Anaxago Actualités Academy I Le prêt dans le financement participatif
Academy I Le prêt dans le financement participatif

Academy I Le prêt dans le financement participatif

Il existe différents métiers dans le crowdfunding s’appliquant à différents secteurs et type d’activité : le don, le prêt et l’equity. Vous découvrirez ici le prêt. Le crowdlending et le peer-to-peer lending sont des prêts accordés par des particuliers à des entreprises ou à d’autres particuliers

 

Le crowdfunding lending

Le prêt aux entreprises, le crowdfunding lending ou encore le crowdlending est une forme de prêt accordé par des particuliers sur un temps imparti. La somme est remboursée avec ou sans intérêts.

En France, 14 plateformes sont actives dans ce secteur en juin 2016, parmi lesquelles Unilend, Credit.fr et Lendix.


Des montants prêtés toujours plus importants

D’après le baromètre du crowdlending de janvier à octobre 2016 près de 62.2 millions d’euros ont été collectés, soit une multiplication par 3 par rapport à octobre 2015. 528 projets ont ainsi pu être financés cette année. Ces entreprises ont en moyenne emprunté 118 636 euros avec un taux moyen de 7,13 % sur une durée moyenne de 38 mois.

 

Aujourd’hui, trois entreprises sont considérées comme la référence en matière de crowdlending : Unilend avec 5.32 millions d’euros collectés, Lendosphere avec 7.48 millions d’euros et enfin Lendix avec 33.67 millions d’euros.

 

Le peer-to-peer lending

À l’instar des autres secteurs de l’économie collaborative, le prêt d’argent entre particuliers (ou peer-to-peer lending) connaît un essor important grâce à Internet et l’émergence des plateformes peer-to-peer. Ce nouveau secteur profite fortement de la crise économique et financière en se posant comme une alternative aux banques soumises à des contraintes prudentielles plus lourdes.

 

Cette tendance avait déjà émergé il y a plusieurs années en Angleterre ou aux États-Unis avec des acteurs comme Zopa ou Prosper.

 

Cela a été plus compliqué en France où le protectionnisme de la Banque de France rend l’activité de ces plateformes compliquée car relevant du monopole bancaire.

 

Des débuts difficiles pour les plateformes de peer-to-peer lending en France

Ainsi le site FriendsClear, spécialisé dans le prêt communautaire aux entrepreneurs, a dû nouer un partenariat avec le Crédit Agricole faute d’obtenir l’autorisation d’opérer en tant qu’institution financière pour son propre compte.

 

La plateforme Younited Credit (anciennement Prêt d’Union) elle, a pu obtenir l’agrément bancaire de l’ACP (Autorité de Contrôle Prudentiel) au prix de nombreux efforts. Elle propose d'ailleurs un outil de simulation de prêt pour les entreprises. Néanmoins il faut être un investisseur qualifié pour pouvoir investir sur Younited Credit c’est-à-dire remplir deux des trois conditions imposées par l’AMF, qui sont les suivantes : la détention d’un portefeuille d’instruments financiers supérieurs à 500 000 euros ; la réalisation d’opérations d’un montant supérieur à 600 euros par opération sur des instruments financiers, à raison d’au moins dix par trimestre en moyenne sur les quatre trimestres précédents ; l’occupation pendant au moins un an, dans le secteur financier, d’une position professionnelle exigeant une connaissance des investissements en instruments financiers.

 

Il n’est pas encore aisé de faire du peer-to-peer lending en France mais la tendance s’accentue et la législation pourrait évoluer avec l’arrivée de nouveaux acteurs sur ce marché comme le site belge Mymicrocredit.

 

Des secteurs d’intervention variés

Avant l’apparition du peer-to-peer lending, le crowdfunding lending ou prêt dans le financement participatif appartenait seulement aux organismes bancaires. On trouve désormais un grand nombre de plateformes se positionnant sur divers secteurs d’activité : le financement de l’agriculture de demain avec Bluebees, des collectivités publiques avec Collecticity, des projets environnementaux avec Ecobole, des clubs de football professionnels par les supporters avec Giveinsport, etc.

 

Quid du prêt dans le financement participatif

Une ordonnance entrée en vigueur le 1er octobre prévoit que dès qu’un particulier prête de l’argent via une plateforme, il ne pourra le faire au-delà d’un maximum de 2 000 euros par projet financé ou 4 000 euros pour les prêts sans intérêts. Cela vise à diversifier ses risques en lui évitant d’investir toutes ses économies dans un seul projet.

 

Ladite plateforme se verra dans l’obligation de donner à tout particulier prêteur la totalité des informations primordiales à sa prise de décision ainsi qu’une information claire et précise sur les frais qu’elle prélève. De plus, cette dernière doit impérativement être immatriculée en tant qu’Intermédiaire en Financement Participatif (IFP) dans le registre de l’ORIAS.

 

Ce statut, promulgué en octobre 2014 et dessiné spécialement pour les plateformes de prêt dans le financement participatif, autorise l’exercice de l’activité de prêt avec ou sans intérêt sans nécessiter de fonds propres immobilisés. Sur ces plateformes, les entreprises sont limitées à emprunter au maximum 2.5 millions d’euros sur 12 mois glissants.

