Anaxago Actualités Bilan 2018, une année record pour Anaxago qui confirme son leadership avec 40 M€ d’investissements et 10,6% de performance versée aux investisseurs
Bilan 2018, une année record pour Anaxago qui confirme son leadership avec 40 M€ d’investissements  et 10,6% de performance versée aux investisseurs

Bilan 2018, une année record pour Anaxago qui confirme son leadership avec 40 M€ d’investissements et 10,6% de performance versée aux investisseurs

Bilan 2018 : 40 M€ collectés, 10 M€ de cessions avec plus-value. Plus de 130 M€ investis dans l’économie réelle française depuis 2012. 6ème exercice rentable, et un bénéfice multiplié par 4 en 2018

Anaxago, première plateforme française de financement participatif en capital (crowdequity) spécialisée dans l’investissement alternatif, confirme la pertinence de son modèle économique et sa dynamique de croissance dans un marché en concentration.

Un marché en mutation

Après une année 2018 marquée par la concentration du marché et des acteurs, ainsi que la fin du dispositif ISF-PME, le marché du crowdfunding, en  croissance de 20% sur l’année, dépasse pour la première fois la collecte des FIP et des FCPI. Cet écart confirme l’attrait des français pour une gestion en direct et digitalisée de leurs investissements.



2019, vers 80 M€ de collecte  et une diversification de la gamme d’investissement


En 2019, Anaxago renforcera ses thèses d’investissement autour du private equity immobilier, la propertytech, la fintech et la santé, pour des investissements à impact.

Le groupe vise une collecte, toutes activités confondues (fonds et plateforme) de près de 80 M€ lui permettant de saisir des opportunités sur de nouveaux marchés, tout en continuant à accompagner ses partenaires historiques. 

“Nous restons vigilants à l’état du marché, et des valorisations notamment la reconstitution des primes de risque pour continuer d’offrir des couples rendements / risques attractifs” souligne Joachim Dupont.

Dès le deuxième trimestre, Anaxago lancera de nouveaux produits, avec notamment une offre d’investissement locatif permettant d’accéder en direct à des actifs immobiliers présentant un potentiel de plus-value à terme et/ou un rendement attractif.


Des fondamentaux renforcés pour Anaxago 


Avec 40 M€ collectés et 37 entreprises financées, la plateforme leader du secteur clôt une année 2018 record. Depuis sa création, la fintech a ainsi dépassé les 130 M€ investis dans l’économie réelle française, ainsi que le remboursement de 25 M€ à ses investisseurs. Aujourd’hui, le portefeuille moyen d’un investisseur chez Anaxago s'élève à 24 000€ pour un panier moyen par investissement de 6 500€


Pour mieux comprendre le calcul de nos performances nous vous invitons à consulter notre page statistiques en cliquant ici.


« Dans un secteur du crowdequity en pleine consolidation où certains acteurs peinent à atteindre une taille critique et un modèle économique viable, Anaxago s’illustre par sa croissance et sa rentabilité historiques. Nous avons pour ambition de poursuivre ce développement maîtrisé tout en proposant un univers d’investissements performants et dans l’air du temps avec une expérience client optimale”, affirme François Carbone, Président d’Anaxago.

Fort de près de 5.000 investisseurs actifs sur sa plateforme aux 90 000 membres inscrits, la société a dépassé les 200 entreprises financées, dans les secteurs de l’innovation et de l’immobilier.


Exemples de participations financées par Anaxago en 2018 :


Société

The Babel Community

SmartHab

Limonetik

Secteur

Private equity Immobilier

Propertytech

Fintech

Montant investi

2,5 M€

0,35 M€

1,7 M€

Valeur ajoutée de la société

En 2018, Anaxago finance la nouvelle résidence Babel Community à Marseille. Un espace unique de coworking et co-living dans l’ancien immeuble des Galeries Lafayette sur le Vieux-Port de Marseille.

