarque.

Une expérience utilisateur bouleversée 

 - Pour les utilisateurs

Le phénomène du crowdfunding est aussi une conséquence de la mutation des usages via les réseaux sociaux et l’omniprésence de Internet dans les services. Les offres des plateformes de crowdfunding présentent une alternative aux investissements traditionnels. On assiste doucement à une mutation du marché de l’investissement. En effet, l’atout des plateformes de crowdfunding est de pouvoir créer de réelles communautés collaboratives, en liant les investisseurs et les entrepreneurs dans le temps au travers des reportings ou encore des évènements.

En plus de cet avantage  « sociétale », le crowdfunding s’implique clairement dans l’économique réelle en proposant des projets qui permettent la création ou le maintien d’emploi mais aussi de soutenir la dynamique entrepreneuriale nationale.

Cet apport pédagogique est un réel atout et a su trouver son public. Les plateformes permettent aux investisseurs d’avoir une vision globale des offres d’investissement. Chaque investisseur est en mesure de connaître exactement la destination de son investissement. Il est également en capacité de tout connaître de la promesse économique du placement. Ainsi, les plateformes assurent un gage de transparence, là où les activités bancaires sont souvent obscures pour les consommateurs. Le crowdfunding a su simplifier le circuit d’investissement et c’est une bonne nouvelle pour les investisseurs !

- Pour l’entrepreneur

Le Crowdfunding, en plus d’apporter des financements que les banques avaient délaissé depuis trop longtemps, apporte aux porteurs de projet une réelle force communautaire en présentant leurs projets à plusieurs milliers de personnes. En effet, en plus d’une retombée financière, les entrepreneurs ont un réel feedback de la communauté qui lui apporte : des conseils, une expertise et un accompagnement.

Le crowdfunding fait-il de l’ombre à la banque ? 

Les plateformes de crowdfunding ont fait le constat suivant : les startups et PME ont de grandes difficultés pour se financer via les circuits bancaires traditionnels d’une part, et qu’il existait une réelle demande d’alternative d’investissements pour les particuliers d’une autre part.

Cette capacité à développer de nouvelles sources de financement se ressent de plus en plus et, même s’il s’agit souvent de financement complémentaires pour les porteurs de projets, le financement participatif peut s’avérer être une réelle alternative pour les particuliers.

L’exemple le plus probant est à ce jour l’immobilier.  De plus en plus de plateformes proposent aujourd’hui aux particuliers de financer, aux côtés de promoteurs, la construction des logements de demain.  Même si cet apport en fonds propres ne remet pas en cause les crédits bancaires toujours indispensables dans la promotion, les retours sur investissements sont tels qu’ils viennent concurrencer sérieusement les banques qui proposent souvent des placements sécurisés mais aux intérêts dérisoires, loin de satisfaire une grande partie de leurs épargnants.

La montée en puissance des plateformes de crowdfunding force les banques à plus d’innovation et de prise d’initiative. D’ailleurs quelques unes ont déjà mis en place des partenariats avec des plateformes afin de segmenter l’offre et de répondre à la demande de façon globale. D’autres ont même en projet de monter leur propres plateformes de crowdfunding.

Les dernières actualités

[Creative Morning] Marie-Anne Haour, experte du Design Thinking

Le Creative Morning, une moment d'échange avec une personnalité inspiranteUne fois par mois, nous organisons un creative morning entièrement dédié aux équipes d’Anaxago. Ces moments d'échange permettent de rencontrer chaque mois des personnalités inspirantes dans des domaines variés.Il y  a quelques jours nous avons eu le plaisir d’accueillir Marie-Anne Haour. Fondatrice de Simiya, elle a étudié le Design Thinking à Stanford et le pratique depuis bientôt 15 ans.Pourquoi l'expérience client de nombreux produits et services nés dans la Silicon Valley est-elle si fluide et rencontre-t-elle tant de succès ?Voici une trentaine d'années naissait dans la Silicon Valley une discipline qui a inspiré la plupart de ces très nombreux succès, le Design Thinking. C'est d’abord IDEO dans les années 1990, puis la d.school dans les années 2000, qui lui ont  donné toute son ampleur et depuis, de nombreuses entreprises innovantes, telles que Google, Netflix, Apple, IKEA et bien d'autres, l'utilisent. En allant interroger et observer les clients avec empathie par rapport à une problématique donnée, les designers construisent des prototypes qu'ils font tester et améliorent de façon itérative, c'est une méthodologie éprouvée par des milliers d'organisations innovantes.Qu’est-ce que le Design Thinking ?Le Design Thinking fait référence à un ensemble de méthodes permettant de répondre à  des besoin identifiés en appliquant une démarche similaire à celle d’un designer. Néanmoins, le mot “design” n’a pas la même définition en français qu’en anglais. En effet, alors qu’en français, on a tendance à associer le terme “design” au style, à la mode et à l’esthétique, en anglais, ce terme englobe la notion de conception de solution pour remplir une fonction particulière . D’après Steve Jobs, “certaines personnes pensent que le design se limite à l’apparence d’un objet. Mais en creusant un peu plus, on se rend compte qu’il s’agit de la façon dont il fonctionne.”Concrètement, le Design Thinking est une méthode créatrice de valeur, intégrant le point de vue de l'utilisateur dans l’objectif ultime de trouver des solutions à ses besoins. Le design thinking se fonde ainsi autour de trois piliers : La désirabilité. Identifier sur le terrain ce que les utilisateurs désirent.La faisabilité. Comprendre ce que la technologie et l'organisation de l'entreprise sont capables de faire.La viabilité. S'assurer de la viabilité économique. Le client au coeur du processus d'innovationLe design thinking consiste ainsi à mettre le client au coeur de votre réflection tout au long du processus d’innovation. Le but de cette méthode est de comprendre ses attentes, frustrations, motivations... dans l'objectif de créer des solutions pertinentes. « Il s’agit d’un processus d’innovation centré sur l’humain, l’idée est de passer par l’humain afin de proposer des solutions qui sont viables économiquement et réalisables technologiquement », explique Marie-Anne Haour. L’innovation ne naît pas d’une révélation géniale, c’est le résultat d’un processusLa D.School de l'Université de Stanford définit le design thinking comme un processus circulaire composé de 5 étapes. L'idée est d'itérer ce processus de co-créativité afin d’améliorer en continue le résultat de cette réflexion. Empathiser : pour bien comprendre le client.Définir : pour trouver de l'inspiration pour de nouvelles opportunités. Imaginer : pour répondre aux défis auxquels le client fait face. Prototyper : pour créer des solutions et des expériences qui font sens pour le client. Tester : pour recevoir du feedback. Essayer, se tromper... puis recommencerProcessus de Design Thinking - basé sur l'intervention de Marie-Anne HaourDécouvrez nos précédents creative mornings :Clément Marty, directeur de l’innovation du groupe Carrefour : innover, c’est désormais le rôle principal du grand groupe. 

LIRE PLUS