 

Un label pour le financement participatif

Ce label est utilisé par les entreprises exerçant l'activité de Conseiller en Investissements Participatifs (CIP) ou d'Intermédiaire en Financement Participatif (IFP) à partir du moment où ils sont immatriculés à l’ORIAS et également par les Prestataires de Services d'Investissement (PSI), aussitôt qu’ils sont agréés par l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution) pour apporter un service de conseil en investissement et qu’ils proposent des offres de titres financiers via un site internet.

 

Pourquoi ce label ?

La présence du label permet d’informer les clients des plateformes que ladite plateforme est bien soumise au cadre applicable au financement participatif et qu’elle s’engage à respecter les conditions établies dans le règlement d’usage approuvé par le Ministre des Finances et des Comptes Publics et le Ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique.

 

L’État français a déposé à l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI) la marque « Plateforme de financement participatif régulée par les autorités françaises ». En l’utilisant, la plateforme informe ses potentiels clients qu’elle est soumise au respect des exigences fixées par la réglementation française.

 

 

Complétez ou poursuivez votre lecture avec les volets suivants : Academy I Le don dans le financement participatif et Academy I L’investissement en capital dans le financement participatif

 

Vous souhaitez en savoir plus sur le crowdlending, ses tenants et ses aboutissants ? C’est par ici :

- Le crowdfunding : définition, réglementation, avantages et inconvénients

- Baromètre du crowdlending "Entreprise" d'octobre 2016

- Comparatif crowdfunding financement participatif

- Le crowdlending : la réglementation

 

Les dernières actualités

RENT 2019 : Ce qu'il fallait retenir de la 7ème édition du salon de la PropTech

[#RENT] Le @Salonrent bat son plein pour ce 2nd jour ! Venez nous rencontrer sur le stand @Anaxago_team dans le Village Startup 2 ! #proptech #rent2019 pic.twitter.com/BWhyGuopg2— Anaxago (@Anaxago_team) 7 novembre 2019Le RENT en chiffresL’équipe d’Anaxago s’est rendue à la 7ème édition du Salon RENT - Real Estate & New technologies, le plus grand rendez-vous de la PropTech en Europe. 15 000 mètres carrés, 8 000 visiteurs, 400 exposants (dont 120 start-ups) et 40 conférences sont les chiffres de cette nouvelle édition du RENT qui s’est déroulée les 6 et 7 Novembre 2019 au Parc des Expositions, Porte de Versailles à Paris. Anaxago était présent sur ce salon accompagné de 5 start-ups de son portefeuille d’investissement. On vous raconte ! Le petit déjeuner PropTech organisé par AnaxagoLe deuxième jour du RENT, à 9h30, Anaxago a accueilli des professionnels de l’immobilier et des fondateurs de start-ups PropTech pour présenter les participations de son portefeuille d’investissement et échanger autour des enjeux Proptech. Autour d’un petit déjeuner, Alexandre Héraud, Directeur des Participations chez Anaxago, nous a présenté sa vision de l’immobilier de demain puis a introduit MeilleureCopro, SmartHab, Smartrenting, Happywait et Ocus, avant que les représentants de ces start-ups ne présentent leur activité à l’auditoire.En direct du #salonrent #rent19 avec notre directeur de participations Alexandre Heraud pour le petit déjeuner #PropTech d’Anaxago pic.twitter.com/7PfmLC96rr— Anaxago (@Anaxago_team) 7 novembre 2019Une transaction blockchain uniqueLe 7 novembre dernier est un jour à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire de l’immobilier et de la technologie en France. En effet, Masteos, start-up spécialisée dans l'investissement locatif en immobilier a organisé la première transaction immobilière française reposant sur l’utilisation de la technologie blockchain entre deux particuliers. Cet investissement locatif a pris six minutes et a permis à un freelance d’accéder à de la capacité d’emprunt qui lui était hors d’atteinte dans le système traditionnel. Le concours de la startup ORPI et autres prixL’édition 2019 du salon RENT a été l’occasion de valoriser des projets prometteurs pour l’immobilier de demain. Retour sur les lauréats des différents concours : Prix “LA Start-up RENT” organisé par OrpiLors de cette édition, MeilleureCopro a remporté le premier prix du concours “LA Start-up RENT” organisé par Orpi. Ce concours récompense les sociétés innovantes dans le secteur de l’immobilier parmi un grand nombre de start-up françaises et étrangères.Edouard-Jean Clouet, Président de MeilleureCopro, a vu son entreprise récompensée après avoir pitché pendant 10 minutes face à un jury composé de professionnels de l’immobilier (Orpi, Nexity, LeBonCoin). Il devait convaincre sur l’ambition de l’entreprise, son originalité et la crédibilité de son modèle. Pari réussi pour MeilleureCopro, leader sur la maîtrise des charges de copropriété ! Retrouvez ici l’interview du fondateur de MeilleureCopro pour Anaxago Immobilier.[#RENT] Félicitations à @MeilleureCopro pour sa victoire au concours La Start-up #Rent @Orpi_France ! #proudinvestor #venturecapital #Proptech #rent2019— Anaxago (@Anaxago_team) 6 novembre 2019Prix de l’innovationLors de cette édition, Havr a été distingué par le Prix de l’Innovation remis par la Fédération Française de l’Internet Immobilier (FF2i) et Anaxago, investisseur spécialisé en immobilier. La société Havr développe des systèmes de contrôle d’accès avant-gardistes avec une serrure connectée, la BrightLock, contrôlable à distance, programmable et ne s’ouvrant que via un faisceau lumineux provenant du smartphone de l’utilisateur. Havr a su convaincre un jury présidé par le Président de FF2i, Stéphane Scarella, et composé d’un panel d’adhérents à la fédération. Prix académiquesCette année, deux étudiants ont été distingués pour leurs recherches.Le Prix Master a été décerné à Charles Finet (Université Paris Dauphine) pour son mémoire de Master 1 portant sur le Marketing des lotissements périurbains : l’architecture et l’urbanisme comme nouveaux dispositifs de considération. Le Prix Junior a été décerné à Lisa Marty (Université d’Evry Val d’Essonne) pour son mémoire L’agent immobilier face un à un avenir certain. En définitive, l’édition 2019 du Salon RENT aura été une fois de plus un évènement riche en rencontres et fructueux en synergies pour les acteurs de la Proptech et permet de dessiner chaque jour un peu plus les contours de l’immobilier et de la ville de demain. 

