Anaxago Academy Réduction d'IR pour investissement dans les PME

Réduction d'IR pour investissement dans les PME

Les particuliers qui investissent au capital des PME peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu. Ce dispositif a été profondément remanié par la Loi de finances rectificative pour 2015.

Les particuliers qui investissent au capital des PME peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu. Ce dispositif a été profondément remanié par la Loi de finances rectificative pour 2015. Sont concernées les opérations par lesquelles un particulier investit en numéraire au capital d’une PME, et reçoit des actions (constitution de société ou augmentation de capital). Ces opérations peuvent être réalisées par des particuliers qui investissent directement dans des PME, ou par l’intermédiaire de sociétés holdings ad hoc (ou de fonds d’investissement).

Les PME éligibles sont les mêmes que pour le régime de réduction d’ISF-PME « Loi TEPA », étudié ici.

Le calcul du montant servant de base de calcul à la réduction d’IR se fait en totalisant les investissements réalisés par les membres du foyer fiscal au cours d’une année civile.

La réduction d’impôt est égale à 18% des souscriptions versées au cours d’une année civile donnée. En cas d’investissement via une société holding, c’est le montant investi par cette dernière dans des PME qui est retenu pour calculer la réduction d’impôt.

Les souscriptions sont retenues dans un plafond de 50.000 € (pour un contribuable imposable isolément) ou de 100.000 € (pour un contribuable imposable en couple). L’éventuel excédent est reportable sur les quatre années suivantes. Les reports ne permettent pas de « déplafonner » le montant maximum de la réduction.

Un second plafond annuel de 10.000 € s’applique au titre du plafonnement global des avantages fiscaux. L’éventuel excédent est reportable sur les cinq années suivantes.


L’exemple suivant montre comment fonctionnent ces mécanismes de report :

Jules est imposé en couple, et il a investi via Anaxago 120.000 € en 2015 et 40.000 € en 2016 dans des PME. Sa situation au titre de l’IR 2016 et 2017 sera donc la suivante :

  • IR 2016 : réduction théorique de 21.600 € (18% de 120.000 €) ; application du plafond de 18.000 € (18% de 100.000 €) avec un excédent de 3.600 € reportable jusqu’en 2020 ; application du plafond global de 10.000 € avec un excédent de 8.000 € reportable jusqu’en 2021 ; réduction effective de 10.000 € et report d’une réduction « millésime 2016 » de 11.600 €.


  • IR 2017 : reprise de la réduction « millésime 2016 » de 11.600 € ; pas d’impact du plafond de 18.000 € ; application du plafond global de 10.000 €, soit un excédent de 1.600 € reportable jusqu’en 2020 ; réduction effective de 10.000 €, report d’une réduction « millésime 2016 » de 1.600 €, et report intégral de la réduction « millésime 2017 » de 7.200 €.


  • IR 2018 : reprise de la réduction « millésime 2016 » de 1.600 €, et reprise de la réduction « millésime 2017 » de 7.200 € ; absence d’impact des deux plafonds ; réduction effective de 8.800 €.

Jules aura donc bénéficié au total de 28.800 € de réduction d’IR, étalés sur 3 ans.

Enfin, il est à noter que les réductions d’IR et d’ISF pour investissement dans des PME ne sont pas cumulables : ainsi une somme versée au capital d’une PME ne peut pas donner lieu aux deux réductions d’impôt à la fois. En revanche, une souscription PME donnée peut être répartie entre les deux réductions d’impôt, au choix du contribuable. 

Ainsi, Jules aurait pu choisir de répartir les 120 K€ qu’il a investis en 2016 à hauteur (par exemple) de 80 K€ pour la réduction d’ISF et de 40 K€ pour la réduction d’IR.


Les derniers articles Academy

Comment fonctionnent les investissements en SCPI ?

Parmi tous les produits de placements, les SCPI (Sociétés civiles de placements immobiliers) offrent des avantages substantiels : peu d’implication personnelle et de bons rendements. Le principe est simple : investissez auprès d’une société de gestion dans des immeubles ou des bâtiments dont l’emplacement et le domaine d’activité en déterminent la valeur locative. Puis, récupérez régulièrement votre dû issu des loyers.Investir dans des SCPI, les avantagesVous avez envie de diversifier vos investissements en choisissant de placer une partie de votre argent dans une ou plusieurs SCPI ? Pour préparer sa retraite, avoir une assise confortable, ou renforcer son patrimoine, les SCPI permettent d’encaisser une quote-part de loyers distribuée par une société de gestion. L’investissement immobilier est donc réel mais indirect, ce qui engendre un risque maîtrisé.Autre avantage, vous pouvez choisir d’investir dans différents types de SCPI : hôtels, bureaux tertiaires et sièges, entrepôts, centres commerciaux, etc. Peu importe (en fait, si) le secteur et le lieu, pourvu que l’investissement soit rentable.Facile à intégrer dans son portefeuille, même avec un petit pécule de départ de 5000€, il permet aussi d’ajouter au fil du temps de nouvelles parts. À l’inverse d’une épargne immobilière en solitaire, qui demande un gros investissement et dont la revente rapide n’est pas toujours assurée, il est plus facile de céder ses parts dans une SCPI. Par la même occasion, vous évitez aussi le passage chez le notaire.  La société à laquelle vous faites appel se charge par ailleurs de tout pour vous. C’est ce que propose Anaxago. Vous n’êtes ni un professionnel des investissements immobiliers, ni un aficionado des chiffres ? Les placements SCPI diversifiés sont aussi faits pour vous.Enfin, le rendement des SCPI est actuellement plus élevé que des fonds en euros d’assurance-vie ou même dans l’immobilier locatif. Il atteint 4,45% à plus de 5% en moyenne en 2019, avec des versements tous les trimestres.Les inconvénients des SCPIComme dans tous les investissements, en raison de la conjoncture et du marché immobilier dans le cas présent, les SCPI entraînent un risque de perte en capital.Si certains lieux semblent avoir un boulevard devant eux, comme le Grand Paris et les grandes métropoles d’une manière générale, rien ne dit que la hausse des prix ne freinera pas les entreprises locataires. Et des vacances locatives sont autant de rendements en moins.Par ailleurs, si l’investissement est fait à crédit, que le revenu des loyers baisse et ne suffit plus à rembourser l’emprunt, vous devrez vous acquitter de la différence.Quelle fiscalité pour l’investissement SCPI ?Le dernier défaut des SCPI, et pas des moindres, se trouve dans sa fiscalité. Les dividendes sont taxés au titre des revenus fonciers. Le taux peut ainsi rapidement s’envoler et atteindre la moitié des rendements, si vous avez des revenus élevés par ailleurs.Il existe cependant des astuces pour diminuer la facture, telles que l’achat à crédit, si vous ne craignez pas de ne plus pouvoir rembourser. Vous pouvez ainsi déduire les intérêts de votre emprunt. Ou encore le fait d’acheter des parts de SCPI en démembrement et en nu-propriété. Mais dans ce cas, il faut attendre la fin du démembrement pour récolter ses revenus. Tout dépend donc de votre besoin à court ou à long terme.Grâce à un audit de plus de 180 fonds locatifs et à l’expertise d’agents immobiliers, Anaxago sélectionne pour vous les meilleurs investissements SCPI. À partir de 5000€ de capital, vous pouvez investir !

LIRE PLUS