Spécialiste de l’intégration des objets connectés dès la construction des immeubles, SmartHab a convaincu de nombreux promoteurs et compte Vinci et Eiffage à son capital.

Fintech française, Limonetik est considérée comme l’une des entreprises les plus disruptives sur le marché du paiement et vise 1,5 Mds€ de transactions en 2019.


Une diversification ambitieuse et réussie en 2018 avec la création de la société de gestion Anaxago Capital


« Notre ambition est de consolider la croissance du groupe Anaxago, en développant de nouveaux services au sein de notre plateforme d’investissement digitale. La création de la société de gestion Anaxago Capital a initié cette volonté de nous ouvrir à d’autres formes d’investissements, adaptées à la demande des investisseurs, qu’ils soient privés ou institutionnels » conclut Joachim Dupont, fondateur d’Anaxago et Président d’Anaxago Capital.


La performance d’ANAXAGO dans le private equity immobilier  a en effet confirmé l’intérêt des investisseurs professionnels (family office et fonds) pour cette classe d’actifs, leur contribution étant en hausse de 50% sur 12 mois. C’est dans cette lignée, que la plateforme a annoncé la création de sa propre société de gestion de portefeuille (agréée AMF) en Octobre 2018 ainsi que de son premier fonds dédié au private equity immobilier : Anaxago Society One.


Des enjeux technologiques et humains qui s’intensifient


En 2018, la société a continué d’innover en proposant un parcours d’investissement 100% en ligne et dématérialisé, depuis l’inscription jusqu’au remboursement de sa participation sur un “wallet” (compte en ligne).  

“Sur Anaxago, il est désormais possible de procéder à ses investissement de manière totalement digitalisée, depuis la signature jusqu’au paiement en passant par la perception des revenus liés aux investissements ; cette étape a été une évolution majeure permettant une expérience client optimale et une bonne gestion de la croissance significative des flux” souligne Joachim Dupont.

Les objectifs de diversification et de collecte en 2019 vont nécessiter l’intégration d’une dizaine de profils experts dont les recrutements sont pour la plupart déjà initiés. 

