Anaxago Actualités Co-living, nouveau concept, nouvel actif
Co-living, nouveau concept, nouvel actif

Co-living, nouveau concept, nouvel actif

Encore confidentiels, les projets immobiliers de co-living - ou de « vivre ensemble » - répondent à des besoins sociétaux. Ils pourraient devenir une tendance aussi forte que celle du coworking et représentent à ce titre une opportunité d'investissement.

Comment créer de la valeur en immobilier tandis que les prix au mètre carré augmentent fortement, sans pour autant sacrifier la localisation de l'actif ? En accompagnant des projets de co-living, ces nouveaux lieux de vie en centre ville qui proposent des appartements meublés, du corworking mais aussi des services de cinéma, de salle de sport et de restauration, prestations haut de gamme qui permettent ensuite de valoriser les loyers. 

 

Amaury de Granvilliers, diplômé de HEC, investisseur à son compte, tenant son propre familly office pour vivre de ses placements, a déjà misé sur cette nouvelle classe d'actifs, dès 2015, sur la première opération réussie Babel République chez Anaxago. Il explique sa stratégie : « C'est un moyen de diversification de mon épargne et je m'y suis intéressé comme je l'ai fait au préalable sur les bitcoins : en me positionnant sans trop m'exposer. Ce type de projets est très prometteur car ils correspondent à de fortes tendances macro-économiques. »  Avec la hausse des prix d'acquisition mais aussi la multiplication des mobilités professionnelles et la recherche de communautés, le co-living se trouve à la croisée des chemins de nouvelles façons de vivre et travailler ensemble.

 

Une tendance immobilière

« Cela répond à un vrai besoin de flexibilité, pour ceux qui cherche un logement rapidement, comme des 25 et 35 ans arrivant dans une nouvelle ville dans le cadre d'une mission professionnelle, poursuit Benoit Jobert, CEO de Axis, leader du co-living avec sa marque The Babel Community, qui a développé le projet Babel République puis celui de Saint-Férréol, à Marseille. Le modèle est à la fois attractif pour le client et rentable pour nous : nous proposons du coworking moins cher car les travailleurs vont aussi manger au restaurant régulièrement ; ils ont accès à la salle de sport et s'y rendent la journée, tandis que nos locataires y vont plutôt le soir et le weekend ; nous offrons des services à la carte comme du repassage et de la conciergerie... » 

Il s'agit vraiment d'un projet hybride entre la promotion immobilière et l'hôtellerie professionnelle. Ce modèle permet de se positionner sur des bâtiments hors normes et très bien localisés comme les antennes galeries Lafayette de Marseille, un bâtiment de 4000 m², rue Saint-Férréol à proximité du vieux port. The Babel community est en train de le rénover pour l'exploiter prochainement, après un financement réussit sur la plateforme Anaxago en 2018. 


Le co-living, un actif de diversification

« Notre ticket d'entrée est de 1 000 euros ce qui permet à chacun de se positionner, annonce Joachim Dupont, fondateur de la plateforme d'Anaxago, qui a proposé le projet Babel République pour la première fois aux investisseurs particuliers en 2015 puis celui de Saint-Férréol en 2018. Ce genre de placement immobilier a du sens, après un premier achat classique et en complément d'une Société Civile de Placement Immobilier (SCPI). » Le financement participatif est alors au coeur de sa raison d'être : démocratiser certains actifs attractifs, autrefois réservés aux professionnels ou grandes fortunes, pour stimuler la rentabilité globale d'un portefeuille diversifié de placement.  

Pour les investisseurs particuliers, ce type d'actif permet de toucher des rémunérations à deux chiffres, sur une une maturité de 36 à 54 mois. « L'objectif dans le fait d'accompagner un acteur intégré, promoteur et exploitant, est de ne pas revendre l'immeuble trop tôt, poursuit Joachim Dupont. Le bien peut mieux être revendu une fois réhabilité et exploité, une fois la démonstration de la réussite du business model réalisée. »


Un placement dynamique

« Avec cette maturité, j'apprécie aussi de suivre l'aventure et d'être dans le même cockpit que l'entreprise que je finance, ajoute l'investisseur Frédéric Hertault, investisseur particulier habitué aux actions et qui a misé sur l'opération de Saint-Férréol. Pour moi, cela permet aussi d'avoir de l'obligataire boosté. » En effet, le produit financier est hybride, entre de la dette et de l'equity, sous forme d'obligations convertibles. 

En clair, l'argent placé est rémunéré avec un taux fixe et connu à l'avance, pendant la période de promotion. Puis, le titre de créance peut devenir une part de l'entreprise, comprenant l'actif immobilier, et donnant droit à des dividendes ou à un rachat des parts. Les investisseurs sont ainsi intéressés à la valorisation du bien mais aussi d'avoir un actif en guise de garantie. « Le coupon de base était de 5 % mais j'espère un taux de rentabilité interne de plutôt 14 % grâce à la valorisation de l'actif d'ici la fin du projet en 2024 », résume Frédéric Hertault. 

