Anaxago Actualités Le capital risque en France : un secteur en forte évolution
Le capital risque en France : un secteur en forte évolution

Le capital risque en France : un secteur en forte évolution

Le capital-risque est l’une des branches du capital-investissement. Lors d’une opération de capital-risque, une entreprise spécialisée dans ce type d’investissement devient actionnaire d’une société qu’elle finance en lui apportant des fonds propres utiles à son démarrage ou à son développement.

Les entreprises financées par ce moyen sont généralement des PME et de jeunes start-ups ayant pour caractéristique de ne pas être cotées en Bourse.

Le domaine du capital-risque (en savoir plus), initialement réservé aux fonds d’investissement et aux investisseurs institutionnels, se démocratise depuis quelques années avec le développement du crowfunding, et notamment du crowdequity, qui permet aux particuliers d’investir directement dans des sociétés non cotées en reproduisant un schéma semblable à celui du capital-risque.

Capital-risque (en anglais : venture capital) et capital-investissement : au meilleur de leur forme depuis 10 ans


Depuis quelques années, l’investissement en capital-risque connaît une forte accélération dans le monde, et notamment en France, après avoir souffert suite à la crise financière de 2008.

Cette bonne dynamique du venture capital est soutenue par l’accélération de l’ensemble du capital-investissement (investissement dans le non coté) au sens large. L’engouement général qui s’observe pour l’investissement dans les entreprises non cotées tient notamment à la généralisation des taux bas, qui permettent aux sociétés d’investissement de s’endetter à moindre coût pour acheter des participations dans les entreprises qu’elles financent.

Au cours des 9 premiers mois de l’année 2017, les montants totaux des transactions dans le domaine du capital-investissement (c’est-à-dire l’ensemble des opérations dans le secteur du non coté) ont atteint 212 milliards de dollars dans le monde, dont 69 milliards en Europe : il s’agit certes d’un niveau bien inférieur aux 526 milliards de dollars atteints lors des 9 premiers mois de l’année 2007, mais il s’agit néanmoins de la meilleure performance pour le capital-investissement dans le monde depuis 9 ans.

Au sein de ce vaste univers du non coté, les sociétés de venture capital européennes devraient parvenir à lever 12 milliards d’euros en 2017, soit trois fois plus qu’en 2014, selon les estimations de Dealroom.

Un essor du capital-risque français au point de concurrencer le Royaume-Uni


En France également, le capital-investissement se porte bien. En 2016, les fonds de capital-investissement français, c’est-à-dire l’ensemble des fonds investis sur le segment du non coté, ont collecté 14,7 milliards d’euros (+51% par rapport à 2015), permettant de financier environ 1.900 entreprises.

Au sein du capital-investissement, le capital-risque connaît une croissance particulièrement dynamique dans l’Hexagone : le venture capital français, qui totalisait 13% des montants levés en Europe en 2015, en a totalisé 20% en 2016. Et cela continue : lors des 8 premiers mois de l’année 2017, les sociétés françaises de capital-risque sont parvenues à lever 2,7 milliards d’euros, soit davantage que les 2,2 milliards d’euros levés sur toute l’année 2016. La France s’apprête ainsi à monter cette année sur la première marche du podium européen devant les sociétés de capital-risque britanniques, qui n’ont quant à elles levé « que » 2,3 milliards d’euros lors des 8 premiers mois de l’année.

A l’exception de Bpifrance, détenue à 50% par l’Etat français, les principales sociétés de venture capital françaises restent peu connues du grand public bien qu’elles apparaissent désormais comme les plus actives dans leur domaine sur le Vieux continent. On peut ainsi citer des sociétés comme Partech Ventures, Alven Capital ou encore Kima Ventures, ce dernier fonds d’investissement ayant été co-lancé en 2010 par Xavier Niel.

Un renouveau avec l’apparition du crowdequity


Depuis quelques années, la définition du capital-risque s’étend désormais à un nouveau segment : le crowdfunding, et plus précisément le crowdequity. L’idée : permettre à un large public, et non plus uniquement à des investisseurs institutionnels, de participer à des opérations de financement d’entreprises non cotées ou de projets d’investissements, par exemple dans le secteur immobilier.

Les entreprises actives dans le domaine du crowdequity créent généralement un holding qui investit dans des PME ou des start-ups en prenant des participations dans leur capital. Le holding, qui fonctionne comme un fonds d’investissement, a pour caractéristique d’être ouvert à un large public avec un faible montant minimal d’investissement. Chacun peut donc participer au financement des entreprises non cotées (et en capter le rendement) en participant aux levées de fonds organisées par les sociétés de crowdequity.

Lors de ces levées de fonds, les investisseurs sont avertis que les sommes investies resteront « bloquées » pendant une durée déterminée, généralement de plusieurs années. En contrepartie de cette illiquidité, les rendements qui sont attendus de ces placements ont l’avantage d’être généralement attractifs, avec des objectifs de rendement pouvant atteindre 6 à 10% brut.