Pour en savoir plus sur nos offres d'emploi : Carrières Anaxago

Les dernières actualités

La loi PACTE : un régime fiscal simplifié. Tout savoir sur le PEA

La loi PACTE (Plan d'Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises) a été publiée au Journal Officiel le 23 mai 2019. Elle ambitionne de “donner aux entreprises les moyens d’innover, de se transformer, de grandir et de créer des emplois” et notamment “lever les obstacles à la croissance des entreprises à toutes les étapes de leur développement, de leur création à leur transmission, en passant par leur financement”.Avec cinq articles de la loi PACTE qui lui sont consacrés, le Plan d’Epargne en Actions (PEA) est sensiblement réformé avec l’idée maîtresse d’assouplir son fonctionnement. Rappel : qu’est-ce que le PEA et quels sont ses avantages ?Apparu en 1992, le PEA est un compte-titre défiscalisant qui permet aux particuliers résidant en France de se constituer un portefeuille d'actions d'entreprises européennes tout en bénéciant d'une exonération d'impôt sur les dividendes et les plus-values, à condition de n'effectuer aucun retrait pendant les cinq années suivant l’ouverture du plan. Les gains capitalisés, une fois retirés du plan, échappent à l’impôt sur le revenu, limitant l’imposition aux seuls prélèvement sociaux, soit 17,2%.Le PEA-PME-ETI (généralement appelé PEA-PME), a été mis en place en janvier 2014 avec pour objectif de favoriser l’investissement de l’épargne en actions et de créer un nouvel instrument pour soutenir le financement des PME et ETI. Son fonctionnement est rigoureusement similaire à celui du PEA, la principale différence résidant jusqu’à la loi Pacte dans les entreprises éligibles à l’investissement via PEA-PME.Avec la loi PACTE, le PEA devient encore plus attractifLe plan d’épargne en actions (PEA) offre un régime fiscal de faveur aux épargnants qui y recourent. Cependant, avant la publication de la loi PACTE, le PEA s’accompagnait de plusieurs contraintes, notamment : un plafond pour les versements, l’exclusion de certains titres, des retraits entraînant soit la clôture du plan soit l’impossibilité d’effectuer des nouveaux versements. Oublié par la loi de finances de 2018, la loi PACTE y apporte de nombreux assouplissements., qui devraient dépoussiérer et redynamiser le PEA. Un changement des règles de clôture du plan ou de blocage des versements en cas de retraitLa première modification est l’allègement du système de retraits. Le PEA permet de bénéficier d’une exonération fiscale, à condition de n’effectuer aucun retrait pendant les 5 années suivant l’ouverture de plan. Celle-ci a été un des principaux changements puisqu’auparavant ce seuil était fixé à 8 ans. Désormais, après les 5 ans d’ancienneté du compte, le bénéficiaire peut donc retirer une partie de son épargne sans devoir le clôturer. Dans ce cas la, tout retrait est exonéré d’impôt sur le revenu, mais soumis aux prélèvements sociaux (17,2%). Cependant, avant les 5 ans d'ancienneté du compte PEA, tout retrait entraîne sa clôture et les gains sont taxés à l’impôt au taux de 12,8% ou au barème progressif de l’impôt sur le revenu, en plus des prélèvements sociaux fixés dans les deux cas à 17,2%. Une ouverture du PEA à tous les adultesLa deuxième nouveauté est la création du “PEA jeune”.“Aujourd'hui, il n'est pas possible d'avoir plus de deux PEA par foyer fiscal et un enfant majeur rattaché au foyer fiscal de ses parents ne peut ouvrir de PEA. La loi PACTE permettra aux jeunes de 18 à 25 ans à la charge de leurs parents ou aux mineurs émancipés d'ouvrir un PEA.”Jusque-là interdit aux enfants mêmes majeurs rattachés au foyer fiscal de leurs familles, le PEA Jeune permet aux jeunes adultes (18-25 ans) encore rattachés au foyer fiscal de leurs parents ou émancipés d’ouvrir un PEA à hauteur de 20 000 €. Une évolution du plafond de versementLe troisième grand changement est l’augmentation des plafonds de versement. Jusqu’alors fixé à 75 000 € pour le PEA-PME, il est désormais de 225 000 €. Celui du PEA classique reste fixé à 150 000 €. Pour ceux qui détiennent les deux types de plan, le plafond d’ensemble est lui aussi fixé à 225 000 €.Type de PEAPlafond PEA-PME225 000 €PEA classique150 000 €PEA-PME + PEA classique225 000 €L’élargissement des titres éligiblesLes titres éligibles à l’intérieur des plans ont aussi été élargis, notamment aux instruments commercialisés par les plateformes de financement participatif. Les titres émis par des plateformes de financement participatif pourront désormais être logés dans un PEA-PME. Les instruments de dette (titres participatifs, obligations à taux fixe et mini-bons), commercialisés par les plateformes de financement participatif, peuvent désormais être logés dans un PEA-PME. L’épargnant peut ainsi, sous certaines conditions de retrait, échapper à l’impôt sur le revenu sur les gains réalisés dans ce cadre.Contrairement à ce qui était envisagé par le Sénat qui entendait exclure les titres émis par les sociétés exerçant une activité immobilière ou de promotion immobilière ou dont l'actif est principalement constitué d'immeubles acquis ou construits en vue de la location (crowdlending immobilier) du champ des titres de dette éligibles, l'Assemblée nationale a finalement rétabli les titres de dettes immobilières dans le champ des titres éligibles.Tous vos investissements en immobilier ou en innovation sur Anaxago sont désormais éligibles au PEA-PME. Sources  (documents officiels) : Le portail de l'Économie, des Finances, de l'Action et des Comptes publicsLe Plan d'Action pour la Croissance et la Transformation des EntreprisesLa loi PACTE en 10 mesures

LIRE PLUS