Anaxago Actualités Pourquoi tout investisseur devrait s'intéresser au non coté ?
Pourquoi tout investisseur devrait s'intéresser au non coté ?

Pourquoi tout investisseur devrait s'intéresser au non coté ?

Aux côtés du grand marché des actifs cotés, on trouve le marché du non-coté. Celui-ci peut représenter une bonne source de rendement et de diversification pour les investisseurs, notamment dans l'actuel contexte de réforme fiscale.

Article mis à jour le 1er octobre 2018

Lorsque l'on évoque le monde de l'investissement, on pense généralement à des classes d'actifs cotés comme les actions, les OPCVM, les ETF ou certains produits dérivés comme les options et les warrants. Dans tous les cas, ces actifs sont soumis à des variations de leur cours qui nécessitent un suivi de la part des investisseurs. Ceux-ci peuvent effectuer des arbitrages, c'est-à-dire des achats ou des ventes en fonction de l'évolution du prix de ces actifs sur des marchés réglementés.

Aux côtés du grand marché des actifs cotés, on trouve le marché du non-coté, qui peut représenter une bonne source de rendement* et de diversification pour les investisseurs, notamment dans le contexte actuel de réformes fiscales.


Découvrir nos opportunités d'investissement dans l'immobilier, la fintech, le sport, etc.


Quelles sont les principales classes d'actifs non cotés ?

Très vaste, le marché du non-coté se divise en plusieurs branches ayant chacune ses propres caractéristiques.

Le capital-investissement (private equity en anglais)

Le Capital-Investissement désigne l'investissement au capital de sociétés non cotées. Il se subdivise en  deux branches :


  • le capital risque vise surtout à investir dans des PME ou des startups dans le but d'accompagner leur développement et en extraire des bénéfices substantiels si ces entreprises parviennent à s'imposer sur leur marché.
  • les leveraged buy-outs (LBO) visent quant à eux à investir dans des entreprises à restructurer pour les revendre à un prix plus élevé que leur prix d'achat après avoir amélioré leur rentabilité.


Découvrir nos opportunités d'investissement dans l'immobilier, la fintech, le sport, etc.


Les actifs réels, un investissement alternatif

Les actifs réels (forêts, vignobles, éoliennes...) représentent une classe d'investissement alternatif non cotée. Ces actifs dégageant un rendement régulier en produisant des biens tangibles (bois, raisin, énergie...).


Crowdfunding et crowdlending

Le crowdfunding et le crowdlending désignent des levées de fonds conduites auprès du grand public par des entreprises non cotées. Ces levées de fonds prennent généralement la forme d'augmentation de capital ou d'emprunts à taux fixe pour financer les projets d'une entreprise. Le crowdfunding s'est également développé au cours des dernières années dans le domaine de l'immobilier avec des levées de fonds permettant de financer des projets de rénovation urbaine ou de construction d'immeubles.

Découvrir nos opportunités d'investissement dans l'immobilier, la fintech, le sport, etc.


Trois bonnes raisons d'investir dans le non-coté

Plusieurs raisons justifient d'investir dans le non-coté : la promesse de rendement, la diversification et l’optimisation fiscale.

La première tient au fait que les rendements du non coté ont tendance à être plus élevés que ceux des actifs cotés. Cela correspond à la théorie financière qui veut que plus un investissement est risqué, plus il est potentiellement rémunérateur. Par exemple, la rentabilité du crowdfunding* est significativement supérieure à la rentabilité des marchés obligataires cotés ou des livrets réglementés (Livret A, LDD, nouveaux PEL).

Une seconde raison est une question de diversification : en allant vers des classes d'actifs différentes des actions et des OPCVM, les investisseurs bénéficient d'une source alternative de rendement décorrélée des classes d'actifs traditionnelles. En cas de chute des marchés actions par exemple, les investissements dans le non-coté pourront s'en sortir indemnes.

Enfin, l'investissement dans le non-coté regagne en intérêt sur le plan fiscal. Avec l'adoption du Prélèvement forfaitaire unique (PFU, dit "flax-tax"), les bénéfices issus de l'investissement dans le non-coté sont imposés au taux maximal de 30%. Auparavant, ce taux pouvait être nettement supérieur (jusqu'à 60,5%) pour les ménages concernés par les tranches marginales d'imposition les plus élevées. À noter que les ménages ne payant pas d'impôt sur le revenu ne sont pas perdants puisqu'ils ne paient toujours que les prélèvements sociaux (17,2%) et ne seront donc pas imposés au taux de 30%. 

La fiscalité des bénéfices devient plus uniforme en 2018 entre l'univers des actifs cotés et celui des actifs non cotés, redonnant un fort intérêt à l'investissement dans le non-coté.


Comment accéder à ces classes d'actifs ?

Pour les particuliers comme pour les institutionnels, l'investissement dans les classes d'actifs non cotées se fait traditionnellement en passant par des fonds gérés par des sociétés de gestion spécialisées, à l'exception du crowfunding qui se fait "en direct" via une simple plate-forme.