Voir les projets financés

Les dernières actualités

La loi PACTE : un régime fiscal simplifié. Tout savoir sur le PEA

La loi PACTE (Plan d'Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises) a été publiée au Journal Officiel le 23 mai 2019. Elle ambitionne de “donner aux entreprises les moyens d’innover, de se transformer, de grandir et de créer des emplois” et notamment “lever les obstacles à la croissance des entreprises à toutes les étapes de leur développement, de leur création à leur transmission, en passant par leur financement”.Avec cinq articles de la loi PACTE qui lui sont consacrés, le Plan d’Epargne en Actions (PEA) est sensiblement réformé avec l’idée maîtresse d’assouplir son fonctionnement. Rappel : qu’est-ce que le PEA et quels sont ses avantages ?Apparu en 1992, le PEA est un compte-titre défiscalisant qui permet aux particuliers résidant en France de se constituer un portefeuille d'actions d'entreprises européennes tout en bénéciant d'une exonération d'impôt sur les dividendes et les plus-values, à condition de n'effectuer aucun retrait pendant les cinq années suivant l’ouverture du plan. Les gains capitalisés, une fois retirés du plan, échappent à l’impôt sur le revenu, limitant l’imposition aux seuls prélèvement sociaux, soit 17,2%.Le PEA-PME-ETI (généralement appelé PEA-PME), a été mis en place en janvier 2014 avec pour objectif de favoriser l’investissement de l’épargne en actions et de créer un nouvel instrument pour soutenir le financement des PME et ETI. Son fonctionnement est rigoureusement similaire à celui du PEA, la principale différence résidant jusqu’à la loi Pacte dans les entreprises éligibles à l’investissement via PEA-PME.Avec la loi PACTE, le PEA devient encore plus attractifLe plan d’épargne en actions (PEA) offre un régime fiscal de faveur aux épargnants qui y recourent. Cependant, avant la publication de la loi PACTE, le PEA s’accompagnait de plusieurs contraintes, notamment : un plafond pour les versements, l’exclusion de certains titres, des retraits entraînant soit la clôture du plan soit l’impossibilité d’effectuer des nouveaux versements. Oublié par la loi de finances de 2018, la loi PACTE y apporte de nombreux assouplissements., qui devraient dépoussiérer et redynamiser le PEA. Un changement des règles de clôture du plan ou de blocage des versements en cas de retraitLa première modification est l’allègement du système de retraits. Le PEA permet de bénéficier d’une exonération fiscale, à condition de n’effectuer aucun retrait pendant les 5 années suivant l’ouverture de plan. Celle-ci a été un des principaux changements puisqu’auparavant ce seuil était fixé à 8 ans. Désormais, après les 5 ans d’ancienneté du compte, le bénéficiaire peut donc retirer une partie de son épargne sans devoir le clôturer. Dans ce cas la, tout retrait est exonéré d’impôt sur le revenu, mais soumis aux prélèvements sociaux (17,2%). Cependant, avant les 5 ans d'ancienneté du compte PEA, tout retrait entraîne sa clôture et les gains sont taxés à l’impôt au taux de 12,8% ou au barème progressif de l’impôt sur le revenu, en plus des prélèvements sociaux fixés dans les deux cas à 17,2%. Une ouverture du PEA à tous les adultesLa deuxième nouveauté est la création du “PEA jeune”.“Aujourd'hui, il n'est pas possible d'avoir plus de deux PEA par foyer fiscal et un enfant majeur rattaché au foyer fiscal de ses parents ne peut ouvrir de PEA. La loi PACTE permettra aux jeunes de 18 à 25 ans à la charge de leurs parents ou aux mineurs émancipés d'ouvrir un PEA.”Jusque-là interdit aux enfants mêmes majeurs rattachés au foyer fiscal de leurs familles, le PEA Jeune permet aux jeunes adultes (18-25 ans) encore rattachés au foyer fiscal de leurs parents ou émancipés d’ouvrir un PEA à hauteur de 20 000 €. Une évolution du plafond de versementLe troisième grand changement est l’augmentation des plafonds de versement. Jusqu’alors fixé à 75 000 € pour le PEA-PME, il est désormais de 225 000 €. Celui du PEA classique reste fixé à 150 000 €. Pour ceux qui détiennent les deux types de plan, le plafond d’ensemble est lui aussi fixé à 225 000 €.Type de PEAPlafond PEA-PME225 000 €PEA classique150 000 €PEA-PME + PEA classique225 000 €L’élargissement des titres éligiblesLes titres éligibles à l’intérieur des plans ont aussi été élargis, notamment aux instruments commercialisés par les plateformes de financement participatif. Les titres émis par des plateformes de financement participatif pourront désormais être logés dans un PEA-PME. Les instruments de dette (titres participatifs, obligations à taux fixe et mini-bons), commercialisés par les plateformes de financement participatif, peuvent désormais être logés dans un PEA-PME. L’épargnant peut ainsi, sous certaines conditions de retrait, échapper à l’impôt sur le revenu sur les gains réalisés dans ce cadre.Contrairement à ce qui était envisagé par le Sénat qui entendait exclure les titres émis par les sociétés exerçant une activité immobilière ou de promotion immobilière ou dont l'actif est principalement constitué d'immeubles acquis ou construits en vue de la location (crowdlending immobilier) du champ des titres de dette éligibles, l'Assemblée nationale a finalement rétabli les titres de dettes immobilières dans le champ des titres éligibles.Tous vos investissements en immobilier ou en innovation sur Anaxago sont désormais éligibles au PEA-PME. Sources  (documents officiels) : Le portail de l'Économie, des Finances, de l'Action et des Comptes publicsLe Plan d'Action pour la Croissance et la Transformation des EntreprisesLa loi PACTE en 10 mesures

LIRE PLUS