LIRE PLUS 

Comment Anaxago gère les risques des investissements dans l'immobilier

Chez Anaxago, nous avons historiquement été très actifs dans la gestion de nos risques. Notre métier réside dans l'analyse des risques en amont, le suivi puis la gestion des risques quand ils se manifestent. Anaxago est aujourd’hui la seule plateforme qui a été jusqu'à reprendre des chantiers au niveau opérationnel pour préserver le capital de ses investisseurs.À ce jour seules 2 participations ont été cédées sans plus-value (capital intégralement remboursé) sur 130 investissements réalisés, 0 perte en capital à dateLes programmes immobiliers du groupe TERLAT ont été rachetés et gérés par les équipes d'Anaxago et les investisseurs sont en cours de remboursement.Anaxago est aujourd’hui la seule plateforme qui a été jusqu'à reprendre des chantiers au niveau opérationnel pour préserver le capital de ses investisseurs.Retrouvez toutes nos statistiques liées à nos investissements immobilier iciLa gestion du risque chez Anaxago passe par plusieurs phases :1. Le suivi trimestriel des chantiers et des programmesDurant cette phase nous comparons les écarts entre les projections et l'avancée réelle au niveau technique, commercial et financier et dressons chaque trimestre un reporting dédié pour les investisseurs de chaque opération.2. En cas de retardEn cas de retard sur une opération, Anaxago prévoit une possibilité contractuelle pour les partenaires financiers d'avoir recours à une période de prorogation de 6 à 12 mois. Durant cette période, les intérêts dus par l’opérateur continuent à courir et sont parfois majorés.3. En cas de défaut de paiement Le dossier passe en recouvrement et cela passe le plus souvent par la mise en place d'un moratoire pour échelonner le paiement, notamment dans le cas de décalage dans le temps de la commercialisation ou du chantier.C'est à ce moment là que les garanties peuvent être activées mais dans 90% des cas nous travaillons avec l'opérateur pour trouver une solution aux problèmes rencontrés. Les défauts viennent le plus souvent d'aléas au niveau du passage des ventes, des obtentions de crédit par les acquéreurs etc.  4. En cas de difficultés plus importantesNous travaillons dans ce cas là à un protocole avec l'opérateur qui vise à mettre en place des garanties complémentaires, échelonner les paiements et trouver des solutions opérationnelles pour la gestion des difficultés. Nous sommes même allés jusqu'à la reprise opérationnelle du programme, ce que nous avons fait dans le cadre du dossier TERLAT. Savoir anticiper et maitriser les risques liés à un investissementLe principal risque que nous devons gérer est le risque de temps et contractuellement, la rémunération des investisseurs reste due même en cas de retard.Toutefois lorsque le projet affiche une perte importante due à des travaux plus importants par exemple, le risque de voir la rémunération réduite est plus important car la solvabilité de l'émetteur baisse et en cas de grandes difficultés, une perte en capital peut être constatée.Il ne faut pas oublier que les rendements élevés de ces investissements sont liés au niveau de risque des sous-jacents, quand bien même il s'agit d'immobilier. À la grande différence des SCPIs par exemple qui investissent uniquement dans des actifs existants avec des revenus réguliers. Quelles garanties pour protéger nos investissements ?Les garanties négociées en amont avec nos partenaires financiers permettent également de limiter le risque : - Garantie à première demande de la société mère et/ou des associés- Nantissement des titres de la société détenue - Hypothèques etc. Ces garanties sont pour chaque investissement indiquées dans la documentation financière fournie par Anaxago avant toute décision d'investissement sur la plateforme.

LIRE PLUS