  • En ce qui concerne le private equity et les actifs réels, plusieurs sociétés de gestion (qui peuvent être des hedge funds) proposent des véhicules d'investissement au sein desquels les investisseurs peuvent placer leur argent sans forcément connaitre en détails les investissements qui sont réalisés par la société de gestion. Le ticket d'entrée pour entrer dans ces fonds est généralement élevé : ces fonds s'adressent plutôt à des investisseurs institutionnels ou à des particuliers fortunés. En France, les FCPI et les FIP entrent dans la catégorie des fonds de private equity et s'adressent aux particuliers.


  • En ce qui concerne le crowdfunding, l'investissement est accessible à tous les particuliers grâce à un ticket d'entrée très faible. Contrairement aux fonds d'investissement, les particuliers peuvent ici sélectionner les projets qu'ils souhaitent financer en passant par une plateforme de crowdfunding qui présente différents projets.


Attention à bien diversifier les risques dans l’investissement non coté

Investir dans le non coté a pour caractéristique d'être généralement plus risqué que d'investir dans des actifs cotés. Les fonds de capital-investissement et les sociétés ayant recours au crowdlending n'ont en effet pas les mêmes obligations de transparence que les sociétés cotées qui doivent quant à elles se conformer à une réglementation très stricte en termes de communication sur leurs activités et leur santé financière.

Investir dans le non-coté nécessite donc de bien diversifier ses risques au sein de cette classe d'actifs. Par exemple, dans le domaine du crowdfunding, il est fortement recommandé de participer à plusieurs projets à la fois en investissant une somme modeste dans chacun d'entre eux, au lieu d'investir une somme élevée sur un seul projet, même si celui-ci semble présenter le meilleur couple rendement/risque. La diversification permet de ne pas dépendre de la réussite ou de l'échec d'un seul projet.



*AVERTISSEMENT : 

L’investissement dans de jeunes entreprises non cotées présente des risques parmi lesquels : la perte partielle ou totale du capital investi, l’illiquidité, l’absence de valorisation après l’investissement ainsi que des risques spécifiques à l’activité du projet détaillés dans les notes d’opération mises à disposition dans l’onglet « document » des projets. L’investissement sur ANAXAGO doit être inscrit dans une démarche de constitution d’un portefeuille diversifié. Vous pourrez investir sur ANAXAGO une fois votre profil d’investisseur complété et validé par nos équipes. Pour lire l’avertissement complet sur les risques, CLIQUEZ ICI