Ces taux restent corrélés à un risque : il faut étudier à la fois la viabilité du projet immobilier ainsi que celle de l'acteur intégré en charge du projet. Néanmoins, la réussite de projets emblématiques comme celui de  la rue de la République à Marseille rassure. L'immeuble a même été vendu en moins de trois semaines à un investisseur institutionnel, prouvant l'intérêt du marché pour ce genre d'actifs.

Fort de cette trésorerie et avec le soutien financier de la Caisse des dépôts et consignations, Axis continue à proposer de nouveaux projets sur Anaxago, comme celui de Grenoble actuellement. La plateforme d'investissement, quant à elle, proposera également très bientôt un autre projet de co-living à Asnières, en région parisienne.


Les dernières actualités

RENT 2019 : Ce qu'il fallait retenir de la 7ème édition du salon de la PropTech

[#RENT] Le @Salonrent bat son plein pour ce 2nd jour ! Venez nous rencontrer sur le stand @Anaxago_team dans le Village Startup 2 ! #proptech #rent2019 pic.twitter.com/BWhyGuopg2— Anaxago (@Anaxago_team) 7 novembre 2019Le RENT en chiffresL’équipe d’Anaxago s’est rendue à la 7ème édition du Salon RENT - Real Estate & New technologies, le plus grand rendez-vous de la PropTech en Europe. 15 000 mètres carrés, 8 000 visiteurs, 400 exposants (dont 120 start-ups) et 40 conférences sont les chiffres de cette nouvelle édition du RENT qui s’est déroulée les 6 et 7 Novembre 2019 au Parc des Expositions, Porte de Versailles à Paris. Anaxago était présent sur ce salon accompagné de 5 start-ups de son portefeuille d’investissement. On vous raconte ! Le petit déjeuner PropTech organisé par AnaxagoLe deuxième jour du RENT, à 9h30, Anaxago a accueilli des professionnels de l’immobilier et des fondateurs de start-ups PropTech pour présenter les participations de son portefeuille d’investissement et échanger autour des enjeux Proptech. Autour d’un petit déjeuner, Alexandre Héraud, Directeur des Participations chez Anaxago, nous a présenté sa vision de l’immobilier de demain puis a introduit MeilleureCopro, SmartHab, Smartrenting, Happywait et Ocus, avant que les représentants de ces start-ups ne présentent leur activité à l’auditoire.En direct du #salonrent #rent19 avec notre directeur de participations Alexandre Heraud pour le petit déjeuner #PropTech d’Anaxago pic.twitter.com/7PfmLC96rr— Anaxago (@Anaxago_team) 7 novembre 2019Une transaction blockchain uniqueLe 7 novembre dernier est un jour à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire de l’immobilier et de la technologie en France. En effet, Masteos, start-up spécialisée dans l'investissement locatif en immobilier a organisé la première transaction immobilière française reposant sur l’utilisation de la technologie blockchain entre deux particuliers. Cet investissement locatif a pris six minutes et a permis à un freelance d’accéder à de la capacité d’emprunt qui lui était hors d’atteinte dans le système traditionnel. Le concours de la startup ORPI et autres prixL’édition 2019 du salon RENT a été l’occasion de valoriser des projets prometteurs pour l’immobilier de demain. Retour sur les lauréats des différents concours : Prix “LA Start-up RENT” organisé par OrpiLors de cette édition, MeilleureCopro a remporté le premier prix du concours “LA Start-up RENT” organisé par Orpi. Ce concours récompense les sociétés innovantes dans le secteur de l’immobilier parmi un grand nombre de start-up françaises et étrangères.Edouard-Jean Clouet, Président de MeilleureCopro, a vu son entreprise récompensée après avoir pitché pendant 10 minutes face à un jury composé de professionnels de l’immobilier (Orpi, Nexity, LeBonCoin). Il devait convaincre sur l’ambition de l’entreprise, son originalité et la crédibilité de son modèle. Pari réussi pour MeilleureCopro, leader sur la maîtrise des charges de copropriété ! Retrouvez ici l’interview du fondateur de MeilleureCopro pour Anaxago Immobilier.[#RENT] Félicitations à @MeilleureCopro pour sa victoire au concours La Start-up #Rent @Orpi_France ! #proudinvestor #venturecapital #Proptech #rent2019— Anaxago (@Anaxago_team) 6 novembre 2019Prix de l’innovationLors de cette édition, Havr a été distingué par le Prix de l’Innovation remis par la Fédération Française de l’Internet Immobilier (FF2i) et Anaxago, investisseur spécialisé en immobilier. La société Havr développe des systèmes de contrôle d’accès avant-gardistes avec une serrure connectée, la BrightLock, contrôlable à distance, programmable et ne s’ouvrant que via un faisceau lumineux provenant du smartphone de l’utilisateur. Havr a su convaincre un jury présidé par le Président de FF2i, Stéphane Scarella, et composé d’un panel d’adhérents à la fédération. Prix académiquesCette année, deux étudiants ont été distingués pour leurs recherches.Le Prix Master a été décerné à Charles Finet (Université Paris Dauphine) pour son mémoire de Master 1 portant sur le Marketing des lotissements périurbains : l’architecture et l’urbanisme comme nouveaux dispositifs de considération. Le Prix Junior a été décerné à Lisa Marty (Université d’Evry Val d’Essonne) pour son mémoire L’agent immobilier face un à un avenir certain. En définitive, l’édition 2019 du Salon RENT aura été une fois de plus un évènement riche en rencontres et fructueux en synergies pour les acteurs de la Proptech et permet de dessiner chaque jour un peu plus les contours de l’immobilier et de la ville de demain. 

LIRE PLUS 

Comment Anaxago gère les risques des investissements dans l'immobilier

Chez Anaxago, nous avons historiquement été très actifs dans la gestion de nos risques. Notre métier réside dans l'analyse des risques en amont, le suivi puis la gestion des risques quand ils se manifestent. Anaxago est aujourd’hui la seule plateforme qui a été jusqu'à reprendre des chantiers au niveau opérationnel pour préserver le capital de ses investisseurs.À ce jour seules 2 participations ont été cédées sans plus-value (capital intégralement remboursé) sur 130 investissements réalisés, 0 perte en capital à dateLes programmes immobiliers du groupe TERLAT ont été rachetés et gérés par les équipes d'Anaxago et les investisseurs sont en cours de remboursement.Anaxago est aujourd’hui la seule plateforme qui a été jusqu'à reprendre des chantiers au niveau opérationnel pour préserver le capital de ses investisseurs.Retrouvez toutes nos statistiques liées à nos investissements immobilier iciLa gestion du risque chez Anaxago passe par plusieurs phases :1. Le suivi trimestriel des chantiers et des programmesDurant cette phase nous comparons les écarts entre les projections et l'avancée réelle au niveau technique, commercial et financier et dressons chaque trimestre un reporting dédié pour les investisseurs de chaque opération.2. En cas de retardEn cas de retard sur une opération, Anaxago prévoit une possibilité contractuelle pour les partenaires financiers d'avoir recours à une période de prorogation de 6 à 12 mois. Durant cette période, les intérêts dus par l’opérateur continuent à courir et sont parfois majorés.3. En cas de défaut de paiement Le dossier passe en recouvrement et cela passe le plus souvent par la mise en place d'un moratoire pour échelonner le paiement, notamment dans le cas de décalage dans le temps de la commercialisation ou du chantier.C'est à ce moment là que les garanties peuvent être activées mais dans 90% des cas nous travaillons avec l'opérateur pour trouver une solution aux problèmes rencontrés. Les défauts viennent le plus souvent d'aléas au niveau du passage des ventes, des obtentions de crédit par les acquéreurs etc.  4. En cas de difficultés plus importantesNous travaillons dans ce cas là à un protocole avec l'opérateur qui vise à mettre en place des garanties complémentaires, échelonner les paiements et trouver des solutions opérationnelles pour la gestion des difficultés. Nous sommes même allés jusqu'à la reprise opérationnelle du programme, ce que nous avons fait dans le cadre du dossier TERLAT. Savoir anticiper et maitriser les risques liés à un investissementLe principal risque que nous devons gérer est le risque de temps et contractuellement, la rémunération des investisseurs reste due même en cas de retard.Toutefois lorsque le projet affiche une perte importante due à des travaux plus importants par exemple, le risque de voir la rémunération réduite est plus important car la solvabilité de l'émetteur baisse et en cas de grandes difficultés, une perte en capital peut être constatée.Il ne faut pas oublier que les rendements élevés de ces investissements sont liés au niveau de risque des sous-jacents, quand bien même il s'agit d'immobilier. À la grande différence des SCPIs par exemple qui investissent uniquement dans des actifs existants avec des revenus réguliers. Quelles garanties pour protéger nos investissements ?Les garanties négociées en amont avec nos partenaires financiers permettent également de limiter le risque : - Garantie à première demande de la société mère et/ou des associés- Nantissement des titres de la société détenue - Hypothèques etc. Ces garanties sont pour chaque investissement indiquées dans la documentation financière fournie par Anaxago avant toute décision d'investissement sur la plateforme.

LIRE PLUS