Article connexe : Quelles différences entre le coté et le non coté

Les dernières actualités

Finances personnelles : les 4 bonnes résolutions de la rentrée 2019

La check-list du mois de septembre : Mettre à plat mes besoins quotidiens pour appliquer la règle d’or du budget 50-20-30 Calculer le montant minimum de mon épargne de sécuritéOuvrir dès maintenant des enveloppes avantageuses fiscalementTrouver des opportunités d’investissement astucieuses dans un contexte de taux négatifsLa règle d’or des 50-20-30Je n’ai pas inventé cette règle, c’est celle que n’importe quel financial planner utilisera pour vous guider vers un équilibre financier type. Elle concerne l’allocation idéale de vos revenus mensuels fixes.Selon cette règle 50% ou moins de votre revenu mensuel doit être consacré au financement de vos besoins essentiels : un toit sur votre tête (loyer, crédit, etc.), les courses alimentaires, vos factures d’usage (électricité, chauffage, internet, téléphone) et vos coûts de transports pour vous rendre sur votre lieu de travail. Si vous avez des enfants, les dépenses qui leur sont liées entrent également dans ces 50%.20% de vos revenus doivent être consacrés à une épargne dédiée pour préparer le futur. Et les 30% restant viennent financer votre mode de vie : sorties au restaurant, voyages, cadeaux, vêtements, etc.Cette règle vous permet d’abord d’établir si vous disposez d’un équilibre financier sain, il faut bien sur l’ajuster en fonction du lieu où vous vivez (vivre à Paris coûte globalement beaucoup plus cher qu’ailleurs en France, etc.). Mais passer vos finances à travers cette règle vous permet d’établir dans quelle mesure vous allez avoir besoin de créer des revenus supplémentaires en plus de votre salaire ou si il est possible de faire des économies à certains endroits pour assurer votre mode de vie.L’épargne de précaution, combien ?J’ai de l’argent de côté et j’ai très envie de l’investir. Faire travailler l’argent c’est mon métier, je le fais déjà mais est-ce vraiment le moment ?Avant de penser à investir, il est essentiel que vous ayez un budget équilibré qui vous autorise à financer votre mode de vie et une épargne de précaution qui vous permettra de maintenir l’essentiel de ce mode de vie en cas de coup dur (perte d’emploi, maladie, etc.). Mais comment connaître le montant idéal de votre épargne de précaution ? En fonction des âges,  si vous avez moins de 30 ans ( ou 30 ans c’est pareil), que vous n’avez pas de crédit et pas d’enfant à charge votre épargne de précaution devrait s'élever à trois mois de votre salaire total. Si vous êtes marié.e et que vous remboursez un crédit cette épargne de sécurité devrait être équivalente à 6 mois de votre salaire. 9 mois si vos revenus sont supérieurs à 80 000€ (pour des raisons inhérentes à la difficulté de la recherche d’emplois, etc.)  Et 12 mois si vous avez des enfants.Une fois que votre budget est équilibré, votre épargne de sécurité suffisante vous pouvez commencer à réfléchir à investir !Ouvrir dès maintenant des enveloppes avantageuses fiscalementSelon une étude de l'INSEE, 50% des français pensent "réussir à mettre de l'argent de côté au cours des 12 prochains mois". Or il faut remonter à décembre 2017 pour constater un taux aussi élevé. Les français estiment aussi majoritairement pouvoir épargner aujourd'hui, et que c'est bien "le bon moment" pour épargner. Épargner oui (je vais en avoir besoin pour préparer ma retraite apparemment…) mais pour que cet argent aille rejoindre les 400 milliards d’encours déposés à l’heure actuelle dans les dépôts à vue qui ne rapportent rien ou même les 300 milliards d’euros dans les Livret A qui rapportent moins que l’inflation ?Il existe des enveloppes qui avant d’être plus rémunératrices présentes des avantages fiscaux non négligeables ! Mais pour ça il faut se décider à les ouvrir. Pourquoi ?Car outre les niveaux de rémunération qu’il est possible d’obtenir, ces enveloppes sont avantageuses fiscalement. Par exemple la fiscalité de l’assurance-vie dépend de la date d’ouverture de votre contrat et de la date de versement des primes. Plus votre contrat est ancien, moins vous paierez d’impôts en cas de retrait : la différence se faisant une fois que votre contrat a plus de 8 ans il est impératif de souscrire rapidement à une assurance-vie si vous ne l’avez pas encore fait. Même si vous placez 50€ à l’ouverture de votre contrat, c’est cette date de versement qui sera prise en compteInvestir intelligemment dans un contexte de taux négatifsVous ne pouvez plus ouvrir le journal, ou même LinkedIn, sans entendre parler des taux négatifs. Mais qu’est ce que ça veut dire ? Concrètement pour un particulier, le fait que les taux deviennent négatifs de façon durable et bien c’est globalement la fin des placements sans risques qui offrent du rendement. Et donc la question qui se pose : où investir dans ce contexte pour le moins aberrant ? La bonne nouvelle c’est qu’il existe des classes d’actifs qui offrent des primes de risque comme l’immobilier, les entreprises et plus globalement le non coté. Souvent considérées comme de l’investissement alternatif, ces classes d’actifs ne sont pas encore sur-sollicitées par les investisseurs et valent le coup que l’on s’y penche dans le contexte actuel !

LIRE PLUS 

[Anaxago Ventures] Osivax close une série A à 8 millions d'euros

La biotech Osivax a annoncé cette semaine la clôture de sa série A à 8 millions d'euros. L'objectif de cette levée : poursuivre le développement de ses vaccins universels contre la grippe. Le financement a été mené par la société belge Noshaq et la plateforme de crowdfunding Anaxago.Fondée en 2017 à Lyon, Osivax a été créée en tant que spin-off du laboratoire pharmaceutique IMAXIO pour se consacrer au développement d’un vaccin universel contre la grippe et d’immunothérapies contre le cancer. Pour cela, elle a développé une technologie appelée l'OligoDOM.  "Les vaccins contre la grippe saisonnière actuellement disponibles ne permettent pas de traiter toutes les souches de grippe car ils ciblent des régions très variables du virus. En tant que tels, ils doivent être mis à jour annuellement. En revanche, notre approche de vaccin universel contre la grippe utilise une nucléoprotéine (NP) recombinante qui élimine la nécessité de contre-vérifier et de formuler des hypothèses sur les souches de la grippe qui seront pertinentes pour les saisons à venir. Notre vaccin pourrait être efficace année après année en fournissant une réponse immunitaire forte et, à long terme, contre tous les virus de la grippe en circulation et émergents. Notre objectif est d’établir une validation de principe sur l’Influenza A, qui représente 75% à 95% des grippes, puis d’élargir notre pipeline pour fournir un vaccin antigrippal universel", affirme Alexandre Le Vert, CEO et cofondateur d’Osivax.Le financement servira principalement à la réalisation de la validation clinique du vaccin candidat phare d’Osivax, OVX836. Le financement appuiera également l’évaluation d’un candidat-vaccin universel de deuxième génération, actuellement en phase de développement préclinique. Osivax a été financée en 2018 sur la plateforme Anaxago. Pour découvrir les opportunités d'investissement en capital innovation disponibles sur Anaxago, cliquez ici.

LIRE PLUS